Archives du mot-clé road trip

Road Trip de 2 semaines dans le nord-ouest de l’Argentine : paysages grandioses et dépaysement total !

Durant notre voyage d’un an en Amérique latine, nous avons passé pas mal de temps en Argentine, un pays immense qui regorge de paysages différents. Après avoir visité les alentours de Mendoza, nous voulions partir plus au nord, vers Salta. Après moult réflexions, nous avons décidé de rejoindre Salta en voiture. Cela nous permettait de créer notre propre itinéraire dans le nord-ouest de l’Argentine, sans contraintes. Si vous êtes à la recherche d’un road trip de 2 semaines hors des sentiers battus en Argentine, vous êtes au bon endroit !

Road Trip de 2 semaines dans le nord-ouest de l’Argentine, de Mendoza jusqu’à Salta

Notre itinéraire dans le nord-ouest de l’Argentine

Quand on prépare un voyage en Argentine, certains lieux reviennent fréquemment dans les endroits visités (et appréciés) par les voyageurs : la Patagonie, Buenos Aires, Mendoza ainsi que la boucle autour de Salta. Comme nous étions sur un long voyage (1 an), nous avions le temps de voir d’autres choses et ça nous a permis de découvrir de vraies pépites ! Ainsi, pour ce road trip dans le nord-ouest de l’Argentine, nous avons associé des étapes populaires de la boucle de Salta (qui se décompose souvent en partie nord et sud) à d’autres moins connues, mais qui méritent bien le détour !

L’inconvénient de notre itinéraire est qu’il va d’un point A (Mendoza) à un point B (Salta), et ne se fait pas en boucle (enfin, c’est toujours possible de l’adapter évidemment, mais ça prendra plus de temps, ce sont de grandes distances). Cela revient donc plus cher, car l’agence de location doit récupérer la voiture à l’étape finale. Cependant, c’est intéressant selon nous, car cet itinéraire permet de se déplacer sur une longue distance tout en visitant des lieux magnifiques en autonomie. Certains sont inaccessibles sans voiture.

La location de la voiture

Si vous êtes plusieurs, ça vaut le coup de se renseigner. De notre côté, nous étions quatre donc les frais sont divisés par quatre. Nous nous y sommes pris au dernier moment (ce n’était pas prévu), mais en s’y prenant à l’avance il est sans doute possible de prendre le temps de comparer et trouver LA bonne affaire. Nous avons manqué de peu un bon plan sur internet, mais comme nous étions sur place, nous nous sommes rendus dans un coin de Mendoza où se situent plein d’agences de location. Là, on a déniché notre bonheur à l’agence « Blue Way », qui n’était pas trop chère et qui nous a fait une remise si on réglait en cash. Nous avons payé environ 800 € pour 14 jours. (prix janvier 2020).

Le taux de change fluctuant énormément en Argentine, c’est un peu compliqué de vous partager les prix. Je vous conseille de vérifier par vous-même sur les sites officiels.

Si vous êtes à la recherche d’un road trip de 2 semaines dans le nord-ouest de l’Argentine hors des sentiers battus, vous pouvez totalement vous inspirer de notre itinéraire. Bien que nous étions en voyage au long court, sur cette partie nous avons un brin tracé, car nous avions un impératif de date (être à Rio de Janeiro pour le Carnaval 🥳), mais aussi pour ne pas payer trop cher la location de voiture. En arrivant d’Europe, je vous conseille de l’effectuer durant un voyage d’au moins 3 semaines, pour avoir le temps de faire d’autres étapes, mais également de venir jusqu’ici !

Jour 1 : Route jusqu’à Balde de Rosario pour débuter ce road trip dans le nord-ouest de l’Argentine

Mendoza – Balde de Rosario = 6 h

Pour notre première journée, nous partons donc de Mendoza et roulons jusqu’à la ville de Balde de Rosario, notre premier arrêt. C’est tout petit, tout tranquille. On se sent bien ici. Déjà, le road trip commence bien !

On dîne au resto du village, Analia, où on rencontre un énorme toutou doux comme un agneau qui adore les caresses. Audrey et Thomas goûtent du chevreau, pendant qu’avec Manu on mange la fameuse Milanesa (une fine tranche de viande panée, un des plats qu’on retrouve partout en Argentine).

Jour 2 : Visite d’Ischigualasto et route jusqu’à Jagué

Balde de Rosario – Ischigualasto = 25 minutes
Ischigualasto – Jagüé = 3 h

Visite du parc provincial Ischigualasto

On part en début de matinée pour le parc provincial Ischigualasto, situé à 20 km. Après avoir payé l’entrée, nous attendons le départ du prochain circuit. En effet, ce parc se visite avec son propre véhicule mais en suivant la voiture d’un guide. Pour patienter, on parcourt le musée, qui nous en apprend plus sur la faune et la flore locale, mais aussi sur les anciens « habitants » de la région, à savoir les dinosaures et autres animaux géants (comme le paresseux de cinq mètres de haut 😮).

Puis, on suit le convoi (nous sommes une douzaine d’autos à suivre la voiture guide) et nous faisons plusieurs arrêts sur le chemin. À chaque fois, on sort de la voiture pour se promener dans ce paysage étonnant.

Quelques points d’intérêts :

  • Valle Pintado : des montagnes colorées.
  • Candra de Bochas : un paysage unique avec de gros cailloux en forme de boules bien lisses. Il y en a partout, c’est vraiment curieux !
  • El Submarino : un rocher qui rappelle un sous-marin, il y a aussi une super vue.
  • Museo de Sitio Dr William Sill : quelques infos sur les dinos, avec des fossiles. C’est le moment pour faire une petite pause aux WC et à la cafétéria.
  • El Hongo : un rocher en forme de champignon, l’emblème du parc.
  • Barrancas Coloradas : des falaises colorées, toutes rouges. Magnifiques !

Le tour dure entre 3 h et 3 h 30. Nous, on met 4 h (champions de lenteur haha), car avant de quitter le parc on a pris notre temps, on s’est arrêté pour faire des photos sur la route.

Une posada hors du temps à Jagüé

Après cela, nous roulons jusqu’à Villa Union. On espère y manger, mais il n’y a rien d’ouvert ! Du coup, on continue jusqu’au village de Jagüé. Là, j’ai réservé une nuit dans la Posada Los Mudaderos, sur Facebook. Ici, nous sommes accueillis par Carlos, qui nous fait découvrir notre très grande chambre pour 4, avec salle de bain. Le village est vraiment tout petit, le coin désert. On se sent dans un endroit à l’écart du monde. C’est une ambiance vraiment particulière, un dépaysement total.

Le soir on dîne directement à la posada (on avait demandé avant si c’était possible) : un délicieux poulet rôti au feu de bois, avec des crudités, le tout accompagné d’un bon vin rouge local (La Rioja), et en dessert un flan. L’ambiance est familiale, ils doivent voir qu’on a faim et qu’on apprécie le dîner, car ils nous proposent de nous resservir (et on ne dit pas non !).

Après le repas, Carlos nous donne quelques explications pour rejoindre la Laguna Brava, notre visite du lendemain qui justifie le détour que l’on a fait pour venir jusqu’ici.

Jour 3 : Visite de la Laguna Brava 

Jagüé – Laguna Brava = 1 h 40 (sans les arrêts photos !)
Laguna Brava – Villa Union = 3 h (en repassant par Jagüé)

Nous prenons le petit déjeuner et au moment de payer notre séjour, Carlos nous dit qu’il nous offre le repas du soir ! On est choqué par tant de gentillesse ! Surtout qu’on a bien mangé et qu’on a pris une bouteille de vin. C’est une attention qu’on n’est pas près d’oublier. Les Argentins de cette région nous ont plusieurs fois démontré qu’ils étaient des personnes en or et Carlos en est la preuve.

Magnifique route dans les montagnes pour rejoindre la Laguna Brava

Nous partons ensuite pour la Laguna Brava, le début de la route est goudronné sur environ 30 km, puis c’est un chemin de terre. Directement, on tombe sur une embûche : la route s’est effondrée et il y a de la boue tout autour ! On hésite à passer, car on a peur de rester embourber (on n’a pas du tout un 4X4 !). Après quelques minutes d’observation du terrain, on le tente… Et ça passe ! On traverse quelques ruisseaux, la route devient de moins en moins bonne, mais on continue. Ça grimpe et on sillonne des paysages absolument sublimes. Des montagnes avec de nombreuses nuances. Rien que sur le trajet, on en prend plein les yeux !

Un moment inoubliable dans une beauté pure et intacte

À 4300 m, nous arrivons à la fameuse Laguna Brava. On s’en approche par une piste. Quelle merveille ! Avec le sel et la pluie de la veille, sans vent, cela fait un miroir, c’est magique. Il y a même des flamants qui barbotent, ajoutant encore plus de féérie au paysage. En plus, nous sommes tous seuls ! On croisera deux 4×4 qui arrivent quand on repart, c’est tout. Les paysages sont justes incroyables ! La nature, partout. On a le souffle coupé autant par l’altitude que par la beauté du paysage.

C’est un lieu peu connu, mais qui nous a laissé une énorme impression. Profiter d’un lieu si beau et préservé en toute quiétude, c’est quelque chose de rare… Sans aucun doute l’un de nos moments préférés de notre road trip dans le nord-ouest de l’Argentine.

Au retour, nous mangeons sur la route à San José, chez une dame (oui, on dirait qu’on est carrément dans son salon !), et ensuite on trace à nouveau jusqu’à Villa Union où nous trouvons des chambres pas chères chez Doña Gringa.

Jour 4 : Route vers La Rioja et le Lago Salinas Grandes de Córdoba

Villa Union – Lucio V Mansilla = 5 h 40

Pour la suite de notre itinéraire, nous prenons la route vers La Rioja. C’est superbe, au milieu des montagnes, et nous profitons de vues splendides.

On continue de rouler vers les Salinas Grandes de Córdoba, qu’on a découvert en regardant la carte de la région. Ces salins ne sont pas touristiques alors on n’a pas trop trouvé d’infos à ce sujet et on ne sait pas trop à quoi s’attendre.

On arrive alors au village de Lucio V Mansilla (bizarre ce nom !). On cherche un hôtel, mais on ne trouve rien (oups). Du coup, on abandonne pour l’instant et on va jeter un œil aux salins, via un accès repéré sur l’application maps.me, quelques kilomètres après Lucio, sur la route principale, direction Cordoba, sur la droite [coordonnées : -29,85 – 64,66].

Il n’y a personne et le salar est immense ! Après quelques photos, on revient vers la ville et sur le bord de la route, avant le village, il y a un espace pour routiers avec un restaurant. On mange là et on demande où on peut dormir ; ils nous disent qu’ici ils louent des chambres. Parfait ! (On trouve toujours une solution en Amérique du Sud 😄).

La nuit, on retourne au salar. Le ciel est magnifique, on aperçoit bien les étoiles et la Voie lactée. Encore une fois, on est seuls et on s’amuse à faire des photos. Comme le salar est immense et tout plat, on voit aussi des orages éclater au loin…

Jour 5 : Journée de road trip vers le nord-ouest de l’Argentine

Lucio V Mansilla – Famailla = 3 h 30

Les orages sont finalement arrivés jusqu’ici et ce matin, le salar est inondé. On y va, mais l’effet miroir n’est pas là, on ne voit pas le sel, c’est tout « boueux », on dirait une plage.

Par conséquent, on ne s’attarde pas plus et nous rejoignons la ville de Famailla, où nous passerons la nuit (en airbnb).

Jour 6 : Le Parc de Los Menhires et les Ruines de Quilmes

Famailla – El Mollar – Tafi del Valle = 1 h 30
Tafi del Valle – Ruines de Quilmes = 1 h 30
Ruines de Quilmes – Cafayate = 50 minutes

Des « menhirs » en Argentine au Parc de Los Menhires

Pour ce sixième jour, nous partons sur des routes de montagnes, direction El Mollar. Ici, nous visitons le parc de Los Menhires, qui regroupe des « menhirs » locaux sculptés trouvés dans la région. L’entrée est gratuite, il y a la possibilité de prendre un guide. Nous nous baladons et découvrons ces étonnantes sculptures. Certains représentent des visages, des dessins, et même, un pénis. 😅

Juste à côté, nous faisons un arrêt à Tafi del Valle, où nous mangeons à El Museo, un restaurant situé dans une ancienne église jésuite en adobe qui propose des plats typiques, pas chers.

Les routes par ici sont magnifiques, c’est un plaisir de traverser ces paysages montagneux et si tranquilles !

Les ruines préhispaniques de Quilmes

La journée n’est pas finie, nous rejoignons ensuite les ruines archéologiques de Quilmes. Après avoir payé l’entrée, nous visitons le musée. Celui-ci est récent et moderne, il est très agréable. On apprend qui était le peuple Quilmes, avec des explications sur leur mode de vie (vêtements, nourriture, mort…), notamment grâce à une vidéo très intéressante, une frise chronologique et des objets.

Nous avons envie d’en savoir plus alors nous prenons une guide pour la visite des ruines. On lui donne le montant que l’on souhaite. Elle nous enseigne plein de choses, c’est passionnant. Elle nous explique par exemple que les Incas seraient venus jusqu’ici et auraient partagé leur savoir-faire, comme créer des canaux pour distribuer l’eau dans la ville. Ils ont également laissé leur langue : le Quechua. On apprend aussi que les Quilmes ont résisté pendant une centaine d’années à l’invasion des Espagnols.

La guide nous laisse ensuite et on vagabonde dans les ruines. Le lieu est superbe et offre une vue magnifique (et stratégique !) sur les environs. On y croise des chèvres et des lamas. Ces derniers ne sont pas hyper commodes, Manu en fera les frais en se faisant charger par l’un d’eux !

Une visite captivante, hors des sentiers battus, à ne pas manquer pour les amateurs d’histoire lors d’un road trip dans le nord-ouest de l’Argentine.

Nous rejoignons enfin Cafayate, où nous dînerons et passerons la nuit.

Jour 7 : Cafayate et la Quebrada de las Conchas, à ne pas manquer lors d’un road trip dans le nord-ouest de l’Argentine

Cafayate – Gargantua del Diablo = 50 minutes aller

Cafayate est généralement l’une des étapes incontournables d’un road trip dans le nord-ouest de l’Argentine, autour de Salta. En effet, on y trouve de superbes paysages autour, mais la ville est aussi réputée pour son vin.

Ce matin, on commence par la découverte des paysages. Nous prenons la route 68 dans la Quebrada de las Conchas, jusqu’à la Gargantua del Diablo. Il y a beaucoup de commerces à l’entrée de la gorge. Les paysages sont très secs et colorés. Ça n’a rien à avoir avec ceux vus à Tafi del Valle la veille !

