Archives du mot-clé ruines

Visiter Chachapoyas et la région Amazonas au Pérou

Après avoir profité du bord de mer de Huanchaco et visité ses ruines pré-colombiennes, nous partons de Trujillo vers l’intérieur du Pérou, direction Chachapoyas !

Nous arrivons dans la capitale de la région Amazonas après 13h30 de bus. Nous avons roulé en partie de nuit et nous débarquons très tôt à notre hôtel (6h), qui nous laisse gentiment nous installer dans notre chambre où nous pouvons finir notre nuit.

Chachapoyas est une ville de 32 000 habitants, située à 2 335m d’altitude. Elle est assez isolée du reste du pays et proche de la forêt amazonienne. C’est une ville peu fréquentée par les touristes étrangers. Nous sommes venus ici pour découvrir quelques merveilles alentour qui valent clairement le détour d’après nous !

Découvrir la ville de Chachapoyas

Le premier jour, nous faisons un petit tour dans la ville, tout simple, avec comme toujours au Pérou une Plaza de Armas superbe et pleine de vie. Durant notre séjour, nous assistons même à une célébration, des habitants des villages de la région se retrouvent ici pour faire la fête et portent leurs habits traditionnels.

Chachapoyas est une ville péruvienne authentique avec ses petits restos aux menus du midi pas cher, ses chifas (restos péruviens-chinois), sa street-food… C’est également ici que nous testerons un plat emblématique du Pérou, qui en fera grimacer certain… Du cochon d’inde ! Verdict : ça ressemble à du poulet mais en moins sec et beaucoup plus tendre. Par contre y’a pas grand-chose à manger, surtout que nous en avons partagé un (c’est devenu un truc touristique et donc ils gonflent les prix). Au moins on aura testé !

Visiter la forteresse de Kuelap

Nous réservons une excursion avec notre hôtel où nous expérimentons un beau quiproquo au moment où la fille nous demande de cancelar… « Mais on veut pas annuler, on réserve ! » Incompréhension totale, jusqu’au moment où elle nous apprend que cancelar qui signifie annuler veut aussi dire pagar donc payer/régler… Ah d’accord, très logique ! Au moins, on a retenu la leçon ^^

Bref, nous finissons par réussir et réservons une journée pour aller visiter Kuelap, une forteresse de l’époque du peuple Chachapoyas. On paye 90 soles chacun (environ 20€), tout compris (guide, entrée, trajet, repas). Nous partons en bus avec un guide anglophone, Augusto, super sympa.

Après 2h – 2h30 de voyage sur des petites routes de montagnes qui tournent dans tous les sens, nous arrivons à destination… Enfin presque ! Il faut prendre un téléphérique sur 4 km (20 minutes) pour accéder à la forteresse qui se trouve à 3 000m d’altitude. Il a été inauguré en mars 2017 et avant cela le lieu n’était accessible que par une randonnée d’environ 3h qui grimpe bien. Le téléphérique (le premier au Pérou, réalisé en partie par… des français haha) permet d’ouvrir ce lieu à plus de touristes. Pour l’instant l’afflux reste très raisonnable et on croise principalement des touristes péruviens. Mais qui sait, peut-être qu’un jour Kuelap devra affronter le même tourisme de masse que le Machu Picchu…

Après une courte marche qui grimpe un peu, nous nous retrouvons au sommet et découvrons la forteresse, impressionnante. Il existe 3 ou 4 entrées dont la principale qui se ressert peu à peu, afin de ne laisser passer qu’une personne à la fois (et limiter l’entrée des potentiels envahisseurs). Des fouilles sont encore en cours et une partie du lieu n’est pas accessible. Nous suivons le guide, au milieu des 400 petites maisons circulaires à l’intérieur de la citadelle. Le lieu est magique, avec cette vue sur les montagnes autour, on reste scotché !

Le guide nous apprend quelques petites anecdotes, par exemple il y a plus de pierres ici que dans la Grande Pyramide de Kheops en Egypte (ça paraît improbable, d’autant plus qu’on se demande comment ils les ont amené à cette hauteur !).

Les morts étaient enterrés à l’extérieur de la cité, puis une fois les corps décomposés, les squelettes étaient entreposés dans un trou au milieu de la maison, avec les restes des autres dépouilles de la famille.

Ils faisaient également des élevages de cuy (cochon d’inde), on a retrouvé des tunnels dans les maisons.

Une super visite, à faire avec un guide afin de comprendre où on se balade et en apprendre beaucoup sur un peuple peu connu mais intéressant, les chachapoyas. La vue autour de la forteresse est un gros point fort, c’est vraiment sublime !

Deux jours à Cocachimba, à la découverte de la Catarata Gocta, entre rando sportive et havre de paix tropical

Nous avions découvert l’existence de la cascade de Gocta, aussi appelée La Chorrera, juste avant notre départ pour le Pérou, grâce à un reportage et nous ne voulions pas passer à côté de l’occasion d’y aller !

Comment aller à la cascade de Gocta en indépendant ?

Depuis le Terminal Terrestre de Chachapoyas, nous avons pris un colectivo pour Cocahuaico (5 soles chacun), nous avons précisé où nous voulions aller et il nous a déposé à un embranchement vers une route de terre. Des tuk-tuk sont postés là et l’un d’eux nous amène jusqu’au village de Cocachimba (pour 5 soles également par personne).

Randonnée jusqu’à la cascade de Gocta

Nous déposons nos affaires à notre joli hébergement où on nous offre un verre de jus d’orange pressé, on voit au loin la cascade depuis notre chambre. Pas le temps de traîner, nous nous mettons en route pour aller jusqu’au pied de la cascade, après avoir payé un droit de passage de 10 soles par personne.

Le début de la rando est en plein soleil et nous sommes dans une région tropicale : il fait chaud ! Heureusement on arrive rapidement dans la forêt, à l’ombre… Mais le chemin monte et descend, il y a de la boue, beaucoup de pierres… Entre ça, la chaleur et le fort taux d’humidité, ce n’est pas simple.

Nous marchons au milieu des papillons et croisons des gens à cheval (pour ceux qui sont trop fatigués pour faire la rando aller/retour).

