Cette route de 500 miles (800 km) qui longe les côtes de la partie nord de l’Écosse existe depuis longtemps mais son nom lui a été attribué en 2015, afin de promouvoir ce lieu. Elle fut ensuite sélectionnée par Travel Now Magazine comme l’une des plus belles routes côtières du monde, rien que ça ! Depuis, de plus en plus de personnes se lancent à l’assaut de cette partie reculée du Royaume-Uni. C’est un peu la Route 66 à la mode écossaise.

Notre désir de partir découvrir l’Écosse en road trip vient d’un weekend à Edimbourg deux ans auparavant (frustrés de ne pas avoir le temps de découvrir les alentours de la ville !) et de notre lecture d’un reportage du magazine Géo sur la North Coast 500. Les photos montraient des paysages magnifiques et les textes promettaient un endroit tranquille (la région la moins habitée d’Europe, c’est par là!), exactement ce dont on avait envie.

La plupart des gens commencent le road trip depuis Inverness, à l’est, capitale des Highlands et proche du fameux Loch Ness. Pour notre part, nous avons décidé de le faire dans l’autre sens et de finir par Inverness. Pourquoi ? Parce qu’en Écosse on roule à gauche et en prenant la route dans le sens des aiguilles d’une montre, et bien on se trouvait du côté de l’océan, afin d’avoir un maximum de jolies vues 🙂

highlands

– Combien de temps pour faire la NC500 ?

Difficile de se faire un avis avant d’y être. Sur les articles que j’ai lu, on conseillait entre 3 et 5 jours, en insistant sur le fait que la côte ouest méritait le plus de temps.
Notre programme était un peu chargé car nous voulions quand même voir d’autres endroits de l’Écosse (et il y en a tellement qui donnait envie !!), alors nous avons coupé la poire en deux et avons sillonné cette route pendant 4 jours.
Cela me semble correct, en dessous de 4 jours j’aurais tendance à dire que c’est vraiment rapide et vous ne profiterez pas assez. Mais si vous avez le temps, n’hésitez pas à rester plus. Certains endroits sont vraiment sauvages et les amateurs de randos s’en donneront à cœur joie.
Le problème c’est qu’on ne sait jamais la météo à l’avance et en Écosse celle-ci est très capricieuse ! Il pleut très souvent, particulièrement sur la côte ouest (on en a fait les frais), ce n’est pas une légende !

– Jour 1 : côte ouest, de Lochcarron à Ullapool

Après avoir quitté l’île de Skye, nous nous arrêtons chez Anne, qui tient un bed and breakfast hyper douillet, avec vue sur le Loch Carron. On a adoré ce logement, Anne était adorable et nous a préparé un petit déjeuner écossais de champion !

Nous partons en direction d’Applecross, après un arrêt à la station essence du village où nous faisons aussi le plein de chips (petit point « gros cochons » : les chips en Écosse, une tuerie !!).

Nous nous retrouvons rapidement sur Bealach na Ba, une route sinueuse à une seule voie qui traverse les montagnes de la péninsule d’Applecross et qui est considérée comme l’une des routes les plus hautes d’Écosse. C’était très joli mais on n’a pas vraiment profité de la vue, les nuages étaient trop bas ! Ça n’empêche que ça donnait un petit côté mystique qu’on aime bien. C’était juste un peu flippant quand on s’est retrouvé DANS les nuages et qu’on n’y voyait pas grand-chose alors que des voitures pouvaient arriver en face ^^ Heureusement la majorité des personnes qui prennent ces routes sont bien élevées et font attention.

nuages bas dans les highlands

sur Bealach na Ba, cascade dans les nuages

Arrivés au petit village d’Applecross, nous voyons un panneau « toilettes », comme j’ai un doute sur le fait qu’il y ait des toilettes partout sur cette route déserte, je demande à Manu qu’on y aille. Merci ma vessie, car juste à côté de ces toilettes, situés au milieu de la verdure et proche d’un petit parking et d’un petit restaurant, nous rencontrons trois cerfs qui se reposent tranquillement. Il y a 2-3 autres touristes qui sont tout aussi heureux que nous de voir ces habitants pas comme les autres. C’est un super moment, on n’aurait jamais pensé les approcher d’aussi près (même si on faisait bien sûr attention de ne pas les embêter).