Nous faisons ensuite la route en sens inverse en direction de Cafayate avec des arrêts aux points d’intérêts :

  • El Anfiteatro
  • Miador Tres Cruces
  • La Yesera
  • El Obelisco
  • Los Castillos
  • El Sapo
  • Los Colorados
  • La Ventana.

Sur la route on fait un arrêt à « El Rancho », une petite cabane qui propose des tortillas jambon-fromage cuites au barbecue. On adore ce genre de lieu si particulier.

On se dégourdit ensuite les jambes pour s’imprégner de ces paysages à travers une petite randonnée où on ne croise pas grand monde.

En rentrant à Cafayate, il est encore tôt, il est donc temps de tester les vins locaux ! Nous nous rendons à la Bodega Nanni. Nous y dégustons 5 vins locaux (un blanc Torontes, un blanc moelleux et différents rouges). Puis on s’arrête à une autre bodega à côté où on teste 3 autres vins.

Le soir on mange un burger et on profite du happy hour (on n’a pas assez bu aujourd’hui !). On fait aussi quelques emplettes, car ici les magasins ferment tard (vers 23 h).

Jour 8 : La Route 40 jusqu’à Cachi à travers la Quebrada de las Flechas

Cafayate – Cachi = 4 h

On quitte Cafayate pour partir en direction de Salta avec de nombreuses étapes en chemin avant d’y arriver. Nous prenons la Route 40. Ici, elle n’est en grande partie pas goudronnée. On passe dans les paysages de la Quebrada de las Flechas. C’est superbe et on ne croise pas grand monde.

Nous allons jusqu’à Cachi, où l’on trouve un hébergement pour la nuit. C’est une petite ville, mais qui dispose d’une jolie place centrale, où nous mangeons le soir.

Jour 9 : La Route 40 et le parc national Los Cardones

Cachi – Parc national Los Cardones = 45 min
Los Cardones – Salta = 2 h 30

Retour sur la Ruta 40 qui nous amène au parc national Los Cardones (gratuit). Ici, il y a plein plein de cactus !

C’est l’occasion d’en apprendre un peu plus sur les cactus : les 5 à 10 premières années, ils ne font pas plus de 5 cm. Leurs racines sont très profondes. Toutes ces infos sont d’autant plus impressionnantes quand on voit la taille des cactus ici !

On continue notre route, les paysages passent de désertiques à montagneux, c’est étonnant. On s’arrête sur la route au milieu des montagnes pour manger une tortilla au salami de lama et fromage de chèvre. La vue est vraiment canon !

On fait ensuite étape en dehors de la ville de Salta pour dormir avant de continuer notre exploration de la région.

Jour 10 : Le Parc National Calilegua

Salta – Parc national Calilegua = 2 h 30

Ce matin, nous partons pour le parc national Calilegua : place à la forêt luxuriante ! Le parc est gratuit, on se balade en voiture et à pied sur quelques sentiers. Nous avons la chance d’observer de près des geais acahés à la tour d’observation d’oiseaux, ils sont magnifiques. Ensuite, nous allons jusqu’à la Lagunita, un marécage avec plein de libellules et de papillons.

Enfin, nous montons jusqu’au bout du parc, à El Monolito. Nous sommes à 1500 m d’altitude, l’air est plus frais (ça fait du bien) et la végétation est différente. On profite d’une jolie vue sur les montagnes.

Le soir, nous mangeons et dormons dans le petit village de Beritez, situé dans le parc.

Jour 11 : Pumamarca, la montagnes aux 7 couleurs

Parc national Calilegua – Pumamarca = 2 h 30
Pumamarca – Tilcara = 30 min

Fini la forêt, on repart dans les paysages désertiques du nord-ouest de l’Argentine avec la ville de Pumamarca. Nous déjeunons ici un ragoût de lama (pas trop mon délire, mais c’est l’occasion de goûter). Il y a un grand marché et de nombreuses boutiques pour acheter de l’artisanat local, des souvenirs.

Nous nous rendons ensuite au point de vue de la Montagne aux Sept Couleurs, à côté. On y va en voiture, mais c’est accessible à pied depuis la ville. C’est splendide !

Puis direction Tilcara, où nous trouvons des chambres à l’hôtel Waira. Le village est tout mignon. Le soir on mange dans un chouette resto, en face de notre hôtel : Khuska. C’est l’occasion de boire des cocktails !

Jour 12 : Pucara de Tilcara et les montagnes aux 14 couleurs de la Serrania de Hornocal

Tilcara – Humahuaca = 40 min
Humahuaca – Mirador A la cercanía de los 14 Colores del Hornocal = 40 min (piste)

Les ruines de Tilcara

Le matin, nous visitons Pucará de Tilcara, les ruines d’une forteresse, située sur une colline. A côté il y a aussi un jardin de plantes, avec de jolis cactus. Le lieu est sympa, il y a de superbes vues sur les alentours. Cependant pas de panneaux explicatifs, pour en savoir plus, il faut le visiter avec un guide.

On se dirige ensuite à la Garganta del Diablo, situé à 7 km. La route est très mauvaise et il y a du monde en haut. C’est joli, mais ça ne nous laisse pas une grande impression.

Les incroyables couleurs de la Serrania de Hornocal

Après le déjeuner, nous partons pour le point de vue sur la Serrania de Hornocal. La route est très bonne jusqu’à Humahuaca, puis c’est de la piste pour grimper au point de vue.

Arrivé en haut, vers le péage où l’on paye l’entrée, la dame au guichet nous fait remarquer qu’on a… crevé ! Heureusement, ni une, ni deux, l’homme qui est avec elle (son mari ?) nous aide à changer la roue. À plus de 4000 m, on est bien content, car les efforts sont difficiles à cette altitude. Les gens ici sont adorables (c’est lui qui a fait le plus gros du travail). Et quand on lui donne un petit pourboire pour le remercier, il refuse ! On insiste alors il le prend, mais du coup ils ne nous font pas payer l’entrée. Vraiment les locaux ne sont pas là pour arnaquer le touriste.

On se gare sur le parking et on marche quelques minutes jusqu’au point de vue sur les montagnes colorées. C’est somptueux ! Les couleurs sont incroyables.

Pour revenir à la voiture, c’est plus difficile, car même si ce n’est pas long, ça monte et avec l’altitude (4350 m !), ça pique un peu !

De retour à Humahuaca, on fait réparer la roue dans une gomera par un vieux monsieur, pour trois fois rien. On trouve ensuite un hôtel où passer la nuit en ville et on mange un poulet mole, une spécialité mexicaine au cacao (miam!) à Pachamanca, un joli restaurant avec une cour intérieure.

Jour 13 : Las Salinas Grandes, incontournable d’un road trip dans le nord-ouest de l’Argentine

Humahuaca – Salinas Grandes = 3 h de route

Nous continuons notre voyage en direction d’un lieu à ne pas manquer lors d’un road trip dans le nord ouest de l’Argentine : les Salinas Grandes ! C’est un désert de sel, comme celui où nous nous sommes arrêtés quelques jours plus tôt, mais celui-ci est en revanche très touristique.

Le lieu est aménagé, il y a des toilettes, des petits restos et même des tables de sel (!) où nous pique-niquerons. Pour rouler sur le salar, il faut payer un guide. Celui-ci monte en voiture avec nous et nous dirige à travers le salar, dans les coins à voir. Il nous en apprend un peu plus sur l’endroit et nous permet de faire de magnifiques photos dans ce lieu incroyable ! Ça dure environ 1 h, puis on revient au point de départ.

Ici, on peut aller marcher sur le salar, sans trop s’éloigner. On en profite pour faire d’autres photos « perspective », on rigole bien ! Il faut dire qu’on commence à s’y connaître, car on en avait fait quelques mois auparavant dans le gigantesque Salar d’Uyuni. Ça nous amuse un bon moment, puis on reprend la route pour la fin de ce road trip de 2 semaines dans le nord-ouest de l’Argentine : retour à Salta !

Jour 14 : Salta et le Musée MAAM

Salinas Grandes – Salta = 4 h de route

C’est à Salta que nous rendons la voiture qui nous a fait voyager dans cette fantastique région ! Salta est située à 1100 m d’altitude, dans la Cordillère des Andes. C’est un peu le passage obligé lors d’un road trip dans le nord-ouest de l’Argentine (il y a un aéroport). Notre airbnb est en plein centre et on a une jolie vue sur la place principale.

Nous profitons d’être à Salta pour visiter le MAAM (Museo de Arqueologia de Alta Montana / Musée d’Archéologie de Haute Montagne). On y apprend beaucoup de choses sur les Incas, mais aussi sur la découverte de trois momies d’enfants retrouvées au volcan Llullaillaco. Ces momies naturelles sont célèbres, car très bien conservées en raison des conditions climatiques. Pour les préserver, elles sont exposées à tour de rôle dans le musée, sous verre et bien protégées (photos interdites). Nous verrons celle surnommée « El Niño », un petit garçon. C’est quelque chose de vraiment particulier. À la fois intéressant et morbide. Cet enfant a été sacrifié il y a plus de 500 ans et nous l’observons aujourd’hui à travers une vitre. Ça nous rappelle notre visite au musée d’Arequipa où est conservée la momie de Juanita, une autre enfant inca sacrifiée en montagne.

Puis nous nous octroyons une journée de repos avant de nous envoler vers notre dernière étape en Argentine où nous traverserons la frontière pour gagner le Brésil : les chutes d’Iguazu !

Un road trip dans le nord-ouest de l’Argentine, on recommande ou pas ?

Après avoir lu ces lignes (si vous avez tout lu, félicitations !), vous vous doutez de notre réponse : OUI ! On recommande à 1000 % ! Si vous voulez un voyage dépaysant, avec des paysages incroyables et différents tout en rencontrant des gens formidables et en buvant du bon vin… Il n’y a pas mieux, je crois ! Nous sommes vraiment heureux d’avoir fait cette partie en voiture qui nous a permis de découvrir des merveilles méconnues de l’Argentine. Ce road trip dans le nord-ouest de l’Argentine fait clairement partie de nos plus beaux souvenirs de notre voyage en Amérique du Sud.

Itinéraire & budget 15 jours en Tanzanie : safari, Zanzibar, impressions

En septembre 2022, nous avons posé pour la première fois le pied sur le continent africain… Ça y est, on peut dire qu’on a foulé tous les continents du monde (sauf l’Antarctique, OK, mais celui-ci est un peu plus compliqué !). Nous n’avions pas spécialement pensé à visiter la Tanzanie, mais quand ma sœur Audrey et son conjoint Thomas nous ont proposé de les accompagner dans ce voyage, c’était difficile de refuser… Faire un safari, ça fait partie de ces choses dont on rêve tous, mais qu’on n’imagine pas réaliser. Nous n’avons donc pas laissé passer cette opportunité. Dans cet article, je vous partagerai notre itinéraire de 15 jours en Tanzanie, comprenant un safari de 5 jours et 1 semaine sur l’île de Zanzibar. De quoi vous inspirer pour concocter votre propre circuit en Tanzanie et Zanzibar.

Notre itinéraire de 15 jours en Tanzanie et à Zanzibar : safari, découverte et détente

Safari en Tanzanie : 5 jours

Notre safari a été organisé par l’agence Tanzania Specialist. Ils nous ont pris en charge sur 5 jours, pour la visite de 3 parcs, en voyage sur mesure.

1er jour : arrivée en avion

Nous atterrissons le soir à l’aéroport d’Arusha. Notre guide et chauffeur Michel nous récupère et nous mène à notre hôtel Forest Hill Carnival Hotel, à une heure de route.

2e jour : le parc Tarangire

Nous passons la journée dans le parc Tarangire, surnommé « la maison des éléphants ». Le soir, nous dormons au superbe Pamoja Olea Farm Lodge.

3e jour : le parc national du Serengeti

Nous rejoignons le parc Seregenti, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Notre guide nous fait découvrir plusieurs lieux du parc. C’est immense et on y rencontre de nombreuses espèces animales. Nuit en tente (de luxe !) dans le parc au Seregenti Heritage Luxury Tented Camp.

Retrouvez plus d’infos et de détails sur nos 2 jours au Serengeti dans notre article dédié.

4e jour : le parc Serengeti

Journée entière dans le parc Serengeti et nuit sous la tente, comme la veille.

5e jour : Cratère de Ngorongoro

Nous quittons le parc Seregenti le matin pour rejoindre le cratère de Ngorongoro. Visite de cette réserve naturelle puis retour au Pamoja Africa Lodge pour y passer la nuit.

Itinéraire en Tanzanie : on continue le circuit avec 2,5 jours à Moshi

6e jour : fin du safari

Notre guide nous conduit à la ville de Moshi (beaucoup de gens se font amener à l’aéroport pour rentrer ou partir à Zanzibar). Arrivée en fin d’après-midi à Moshi, proche du Kilimandjaro (que nous aurons la chance de voir). Nous réservons un tour pour le lendemain.

7e jour : Materuni

Journée en excursion (avec l’hôtel) pour voir la cascade de Materuni et visiter une plantation de café artisanale.

8e jour : Balade dans Moshi, détente et vol pour Zanzibar

Nous nous promenons un petit peu à pied à Moshi (notamment pour faire quelques courses) et profitons de la piscine de l’hôtel avant notre vol pour Zanzibar le soir.

Zanzibar : 1 semaine (7 jours)

Une semaine à Zanzibar, un archipel d’île situé dans l’océan indien. Ici, nous avons surtout profité de notre logement, au calme, proche de l’océan, avec une eau turquoise incroyable. Idéal pour la farniente ! Nous avons un peu visité l’île, pour découvrir d’autres belles plages notamment. De plus, nous avons passé une journée à Stone Town, la « capitale » de l’île.

Idées de choses à faire à Zanzibar :

  • villages et plages de Jambiani et Paje ;
  • se promener dans la vieille ville de Stone Town ;
  • faire un tour en bateau (c’était prévu, mais nous avons connu une mésaventure et n’avons pas pu le faire…) ;
  • aller sur un atoll ou une autre île ;
  • visiter la forêt de Jozani avec ces singes (de notre côté, nous avons vu les mêmes singes à l’hôtel à côté de notre logement !) ;
  • aller au restaurant The Rock sur la plage de Pingwe.

Budget pour un itinéraire de 15 jours en Tanzanie + Zanzibar

Le coût de la vie est très modeste en Tanzanie, mais dans les coins touristiques, les prix sont évidemment plus élevés.

Idées de prix : Safari de 5 jours, budget pour 1 semaine à Zanzibar

La partie du budget la plus élevée vient du safari : 1600 € par personne ! Tout est compris, sauf les extras (boisson soda ou alcool) et les pourboires.