Sur le chemin on retrouve une péruvienne qui a visité Kuelap la veille avec nous ! On discute un peu, elle nous donne quelques indications. Puis nous rencontrons Jorge, qui vient de Lima. Il est fatigué de la marche mais très sympa et surtout ravi de trouver des français ici ! Il adore nous écouter parler et nous demande de faire une petite vidéo pour un ami à lui, français. Un petit moment assez rigolo qu’on garde en mémoire 🙂

Après 2 heures de marche, nous voici au pied de la cascade. Nous qui étions en sueur tout le long du chemin, une fois arrivé, c’est un déversement de fines gouttes, de vent et d’humidité qui nous accueille. Le choc est tellement impressionnant qu’on met nos imperméables. Même en se tenant à distance de la cascade, on se fait arroser comme si on prenait une douche ! Il faut dire que cette cascade envoie du pâté : d’une hauteur totale de 771 mètres, elle est composée de deux chutes, dont la seconde, la plus longue fait 540 mètres ! Cela en fait la cinquième plus grande cascade du monde, et la quinzième plus haute chute libre d’eau du monde (pour la seconde partie de 540 m).

C’est vraiment très très impressionnant ! Nous sommes également fascinés par les alentours de la cascade qui sont hyper verts et plein de mousse. Incroyable mais à certains endroits on se croirait presque en Écosse.

Après avoir mangé nos (immondes) sandwiches et regardé une dernière fois la cascade, nous repartons en sens inverse. L’interminable descente de l’aller devient une longue montée de 30 minutes ! Nous mettons un peu moins de temps que prévu au retour, 1h30. Au total nous aurons fait 11 km pour approcher cette incroyable cascade.

Profiter de l’atmosphère amazonienne à Cocachimba

Le soir on prend des forces dans un resto du petit village avec un chaufa, un plat à l’influence asiatique que l’on trouve partout au Pérou, consistant en du riz sauté avec des légumes. Ici, il est accompagné de spécialités du coin : de la cecina (viande séchée), des saucisses et des bananes plantains grillées. C’est délicieux et bien copieux, tout ce dont on avait besoin !

En rentrant à notre hôtel on se fait un petit kif et montons sur le toit pour observer le ciel de nuit. C’est fabuleux ! On distingue le ciel de l’hémisphère nord, avec assez peu d’étoiles et la Grande Ourse à l’envers. Mais aussi le ciel de l’hémisphère sud, rempli d’étoiles, la Voie Lactée hyper visible et la Croix du Sud. On voit même deux étoiles filantes. Un moment unique qu’on n’est pas prêt d’oublier.

Après une bonne nuit de repos nous partageons notre petit déjeuner avec un couple de péruvien, au milieu de la forêt tropicale et des colibris. Au menu fruits tropicaux, jus frais et infusion de muña (une menthe locale).

Les sarcophages de Karajia

Autre curiosité de la région, des sarcophages d’une ancienne civilisation, perchés sur des falaises. Nous avions vu des images qui nous ont donné envie d’aller voir ça par nous-même.

Comment aller aux sarcophages de Karajia en indépendant depuis Chachapoyas ?

Il est possible de payer une excursion avec un guide depuis Chachapoyas, mais nous avons décidé d’y aller tout seul. Depuis le Terminal Terrestre, nous prenons un colectivo pour Luya (5 soles par personne – 50 minutes de route). Une fois à Luya, un taxi collectif (une voiture mais nous partageons le trajet avec d’autres) nous amène à Cruz Pata, le village près de Karajia (6 soles par personnes – 45 minutes).

Pour le retour, nous avons fait pareil. Le taxi était là, il savait bien qu’on allait devoir repartir haha Donc au lieu de faire le chemin retour à vide, il nous a attendu.

Accéder aux sarcophages de Karajia

Après avoir payé 5 soles chacun à Cruz Pata, nous prenons le chemin qui amène jusqu’aux sarcophages. Le panneau indique 1km, ça ne fait que descendre et il fait très chaud. Il est possible de s’y rendre à cheval mais nous préférons marcher.

Au bout de 20 minutes, nous arrivons au point de vue sur les sarcophages, ils sont super haut ! Six sarcophages stylisés, faisant jusqu’à 2,5m de hauteur. Les défunts étaient insérés en position fœtale dans la partie « corps » des sarcophages.

L’application maps.me indique qu’il y a d’autres sarcophages un peu plus loin, nous les cherchons mais ne les trouvons pas.

Sur le chemin retour nous rencontrons un groupe de touristes en excursion. A ce moment-là, on est bien content de les avoir éviter et d’avoir profité du lieu seuls et en toute tranquillité.

Nous avons beaucoup aimé ce passage à Chachapoyas, qui regorge d’endroits à découvrir et qui nous a plongé dans une atmosphère différente du Pérou. Nous avons échangé avec plein de péruviens, locaux ou touristes, toujours super contents de voir des occidentaux s’intéresser à leur pays (et pas juste au Machu Picchu !). Nous gardons de super souvenirs de ce lieu, entre les rencontres et les paysages grandioses et sauvages !

Conseils pratiques

Où manger à Chachapoyas ? Le restaurant El Batan del Tayta, un endroit à la décoration atypique et aux plats revisités et uniques (j’ai mangé du porc façon ceviche). Les cocktails sont aussi originaux, il y en a même avec des fourmis (mais on n’a pas testé) ! Un resto à découvrir si vous voulez une petite soirée qui change.

Où dormir à Cocachimba, près de la cascade de Gocta ? Gocta Miradors, un petit hôtel avec vue sur la cascade, propre, bon petit déjeuner et la gérante est juste adorable ! Chambre double avec salle de bain privée pour 35€ (un peu « cher » pour le Pérou mais l’endroit est vraiment sympa !).

Découverte des cultures Chimus et Moches à Huanchaco

Nous quittons les montagnes de Huaraz pour la côte Pacifique, direction la ville de Trujillo, et plus précisément Huanchaco, petite ville balnéaire à côté, qui nous conviendra mieux pour poser nos sacs. Ici, on vient pour profiter de l’air marin mais aussi et surtout pour se plonger dans l’histoire de deux anciens peuples du Pérou. On connaît beaucoup les Incas, mais ils arrivent très tard dans l’histoire ! Avant eux vivaient de nombreux peuples, dont les Chimus et les Moches, dont nous allons en apprendre un peu plus ici.