cerf

montagnes et petite maison près d'applecross

Après cette agréable surprise, nous reprenons la route au milieu de ces paysages, simples mais si beaux. Quelques maisons mais surtout la nature, les couleurs violettes des fleurs, l’herbe si verte, mais aussi cet orangé qui annonce l’arrivée de l’automne. Et bien sûr des lochs (lacs), des cascades et des moutons !

mouton au bord de la route

fleurs sauvages violettes

Nous passons près du loch Torridon, puis dans la réserve naturelle protégée de Beinn Eighe (où, si l’on est chanceux, on peut croiser des cerfs), malheureusement cette journée est placée sous le signe de la pluie. Nous nous arrêtons donc à certains endroits mais n’entamons pas de vraies randonnées.

vue sur un loch

dans la réserve de Beinn Eighe, petite famille de sapins

dans la réserve Beinn Eighe
Nous allons ensuite au loch Maree (le préféré de la reine Victoria), il pleut toujours mais nous avons envie de nous dégourdir un peu les jambes, et nous promenons un peu dans la forêt qui borde le loch. L’humidité est très élevée, la mousse est omniprésente et les champignons prospèrent ! C’était la première fois que je voyais ces fameux champignons rouges à pois blancs, qui me font penser aux maisons des Schtroumpf. Tout ceci avait un petit côté magique.

champignons rouges près du loch maree

Nous arrivons en fin d’après-midi à Ullapool, une commune d’environ 1500 habitants, la plus grande zone d’habitation sur des kilomètres ^^ Notre airbnb se situe proche du centre et le soir nous décidons d’aller manger au « Seaforth », un bar restaurant comme on les aime. L’endroit est très populaire, malgré que nous y soyons en semaine et que la ville soit petite, il y a du monde et nous patientons un peu au bar avec une bonne pinte avant qu’une table se libère. Je choisis les moules (cuisinées plus ou moins en marinières), ici elles ne sont pas servis avec des frites, mais du pain complet. Manu se lâche et tente le burger « haggis ». Comme un burger normal sauf qu’en plus il y a de la farce de haggis, le plat écossais pas excellence (une panse de brebis farcie avec des abats de moutons, des oignons, de l’avoine et des épices). On aurait jamais osé commandé un vrai haggis, alors c’était l’occasion de tester sans trop se mouiller. Heureusement que je n’ai pas prit ça car pour moi le goût était beaucoup trop fort ! Manu a apprécié mais à petites doses x) On termine le repas avec un verre de whisky 😉

rivière et paysage près d'ullapool

– Jour 2 : côte ouest et nord, de Ullapool à Tongue

On profite d’être à Ullapool pour faire quelques courses dans un supermarché, puis nous repartons sur la NC500 !
Nous faisons quelques arrêts photos, dont l’un à un point de vue où l’une des montagnes, Stac Pollaidh, nous fait penser au Seigneur des Anneaux.

montagne Stac Pollaidh dans les highlands

chardons violet

Chardons écossais

Je profite du nom de cette montagne pour un petit aparté. L’Écosse fait partie du Royaume-Uni, mais elle a son caractère propre, elle a été indépendante pendant des siècles, et on trouve toujours des traces de cette vie pré-britannique dans le vocabulaire des écossais, dans les noms des endroits. Ce qui m’a étonnée (et que j’ai trouvé génial) c’est que la plupart des textes et des panneaux sont écrits en anglais et en gaélique. J’adore le fait qu’ils n’oublient pas leurs racines, c’est une des raisons qui rend ce pays si attachant.