En dehors du safari, comptez environ 15 € pour une chambre double en auberge de jeunesse/petit hôtel.
50 € pour une chambre dans un bel hôtel avec piscine.

Pour les repas, on peut manger pour quelques euros dans des petits restos locaux. À l’hôtel ou dans les restaurants plus tendance (comprendre : pour les touristes), les prix sont plus chers, mais ça reste correct.

Budget pour 1 semaine à Zanzibar

La location de voiture à Zanzibar (pour 7 jours) nous a coûté 244 €. Nous sommes passés par Zanzibar best car rental. Ils ont amené la voiture à l’aéroport à notre arrivée et nous l’avons déposé en repartant. Tout s’est bien déroulé avec eux.

L’airbnb à Zanzibar nous a coûté 630 € la semaine (divisé en 4).

Recommandations

On peut payer en dollars américains ou en shilling tanzaniens. Privilégiez la monnaie locale au maximum. En outre, essayez d’avoir des petites coupures pour distribuer des pourboires. Ils sont souvent attendus dans les hôtels, notamment durant le safari. Si quelqu’un porte vos sacs (ça arrive la plupart du temps), il espère avoir un petit billet en retour.

Par ailleurs, les prix sont souvent bien gonflés donc n’hésitez pas à négocier, surtout sur les marchés. Mais ne descendez pas trop bas, n’oubliez pas que vous avez un bien meilleur pouvoir d’achat qu’eux, alors restez respectueux.

Notre avis sur notre voyage en Tanzanie, le safari, Zanzibar…

Notre voyage en Tanzanie nous a laissé une impression mitigée. ⚠️ Attention, nos propos ne sont que le reflet de notre propre expérience.

Nous avons adoré :

  • les paysages ;
  • les nombreux animaux sauvages ;
  • le dépaysement total ;
  • la gentillesse de certains locaux.

Nous avons moins aimé :

  • l’insistance, voir le harcèlement, des gens pour nous vendre quelque chose ;
  • se sentir comme un portefeuille sur patte 😅 (blanc = riche) ;
  • le rapport aux femmes (nous n’avons pas vraiment notre mot à dire 🤨).

Le safari, un moment exceptionnel de notre circuit de 15 jours en Tanzanie

Le safari a été à la hauteur de nos attentes. En effet, les parcs nationaux étaient splendides et nous avons découvert des paysages vraiment différents selon les parcs. Les rencontres animales ont bien été au rendez-vous ! Nous avons vu certains animaux de près, c’était impressionnant. Par ailleurs, nous avons adoré dormir dans la savane, au cœur du parc Seregenti (on entendait les animaux la nuit). Ces lieux sont préservés et c’est vraiment magique. Nos divers logements étaient super, le personnel charmant, la nourriture bonne. Une parenthèse enchantée !

Se mêler à la population : très difficile

Mais une fois le safari fini, quand nous avons voulu visiter un peu le pays, nous avons eu plusieurs mésaventures. Un hôtel malhonnête, des excursions au prix fort… Et surtout, impossible de marcher 1 minute sans se faire aborder. C’est très fatigant et ils ne comprennent pas le mot « non ». Et quand tu es une femme, tu peux te taire, ton avis importe encore moins ! C’est un aspect qui nous a beaucoup agacés.

Nous avons vraiment eu l’impression de ne pas être respectés non plus, on nous voyait comme des riches. Bien sûr comparé à eux on est privilégié, mais ils ne comprenaient pas qu’en France on n’est pas « riches » (dialogue de sourds !). Pour les achats de souvenirs, on nous sortait des prix invraisemblables, bien plus chers que ce qu’on peut payer à un artisan français… Faut pas exagérer ! Résultat, nous avons ramené très peu de souvenirs alors qu’à la base on voulait rapporter de l’artisanat.

Je pense que nous étions dans des lieux bien trop touristiques. Les gens abusent et doivent souvent tomber sur des pigeons prêts à payer 10 fois le prix normal (je vous jure, je n’exagère même pas).

Petite parenthèse d’1 semaine à Zanzibar

A Zanzibar, nous logions dans un coin pas trop touristique (pas de gros resorts à proximité), ce qui nous a permis de nous faire moins harceler. Nous avons eu des rencontres agréables avec des locaux (notamment lorsque nous avons fait nos courses chez un marchand de fruits et légumes). Les plages populaires cependant n’échappent pas aux beach boys et nous n’en avons donc pas trop profité.

Je pense que pour apprécier le pays en dehors du safari il faut prendre le temps de sortir des sentiers battus. À la base, c’est ce qu’on voulait faire, mais nous avons dû écourter notre séjour au vu des prix des billets d’avion qui avaient beaucoup augmenté et d’autres impératifs personnels.


Malgré tout cela, nous gardons aujourd’hui un beau souvenir de la Tanzanie ! Les paysages et animaux rencontrés étaient exceptionnels, nous avons vécu des moments vraiment incroyables ! C’est sûr qu’on s’en souviendra toute notre vie… 💚

🚙 Vous avez déjà fait un safari en Afrique ? Un circuit en Tanzanie, Zanzibar, ça vous tente ?

Itinéraire 2 semaines au Brésil, road trip autour de Rio de Janeiro

Ah le Brésil… Un pays qui fait rêver par ses belles plages, ses habitant(e)s, son football et son carnaval ! Dans cet article, nous allons vous expliquer comment nous avons réussi à réunir tous ces ingrédients lors de notre road trip de 15 jours au Brésil, autour de Rio de Janeiro. Le Brésil étant le dernier pays que nous ayons visité lors de notre long périple en Amérique latine, nous étions un peu fatigués par ces 11 mois de voyage. Nous avons donc privilégié un séjour alternant activité et farniente. Un itinéraire de 2 semaines / 15 jours qui peut intéresser les futurs voyageurs au Brésil, qui se demandent que faire autour de Rio !

Voyage au Brésil : à savoir

Le Brésil est un pays splendide, plein de couleurs et de bonne humeur !

En arrivant de France ou d’ailleurs en Europe, vous atterrirez sûrement à Rio de Janeiro, ville incontournable et qui fait rêver – à juste titre ! Pour notre part, nous étions à la fin de nos 1 an de voyage en Amérique latine, accompagnés d’Audrey et Thomas. Nous sommes allés tous les 4 à Rio en bus (et nous avons eu 6 heures de retard… yeeeey 🎉🥳) où nous avons retrouvé Jean-Philippe, le frère de Manu, qui arrivait tout droit de Bordeaux.

Le Brésil a une mauvaise image, empreinte de violence et de pauvreté. Ne vous arrêtez pas à ça. Bien sûr il y a des endroits craignos, à éviter. C’est, je pense, le seul pays d’Amérique du Sud où il m’est arrivé de ressentir une certaine insécurité pour être honnête. MAIS ce ne sont que quelques lieux isolés et vous vous rendrez rapidement compte de la gentillesse des Brésiliens, qui vous mettront vite en garde si vous courez un quelconque risque.

Road trip au Brésil : attention… aux radars !

Un road trip au Brésil est donc tout à fait envisageable, il n’y a pas de problème notable sur les routes ou la circulation. Le seul truc auquel il faut faire attention, ce sont les radars ! Il y en a partouuuuut. Nous avons eu plusieurs amendes, alors que nous étions vigilants. Il suffit de lâcher les yeux de son compteur et de dépasser de quelques kilomètres heure la vitesse autorisée (ou de rouler par mégarde quelques mètres sur la voie réservée au bus), et bim 💸 ! À 5 nous avons amorti les dégâts, mais ça ne fait jamais plaisir 😅

Après ces quelques infos, retrouvez l’itinéraire et le détail de notre road trip de 2 semaines / 15 jours au Brésil, avec les lieux à visiter et nos conseils !

Itinéraire de notre road trip de 2 semaines au Brésil

Rio de Janeiro : 1 semaine

Si Rio n’est pas la capitale du pays (c’est Brasilia) c’est le cœur du Brésil ! Inoubliable, elle est à ne pas manquer.

Nous étions à Rio au moment du carnaval et c’était LA FOLIE ! On a adoré cette ambiance festive ! Nous avons passé une semaine dans la ville, alternant visite et carnaval. Je vous invite à aller lire l’article de ma soeur sur Rio et son carnaval pour plus d’informations.

Hors période du carnaval, je conseillerai de consacrer minimum 3 ou 4 jours à Rio. C’est une grande ville qui a beaucoup à offrir. Personnellement, elle fait partie du top 3 de mes villes préférées en Amérique du Sud et dans mes lieux favoris du Brésil (mais qui est tellement immense, nous n’en avons vu qu’une infime partie !).

Nous logions près de la plage de Copacabana et c’était super pour goûter à l’effervescence de la ville.

🚇 Rio se visite en métro, en taxi et en uber.

Les lieux à ne pas manquer à Rio de Janeiro :

  • le Corcovado / Christ Rédempteur (et pour les plus courageux la montée et/ou la descente à pied dans la forêt) ;
  • le parc Lage ;
  • le Jardin botanique ;
  • le Pain de Sucre ;
  • Santa Teresa et les escaliers Selaron ;
  • les plages de Copacabana et Ipanema ;
  • la fresque murale de Eduardo Kobra ;
  • le mythique stade Maracanã, pour les fans de foot ⚽😀

Que faire autour de Rio de Janeiro ? La suite de notre itinéraire de 15 jours

Après avoir visité la célèbre ville brésilienne, il serait dommage de ne pas s’en éloigner un peu pour découvrir ses alentours, qui regorgent de merveilles. Découvrez que faire autour de Rio de Janeiro, notre itinéraire des incontournables lors d’un road trip !

Teresopolis – 1 jour, 1 nuit

Rio de Janeiro – Teresopolis : 2h de route environ

Teresopolis est une ville coloniale, entourée de la forêt tropicale. Nous avions choisi cette ville pour marcher un peu au milieu de cette nature luxuriante. Cependant, nous avons eu une météo horrible ! Il a plu toute la journée, sur la route en venant jusque là, tout était dans les nuages, dans le brouillard… L’ambiance était mystique et très très humide au milieu de cette jungle. Mais nos plans sont donc tombés à l’eau (haha). Nous avons profité pour chiller dans notre airbnb (qui avait un billard, une grande TV, mais aussi une terrasse abritée).

Teresopolis a donc été un échec pour nous, je ne peux pas vous en dire plus malheureusement, mais il semblerait qu’elle soit faite pour les amateurs de nature !

Petropolis – 1 jour, 1 nuit

Teresopolis – Petropolis : 1h de route environ

Petropolis est une ville impériale. Eh oui, il y a eu un empereur au Brésil à un (court) moment ! C’est dans cette ville que se trouvait son palais d’été. Ce qui en fait une destination très touristique (surtout pour les Brésiliens).

À Petropolis, nous avons commencé par parcourir la Cathédrale de São Pedro de Alcântara, où repose une partie de la famille royale.

Pas très loin de la cathédrale, nous sommes allés explorer le fameux palais de Dom Pedro. C’est une visite assez atypique, on ne s’attend pas à voir un lieu pareil au Brésil (en tout cas pas moi). Pour découvrir l’intérieur, il faut enfiler des chaussons (sur ses chaussures 😆), pour préserver le magnifique parquet. On y trouve des objets de la famille royale de l’époque, des vêtements, des tableaux… Mais aussi de superbes carrosses.

Il est également possible de se promener dans les jardins autour, gratuitement. La pluie était toujours présente alors nous n’en avons pas trop profité.

Nous nous sommes ensuite un peu baladés dans les alentours, découvrant de très belles maisons au style colonial, ainsi que le Palais de Cristal. Malheureusement celui-ci était fermé (travaux), nous n’avons donc pas pu nous approcher, mais c’était très beau.

Parati – 2 jours, 2 nuits

Petropolis – Parati : 5h de route environ

Parati est une autre ville coloniale dont le centre historique est très préservé. Les rues sont toutes pavées. C’est une commune qui attire beaucoup les touristes et on comprend vite pourquoi : elle est vraiment mignonne !

Ici, nous avons déambulé dans les petites rues et jusqu’au bord de mer. Nous avons eu une journée pluvieuse, puis le soleil est enfin revenu ! Nous avons donc admiré Parati sous différents visages, c’était sympa.

De plus, de nombreuses excursions sont possibles depuis Parati. Nous nous sommes rendus dans 2 lieux très sympas, proches de Parati :

  • La piscine naturelle de Cachadaco à Trindade,
  • Le toboggan naturel de Penha, dans la forêt.

Nous avons beaucoup aimé cette étape de notre itinéraire, entre nature et ville coloniale.

Ilha Grande 2,5 jours, 3 nuits

Parati – Angra Dos Reis : 1h35 de route. Plus bateau pour aller sur l’île. Voiture laissée sur un parking surveillé à côté du port.

Ilha Grande est une île proche du continent et donc facilement accessible. C’est un lieu très prisé lors d’un voyage au Brésil, dans la région de Rio, car elle offre de superbes plages et un cadre idyllique, le tout sans voiture. De vraies vacances !

La majorité des voyageurs vont à Vila do Abraão, la « grande » ville de l’île. De notre côté, nous avions eu la chance d’être conseillés par Gaïdic, qui s’était rendu dans un autre coin de l’île, avec beaucoup moins de monde et elle nous recommandait de faire pareil.

La tranquillité on kiffe, donc on a bien sûr suivi son conseil ! On a trouvé un logement près d’Araçatiba, dans la forêt, avec un petit ponton privé sur l’océan (où le bateau nous a déposés), à une dizaine de minutes à pieds d’une grande plage entourée de quelques maisons et restaurants.

Nous avions fait les courses à l’avance pour la durée de notre séjour, car il n’y a pas de commerces sur place.

C’était une magnifique expérience ! Nous avons profité des couchers de soleil depuis notre ponton, chillé à la plage, bu quelques caïpirinhas…

Praia de Aventureiro : une plage paradisiaque et un souvenir indélébile de ces 15 jours au Brésil

Nous avons également passé une journée un peu sportive ! Un bateau nous a amenés jusqu’au minuscule village de Praia de Proveta et de là, nous avons marché jusqu’à Praia de Aventureiro, une des plus belles plages de l’île. La rando passe dans la forêt, il faut d’abord monter, puis redescendre, ce n’est pas facile, surtout avec la chaleur et l’humidité ! Mais quel bonheur une fois là-bas ! Le lieu est splendide 😍🌴! 7 km aller/retour environ, mais il est possible d’y accéder en bateau, sans effort.

Fin de l’itinéraire de 2 semaines au Brésil : retour jusqu’à Rio

Le dernier jour, nous prenons le bateau, récupérons notre voiture de location et rentrons jusqu’à Rio de Janeiro pour conclure ces 15 jours de road trip.