La petite ville de Huanchaco

A Huanchaco nous prenons le temps de nous promener, de savourer tranquillement, sans se presser. Nous en profitons pour tester quelques restos, dont un de sushis, très bon (infos à la fin de l’article). Nous allons près de la plage, voyons les barques traditionnelles des pêcheurs d’ici, qui sont utilisés depuis l’époque des Chimus.

La ville est toute petite, nous faisons un tour au marché, qui est riquiqui ! Il n’y a que quelques stands mais c’est suffisant pour y faire nos provisions en fruits et légumes frais, mais aussi y manger un petit plat : poisson frit pour Manu, ceviche pour moi, qu’une vieille dame prépare devant nous, nous appelant « mi niños » et s’étonnant de nous voir manger épicé, pas courant pour des gringos (oui on s’est fait traité de gringos par une mamie péruvienne haha).

Le soir, on se pose au bar déguster des Pisco Sour et autres cocktails devant un superbe coucher de soleil, le plus beau du voyage !

Découvrir les Chimus : le site archéologique de Chan Chan

Nous partons pour Chan Chan avec un bus qui fait la liaison entre Huanchaco et Trujillo et qui nous dépose sur la route principale à notre demande. Nous marchons une dizaine de minutes jusqu’à l’entrée du site.

A l’entrée, une guide nous accoste en nous parlant français, nous décidons de faire la visite en sa compagnie, afin d’en apprendre plus sur cet endroit.

Le peuple Chimu qui habitait ses lieux était un peuple d’agriculteurs et de pêcheurs, qui a vécu jusqu’à l’arrivée des Incas (ces grands guerriers qui ont conquis une grosse partie de l’Amérique du Sud). Nous visitons les restes des bâtiments en adobe dans lesquels ils vivaient, et où on trouve encore différents motifs qui décoraient les murs.

Beaucoup de bâtiments sont encore ensevelis, le travail des archéologues est loin d’être terminé. Notre guide nous apprend que les chefs étaient polygames et pouvaient avoir jusqu’à 200 femmes ! Ils s’embêtaient pas ! Cela faisait donc de très très grande famille, il fallait donc de la place pour accueillir tout ce monde. Quand le chef mourrait, des sacrifices humains étaient perpétués pour être enterrés à ses côtés (surtout des jeunes femmes). Elle nous explique aussi qu’à cette époque le cochon d’inde était un repas ordinaire, alors qu’à présent c’est plus pour des occasions spéciales.

Un endroit vraiment particulier, et à faire de préférence avec un guide car il n’y a aucune explications et ce serait dommage de se promener ici sans savoir de quoi il s’agit. Il y a juste un petit musée à l’entrée avec quelques artéfacts.

Chez les Moches : Huaca de la Luna et del Sol

Nous nous rendons sur un autre site historique des alentours, en bus puis avec un colectivo. Arrivés sur place à 14h30 on nous dit qu’aujourd’hui c’était gratuit jusqu’à 14h mais que c’est maintenant fermé (nous sommes dimanche, est-ce pour cela?). On ne sait pas quoi faire, on est venu jusqu’ici, on aimerait visiter ce lieu, on réfléchit, et finalement quelqu’un nous dit que puisqu’on est ici, on peut visiter finalement ! On n’a pas tout compris mais ok, c’est bon pour nous !

Nous visitons la Huaca de la Luna avec un groupe et un guide obligatoire (nous sommes les seuls étrangers donc c’est en espagnol).

Le guide nous raconte l’histoire des Moche (oui y’a un peuple qui s’appelle comme cela ! Mais à prononcer « motché »), qui étaient là avant les Chimus (le peuple dont je parlais au-dessus). La Huaca de la Luna était un centre religieux, tandis que la Huaca del Sol (qu’on ne peut pas visiter pour l’instant) était un lieu administratif. Il faut aussi noter que ces noms de Huaca del Sol et de la Luna (qui signifie Temple du Soleil et de la Lune) sont les noms donnés par les espagnols lorsqu’ils ont découvert ces endroits, se basant sur les croyances Incas. Contrairement à ces derniers, les Moches ne vénéraient ni le soleil ni la lune.

Entre ses deux « poles » se trouvaient une grande ville.

Nous nous retrouvons devant une espèce de pyramide, chaque étage était en fait construit à chaque nouvelle dynastie, entre 100 et 700 après J-C. Il reste de belles fresques et encore des couleurs. C’est très joli et aussi très intéressant de pouvoir admirer cela, c’est assez rare de trouver des lieux aussi bien conservés par ici.

Trujillo, Huanchaco et les alentours sont souvent boudés par les touristes étrangers (la plupart des gens visitent plutôt la partie sud du Pérou), pourtant cet endroit mérite plus d’attention ! Nous nous sommes sentis super bien à Huanchaco, ça faisait plaisir de retrouver la mer, le soleil, une ambiance vacances, et nous avons vraiment apprécié nos visites à Chan Chan et à la Huaca de la Luna, c’était intéressant d’en apprendre plus sur des peuples qu’on ne connaissait pas et qui restent encore mystérieux…

Infos pratiques (prix mai 2019)

  • Comment se rendre à Chan Chan : prendre le bus orange qui fait la liaison régulièrement Trujillo – Huanchaco pour 2 soles par personne (0,50€).
  • Prix d’entrée Chan Chan : 10 soles (2,7€)
  • Prix d’une guide francophone : 50 soles pour nous deux (13,5€)
  • Comment se rendre à la Huaca de la Luna : depuis Huanchaco nous avons pris le bus jusqu’à Trujillo, à l’Ovalo Grau (un grand rond-point) et de la un colectivo qui amène jusqu’au site archéologique (en 15 minute environ).
  • Prix d’entrée de la Huaca de la Luna : 10 soles, la visite en groupe avec un guide est compris dedans (et obligatoire).

Où manger à Huanchaco ?

  • Umi Sushi Bar : un petit resto sans devanture, il faut frapper à la porte pour se faire ouvrir (ça fait très resto clandestin !) mais délicieux avec des mélanges originaux, au guacamole, crevette tempura, et des makis ceviche super bon !
  • Coco pizza : tout petit endroit pizzas et vin pas cher mais très bon
  • Chocolate Café : des bons jus de fruits frais, des patisseries qui font plaisir et des options végétariennes. Bon et copieux !