Bref, revenons à nos moutons. Comme la veille, la journée est pluvieuse. Mais les paysages défilent et continuent de nous émerveiller.
Nous arrivons à Ardvreck Castle, un château en ruine du 16ème siècle, réputé comme hanté. Le lieu est super photogénique, au milieu du loch Assynt, avec les montagnes autour… Nous en faisons rapidement le tour, sous la pluie, puis nous mettons vite au chaud dans la voiture. En face du château, nous pouvons voir Calda House, hantée également il semblerait ! Le temps n’est pas optimal pour traîner dehors mais l’ambiance est très fantomatique, avec cette brume, qui s’accorde à merveille avec les légendes des ruines qui nous entourent.

chateau Ardvreck au milieu du loch

maison cava près du loch

Nous prenons la route en direction de Lochinver, ça fait un détour par rapport à une autre route, mais comme il pleut, on se dit d’autant en profiter pour explorer les petites routes et voir de beaux paysages bien à l’abri. Et bien pas de regrets car cette petite route nous a offert de superbes lieux très sauvages ! On passe par de toutes petites routes qui traversent des petits hameaux, certains ont toujours une vieille cabine téléphonique rouge (le contraste est amusant) on croise énormément de moutons mais aussi les vaches highland.

cabine téléphonique rouge au milieu de la verdure

petite route avec une maison

vue sur un loch

vaches highlands

Nous faisons un arrêt à la plage de Clachtoll, la pluie s’est calmée et on en profite pour se dégourdir les jambes. Il y a une petite cabane avec plein d’infos sur les environs, la faune et la flore, l’histoire, la géologie… J’ai trouvé ça très mignon, un vrai travail de recherche à petite échelle ! Devant, on y découvre le squelette d’une mâchoire de baleine, en effet c’est un endroit où il est possible de les observer.

cabane d'informations et de conseils

 plage de Clachtoll

On continue sur cette mini route de campagne, puis on rejoint la route principale, un peu plus grande (mais on est encore trèèès loin d’une autoroute ^^ ), on continue de monter vers le nord, au milieu de ces paysages sauvages, qui nous fascinent tant.

Nous arrivons tout au nord de l’Écosse, à Durness. Ici aussi il y a de jolies plages à l’eau transparente, mais il fait un peu froid pour en profiter ! La gourmande que je suis a repéré la chocolaterie Cocoa Mountain et nous décidons de nous y arrêter pour déguster un délicieux chocolat chaud dans une ambiance cosy.

plage de durness

Après ce petit remontant qui réchauffe le corps et le cœur, nous faisons un arrêt pas loin, au Smoo Caves, une grande grotte d’eau marine et d’eau douce. En arrivant, la vue est jolie, on descend un grand escalier (on croise des américains qui nous mettent en garde « attention vous allez être mouillés ! »), puis arrivés en bas nous découvrons la grotte qui est immense ! C’est assez impressionnant, surtout que depuis la route au-dessus, on ne s’en rend pas du tout compte. On s’avance dedans, il y a un petit pont afin de passer au dessus d’une rivière, on entend le bruit d’une cascade, très fort, on s’approche de l’intérieur de la grotte mais on ne peut pas aller jusqu’au bout, la puissance de la cascade est trop importante, l’eau nous arrive dessus malgré qu’on soit encore loin. Nous l’apercevons un peu, mais impossible de faire des photos. C’était vraiment impressionnant ce débit dans cette grotte !

vue au dessus des smoo caves

smoo caves

En repartant, le soleil se couche, il ne pleut plus maintenant et le ciel se pare de somptueuses couleurs. Nous nous attardons sur la route, à profiter de chaque instant, chaque paysage, l’océan, les loch immenses (je me suis crue dans Harry Potter et les Reliques de la Mort, la scène avec le dragon où ils finissent dans un lac!), les mini routes désertes où Manu s’en est donné à cœur joie… !

vue sur l'océan et la lande

coucher de soleil sur les falaises

plage au coucher du soleil

un loch sur la route au coucher de soleil

Puis on trouve le airbnb qui nous accueille pour la nuit, une vieille fermette près du village de Tongue, tenue par un jeune couple. Nous rencontrons Al, anglais, sa femme Aurore est française mais absente à cause d’une urgence. La maison est à l’ancienne, chauffé au poêle, il fait super bon dans toutes les pièces, l’ambiance est chaleureuse, et nous passons une partie de la soirée à discuter avec Al, qui est très intéressant.

petite maison airbnb

Voici pour la partie ouest, la plus sauvage, et sûrement la plus belle. Même si on a eu pas mal de pluie à ce moment-là, nous avons adoré rouler sur ces petites routes et voir touuus ces paysages au charme typiquement écossais ! Mais l’est a également beaucoup d’attraits, on vous partage ça très bientôt dans la 2nde partie !