Bien que la météo n’ait pas trop joué en notre faveur lors du début de notre road trip, nous avons apprécié ces endroits, mêlant histoire et nature. Le Brésil est un pays qui regorge de richesse, c’est la destination idéale pour profiter de ses vacances tout en étant dépaysé !

Si vous disposez de plus de temps, vous pouvez continuer votre exploration du Brésil et agrémenter votre itinéraire avec les chutes d’Iguazu (une merveille naturelle que l’on ne peut que vous conseiller !), ou la partie nord avec Salvador de Bahia et le désert de Lençois Maranhenses, entre autres.

Envie de découvrir le Brésil ? De savoir que faire autour de Rio de Janeiro ? De faire un road trip de 2 semaines au Brésil comme nous ? Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous les poser en commentaire !

Que faire autour de Mendoza en Argentine : Sierra de las Quijadas, Aconcagua et vins

Voici le retour des articles de notre long voyage en Amérique du Sud (11 mois) ! L’Argentine est un pays merveilleux et si varié que j’ai envie de continuer à partager ici nos découvertes. On commence avec un coin que nous avons beaucoup aimé : la région de Mendoza ! 

Nous étions 4, accompagnés d’Audrey et Thomas. Vous verrez qu’on ne retient pas grand-chose de la ville (indépendamment de notre volonté), mais qu’il y a de quoi faire pour les amoureux de la nature ! Que faire autour de Mendoza ? Suivez-nous !

NB : Tous les prix indiqués datent de janvier 2020. À savoir également que le taux de change est très (très !) variable en Argentine.

Le parc Sierra de las Quijadas, près de San Luis

La ville de San Luis

Depuis la ville de Cordoba, nous prenons un bus (7h de route) qui nous amène jusqu’à San Luis. Ici, nous avons loué un petit airbnb. Les proprios n’ont visiblement pas trop l’habitude d’accueillir des étrangers, ils sont aux petits soins avec nous ! (Lors de notre départ, ils nous amèneront même en voiture jusqu’au terminal de bus ! Trop gentils !) La ville de San Luis n’est pas tellement touristique, mais elle est agréable. C’est une petite ville tranquille, avec de jolis coins dont une belle place centrale, comme souvent en Amérique du Sud. 

Que faire autour de Mendoza ? Visiter le parc national Sierra de las Quijadas

Le lendemain, nous louons une voiture chez Alamo pour la journée, afin de découvrir le parc Sierra de las Quijadas, à environ 1h30 de route de San Luis. Une fois là-bas, la chaleur est écrasante. Le ranger à l’entrée du parc nous informe que plusieurs sentiers de randonnée sont fermés à cause de la chaleur (les plus longs, dont celui qu’on avait prévu de prendre !) mais que, par contre, l’entrée est gratuite. 

Malgré la température de 40°C, nous entamons une petite randonnée de 3 km. Les paysages sont superbes, l’orangé des roches est impressionnant. Cependant on crève de chaud ! Il n’y a pas d’arbres pour se mettre à l’ombre, alors on devient aussi rouge que le paysage comme dirait Audrey. 🥵 (je vous épargne nos tronches de tomate 🤪) Quand un nuage apparaît devant le soleil, c’est le bonheur, un peu de répit ! 

Pas de trace de vie (il fait bien trop chaud !) mais on a quand même la chance de voir voler des condors… Magique !

Une fois la balade terminée, nous pique-niquons sous un préau, à l’ombre, près des sanitaires où on va se rafraichir un peu en s’aspergeant d’eau et en mouillant nos casquettes 😅. On se lance ensuite sur le Flora Trail, pour une petite marche de 1 km, histoire de profiter de la vue un petit peu plus, sans faire trop d’effort. 

C’est ensuite avec un certain bonheur que nous nous réfugions dans la voiture, clim à fond !!! 

C’est un lieu peu connu des touristes étrangers, pourtant les paysages sont vraiment magnifiques. Dommage qu’il ait fait si chaud lors de notre passage !

Que faire autour de Mendoza : road trip vers l’Aconcagua

Après un trajet en bus depuis San Luis de 3h30, nous voici à Mendoza, la capitale du vin en Argentine ! Mais on verra ça plus tard. Pour le moment, nous allons chercher une nouvelle voiture de location pour nous rendre près de la frontière chilienne, à un endroit incontournable lors d’une visite à Mendoza.

Il est possible de partir en excursion pour une journée (avec 8h de route aller-retour au compteur quand même), mais à 4, c’était plus simple et agréable de louer une voiture.

Point de chute à Los Penitentes

Une fois la voiture de location récupérée, nous roulons encore 3h, en faisant un arrêt « smoothie » dans le village de Uspallata et en s’enfonçant de plus en plus dans les montagnes de la précordillère des Andes, dans des paysages de plus en plus beaux. Enfin, nous arrivons à Los Penitentes, où nous avons réservé un logement. C’est minuscule ! C’est en fait une station de montagne. L’hiver on imagine qu’il y a beaucoup de monde qui vient, notamment pour le ski, mais en été, c’est désert. Les hôtels bordent la route nationale. L’ambiance est vraiment étonnante, au milieu de ces montagnes. 

Mythique Aconcagua

Après une bonne nuit de sommeil, nous nous rendons au parc provincial de l’Aconcagua, nom emblématique de l’Amérique du Sud. En effet, le parc offre une vue sur le mont Aconcagua, qui du haut de ses 6 900 m est le plus grand sommet d’Amérique

Après avoir payé le droit d’entrée, nous marchons sur un court sentier qui nous amène au milieu de ce paysage fabuleux. Nous étions venus pour admirer le colosse de l’Amérique, mais nous sommes tout autant émerveillés par les environs ! Les couleurs si typiques de l’altiplano nous enchantent. Nous profitons d’un temps radieux, mais notre souffle court nous rappelle que nous sommes bien à 3 000 m. C’est une première pour Audrey et Thomas qui sont surpris de se sentir essoufflés en montant quelques marches. (Petit rappel, l’altitude n’est pas un paramètre à prendre à la légère : l’oxygène manque et peut causer des problèmes. Il ne faut pas trop forcer, bien s’hydrater et si on se sent trop mal, ne pas hésiter à redescendre.)

Il est possible de faire des randonnées de plusieurs jours, dont l’ascension de l’Aconcagua, mais on passe notre tour ! Il faut un minimum de préparation et d’organisation pour cela. Nous nous contentons de la vue et de cette balade qui nous amène jusqu’à Los Horcones et une petite lagune (qui n’a rien d’impressionnant en cette période estivale). 

Prix du parc : 300 ARS ~ comptez environ 1h sur place 

À la frontière du Chili : le Christ Rédempteur des Andes

Nous continuons notre journée en roulant jusqu’au Christ rédempteur des Andes, qui marque la frontière entre l’Argentine et le Chili. La route pour s’y rendre est très sinueuse, ça grimpe et en plus elle n’est pas goudronnée. Elle est en terre, mais l’état est plutôt correct. Il ne faut juste pas trop regarder par la fenêtre si on est sujet au vertige ! 😅

Une fois en haut, à 3 832 m (quand même !), on se retrouve avec pas mal de monde, il y a beaucoup de stands de nourriture et d’artisanat. On en profite pour tester quelques spécialités comme du dulce de leche artisanal (et on craquera pour un pot !), du chocolat et même une liqueur dénommée “cul de macaque” apparemment ! L’artisan chilien qui nous fait goûter ça est très sympa et parle quelques mots de français (dont ce fabuleux nom de liqueur !). Il nous assure que c’est bon contre le mal des montagnes, mais bizarrement on n’est pas sûrs de le croire !

On déguste ensuite de délicieuses empanadas frites au fromage devant l’œil du Christ.

Le pont de l’Inca (Puente del Inca)

Avant de repartir pour Mendoza, nous faisons un arrêt au Pont de l’Inca, un pont naturel où les Incas avaient l’habitude de passer. Les couleurs causées par le fer et le soufre sont vraiment étonnantes ! Des thermes avaient été construits, mais ont été abandonnés depuis, ce qui gâche un peu le paysage (et pour rien en plus). Ça reste quand même un bel endroit, toujours dans le décor splendide de ces montagnes andines.

Visiter les vignobles de Mendoza à vélo

Que faire autour de Mendoza ? La réponse est évidente : boire du vin ! 😁

L’Argentine est réputée pour ses vins, principalement ceux de la région de Mendoza. Étant amateurs de vin (sans être des experts), il était obligé pour nous de faire un petit tour des bodegas. Et quoi de mieux que de faire ça en vélo, afin de pouvoir goûter les vins ?! Nous avions déjà fait ça au Chili, dans la vallée de Colchagua et c’était très sympa. 

Comment visiter les vignobles de Mendoza à vélo ? 

Pour nous rendre aux vignobles de Maipu, nous prenons un bus depuis la rue Rioja, dans le centre de Mendoza (bus 813, 816, 812…). Nous payons 0,25 ARS pour un trajet de 45 minutes jusqu’à la rue Urquiza à Maipu. 

Ici, nous trouvons un magasin de location de vélos : 450 ARS pour la journée si on paye en espèce (500 si on paye en CB… Toujours avoir du cash en Amérique du Sud ^^). Nous réservons en même temps une visite à Trapiche, un domaine réputé et populaire. Le loueur nous donne une carte qui recense les nombreuses bodegas du coin, et c’est parti ! Il fait bien chaud et nous pédalons au milieu des oliveraies ; ça sent super bon ! 

Les vins bios de Viña El Cerno

Nous pédalons d’abord jusqu’au vignoble le plus éloigné : El Cerno, qui propose des vins biologiques. Nous n’avons pas l’habitude d’en voir par ici, alors ça éveille notre curiosité. Le lieu est très charmant et reposant. 

Dégustation de 2 vins au choix (rouge, blanc, rosé ou pétillant) : 200 ARS. 

Visite du vignoble Trapiche

A 15h30, nous devons être à Trapiche pour ne pas manquer la visite de la cave. Nous sommes en petit groupe, et pendant une vingtaine de minutes nous découvrons les grandes cuves et le domaine. On goûte le raisin qui donnera ce bon vin. Il y a pas mal de vignes et les bâtiments sont très beaux. On voit que c’est une grande marque et qu’ils produisent beaucoup de vin. 

À la fin de la visite, c’est le moment tant attendu : la dégustation ! Nous goûtons un vin blanc sec, puis un rouge Malbec et un rouge qui est un mélange de Malbec, Cabernet-Franc et Cabernet Sauvignon. Ce dernier est assez étonnant, il rappelle le poivron ! 

Visite + dégustation de 3 verres (à réserver pour arriver à la bonne heure) : 450 ARS.

Dégustation de produits artisanaux

L’odeur des oliviers étant tellement forte et agréable, nous ne résistons pas à l’envie de nous arrêter à un petit magasin sur la route qui vend des produits artisanaux et en propose des dégustations

Le gérant est très gentil et nous goûtons à différentes huiles d’olive, diverses tapenades, du chimichurri (la sauce signature de l’Argentine, un délice), de la moutarde… Mais aussi des produits sucrés comme le dulce de leche (confiture de lait), dulce coco, et des confitures de vin, une belle découverte ! Place ensuite aux liqueurs : irish coffe, chocolat (miaaaam), dulce de leche (re-miaaaaam), café, aux épices…

Tout est vraiment bon, on achète quelques produits mais on se restreint, sinon on achèterait tout le magasin et il faut que ça tienne dans nos sacs à dos 😂

Dégustation de produits artisanaux : 180 ARS.

On retourne ensuite à la location de vélo où on nous offre le “happy hour” : et c’est reparti pour une tournée de vin ! Difficile de refuser en attendant le prochain bus 😛

Mendoza

Nous avions prévu de visiter la ville de Mendoza, cependant nous avons dû annuler cette partie. En effet, notre plan de route initial pour la suite du voyage s’est avéré trop compliqué (voir impossible). Nous avons alors dû passer beaucoup de temps à réorganiser la suite du voyage et à trouver notamment une voiture de location pas trop chère pour le périple que l’on voulait faire… En sachant qu’on ne pouvait pas s’attarder par ici, car nous avions un impératif : être à Rio de Janeiro pour le Carnaval et l’arrivée du frère de Manu (et il nous restait encore beaucoup de kilomètres et de choses à voir jusque là-bas !).

Nous avons donc zappé la découverte de Mendoza, qui a l’air d’être plutôt agréable. Mais comme nous étions venus plutôt pour le vin (haha) et les paysages alentours, nous n’avons pas de regrets.

Je vous partage cependant deux adresses qui nous ont régalé pendant notre séjour :

  • Patio de Jesus Maria : conseillé par notre hôte airbnb. Si vous voulez un vrai asado argentin, c’est ici ! Resto assez classe, prix plus haut que la normal, mais la viande est délicieuse et les portions sont énormes. Avec du bon vin argentin et un dessert à base de champagne et de glace au citron… De quoi se faire plaisir !
  • Pizzeria Los Inmigrantes : bonnes pizzas, lieu très populaire (avec beaucoup de bruit). 

De la province de Mendoza nous retiendrons son bon vin (notamment les Malbecs !), et bien sûr les magnifiques paysages autour de l’Aconcagua et de San Luis. Une région qui mérite vraiment le détour !

moulin et village de oia à la lueur du soleil

Itinéraire en Grèce de 2 semaines – Road trip de 15 jours entre ruines, plages, montagnes et petits villages

La Grèce ! C’est un pays que nous voulions visiter depuis bien longtemps, d’abord pour sa riche histoire, mais aussi pour ses paysages. Nous avons décidé que 2021 serait l’année où nous visiterions la Grèce, plus question de remettre ça à plus tard ! C’est ainsi que le pays de la mythologie est devenue notre destination pour nos vacances d’été (départ début septembre). Nous sommes partis 15 jours au total. Découvrez donc dans cet article de blog l’itinéraire de notre road trip de 2 semaines en Grèce 🇬🇷, principalement en Grèce continentale, mais avec un petit crochet par Santorin.

Avant l’itinéraire… Petite présentation de la Grèce

Avant de vous exposer notre itinéraire de 2 semaines en Grèce, voici quelques petites choses à savoir sur le pays avant d’y aller :

  • La monnaie est l’euro.
  • On parle grec et on utilise l’alphabet grec. Heureusement c’est très souvent traduit en alphabet latin et la plupart des gens se débrouillent un minimum en anglais.
  • Il y a une heure de plus par rapport à la France.
  • Le voyage en avion depuis la France se fait en 3h / 3h30.
  • Il y a des autoroutes payantes (qu’on paye par portions, il n’y a pas de tickets. On s’arrête donc plusieurs fois à des péages pour payer de petites sommes pendant un trajet).
  • Le papier toilette se jette à la poubelle et non pas dans les WC.
  • Il y a des chats partout ! 😻 Rares sont les restos sans chats et on tombe souvent sur des tas de croquettes dans les rues, laissées à leur attention ^^

Road trip de 2 semaines / 15 jours en Grèce : notre itinéraire

Jour 1 : arrivée à Athènes, puis direction Corinthe

Nous arrivons le soir à Athènes (depuis Bordeaux). Nous avons loué une voiture avec la compagnie Avance pour partir tout de suite vers la première étape de l’itinéraire de notre road trip de 2 semaines en Grèce : Corinthe.