La Paz et ses environs : le canyon de Palca et les ruines de Tiwanaku

La Paz : la capitale la plus haute du monde

La Paz, capitale administrative de la Bolivie (la capitale constitutionnelle est Sucre), est une ville tentaculaire de 1,6 million d’habitants, perchée à 3 640 m d’altitude. On y déambule non sans difficulté car la ville grouille de monde. On dirait que la population entière se trouve dans les rues tant le centre est fréquenté. Nous logions près de l’église San Francisco devant laquelle se trouve une grande place. Ici il y a tout le temps du monde, et en particulier le soir en week-end, on se croirait en plein festival ! On peut y manger sur le pouce, des empanadas ou spécialités du pays comme les boulettes de pomme de terre fourrées à la viande (ou autre).

A la recherche d’un endroit où manger c’est là qu’on se rend compte que les boliviens ont un petit souci… Ils adorent le poulet frit, à la mode KFC. Il y en a PARTOUT ! Et on ne trouve que ça ! On tente les « Chifas », les restos « chinois » mais malheur, là aussi c’est poulet frit à gogo, et très souvent ils ne proposent que ça, et nous n’aimons vraiment pas cela… La découverte de la gastronomie bolivienne commence bien… xD

En se baladant dans le centre, nous allons faire un tour à une curiosité locale : el mercado de las brujas, le marché aux sorcières. Ce n’est pas un marché normal, ici pas de vêtements, d’artisanats, ni de nourriture. On y trouve des objets plus ou moins insolites, en rapport avec la culture des ayamaras (le peuple de cette région) qui, malgré leur catholicisme conservent des traditions ancestrales vénérant la Pachamama (la terre mère) : herbes séchées, petites flasques, talismans, fœtus de lamas séchés… Oui vous avez bien lu ! Assez étonnant de se balader dans ces rues où l’on croise des lamas morts… Ces lamas sont achetés lors d’évènements importants, ou par exemple à la construction d’une maison. On enterre un fœtus de lama sous la maison, en offrande à la Pachamama, pour s’attirer la chance, porter bonheur.

La grande particularité de La Paz, c’est que c’est une ville entourée de collines. Ici, la tendance est inversée par rapport au reste du monde : les riches vivent au plus bas, les pauvres sont sur les collines, qui sont plus en altitude, là où l’air se fait plus rare. Les transports se font en bus et minibus dans le centre, et pour relier le centre aux collines c’est en téléphérique.

Ici le téléphérique c’est comme le métro chez nous, il y a plusieurs lignes et plusieurs stations où on peut faire des correspondances. On se repère grâce aux couleurs. Le téléphérique on l’a souvent utilisé en Amérique du Sud (vu que les montagnes sont omniprésentes) mais on ne l’a jamais vu en tant que transport en commun, utilisé quotidiennement par la population d’une ville. Nous avons donc voulu tester, pour le fun, et puis pour le prix (3 Bs ≃ 0,40 €), on n’allait pas se priver d’une balade en téléphérique et de la vue sur La Paz ! Nous montons jusqu’à El Alto, le quartier/ville au-dessus de La Paz avec la ligne rouge. Nous sommes à plus de 4100 m ! Il fait bien plus frais que dans le centre, en bas. La vue sur la ville et ses alentours est impressionnante.

Le Canyon de Palca, coin de nature à 1h de la capitale

La Paz c’est sympa mais il y a dans les environs d’autres endroits à explorer. En arrivant dans la ville en bus, nous avions découvert les paysages désertiques qui l’entourent. Sur les conseils de Sundaystorms, nous décidons d’aller au Canyon de Palca. Après 45 minutes de route en colectivo (pour en savoir plus sur comment y aller, voir les infos à la fin de l’article), nous arrivons près du village de Uni.

On rejoint le centre du village et on demande notre chemin à une dame. Une fois sur le bon chemin, on suivra les indications de maps.me. C’est facile, un grand chemin où les voitures peuvent passer et ça descend. La vue est splendide, sur les montagnes de différentes couleurs.

On arrive ensuite près du canyon, on en prend plein les yeux !

On descend dans le canyon, arrêt pique-nique tranquille. Nous sommes tous seuls ! C’est impressionnant et génial de se retrouver là. Le paysage fait très far west. On traverse le canyon, on peut suivre le minuscule filet de la « rivière ».

À la fin une montée nous attend pour rejoindre le village de Palca. On croisera sur la route quelques agriculteurs dans leurs champs. Nous arrivons au village après 3h30 (pause comprise, et on a pris notre temps). Arrivés à la place du village, on trouve tout de suite un colectivo pour La Paz qui va partir. Il fait un petit tour du village en klaxonnant pour prévenir les gens qui voudraient partir. En passant devant une maison, une dame installe une armoire, une table et des chaises sur le toit ! Un vrai déménagement xD Nous sommes de retour à La Paz après 1h15-30 de route.

Retour dans le temps avec les ruines de Tiwanaku

Un endroit que nous ne voulions pas louper en Bolivie et accessible depuis La Paz : Tiwanaku. Nous allons à côté du cimetière, où se trouve les colectivos qui s’y rendent. Cependant nous arrivons un peu tard, à 11h30 et il n’y a personne d’autre pour remplir le colectivo ! Celui-ci doit être rempli pour partir et rentrer dans ses frais. Le chauffeur nous propose de payer 6 sièges de plus et de partir car d’après lui il n’y aura personne d’autre, et ayant déjà attendu un petit moment on se doute qu’il a probablement raison. On est prêt à craquer après un peu de négociation quand arrive un mec : c’est Steve, un québécois et finalement nous partagerons les frais du colectivo avec lui. On payera 100 bolivianos (≃ 13,25 €), soit 33 Bs (≃ 4,40 €) chacun (au lieu de 15 Bs, ≃ 2 €). Heureusement ici ça vaut quand même le coup ! On se retrouve donc tous les 3 en colectivo ! Bien rigolo comme situation. Nous avons 1h30 de route, ça nous laisse le temps de discuter avec Steve qui est super content de parler français et qui s’en donne à cœur joie côté accent et expressions québécoises quand on lui dit que oui on le comprend bien !