Aéroport d’Athènes > Corinthe = 1h10 de route

Jour 2 : Corinthe

Découverte du canal de Corinthe. D’abord depuis le pont de l’isthme, un petit pont submersible, d’où l’on a une vision sur tout le canal. Puis depuis le grand pont (d’où les plus courageux pourront sauter à l’élastique… On a passé notre tour !).

Visite de l’acrocorinthe, une ancienne forteresse. Entrée gratuite mais attention ça ferme assez tôt (milieu d’après-midi). Très bel endroit avec une superbe vue !

Petite balade dans la ville de Corinthe. Vous pouvez zapper cette partie, ce n’est clairement pas une ville qui vaut le détour. 😅

Jour 3 : Golfe de Corinthe, Naupacte, Galaxidi et Delphes

Nous continuons notre road trip en Grèce avec une journée sur la route. Au programme : des arrêts sur les bords du Golfe de Corinthe. Nous longeons le golfe en voiture et quittons le Péloponnèse en passant par le pont à hauban Rion-Antirion, très impressionnant (payant : 13,5 € en voiture).

On continue la route, qui longe la côte, offrant de superbes points de vue… Petit stop à une plage où on trempe nos pieds pour goûter l’eau du golfe de Corinthe quand même. Elle est super bonne !

Arrêt sur la côte nord du golfe, à Naupacte, une petite ville avec une forteresse et un petit port fortifié. Très très mignon, à ne pas manquer ! Ici la vie semble douce avec des restaurants et bars en bord de mer ou près du port. L’eau est superbe, un arrêt baignade est totalement envisageable 🙂

Un peu plus loin, arrêt à Galaxidi, un village plein de charme. Station balnéaire appréciée des grecs. En septembre, en semaine, il n’y avait personne, c’était très tranquille.

Nous passons par Itea et en profitons pour faire quelques courses dans un supermarché, avant de rouler vers la montagne. Nous arrivons en début de soirée à Delphes et profitons du coucher de soleil depuis notre chambre à l’hôtel Fedriades.

Diner le soir à Epikouros, où on a 10% d’offert avec notre hôtel. Plutôt bon, très copieux et on nous offre le dessert 😄

Corinthe > Delphes, en suivant le golfe de Corinthe = 3h

Jour 4 : Visite des ruines de Delphes

Visite de la cité antique de Delphes et de son musée, situé à côté : 12 € pour les deux visites (billet combiné). Ce site était consacré au culte d’Apollon.

Comptez entre 1h et 2h pour faire le tour des ruines (2h en prenant son temps) / Environ 1h pour le musée.

Juste à côté de la cité de Delphes, ne pas manquer le temple d’Athéna (10 min de marche en descendant par la route), gratuit. On passe aussi devant la fontaine qui coule depuis l’Antiquité.

Le soir, diner à la Taverna Gargadouas, une petite taverne typique aux prix très corrects.

Jour 5 : Route jusqu’à Kalambaka

Lors de ce road trip de 2 semaines en Grèce, nous ne voulions pas manquer les Météores. Nous faisons le voyage en voiture jusqu’à Kalambaka, plus au nord. Arrivée à notre airbnb, « the House under the Rocks », au pied des Météores. Superbe emplacement et logement agréable.

Le soir, cocktails et burgers (dont un végétarien pas mal du tout) à The Diner. Lieu très sympa et pas cher !

Delphes > Kalambaka, sans prendre l’autoroute = 3h20

Jour 6 : Visite des Météores

Visite en voiture des Météores, ces grandes formations rocheuses. Des randonnées ou petites marches sont possibles. On peut également visiter les monastères situés en haut de certains des Météores pour quelques euros. Attention, peu de place pour se garer, éviter la voiture en haute saison (ou venir tôt, se garer quelque part et marcher).

Le soir, coucher de soleil sur les Météores au point de vue près du sanctuaire Rossanou.

Jour 7 : Retour aux Météores et route jusqu’à la péninsule de Pélion

Nous retournons aux Météores pour voir le paysage sous le soleil. La veille c’était très couvert et aujourd’hui grand ciel bleu ! La température est également bien remontée.

Nous poursuivons notre itinéraire de 2 semaines en Grèce en prenant la route jusqu’à la péninsule du Pélion. Difficile d’accès, la route serpente dans la montagne et n’est pas toujours en très bon état !

Arrivée dans notre hôtel à Agios Dimitrios (je ne sais même pas si on peut appeler ça un village tellement c’est petit 😆). Nous recommandons chaudement cet hébergement : Archontiko Elda. Joli lieu, personnel très sympa et énorme petit dej’ avec plein de gâteaux faits maison. On a goûté ici le gâteau à l’orange, une spécialité… Un délice dont mes papilles se souviennent encore !

En fin d’après-midi nous nous rendons à Damouchari, un village où a été tourné le film Mama Mia (avec Meryl Streep). C’est tout petit et plein de charme ! Nous mangeons dans l’un des restaurants du village, au bord de la mer Égée.

Kalambaka > Agios Dimitrios, Pelion = 3h30

Jour 8 : Les plages de la péninsule de Pélion

Nous allons à la plage de Fakistra. On y va en voiture, puis on accède à la plage après 10/15 min de marche. Le sentier est un peu abrupte. Le lieu est magnifique, l’eau d’une beauté folle ! Le coin est connu mais sauvage et tranquille.

Puis nous allons voir une autre plage : Mylopotamos. Un peu moins sauvage, il y a un vrai parking pour se garer et des petits restaurants / bars autour.

Nous dégustons ensuite les délicieux cocktails du petit Café del Mare et mangeons au restaurant Aggelika Fish Taverna qui proposent de tout mais surtout beaucoup de poisson. Une belle vue, du poisson frais et un personnel adorable !

Jour 9 : Route de retour jusqu’à Athènes, vol pour Santorin

C’est bientôt la fin du road trip de 2 semaines en Grèce ! Journée voiture pour rejoindre Athènes et nous envoler pour l’île grecque de Santorin, dans les Cyclades.

Nous récupérons une nouvelle voiture de location sur Santorin, toujours avec la compagnie Avance. Nous nous rendons au village de Finikia, à côté de Oia. On se gare sur l’un des parkings à l’entrée du village et gagnons notre hébergement à pied : Georgis Appartment. Très bel endroit, avec un bon rapport qualité/prix pour Santorin (qui est très chère comparé au reste de la Grèce). De plus, nous avons apprécié la tranquillité du village, entièrement piéton avec ses petites ruelles. Ça nous correspondait totalement 😊

Le soir, repas à l’un des restos du village : Lefkes. Très bon, produits grecs travaillés avec originalité.

Agios Dimitrios > aéroport d’Athènes = 4h30
Vol Athènes > Santorin = 45 minutes, avec Ryanair.

Jour 10 : Visite de Santorin, Fira, Oia

Nous allons en voiture jusqu’à Fira, qui n’est pas très loin. Nous nous garons sur un parking un peu à l’extérieur pour être tranquille. Balade dans Fira. Il y a beaucoup de monde ! Nombreuses boutiques, restaurants, bars… Jolies vues sur la caldeira.

Nous faisons quelques courses dans la supérette de Finikia.
Le soir nous marchons jusqu’à Oia (15-20 min de notre logement) pour assister au coucher de soleil. Encore une fois, c’est très fréquenté. Vous pouvez venir très tôt si vous voulez choisir « votre place » ou comme nous, arriver juste avant et déambuler dans le village en profitant des jolies couleurs à différents spots. A force d’explorer, nous avons trouvé un endroit un peu moins peuplé, où nous avons pu nous assoir pour admirer le coucher de soleil et la ville qui s’illumine (la plupart des gens partent quand le soleil est couché, c’est dommage pour eux, mais tant mieux pour ceux qui restent, on était plus tranquille !).

Le soir, diner à Oia, dans une pizzeria. Correct, rien d’extraordinaire. Tout est vite pris d’assaut.

Jour 11 : Visite de Santorin, ruines Thira, Kamari, Pyrgos

Ce jour-là, nous visitons des lieux beaucoup moins fréquentés (et on ne va pas s’en plaindre, au contraire 🙃). D’abord les ruines de l’ancienne Thira (6€). Il y a quelques explications, c’est intéressant et les ruines étant en hauteur, on a une super vue ! Par contre il y avait beaucoup de vent, attention aux couvre-chefs ! 😅

D’en haut on voit la plage de Kamari avec son sable noir ; nous nous y rendons ensuite. C’est une station balnéaire très urbanisée (resto, bars et transats se trouvent tout le long de la plage). L’endroit est quand même sympa. On mange un délicieux gyros à Elias Grill.

Puis, petite balade dans le village blanc de Pyrgos. C’est très photogénique et il n’y a presque pas de touristes ! Une bonne alternative à Oia et Fira si vous aimez ces petits villages typiques mais que vous en avez marre de la foule.

Le soir, restaurant Meze Meze à Finikia. Encore une fois super bon, avec des cocktails inventifs et délicieux et un service au top !

Jour 12 : Visite de Santorin, Emporio, Red Beach, retour à Athènes

Petit tour au joli village de Emporio, où on croise peu de touristes. Ensuite, nous allons à Red Beach. Ici par contre, il y a énormément de monde, on ne s’attarde pas.

Nous reprenons l’avion en fin d’après-midi pour Athènes. La capitale est notre dernière destination lors de ce road trip de 2 semaines en Grèce. Nous nous rendons à notre logement dans le quartier de Thiseio, dans le centre historique. Avec notre airbnb nous avons un accès privé au toit de l’immeuble afin de profiter d’une superbe vue sur l’Acropole. Illuminée de nuit, c’est magique !

Jour 13 : Visite d’Athènes, musée de l’Acropole

Visite du superbe musée de l’Acropole : 10€. De nombreux objets, statues… Incontournable et très intéressant. Ce musée archéologique est vraiment bien conçu et donne vue sur les ruines de l’Acropole. De plus, il y a depuis peu un accès aux ruines sur lesquelles le musée a été construit (attention à ne pas le louper, c’est à part).

Le midi nous mangeons au restaurant du musée (ça fait une pause) : nous sommes surpris d’aussi bien manger dans un musée ! Gros coup de cœur sur le plat de loukouma de feta accompagné de sorbet poivron. C’est très bon et la terrasse donne sur l’Acropole. N’hésitez pas à y aller si vous avez un creux.

Nous nous promenons ensuite autour de l’acropole afin d’admirer quelques vestiges de la Grèce Antique. Nous allons voir le temple de Zeus (il ne reste plus grand chose mais il était immense !) et la porte d’Hadrien, situé à côté.

Le soir, nous admirons le coucher de soleil sur l’Acropole depuis notre toit.

Jour 14 : Visite d’Athènes, quartier Monastiraki et alentour, visite de l’Acropole

Nous passons la journée à nous balader dans le centre historique d’Athènes : bibliothèque d’Hadrien, place Monaskiri, marché aux puces (achats de souvenirs), mosquée et l’Agora Romaine avec la tour des vents.

Le midi nous mangeons dans un restaurant thaï délicieux : Thai Zarb ! Le patron (thaïlandais) est également hyper sympa.

A 17h, nous allons à l’Acropole (entrée : 20€, prendre les billets sur internet pour éviter la queue à l’entrée). Nous visitons les nombreux temples avec la lumière du soleil qui décline, c’est très beau ! Les horaires de l’Acropole change selon les saisons ; en septembre, on nous a sommé de partir à 19h.

On profite de notre dernière soirée dans l’un des nombreux bars/restos près de notre logement, avec vue sur l’Acropole.

Pour plus d’informations sur Athènes, découvrez notre article dédié à la visite de la capitale !

Itinéraire de 2 semaines en Grèce, jour 15 : retour en France 😭

Il est l’heure de rentrer en France et nous terminons cet itinéraire de 2 belles semaines en Grèce avec un dernier regard vers la magnifique Acropole… Nous prenons un taxi pour l’aéroport, depuis le centre-ville, c’est un forfait de 40€. A l’aller nous avions pris le métro (9€ par personne en venant de l’aéroport), et ça avait été très long. Il n’y a qu’un métro par demi-heure, quand il n’y a pas de retard (45 minutes d’attente pour nous, puis environ 1h de trajet). Nous avons opté pour la tranquillité au retour 😄

Road trip de 2 semaines / 15 jours en Grèce : bilan

Voici pour l’itinéraire de notre road trip de 2 semaines en Grèce ! J’espère que nous vous aurons fait voyager un peu et qui sait peut-être cet itinéraire vous sera utile pour un prochain voyage / road trip.

Nous avons beaucoup aimé ces vacances dans ce si beau pays ! Les paysages, l’histoire et la cuisine grecque nous ont vraiment ravis. Et il reste encore plein d’autres endroits tout aussi merveilleux à découvrir là-bas ! C’est un beau pays pour simplement profiter de la vie 🌞

Et vous, ça vous tente ?!

Duncansby Stacks, falaises

North Coast 500 – Partie 2 : la côte est depuis le nord, de Tongue à Inverness

La North Coast 500, c’est une route côtière au nord de l’Écosse qui traverse des paysages splendides… Après avoir parcouru la côte ouest en remontant au nord, nous continuons notre road trip sur la North Coast 500, sur la côte est à présent !

Jour 3 : côte nord et est de la North Coat 500, de Tongue à Wick

Après un bon petit déjeuner avec Al (qui nous loge en airbnb) où il nous en apprend un peu plus sur le sacré saint breuvage écossais – le whisky – nous reprenons la route, en longeant la côte nord.