En arrivant, on paye l’entrée et avec Manu on décide de prendre un guide. Oscar nous fait la visite à moitié en espagnol et en anglais, curieux mélange, mais au moins on se comprend.

On apprend que la civilisation Tiwanaku est très vieille, et ces ruines étaient le lieu où se déroulaient les rituels : sacrifices de lamas, fêtes pour les équinoxes… Ces dernières existent encore. Nous y étions fin septembre et on a pu voir les restes d’un feu sur les ruines sacrées pour célébrer le 21 septembre. Sur la pyramide, il y a un immense puits en forme de croix andine (symbole reprit par les Incas). Ils s’en servaient pour observer les étoiles qui se reflétaient dedans (on avait déjà entendu ça au Pérou, à Chavin). La pyramide doit être excavée d’ici quelques années : on voit des gens travailler sur les ruines pendant la visite.

Comme chez les Incas ensuite (décidément ils se sont beaucoup inspirés), il y avait 3 mondes, qui sont représentés par trois temples : le haut (dieux, condors, la pyramide), le milieu (homme, puma, le temple à hauteur « normal »), le bas (serpent, la mort, un temple construit plus bas que le niveau de la terre). Dans ce dernier, le temple construit plus bas, on observe plusieurs visages sculptés, probablement des personnes importantes. Certaines ressemblent à des aliens… haha On peut également y voir des canaux pour acheminer l’eau jusqu’aux terrains agricoles (le temple est en pente).

On voit le point le plus connu d’ici, pour lequel on et venu : la porte du Soleil ! Elle a inspiré Hergé pour Tintin et le Temple du Soleil (l’un des meilleurs albums !) et elle apparait dans le générique des « Mystérieuses Cités d’Or », un beau dessin animé qu’on adore. En vrai elle est plus petite que ce que l’on imaginait. Elle est fêlée car elle a été déplacé par les conquistadors… Ces derniers ont d’ailleurs utilisés beaucoup des pierres des temples pour construire… des églises.

On visite ensuite le musée de la céramique où sont exposés des objets retrouvés (pot, flèche), une momie, des crânes déformés et allongés (une manière pour l’élite de se distinguer).
Un autre musée à côté abrite les monolithes découverts sur le site. Des petits et des très grands. Il y en a beaucoup et probablement encore plein d’autres qui n’ont pas été découverts.
Le plus imposant mesure presque 8 mètres de haut et pèse 20 tonnes !! Il a été abîmé après avoir été exposé en plein La Paz. Il a été placé ici pour le protéger mais beaucoup d’inscriptions ont disparu pour toujours…

Il y a un autre site à 5 minutes de marche, compris également dans le ticket. Mais il est vraiment en ruines et sans guide ici on ne comprend pas grand chose. On recroise la croix andine, des portes tombées…

Au retour on trouvera un colectivo où on paye le prix normal car il y a du monde dans ce sens et à cette heure qui part du village à côté. On profite de ces magnifiques paysages, dans une ambiance décontractée.

La Paz est une ville qui ne laisse pas indifférent ! Elle est pleine de vie, ce qui est un peu fatiguant. Les alentours sont impressionnants, le canyon de Palca, une beauté méconnue (et gratuite), et ces ruines, témoignant du passé précolombien de la Bolivie, sont les rares du pays encore visibles.

Infos générales :

  • Où dormir à La Paz ? York B&B. Nous avions une très belle chambre double avec salle de bain privée. Petit dej buffet compris. Très bien placé, dans le centre (il ne faut pas s’attendre au calme par contre, le centre est vivant et très bruyant)
  • Comment aller au Canyon de Palca ? Colectivo depuis La Paz, point sur maps.me, 15 min à pieds depuis l’église San Francisco. Direction Palca, demander au chauffeur de vous laisser à Uni (et surveiller la route sur maps.me car il nous avait oublié xD). Retour depuis le centre de Palca. (Possible dans le sens inverse mais rando plus facile dans le sens Uni-Palca). 10 Bs (1,30 €) par personne le trajet.
  • Comment aller à Tiwanaku ? En excursion depuis La Paz, ou en colectivo, à côté du cimetière (indiqué sur maps.me). Y aller assez tôt ! 15 Bs (2 €), arrêt aux ruines. Pour le retour, attendre un colectivo au même endroit. Il nous a laissé à El Alto (15 Bs – 2 €), au terminus nous avons pris un autre colectivo pour le centre-ville (2 Bs – 0,25 €, rapide).
  • Prix entrée de Tiwanaku : 100 Bs (13 €) par personne.
  • Prix du guide à Tiwanaku : 130 Bs (17 €), divisible.
el castillo chichen itza ruines mexique yucatan

Petit guide des ruines archéologiques au Mexique

En un mois passé au Mexique, principalement dans la péninsule du Yucatan, nous en avons vu des sites archéologiques ! Il faut dire qu’on adore ça, c’est passionnant et c’est l’une des raisons pour laquelle on rêvait du Mexique.
Dans cet article vous trouverez notre guide (subjectif !) des ruines archéologiques du Mexique (dans l’ordre où nous les avons visité). Difficile de dire à quel lieu va notre préférence ! Découvrez nos notes sur 5, ainsi que nos conseils et infos pour vous faire une petite idée de chaque site archéologique…

La grandiose cité précolombienne de Teotihuacan ❤️❤️❤️🤍🤍

Les premières ruines que nous avons visité au Mexique sont celles de Teotihucan. Ce grand site se trouve juste à côté de la capitale, Mexico City. On peut y passer beaucoup de temps ! Les édifices les plus impressionnants sont la Pyramide de la Lune et surtout celle du Soleil, qui est la plus grande pyramide du continent. Elle est vraiment immense ! Nous y sommes allés le week-end et il y avait beaucoup de monde : on a fait la queue pour grimper sur la Pyramide du Soleil ! Par contre peu de gens grimpent sur celle de la Lune.