Dunnet Head et John O’Groats, à l’extrême du Royaume-Uni

Nous arrivons à Dunnet Head, le point le plus au nord de l’île principale du Royaume-Uni. Il y a un vent de MALADE et la pluie rapplique rapidement, alors le moment n’est pas des plus agréable. On s’enfuit dans la voiture, on reste un peu là, à regarder la pluie tomber pendant qu’on est à l’abri. On se croit vraiment au bout du monde.

falaises près de la cote

Puis on reprend la route, et après avoir klaxonné après quelques moutons (une de nos activités favorites), nous faisons un petit arrêt au Castle of Mey, le château de feu la reine mère. Il est très mignon ! Nous voulions le visiter pendant qu’il pleuvait, sauf qu’une fois là-bas le ciel est dégagé, il y a du soleil. On décide alors de partir pour John O’Groats, un village connu pour être le point à l’extrême nord-ouest de l’île de Grande-Bretagne. On ne s’attarde pas, on va au « visitor center » demander quelques infos sur les Duncansby Stacks. Nous repartons avec une carte du lieu, qui est tout proche.

point john o'groats avec la mer

Nous nous garons ensuite près du phare et entamons une petite marche dans l’herbe mouillée. La vue est splendide avec ces rochers qui se détachent des falaises. Mais attention à ne pas trop lever les yeux vers ce joli paysage, nous sommes sur un terrain miné ! Les crottes de moutons sont partout et on doit slalomer entre pour atteindre les « Stacks ». La balade n’est pas difficile et on s’arrête quand on le souhaite. Chacun choisira s’il veut s’approcher plus ou non des « Stacks ».

C’était vraiment très beau. Très peu de monde qui marche par ici, donc on était tout seul pour profiter de la vue. En plus il ne pleuvait pas ! Miracle ! Toujours beaucoup de vent par contre.

Castle Sinclair Girnigoe, château mystérieux

Nous prenons ensuite le chemin vers Wick. Là-bas, nous nous rendons au château Sinclair et Girnigoe. Il faut se garer à proximité et s’y rendre à pied (gratuit, mais on peut laisser un don pour aider à la rénovation du lieu). Ces ruines en bord de falaises sont magnifiques, et encore une fois nous sommes tous seuls ! On se promène tranquillement au milieu des vestiges. Il y a des panneaux qui expliquent comment était organisé le château, les différentes pièces, etc. Cependant le vent souffle très fort et nous commençons à geler sur place… Nous quittons les lieux et partons alors à la recherche de notre airbnb, dans le centre de Wick.

Pour le dîner, nous décidons d’aller au Bistrot N°1, le restaurant de l’hôtel McKays, qui est connu pour se trouver dans la « plus petite rue du monde ». En arrivant, on prend nos manteaux, on a l’impression d’être dans un endroit un peu trop guindé pour nous. Mais en lisant le menu, on s’aperçoit que les prix sont abordables alors on se laisse tenter. Et vraiment, on ne peut que vous conseiller cet endroit ! Nous avons très bien mangé ! Entrée délicieuse et en plat, nous choisissons le fameux fish’n’chips, fait maison avec du bon poisson, rien à voir avec du fast-food. Service au top et à la fin on nous offre même une liqueur de whisky (c’est très sucré, miam !).

Jour 4 : côte est, de Wick à Inverness (dernier jour sur la North Coast 500)

Visite d’une distillerie de whisky : Old Pulteney

Fin de matinée, nous allons à la distillerie du whisky Old Pulteney, située à Wick (nous avons réservé la visite par e-mail). Jusqu’à récemment c’était la distillerie la plus au nord du pays. Cependant, depuis quelques années le commerce de gin s’est intensifié en Écosse (plus facile à produire que le whisky) et on trouve maintenant des distilleries de gin encore plus au nord (on en a d’ailleurs croisé sur notre route).

Ce jour-là, nous sommes un petit groupe de 6 personnes. Nous sommes les seuls non anglophones, et bien que nous comprenions l’anglais, nous n’avons pas tout saisi sur les aspects techniques. Nous avons saisis le principal et c’était très intéressant de visiter cette distillerie à taille humaine (ils sont une dizaine à y travailler). Nous avons vu les différentes étapes et c’était assez marrant de se promener dans les diverses salles où l’évolution du whisky pouvait se sentir (littéralement).
À la fin, petite dégustation, nous testons deux whiskys aux goûts très distincts.

dizaines de tonneaux de whisky
Les tonneaux où vieillissent les whiskys pendant plusieurs années

Les Whaligoe Steps

Nous quittons Wick pour nous arrêter quelques kilomètres plus loin, aux Whaligoe Steps. C’est un long escalier qui amène jusqu’au creux des falaises, près de la mer. Il faut guetter depuis la route « Cairn of get » pour prendre le chemin en face. Il y a un minuscule parking, mais comme il n’y avait plus de place, nous nous sommes garés un peu plus bas, à côté du restaurant.

Nous commençons à avoir faim, alors nous faisons d’abord un arrêt au Whaligoe Steps Café, un petit endroit cosy décoré de peintures et photos, avec vue sur la mer. La carte est originale, il y en a pour toutes les envies. J’ai pris la soupe du jour, avec de l’halloumi (fromage) frit, je n’avais jamais goûté, c’était super bon. Manu s’est régalé d’un curry au poulet. Encore une belle découverte culinaire !

Nous avons ensuite descendu les 365 marches des Whaligoe Steps. Sur la digestion ce n’était pas la meilleure idée qu’on ait eue, mais finalement c’était plutôt rapide ! Ces marches ont été construites pour accéder jusque dans cette espèce de port naturel, où l’on trouvait au 19e siècle des bateaux de pêche et des gens qui salaient et préparaient le poisson. En bas, il reste quelques objets et les falaises qui nous entourent sont assez atypiques. Encore une fois, nous sommes seuls pour profiter du lieu !

Après avoir remonté les marches, nous retournons dans notre auto et continuons de sillonner cette route aux paysages verdoyants.

vue sur les côtes vertes

Dunrobin Castle

Un petit arrêt au château Dunrobin. Malheureusement nous arrivons trop tard pour visiter l’intérieur. Mais l’extérieur est ravissant et nous pouvons tout de même nous promener dans les jolis jardins du château (gratuit).

Notre journée se termine par notre arrivée à notre airbnb, près d’Inverness, « capitale des highlands ». Nous visiterons la ville ainsi que les alentours du loch Ness les jours suivants.

La North Coast 500 : une route de toute beauté !

On parle de la North Coast 500 comme un ensemble, mais celle-ci est très diversifiée. Après avoir roulé la majorité du temps sur des petites routes à une voie dans l’ouest, croisant simplement quelques maisons au milieu des lochs, des collines et petites montagnes, rencontrant un grand nombre de moutons au milieu d’une nature nous offrant une palette de vert, rouge, orange et violet… Le contraste était saisissant avec la côte est, dans des tons plus verdoyants, avec beaucoup plus d’habitations, même des usines, et de grandes routes. Le nord est très beau, toujours sauvage, mais on sent déjà une sorte de démarcation des couleurs en arrivant près de la côte est.

Nous avons adoré découvrir ces paysages assez peu connus et pourtant si beaux et mystiques ! C’est l’Écosse comme on se l’imagine !

La North Coast 500 en Écosse – Partie 1 : la côte ouest jusqu’au nord, de Lochcarron à Tongue

La North Coast 500, c’est une route de 500 miles (800 km) qui longe les côtes de la partie nord de l’Écosse. Bien qu’elle existe depuis longtemps, ce nom lui a été attribué en 2015, dans le but de promouvoir le lieu. Elle fut ensuite sélectionnée par Travel Now Magazine comme l’une des plus belles routes côtières du monde. Rien que ça ! Depuis, de plus en plus de personnes se lancent à l’assaut de cette partie reculée du Royaume-Uni. C’est un peu la Route 66 à la mode écossaise.

Notre désir de partir découvrir l’Écosse en road trip est né d’un weekend à Édimbourg deux ans auparavant. Nous étions frustrés de ne pas avoir le temps d’explorer les alentours de la ville ! Mais aussi grâce à la lecture d’un reportage du magazine Géo sur la North Coast 500. Les photos montraient des paysages magnifiques et les textes promettaient un endroit tranquille (la région la moins habitée d’Europe, c’est ici !). Exactement ce qu’on voulait.

Comme il y a beaucoup de choses à dire sur la North Coast 500, cet article est consacré à la côte ouest. Vous pouvez consulter la suite de cet article sur la partie est par ici.

Combien de temps prévoir pour faire la NC500 ?

Difficile de se faire un avis avant d’y être. Sur les articles que j’ai lu, on conseillait entre 3 et 5 jours, en insistant sur le fait que la côte ouest méritait le plus de temps.
Notre programme était un peu chargé, car nous voulions quand même voir d’autres endroits de l’Écosse (et il y en a tellement qui donnait envie !!). Nous avons coupé la poire en deux et avons sillonné cette route pendant 4 jours.
En dessous de 4 jours, j’aurais tendance à dire que c’est trop rapide et vous ne profiterez pas assez. Mais si vous avez le temps, n’hésitez pas à rester plus. Certains coins sont vraiment sauvages et les amateurs de randos s’en donneront à cœur joie.
Le problème c’est qu’on ne sait jamais la météo à l’avance et en Écosse celle-ci est très capricieuse ! Il pleut très souvent, particulièrement sur la côte ouest (on en a fait les frais), ce n’est pas une légende.

Dans quel sens effectuer son road trip sur la North Coast 500 ?

La plupart des gens commencent le road trip depuis Inverness, à l’est, capitale des Highlands et proche du fameux Loch Ness. Pour notre part, nous avons décidé de le faire dans l’autre sens et de finir par Inverness. Pourquoi ? Parce qu’en Écosse on roule à gauche et en prenant la route dans le sens des aiguilles d’une montre, et bien on se trouvait du côté de l’océan, afin d’avoir un maximum de jolies vues 🙂 Mais ceci est totalement subjectif évidemment !

Jour 1 : côte ouest de la North Coast 500, de Lochcarron à Ullapool

Après avoir quitté l’île de Skye, nous nous arrêtons chez Anne, qui tient un bed and breakfast hyper douillet, avec vue sur le Loch Carron. On a adoré ce logement, Anne était adorable et nous a préparé un petit déjeuner écossais de champion !

Nous partons ensuite en direction d’Applecross, après un arrêt à la station essence du village où nous faisons aussi le plein de chips pour nos pique-niques et encas (petit point « gros cochons » : les chips en Écosse, une tuerie !!).

La péninsule d’Applecross, au milieu des nuages, des cerfs et des moutons

Nous nous retrouvons rapidement sur Bealach na Ba, une route sinueuse à une seule voie qui traverse les montagnes de la péninsule d’Applecross. Elle est considérée comme l’une des routes les plus hautes d’Écosse. C’était très joli, mais on n’a pas vraiment profité de la vue, les nuages étaient trop bas ! Ça donnait cependant un petit côté mystique qu’on aime bien. C’était juste un peu flippant quand on s’est retrouvé DANS les nuages ! On n’y voyait pas grand-chose alors que des voitures pouvaient arriver en face. Heureusement la majorité des personnes qui prennent ces routes sont bien élevées et font attention.

Arrivés au petit village d’Applecross, nous rencontrons trois cerfs qui se reposent tranquillement. Il y a 2-3 autres touristes qui sont tout aussi heureux que nous de voir ces habitants pas comme les autres. C’est un magnifique moment, on n’aurait jamais pensé pouvoir approcher des cerfs d’aussi près (même si on faisait bien sûr attention de ne pas les embêter). Ils sont très impressionnants !

Après cette agréable surprise, nous reprenons la route au milieu de ces paysages, simples mais si beaux. Quelques maisons mais surtout la nature, les couleurs violettes des fleurs, l’herbe si verte, mais aussi cet orangé qui annonce l’arrivée de l’automne. Et bien sûr des lochs (lacs), des cascades et des moutons !

Des lacs écossais à gogo : Loch Torridon et Loch Maree

Nous passons ensuite près du loch Torridon et dans la réserve naturelle protégée de Beinn Eighe (où, si l’on est chanceux, on peut croiser des cerfs), malheureusement cette journée est placée sous le signe de la pluie. Nous nous arrêtons donc à certains endroits mais n’entamons pas de vraies randonnées.

Ensuite nous nous rendons au loch Maree (le préféré de la reine Victoria), il pleut toujours, mais nous avons envie de nous dégourdir un brin les jambes, et nous promenons un peu dans la forêt qui borde le loch. L’humidité est très élevée, la mousse est omniprésente et les champignons prospèrent ! C’était la première fois que je voyais ces fameux champignons rouges à pois blancs, qui me font penser aux maisons des Schtroumpfs. Tout ceci avait un petit côté magique.

Soirée et nuit à Ullapool

Nous arrivons en fin d’après-midi à Ullapool, une commune d’environ 1 500 habitants, la plus grande zone d’habitation sur des kilomètres ^^

Notre airbnb se situe proche du centre et le soir nous décidons d’aller manger au « Seaforth », un pub restaurant comme on les aime. L’endroit est très populaire, malgré que nous y soyons en semaine et que la ville soit petite, il y a du monde et nous patientons un peu au bar avec une bonne pinte avant qu’une table se libère.

Je choisis les moules, ici elles ne sont pas servies avec des frites, mais du pain complet. Manu se lâche et tente le burger « haggis ». Comme un burger classique sauf qu’en plus il y a de la farce de haggis, le plat écossais par excellence (une panse de brebis farcie avec des abats de moutons, des oignons, de l’avoine et des épices). On n’aurait jamais osé commander un vrai haggis, alors c’était l’occasion de tester sans trop se mouiller. Heureusement que je n’ai pas pris ça, car pour moi le goût était beaucoup trop fort ! Manu a apprécié, mais à petites doses 😅 On termine le repas avec un verre de whisky 😉

Jour 2 : côte ouest et nord, de Ullapool à Tongue

On profite d’être à Ullapool pour faire quelques courses dans un petit supermarché, puis nous repartons sur la North Coast 500, à sillonner la côte ouest direction le nord.

Les paysages autour de Ullapool

Nous faisons quelques arrêts photos sur la route. On découvre la montagne, Stac Pollaidh, qui nous donne l’impression d’être dans le Seigneur des Anneaux.

Je profite du nom de cette montagne pour un petit aparté. L’Écosse fait partie du Royaume-Uni, mais elle a son caractère propre. Elle a été indépendante pendant des siècles et on trouve toujours des traces de cette vie prébritannique dans le vocabulaire des Écossais. Ce qui m’a étonnée (et que j’ai trouvé génial) c’est que la plupart des textes et des panneaux sont écrits en anglais et en gaélique. J’adore le fait qu’ils n’oublient pas leurs racines, c’est une des raisons qui rend ce pays si attachant.

Bref, revenons à nos moutons. Comme la veille, la journée est pluvieuse. Mais les paysages défilent et continuent de nous émerveiller.

Le château hanté de Ardvreck Castle

Nous arrivons à Ardvreck Castle, un château en ruines du 16e siècle, réputé comme hanté. Le lieu est super photogénique, au milieu du loch Assynt, avec les montagnes autour… Nous en faisons rapidement le tour, sous la pluie, puis nous mettons vite au chaud dans la voiture. En face du château, nous pouvons voir Calda House, hantée également, il semblerait ! Le temps n’est pas optimal pour traîner dehors, mais l’ambiance est très fantomatique… Cette brume s’accorde à merveille avec les légendes des ruines qui nous entourent.

Les petites routes de Lochinver

Comme il pleut et que c’est un peu râpé pour randonner, on décide de prendre la route en direction de Locchinver. Autant en profiter pour explorer les petites routes et voir de beaux paysages bien à l’abri. Et nous n’avons pas de regrets face à ce choix car cette petite route nous a offert de superbes lieux très sauvages ! On passe par de petits chemins qui traversent des hameaux. Certains ont toujours une vieille cabine téléphonique rouge (le contraste avec le paysage verdoyant est amusant) et on croise énormément de moutons mais aussi des vaches highland (avec de longs poils !)

Nous faisons un arrêt à la plage de Clachtoll. La pluie s’est calmée et on en profite pour se dégourdir les jambes. Il y a une petite cabane avec plein d’infos sur les environs, la faune et la flore, l’histoire, la géologie… J’ai trouvé ça très mignon, un vrai travail de recherche à petite échelle ! Devant, on y découvre le squelette d’une mâchoire de baleine. C’est un endroit où il est possible de les observer.

On continue sur cette mini route de campagne avant de rejoindre la route principale (mais on est encore loin d’une autoroute !). On continue sur la North Coast 500, vers le nord, au milieu de ces paysages sauvages qui nous fascinent tant.

Durness et ses superbes plages (froides !)

Nous arrivons au nord de l’Écosse, à Durness. Ici aussi il y a de jolies plages à l’eau transparente, mais il fait un peu froid pour en profiter ! La gourmande que je suis a repéré la chocolaterie Cocoa Mountain. Nous décidons de nous y arrêter pour déguster un délicieux chocolat chaud dans une ambiance cosy.

Après ce petit remontant qui réchauffe le corps et le cœur, nous faisons un autre arrêt : au Smoo Caves. C’est une grande grotte d’eau marine et d’eau douce. En arrivant, la vue est déjà très jolie. On descend un grand escalier (on croise des Américains qui nous mettent en garde « attention, vous allez être mouillés ! »), puis arrivés en bas nous découvrons la grotte qui est immense ! C’est assez impressionnant, surtout que depuis la route au-dessus, on ne s’en rend pas du tout compte.

On avance dedans, on passe au-dessus d’une rivière grâce à un petit pont. Au loin, on entend le bruit d’une cascade. On ne peut pas vraiment s’approcher, car la puissance est trop forte, c’est trempé ! Nous l’apercevons un peu, mais impossible de faire des photos. C’était vraiment impressionnant de voir et entendre un tel débit dans une grotte !

En repartant, le soleil se couche, il ne pleut plus et le ciel se pare de somptueuses couleurs. Nous nous attardons sur la route, à profiter de chaque instant, chaque paysage. L’océan, les lochs immenses (je me suis crue dans Harry Potter et les Reliques de la Mort, la scène avec le dragon où ils finissent dans un lac !) et les mini routes désertes où Manu s’en est donné à cœur joie… !

Nuit près de Tongue, sur la côte nord ouest de la North Coast 500

On arrive ensuite au airbnb qui nous accueille pour la nuit, une vieille fermette près du village de Tongue, tenue par un jeune couple. Nous rencontrons Al, anglais, sa femme Aurore est française, mais absente ce soir-là à cause d’une urgence. La maison est à l’ancienne, chauffée au poêle. Il fait super bon dans toutes les pièces, l’ambiance est chaleureuse, et nous passons une partie de la soirée à discuter avec Al, qui est très intéressant.

La côte ouest de la North Coast 500 : des paysages sauvages et merveilleux

Voici pour la partie ouest, la plus sauvage, et sûrement la plus belle. Même si on a eu pas mal de pluie à ce moment-là, nous avons adoré rouler sur ces petites routes et voir tous ces paysages au charme typiquement écossais ! Mais l’est a également beaucoup d’attraits, découvrez-les en lisant notre article qui lui est consacré !

50 nuances de vert sur l’île de Skye : 2 jours de visite

L’île de Skye. Rien que le nom laisse rêveur. J’en avais tellement entendu parler sur Instagram (en très bien), qu’il était obligatoire qu’on y aille durant notre voyage en Écosse. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’on en a pris plein les yeux. Suivez-nous pour une visite de 2 jours sur l’île de Skye.

Avant tout, sachez que nous y avons passé 2 nuits. Ce n’est clairement pas assez, l’île est très grande, et il y a TROP de beaux endroits. Nous avions donc prévu de nous consacrer à une seule partie, le nord-est. Cependant, je ne doute pas que le reste est également magnifique. On espère y retourner un jour pour découvrir ça ;).

Traversée de l’île de Skye pour rejoindre le nord

A peine arrivés sur l’île depuis le pont qui la relie à l’île principale du Royaume-Uni, on comprend qu’elle enchante ses visiteurs.

montagnes et rivière pour une visite de l'île de skye

La route est superbe, on est obligé de faire quelques arrêts photos car c’est trop beau. Notre logement se trouvant tout au nord de l’île, alors nous avons décidés de prendre la route à l’ouest pour le rejoindre (et au retour, prendre celle à l’est). Je dois dire qu’on a eu une brillante idée ! Déjà car c’était canon et en plus, en fin de journée, nous avons pu profiter des belles couleurs du coucher de soleil.
Évidemment on se retrouve rapidement sur des routes à une voie envahies par les moutons : c’est ce qui contribue au charme de l’Écosse !

Nous logeons dans un petit chalet (via airbnb) situé en pleine campagne, au milieu des fermes. C’est vraiment tranquille et très mignon. De là, nous avons pu visiter les points alentours, au nord de l’île.

Ambiance mystérieuse à Duntulm Castle

Nous commençons par un saut au Duntulm Castle, un château en ruine, au bord d’une falaise et entouré de moutons. Malheureusement il pleut pas mal alors on ne s’attarde pas trop. De toutes façons, on ne peut pas accéder aux ruines, trop dangereux. Malgré la pluie, l’endroit dégage un vrai charme.

Superbes paysages à Fairy Glen

Direction ensuite Fairy Glen, alias la vallée des fées, l’endroit est accessible depuis une petite route entre Uig et Brogaig. Rien d’indiqué (comme souvent en Écosse, c’est au petit bonheur la chance !), on se gare un peu au hasard, à l’un des endroits où plusieurs voitures sont arrêtées. On a du bol, car c’est pile le bon endroit.

On grimpe 5 minutes pour arriver à la vallée, et c’est tout de suite un gros coup de cœur ! Des petits ben (montagnes), des petits glen (vallée), un mini loch et des dispositions de pierres… Tout ça nous donne le sentiment d’être vraiment au pays des fées. Et puis cette couleur verte fluo omniprésente renforce ce côté enchanteur.

Le massif Quiraing, notre coup de cœur durant notre visite de 2 jours de l’île de Skye

Après avoir mangé nos sandwiches, nous continuons la petite route pour arriver à Quiraing, un ensemble d’anciennes formations volcaniques. Il y a beaucoup de voitures garées, mais la plupart des gens s’arrêtent juste pour prendre la (splendide) vue en photo. Encore une fois il y a plusieurs sentiers de randonnée, mais on ne sait pas trop lequel prendre, car peu d’indications… On tente celui qui nous semble le mieux, et pour une fois il semblerait qu’on ait de la chance et choisi le bon. (Oui car quand il y a un choix à faire, les 3/4 du temps on fait le mauvais XD).

Manu devant les reliefs du massif de Quiraing pour une visite de 2 jours de l'île de skye

C’est parti pour une magnifique randonnée de 3h. Ici, tout est beau et où on a envie de s’arrêter partout pour prendre une photo ou juste profiter du paysage. On se croirait dans le Seigneur des Anneaux. (En plus on a rematé la trilogie en version longue pour la énième fois quelques semaines avant de venir :D).

On marche sur un sentier à flanc de colline, on traverse une ou deux cascades via des roches glissantes (le petit moment de stress quand t’es pas sûr de toi). Certains passages sont plein de gros cailloux où on manque de se casser la figure. On rencontre aussi des moutons bien sûr, et la pluie et le vent se joignent à nous par moment.

Arrivés en hauteur, nous ne savons pas trop quoi faire : le temps est pluvieux, le sommet est dans les nuages, on ne voit pas vraiment le bout. On ne sait pas s’il y a moyen de faire une boucle (il semblerait que oui ?) ou s’il faut faire demi-tour. La journée touche bientôt à sa fin alors par prudence et après avoir parlé rapidement à d’autres randonneurs, nous faisons demi-tour. Dans ce genre d’endroit, pas de réseau donc difficile d’avoir des infos via internet.
En fait, faire demi-tour n’est pas très dérangeant car les paysages sont tellement merveilleux qu’on ne s’en lasse pas.

Nous prenons ensuite la direction de notre logement. Une fois n’est pas coutume, il y a plein d’endroits où on a envie de s’arrêter !

Le soir à notre chalet c’est repas indien et cidre écossais vieilli en fut de whisky. Ça rigole pas !

Visite de la côte ouest de l’île de Skye

Le lendemain matin, nous longeons la côte ouest, il y a pas mal de points de vue à voir, pas toujours bien indiqué, on en a sûrement loupé ! (En vrai, on en avait loupé un qu’on voulait voir alors on a du faire demi-tour… bouleeets)

On s’arrête à Kilt Rock, un point de vue spectaculaire, où une cascade se jette dans la mer, qui est incroyablement transparente… C’est vraiment superbe ! Mais pas hyper facile à prendre en photo haha. Vu de face, ça doit être encore plus impressionnant.

On y découvre aussi de fausses empreintes de dinosaures, car des fossiles ont été retrouvés par ici. Marrant, on n’en avait jamais entendu parler avant de venir. #passionjurassicpark

Un autre arrêt à Lealt Falls, avec une cascade et une jolie vue sur la côte, toute de verte vêtue. Le parking est rempli (en même temps c’est un mini parking… et les touristes affluent sur Skye).

vue sur la côte de l'île de Skye pour une visite de 2 jours

Le Old Man of Storr : incontournable d’une visite de l’île de Skye

Ensuite on nous allons vers le Old Man of Storr, alias l’endroit le plus instagramé de l’île de Skye (voir d’Écosse ?). En effet c’est qu’il est plutôt photogénique le monsieur. On l’a déjà vu au loin lors de notre arrivée sur Skye, mais cette fois on veut le rencontrer de plus près. Nous trouvons une place le long de la route comme tout le monde, c’est blindé !

Ensuite, on commence à marcher sur le chemin. C’est pas terrible, il y a pas mal de monde, ça grimpe sévère (j’ai mal aux mollets au bout de 5 minutes) et le paysage est désolant : des arbres coupés, de la terre, des cailloux. Bref, on se motive, au bout d’une trentaine de minutes, on voit les fameux rochers, et la balade devient un peu plus sympa, dans l’herbe et la gadoue qui se forme à cause du passage répété des gens. Le paysage est très beau et plus on monte, moins il y a de monde (y’a plus flemmards que nous).

On ne va pas aussi haut que les meilleurs randonneurs car on est fatigué (les randos des jours précédents ont raison de nous), le vent nous glace le sang et nos ventres commencent à crier famine.

La vue est cependant magnifique… Il y a même quelque moutons qui vagabondent ici et là (quand on vous dit qu’il y en a partout).

Portree, la plus grande ville de l’île

On redescend à notre voiture, direction Portree, LA ville de l’île, en quête d’un endroit où manger. Il y a pas mal de restos, pubs, mais aussi énormément d’autres personnes dans notre cas ! Malgré l’heure très tardive (15h/15h30), on galère un peu à trouver un endroit qui nous plaît et où il reste une table. On trouve finalement le Graal au Calodenian Café, en mangeant des burgers. Rien de fou mais on a trop faim pour faire la fine bouche ! Accompagné d’une pinte de bière brassée sur l’île (vraiment sympa de trouver des bières locales un peu partout). Je finis avec une glace maison Ferrero Rocher. J’ai d’ailleurs été surprise de trouver pas mal de glaces artisanales en Écosse, un pays où il pleut les 3/4 du temps. Mais quand on aime les glaces, le temps n’est qu’un détail ! 😉

Notre avis sur notre visite de 2 jours de l’île de Skye

Nous quittons ensuite la merveilleuse île de Skye, en espérant la retrouver un jour, car il nous reste d’autres endroits à voir, d’autres randonnées à faire. Je crois que comme la plupart des voyageurs, nous avons laissé un petit bout de nous sur cette île. Skye est définitivement un incontournable il y a beaucoup de touristes mais c’est tellement beau qu’on ne peut blâmer le monde. De plus, la plupart des gens s’arrêtent aux points de vue, alors pendant les randonnées on se retrouve vite tranquille et on peut profiter pleinement du charme écossais.

Une île magique, qui mérite amplement le détour. Pour ceux qui n’ont pas peur de la pluie tout de même…!

mouton devant un paysage de l'ile de skye

Couleurs dans les highlands, sur la route north coast 500

Road Trip en Écosse dans les Highlands : itinéraire de 10 jours

Il y a environ deux ans, nous avions passé un superbe weekend à Édimbourg, la capitale de l’Écosse. Et bien que nous ayons adoré la ville, nous étions un peu frustrés de ne pas avoir le temps d’en sortir et d’aller au-delà des collines alentour qui nous faisaient de l’œil. Nous nous étions promis de revenir au pays du kilt afin d’explorer les célèbres highlands en road trip.
Après l’achat d’un magazine Géo où ils parlaient (entre autres) de la North Coast 500, une route dans la partie nord de l’Écosse, avec des photos sublimes, lorsque nous avons décidé notre prochaine destination pour nos vacances, notre choix a été rapide : un road trip en Écosse, avec les highlands et le nord ! 🙂

J’ai passé pas mal de temps à organiser ce séjour, car nous voulions faire un road trip, donc bouger (presque) tous les jours (l’expérience nous a appris qu’il faut essayer de prendre parfois un logement pour 2 nuits d’affilés, histoire de ne pas être constamment dans le speed). Pas toujours facile quand on ne sait pas trop à quoi s’attendre et que l’on doit obligatoirement réserver sous peine de ne pas trouver de logements. Ainsi, je vous partage notre itinéraire en Écosse, peut-être pourra-t-il vous aider pour votre futur voyage 😉

L’Écosse est un pays au climat capricieux, mais avec des paysages grandioses ! C’est le paradis des randonneurs, et si vous aimez les animaux comme nous, vous serez heureux de croiser des moutons sur chaque route !