Pour prolonger l’expérience « aztèque » nous avons mangé à La Gruta, un restaurant… dans une grotte ! À l’extérieur du site mais situé juste à côté de la grande pyramide. Très prisé et pas de réservations possibles, attendez vous à attendre ^^

Prix : 75$MXN
Accès : en transport en commun depuis Mexico ou en voiture (environ 1h selon où vous êtes dans la ville), parking payant (45$MXN )
Affluence : Beaucoup de monde ! Essayez de venir tôt ^^

Tranquillité aux ruines mayas de Toniná ❤️❤️❤️🤍🤍

Situé à côté de la ville d’Ocosingo, sur la route entre San Cristobal de las Chiapas et Palenque ; Tonina est mis de côté par beaucoup de voyageurs. La route a mauvaise réputation, les gros bus n’y passent plus à cause de nombreux barrages causés par les locaux qui manifestent. On nous a dit qu’il n’y avait pas de soucis, seulement éviter de voyager le soir ou la nuit.
On a rencontré très peu d’occidentaux (genre 4 personnes ?) et très peu de touristes aux ruines. C’était vraiment vraiment tranquille !

Le lieu est assez unique, une ville sur plusieurs étages. Tout en haut se trouve une pyramide d’où la vue est superbe. Par contre, attention en grimpant c’est vraiment raide avec des « marches » riquiqui et abîmées. Il y a également un jeu de balle et ce qu’on a aimé c’est qu’il y a pas mal de statues et de fresques ! Ça ajoute un petit quelque chose à la visite.

Il y a aussi un musée avec beaucoup d’objets. Nous n’avons malheureusement pas eu le temps de le visiter en profondeur.

Prix : don de la somme que l’on souhaite
Accès : colectivo pour 20$MXN par personne, depuis le marché de Ocosingo (10-15 min de route). Le dernier colectivo passe à 17h pour retourner en ville.
Affluence : presque personne (on devait être 5 ou 6)

Des ruines au milieu de la forêt du Mexique à Yaxchilan ❤️❤️❤️❤️❤️

Des ruines en pleine forêt, à la lisière du Guatemala, accessible seulement par bateau… Ça fait rêver non ?! On ne pouvait pas louper ça !

Se trouvant dans un coin reculé, nous avons choisi la facilité : y aller par un tour opérateur. En effet, ça ne revenait pas forcément plus cher et ça nous évitait pas mal de tracas. Gros coup de cœur pour cet endroit en tout cas avec très peu de monde et où on se prend tout de suite pour Indiana Jones ! Pour arriver à la place principale, il faut passer par un temple dans le noir, où vivent des chauve-souris… Ça commence fort ! On découvre ensuite des édifices où la nature a repris ses droits, entourés des cris si particuliers des singes hurleurs (voir la vidéo ci-dessous). Un de nos meilleurs souvenirs.

https://youtu.be/iB2YyT5TI0w
Cris des singes hurleurs 🙉😱

Prix : dans les 80$MXN
Accès : 850$MXN avec Kichan Bajlum depuis Palenque (transport bus et lancha, entrée, petit dej et repas de midi compris, ainsi que la visite de Bonampak). Sinon en voiture ou colectivo puis lancha.
Affluence : Presque personne. Nous étions un groupe d’une quinzaine de personnes (mais nous avons quitté le groupe pour être tranquille). En indépendant nous avons du croiser 6 personnes de plus. Certains coins sont même totalement déserté par les touristes car un peu à l’écart de la place principale (la petite acropolis à 10-15 min de la grande acropolis ; et le temple du soleil, que nous n’avons pas eu le temps de voir car situé plus loin)

Les dernières peintures mayas à Bonampak ❤️❤️🤍🤍🤍

La visite du site de Yaxchilan est toujours couplé avec Bonampak, qui est assez proche. Les deux offrent des ruines uniques pour le Mexique. En effet, le site est beaucoup plus petit, mais il abrite une petite merveille : des fresques de l’époque mayas, bien conservées ! Ce sont les seules véritables peintures de cette époque qui ont été retrouvées… C’est vraiment très beau, un héritage unique. Elles sont dans des pièces où on ne peut rentrer qu’à 3, sans sac à dos, casquette, chapeau pour ne pas les abîmer. Flash interdit évidemment. On était juste un peu déçus car étant en groupe le planning a un peu débordé, on est arrivé assez tard à Bonampak. Si le site ferme à 17h, les pièces avec les peintures ferment à 16h30… Ce qui fait qu’on a du se presser un peu.

Il faut savoir aussi que le site est tenu par des descendants des mayas et vous en croiserez probablement. Les hommes et petits garçons sont habillés de « robe » blanche et ont les cheveux longs. Pour se distinguer les filles sont vêtues de couleur.

Prix : 50$MXN
Accès : compris dans notre tour à 850$MXN (voir paragraphe précédent). Sinon en voiture puis transport obligatoire depuis le parking jusqu’au site avec le transport de la communauté (pas donné, dans les 350$MXN apparemment pour moins de 10 minutes)
Affluence : presque personne

L’incontournable cité maya de Palenque ❤️❤️❤️❤️🤍

Situé à côté de la ville du même nom, ce site est facile d’accès et très beau. Il y a plusieurs pyramides très bien conservées. Pour cette visite nous avons fait appel à un guide afin d’en savoir plus sur les ruines au Mexique. C’était très intéressant, nous avons appris plein de détails sur les mayas ! Saviez-vous par exemple que les chefs mayas étaient albinos, parfois des femmes (et oui !) et comme ils se mariaient entre personnes de la même famille, ils avaient pas mal de handicaps. Mais loin d’être caché, c’était plutôt mis en avant. Il y a beaucoup de sculptures sur le site de personnes avec des handicaps physiques (on aurait jamais remarqué ça tous seuls).

La visite se termine par une petite exploration de la forêt alentour où il reste encore beaucoup de ruines à découvrir. Avec le guide nous avons la possibilité de rentrer dans le haut de certains temples où on a dégagé seulement l’entrée. Mode Indiana Jones activé ! Il nous montre aussi les arbres et on fait l’expérience de goûter… des termites ! Et bien c’est pas mauvais en vérité. Si un jour on est perdu en forêt on ne manquera pas de protéines !

Prix : 36 + 75$MXN / Prix du guide perso : 1000$MXN pour 2h
Accès : colectivo à 20$MXN (emplacement marqué sur maps.me)
Affluence : pas mal de monde

Se retrouver seuls dans les ruines de Becan au Mexique ❤️❤️❤️❤️🤍

À côté de la ville de Xpijil. Assez compliqué en transport en commun, nous avons loué une voiture à Chetumal pour deux jours et avons exploré tranquillement ce coin. Le site est assez grand et il n’y a personne encore une fois (on a croisé 4 personnes). Il y a de très grandes pyramides, très raides (il y a des cordes pour s’aider). En haut on voit la forêt aux alentours. Un endroit très tranquille, la balade dans les ruines est agréable.

Prix : 60$MXN
Accès : en voiture
Affluence : presque personne (on a croisé deux couples !)

Les ruines exceptionnelles de Calakmul ❤️❤️❤️❤️🤍

Encore des ruines qu’on ne voulait pas rater au Mexique ! Situé dans la même région que Becan, mais plus connue. Accès difficile, le début de la route pour y accéder est bien, puis il y a 40 km de route pleine de trous ! Parfois des trous qui prennent toute la route…! C’est limité à 30km/h, le trajet est long. En plus on s’est tapé des travaux qui nous ont bloqué une demie heure quand même. D’ici quelques années il devrait y avoir une meilleure route (on croise les doigts pour les futurs voyageurs).

Sur la route on peut rencontrer des animaux dont des pumas apparemment. Bon vous vous en doutez, le puma n’est pas du genre à se mettre au bord de la route à attendre les touristes alors nous n’en verrons pas. Nous croiserons des espèces de dindons, des centaines de papillons qui volent sur le chemin et même un serpent qui traverse la route !

En arrivant sur le site, on découvre des édifices genre musées avec des petites expos… Mais tout cela à moitié abandonné. On se croirait dans Jurassic Park. Ça donne l’impression qu’ils ont voulu faire un truc de fou et au final les visiteurs n’ont pas suivi et ils ont tout laissé à l’abandon (ils auraient d’abord du s’occuper de l’état de la route peut-être ?!).

Le site archéologique est très très grand. On y a passé 3h et on aurait pu y rester bien plus si on n’avait pas eu la voiture de loc à ramener à Chetumal. C’est très tranquille car au milieu de la forêt (on a quand même eu droit à un sale gosse qui braillait à tout va). Quand on monte en haut des pyramides (dont la plus haute de la civilisation maya), on voit la forêt à perte de vue !! C’est magnifique !

Si vous êtes dans le coin vous pouvez en profiter pour aller voir un phénomène assez unique : la sortie d’une immense colonie de chauve-souris (il y en aurait entre 1,5 et 2 millions !) qui partent chasser. C’est sur la grande route, peu après avoir quitté la route qui mène à Calakmul. Il faut y être une demie-heure avant le coucher de soleil (l’heure change selon la période de l’année, donc mieux vaut regarder sur Google en temps voulu). Si vous avez un bandana ou quelque chose pour vous protéger le nez, prenez-le car ça pue !!! xD (accès gratuit… pour l’instant)

Prix : 50 + 75 + 100 $MXN (deux « péages » sur la route, puis le droit de visite)
Accès : en voiture. On peut trouver des taxis depuis Xpujil apparemment, mais le mieux est de louer une voiture.
Affluence : très peu de monde

Les ruines mayas les plus photogéniques du Mexique à Tulum ❤️❤️❤️🤍🤍

Incontournable lors d’un voyage dans la péninsule du Yucatan, les ruines de Tulum deviennent victimes de leur succès au Mexique. Nous avons suivi le conseil des blogs : venir à l’ouverture à 8h ! (Enfin on est arrivé un peu après, indépendamment de notre volonté…) Jusqu’à 9h30 nous étions tranquilles, très peu de monde… Et ensuite c’était un déferlement de groupes ! L’horreur…! Il faut dire que ces ruines n’ont pas de pyramides mais sont situées en bord de falaise, face à l’océan turquoise des Caraïbes. Un cadre exceptionnel. On a adoré, ça changeait des autres sites mayas dans la forêt et ça faisait plus petite ville. Le site se visite rapidement, en 1h ou 2. On peut amener son maillot de bain pour se baigner. Malheureusement pour nous, la plage était fermée pour cause de marée haute. On y rencontre aussi des iguanes et des coatis tout mignons.

Prix : 75$MXN
Accès : en voiture (parking payant), en vélo (nous avions prévu ça, mais notre hôtel nous a oublié et s’est réveillé trop tard… Ça nous semble une bonne option en tout cas), en taxi ou en minibus depuis le centre (20$MXN)
Affluence : beaucoup de monde à partir de 9h30

La célèbre cité de Chichen Itza ❤️❤️❤️❤️🤍

Encore un incontournable du Mexique… En effet la pyramide, El Castillo fait partie des Sept Nouvelles Merveilles du Monde ! C’est la 3ème merveille de ce classement que nous découvrons (après le Colisée en Italie et le Machu Picchu au Pérou). Elle est en effet splendide et fait bien son petit effet lorsque nous la découvrons à la lumière du petit matin. Car comme pour Tulum, c’est un lieu de visite très prisée et mieux vaut y aller à l’ouverture à 8h.

Nous avons dormi à Pisté, la ville à côté, dans une chambre miteuse, sans eau (génial quand il fait 35°C !), et sommes allés en voiture sur le site, situé à 5 minutes. Il y avait encore peu de monde et nous avons pu bien profiter de la pyramide et des ruines qui l’entourent. Car Chichen itza ce n’est pas que la pyramide, le site est grand et il faut s’accorder quelques heures pour le parcourir. On a bien aimé le temple avec les colonnes, celui avec les têtes de mort et surtout le terrain de jeu de balle, qui est vraiment le plus grand que l’on ait vu ! Quand on se place au milieu et que l’on frappe dans ses mains, on entend l’écho : on imagine facilement l’ambiance qu’il devait y avoir…

Prix : 480$MXN (une fortune !)
Accès : en voiture (parking à 100$MXN). Il doit y avoir des colectivos depuis Pisté.
Affluence : énormément de monde et des hordes de vendeurs sur le site qui rendent la visite pénible.

Les superbes bâtiments de Uxmal ❤️❤️❤️🤍🤍

Notre dernier site ! On a un peu hésité car ça faisait beaucoup de ruines mais on avait entendu du bien sur ces ruines et au final on n’a pas regretté ! Les bâtiments sont restaurés et sont très travaillés. Ça change encore des autres sites archéologiques. Il y a deux pyramides, on ne peut grimper que sur l’une, on se balade sur les édifices et on rencontre pleiiin d’iguanes !