(Les restos et logements qui sont en lien sont les endroits qui nous ont plu ^^)

Road Trip en Écosse dans les highlands : notre itinéraire de 10 jours

JOUR 1 – Édimbourg

Arrivée à Édimbourg
On récupère la voiture de location à Sixt, l’agence se trouve à l’aéroport.

Lallybroch

Arrêts à plusieurs lieux de tournages de la série Outlander :
Midhope Castle (Lallybroch)
Blackness Castle (Fort William)
Doune Castle (Castle Leoch + la cour de Winterfell dans Game of Thrones)

Voir l’article sur les lieux de tournages de Outlander en Écosse

Nuit au Luib Hotel (petit déjeuner compris), lieu très sympa mais nous ne recommandons pas spécialement le diner.

JOUR 2 – Glencoe

1h de route jusqu’à la vallée de Glencoe, randonnée de 3h (aller-retour) jusqu’à la Lost Valley

Glencoe

1h30 de route jusqu’à Glenfinnan
Diner au Glenfinnan House Hotel
Nuit dans un ancien wagon de train au Glenfinnan Station Museum

Pour plus d’info, découvrez notre article sur Glen Coe

JOUR 3 – Glenfinnan

Viaduc de Glenfinnan avec le train jacobite

Voir le Jacobite Steam Train (ou Poudlard Express) sur le viaduc de Glenfinnan

Monument de Bonnie Prince Charlie devant le Loch Shiel

Aller jusqu’au Loch Eilt voir l’îlot de Dumbledore (si vous ne connaissez rien à Harry Potter vous devez vous demander de quoi je parle… Alors, courez regarder les films :p)

Route jusqu’à l’île de Skye en passant par le pont à Kyle of Lochalsh (le paysage sur le trajet est vraiment magnifique)

Arrêt juste avant au château de Eilean Donan

3h45 de route pour aller jusqu’au nord de l’île

Nuit dans un chalet à Conista (dans la campagne, petit-déj compris)

Lisez notre article sur les lieux de tournages de Harry Potter en Écosse !

JOUR 4 – Île de Skye

Manu devant la vue sur Quiraing

Sur l’île de Skye :

Duntulm castle

Fairy glen, rapidement accessible à pied, parking totalement à l’arrache par contre

Randonnée à Quiraing d’environ 3h

Nuit au chalet

JOUR 5 – Île de Skye

panorama du old man of storr

Arrêts au point de vue Kilt Rock et Lealt Falls

Randonnée au Old Mann of Storr (comptez 1h30 / 2h, plus si vous souhaitez continuer à grimper)

Déjeuner (tardif) à Portree

On quitte Skye, en route pour Lochcarron (1h30 de route depuis Portree)

Nuit dans un bed and breakfast hyper douillet avec vue sur le loch, avec un vrai petit déjeuner écossais, très copieux

Plus d’infos sur l’île de Skye par ici !

JOUR 6 – North Coast 500

Couleurs dans les highlands, sur la route north coast 500

Départ pour le nord sur la North Coast 500

Péninsule d’Applecross, passage au Loch Torridon, Loch Maree

Nuit dans un airbnb à Ullapool

Dîner au pub The Seaforth

JOUR 7 – North Coast 500

Ardvreck castle dans les highlands

On continue sur la North Coast 500

Loch Tassynt avec le Ardvreck Castle

Détour sur la petite route en direction de Lochinver, très sauvage

On passe par Durness, petit arrêt dans la chocolaterie Cocoa Mountain  pour un chocolat chaud divin, puis rapide visite aux Smoo Caves (gratuit)

Nuit près de Skerray, au nord, dans un super airbnb très chaleureux (petit-déj compris)

Découvrez notre article complet consacré à la partie ouest de la North Coast 500

JOUR 8 – Wick

Les Duncansby Stacks

On roule jusqu’à Dunnet Head, la pointe la plus au nord du Royaume-Uni (île principale)

Arrêt à Castle of Mey, résidence de feu la reine mère

Arrêt à John O’Groat, puis balade au Duncansby Stacks (entre 15 minutes et 1h selon si vous vous approchez ou pas)

Direction Wick, nous allons voir le château Sinclair Girnigoe

Dîner au Bistro N°1, délicieux restaurant d’un hôtel, situé dans la « plus petite rue du monde »

Nuit à Wick en airbnb (petit dej compris)

JOUR 9 – Wick

Chateau Dunrobin

Visite de la distillerie Old Pulteney à Wick (10£ par personne)

Arrêt au Whaligoe Steps, déjeuner au Whaligoe Steps Café, qui a une carte variée et originale (et délicieuse !!)

Balade dans le jardin du Dunrobin Castle (gratuit – mais visite du château payante, nous sommes arrivés trop tard malheureusement)

Nuit à Beauly dans une maison, du côté d’Inverness (depuis Wick, 2h30 de voiture)

Découvrez notre article complet consacré à la partie ouest de la North Coast 500

JOUR 10 – Loch Ness

Vue sur le Loch Ness avec des moutons

Tour en voiture du Loch Ness, avec des arrêts balades, points de vue

Visite du musée du Loch Ness

Nuit à Beauly

JOUR 11 – Inverness

Inverness

Balade dans Inverness

Déjeuner à Kitchen brasserie, conseillé par Lonely Planet, lieu sympa et menu très abordable pour le lunch, mais réservation fortement recommandée

Petit arrêt à Culloden Battlefield (parking payant à 2£)

Puis route jusqu’à Édimbourg (3h, mais nous avons eu droit à un accident sur la grande route, qui nous a ajouté 45 min), nuit à l’hôtel, proche de l’aéroport, car départ tôt le lendemain matin…

En savoir plus sur la visite du Loch Ness et d’Inverness

Le Road trip en Écosse dans les highlands, un voyage ressourçant qui en met plein les yeux

On ne peut que vous recommander un road trip en Écosse dans les highlands ! C’est un pays proche de chez nous (Europe), mais très dépaysant. Des paysages à couper le souffle, des endroits sans personne sauf des moutons, une culture hyper intéressante et une très bonne cuisine en plus (oui oui, on vous assure) !

Liens utiles pour un road trip en Écosse :

Pour l’organisation de ce voyage, j’ai trouvé de l’aide dans divers endroits, en particulier :

– le blog de Kikimagtravel, qui m’a beaucoup aidé pour la première partie du voyage
– le blog Carnets de Traverse, pour la North Coast 500, car peu de sites francophones en parlent et leur article est très très complet
– le site officiel Visit Scotland, où l’on trouve plein de renseignements, des randonnées à la visite des distilleries
– le site Passion Chateau pour les lieux de tournages de Outlander
– Lonely Planet Écosse
– et bien sûr le fameux magazine Géo avec son article sur la N500 🙂

Nevada : le désert de la Valley of Fire et la folie de Las Vegas

Dernière étape de notre road trip américain : le Nevada, où nous passons rapidement.

Valley of Fire et ses paysages désertiques

Nous quittons Zion, direction Las Vegas. Mais avant d’arriver à Sin City, nous faisons une dernière escapade nature au parc d’état Valley of Fire. L’entrée est de 10$ par jour et par véhicule. Lorsque nous arrivons il n’y a personne à l’entrée, nous laissons l’argent dans une boite avec notre numéro d’immatriculation.

panneau à entrée du parc valley of fire

Près de l’entrée se trouve un endroit célèbre du parc avec « Elephant Rock », un rocher qui ressemble à un… éléphant bien sûr. Nous y arrivons en seulement quelques minutes à pieds.

elephant rock

Nous faisons quelques arrêts sur la route et en arrivant vers le Visitor Center, nous constatons qu’il est fermé à cause d’une réunion de voitures anciennes sur le parking. Un ranger nous indique la route vers Fire Wave, le point de vue qui nous intéresse.

Après s’être garé sur le parking, nous marchons 20-30 minutes dans un désert, avec de drôles de stries au sol, avant d’y arriver.

traces sur le sol

L’endroit n’est pas impressionnant en terme de taille mais très beau, avec ces rayures naturelles.

Manu sur la fire wave

Mandy sur le rocher

reliefs du rocher

fire wave

Un jour, deux nuits à Las Vegas

Nous partons ensuite vers Vegas, le soleil se couche et nous y arrivons de nuit : un spectacle incroyable que ces lumières au milieu du désert.

Nous arrivons à notre superbe hôtel, le Luxor. Et oui on a voulu se faire plaisir ! Surtout qu’on avait un très bon souvenir de nos précédents séjours à Vegas, incluant de beaux hôtels du Strip (on était allé au Monte Carlo et à Excalibur). Qui sont plus abordables qu’on ne le croit (bon, ça a quand même augmenté depuis notre premier séjour, et ça vaut surtout le coup si vous y allez à 4 par chambre).
Nous vous conseillons complètement de prendre au moins une nuit dans un hôtel-casino situé sur le Strip (la rue principale de la ville, là où se trouve tous les casinos-hôtels), vous serez en plein dans l’ambiance de la ville et chaque hôtel a son thème, jusque dans les chambres, qui sont toujours très confortables.

Bref, arrivés au Luxor, petite déception quand même : on se trouve au premier étage. Alors pratique pour accéder à sa chambre rapidement mais du coup pas de vue sur le Strip. (pas trop grave car on y avait déjà eu droit il y a quelques années)

pyramide du luxor avec palmiers

La pyramide de l’hôtel Luxor : chaque carré noir est la fenêtre d’une chambre)

style égyptien dans l'hotel

Intérieur du Luxor… Oui ils font pas les choses à moitié à Vegas !

On nous avait conseillé de tester le buffet de l’un des hôtels, et comme nous sommes un peu fatigués, on ne va pas chercher loin : on va à celui du Luxor (qui est l’un des plus grands en plus).

Pour les prix, le buffet de Luxor à volonté est à 28$ (avec toute un tas de boissons comprises), en plus nous prenons l’option alcool à volonté à 12$. Et oui on ne résiste pas à l’appel des margaritas à volonté x) C’est sûr que ça fait un repas un peu cher, mais avec toutes les nouilles et sandwiches qu’on s’est enfilé, ça compense largement ! Surtout que le buffet est gigantesque. Le plus dur est de faire un choix car c’est impossible pour un estomac normalement constitué de goûter à tout ! Il y a de la nourriture asiatique, mexicaine, italienne, un bar à salade (avec pleiiin de trucs comme du houmous, du kale, du taboulet…), des crustacés, un coin grill, un coin ramen, des plats américains comme les ribs, la purée gravy, mais étonnamment pas de frites (oui on est choqué de ne pas voir de frites dans un buffet aux US !). Et bien sûr un côté desserts avec cheesecake, brownie, red velvet, carrot cake…Bref, il y en a pour tous les goûts.

buffet du Luxor

Une partie du buffet

à table

Après s’être bien (trop) rempli la panse, on rentre à notre chambre et on se couche.

Le lendemain on se balade sur le Strip, il y a beaucoup beaucoup de monde dans la rue. On va dans la boutique M&M’s qui est remplie à ras bord ! On s’échappe rapidement, on va à côté au Coca Cola Store, qui lui est beaucoup moins rempli. Alors, M&M’s aurait plus la côte que la boisson préférée de Manu ?!

magasins Coca cola et M&Ms

Sur la rue du Strip

On rentre dans certains hôtels, chacun a son thème, on voyage ainsi un peu partout dans le monde. Nous allons jusqu’au Venetian (si vous êtes déjà allé à Vegas, vous savez que ça fait une petite trotte depuis le Luxor ; encore plus quand tu as du faire demi-tour à mi-chemin pour retourner chercher un truc à l’hôtel… haha).

new york statue de la liberté

Hôtel New York New York

chateau Hôtel Excalibur

Hôtel Excalibur

Bellagio et ses fontaines

Magnifique spectacle de fontaines devant le célèbre Bellagio

tour eiffel et hotel parisien

L’hôtel Paris avec sa « petite » tour Eiffel

Caesar's Palace au coucher du soleil

Caesar’s Palace au coucher du soleil

Décoration luxueuse

A l’intérieur du Caesar’s Palace

rue de vegas

Coucher de soleil sur Vegas

Sur la route du retour vers notre hôtel, nous achetons une Tour Eiffel remplie de frozen margarita (oui on adore ce cocktail et ça nous fait un petit souvenir à ramener en France pour nos soirées avec nos amis 😀 ).

On se dépêche pour arriver au Luxor car nous avons prévu d’aller voir le spectacle du magicien Criss Angel, réservé à l’avance pour ne pas louper ça.
Avant le show il y a de vieilles images de Criss Angel lors de ses passages télé, etc. On connaît certaines de ces vidéos, ça nous rappelle des souvenirs, car il fut un temps où nous et nos amis aimions bien ce magicien rockeur ! D’ailleurs son nouveau spectacle s’appelle Mindfreak, comme la musique de lui qu’on écoutait à l’époque et qui est réutilisée dans le spectacle. Il y a aussi une vidéo de lui où il lévite au-dessus de la pyramide du Luxor de Las Vegas (oui oui).

Le show commence avec Criss Angel qui arrive comme par magie sur la scène, la musique est rock, métal, il y a des guitaristes, des danseurs, des acrobates, des effets spéciaux à gogo, l’ambiance est totalement folle ! Durant le spectacle, il découpe une femme en deux, fait plein de tours plus impressionnants les uns que les autres et bien sûr, sa spécialité : la lévitation. Et comment vous dire que ça nous a totalement bluffé. Le tour est fait de façon à ce qu’on se demande VRAIMENT comment c’est possible, on ne voit pas du touuut le truc. Bref, vraiment un magnifique spectacle, un vrai show à l’américaine, impressionnant et avec une ambiance de folie. On vous conseille ce spectacle si vous aimez la magie et la musique rock/métal (oui parce que si c’est pas du tout votre truc, ça va vite vous gonfler), ou en tout cas de faire un spectacle à Las Vegas. C’est cher mais c’est l’occasion de voir quelque chose de spectaculaire et que vous ne reverrez peut-être pas dans votre vie. Las Vegas offre de nombreux spectacles de qualité et il est dommage de s’en priver (si j’avais budget illimité j’aurais aimé en faire d’autres haha). Surtout qu’il y a du choix entre les magiciens, les chanteurs, et les nombreuses représentations du Cirque du Soleil.

Pour les curieux, voici la bande-annonce du spectacle que nous avons vu :

Après toutes ces émotions, nous mangeons au fast-food (besoin d’un truc rapide et pas cher), on prépare nos affaires et au lit… Le lendemain il faudra repartir pour Los Angeles, pour prendre notre avion et retourner en France… Un peu triste mais on a le sentiment d’en avoir pleinement profité, et la fin du séjour à Vegas nous en a également mit plein les yeux !

rue éclairée

The Strip la nuit