Prix : 413$MXN (encore une fois, ils se gavent sur les touristes étrangers)
Accès : en voiture (parking payant en plus bien sûr)
Affluence : peu de monde


À savoir qu’il n’y a quasiment pas d’explications, sauf sur certains sites (Chichen Itza par exemple, mais ça reste basique). On peut payer un guide mais cela ajoute un budget conséquent (nous l’avons fait une fois car nous avions envie d’en savoir plus sur les Mayas). Sinon nous utilisions le Guide du Routard sur le Mexique qui donnait souvent des cartes des sites et quelques explications avec les incontournables, ça nous a bien aidé ! Également l’application gratuite Maps.me, bien utile pour se repérer et se balader dans les grands sites en pleine forêt (comme à Calakmul et Yaxchilan).

Prévoir de l’eau et un chapeau car certains endroits ont peu d’ombres (sauf quand ils sont en pleine forêt !) et il fait très chaud, surtout quand on grimpe les pyramides.

Le Mexique c’est un rêve pour les fans d’histoire et de ruines ! On a adoré découvrir tous ces endroits témoins d’une période mystérieuse…

Ostia Antica

Ostia Antica était le port de la Rome Antique. Il en reste de nombreuses ruines, c’est toute une ville que l’on peut visiter ! A cause de l’ensablement, la ville est maintenant à l’intérieur des terres, la mer est plus loin qu’à l’époque !
J’y étais allée avec ma classe de latin au collège, j’en gardais un bon souvenir. Comme le premier dimanche du mois le site est gratuit, c’était pour nous une bonne occasion d’y aller.
On peut y accéder en une demie-heure par le train depuis Rome.

C’est un endroit super pour se balader, pour retrouver un peu de tranquillité. A seulement trente minutes de la capitale, on se retrouve dans un endroit charmant, qui fait très vacances. Surtout avec cette chaleur ! (d’ailleurs on peut aller à la plage avec le même train).

DSC_0457

On se promène ainsi au milieu des ruines et des pins parasols (on adore !), dans des rues, on découvre d’antiques statues, des maisons, les restes de thermes…

DSC_0360

DSC_0357

DSC_0375

DSC_0444

DSC_0463

Les restes de mosaïques :

DSC_0370

Le théâtre d’Ostie est un grand moment de la visite :

DSC_0386

DSC_04172

Temple de Cerere sur la place des Corporations :

DSC_0415

DSC_0406

Le Capitole :

DSC_0454

On découvre le Thermopolium, une taverne très bien conservée. C’est vraiment génial de se retrouver là, à imaginer des gens commander à boire il y a 2000 ans !

DSC_0431

DSC_0432

DSC_0439

DSC_0434

DSC_0429

C’est génial de se balader dans cette ancienne ville. Si vous êtes à Rome, que vous êtes intéressés par l’antiquité et que vous avez le temps, n’hésitez pas à y aller ! C’est très facile d’accès, pas cher et très tranquille.

DSC_0425

Nos conseils :

– Gratuit le premier dimanche du mois

– Y passer au moins une demie-journée, prévoir un pique-nique car c’est vraiment tranquille et agréable de déjeuner à l’ombre des pins ou des ruines ! 🙂

– Pour y accéder en train : aller jusqu’à la station Piramide et prendre le train Roma-Lido. Le ticket est le même que celui qu’on prend pour les transports en commun dans Rome, à seulement 1.5€. Ça vaut vraiment le coup !
Compter une demie-heure de trajet avant d’arriver à Ostia Antica. Une fois arrivé à la gare, traverser la passerelle en hauteur (tout droit) et marcher environ 5 minutes avant d’arriver au site. C’est indiqué dès la gare, bien sûr !

La Rome Antique : les incontournables Colisée, Forum et Palatin

Rome, la ville éternelle, fut fondée, d’après la légende, par Romulus le 21 avril 753 av. J.-C. (oui c’est précis), sur le Mont Palatin. Rome est une ville au passé historique extrêmement riche et personnellement je suis assez fan de ce pan de l’histoire qu’est la Rome Antique (le seul truc que je retiens de mes cours de latin).
Ainsi, comment aller à Rome sans visiter ces célèbres monuments antiques, le Colisée en tête !

Pour cela, on achète un billet à 12€ qui permet de visiter le Colisée, le Forum et le Palatin, valable deux jours (mais une seule entrée possible pour chaque monument). C’est plutôt accessible comme prix !
Pour éviter les files d’attentes interminables pour acheter son ticket : plutôt que de l’acheter au Colisée, allez d’abord au Palatin et prenez le ici. Nous avons fait comme ça et il n’y avait personne ! Alors qu’il y a sans arrêt la queue pour les acheter au Colisée. Un bon plan donc 😉

Nous visitons donc d’abord le Palatin, l’endroit est hyper agréable ! Sur une petite colline, un petit havre de paix et de nature entoure les ruines. L’odeur des pins embaume le paysage et les grillons chantent. On ne se croirait vraiment pas dans une capitale !

Le Palatin est donc l’endroit où fut fondée Rome, sur l’une des sept collines de Rome.
On y découvre les ruines de palais datant de l’Empire Romain (et le nom Palatin vient de là).

DSC_0687

DSC_0695

DSC_0747

DSC_0704

Mais aussi les restes de l’aqueduc romain qui traversait la ville à l’époque.

DSC_0685

Depuis le haut de la colline, au sud, on a une vue sur le Cirque Maxime… Ou plutôt on avait, car maintenant il ne reste rien de l’imposant Cirque. Bien dommage car ça devait être impressionnant ! On peut seulement s’imaginer sa grandeur :

cirque-maxime

En comparaison, voici l’image d’une maquette de Rome à l’époque. On peut y voir le Cirque Maxime à droite, avec l’aqueduc juste au dessus. On y voit aussi le Colisée bien sûr, et sur sa gauche le Forum. Ça avait l’air dingue ! (alors que c’était il y a 2000 ans !)

plastico_romaimperiale_museodellaciviltaromana_3490

Notre visite du Palatin est ponctuée par des œuvres contemporaines (une expo) souvent assez étranges, surtout dans cet environnement.

DSC_0693

DSC_0716

DSC_0729

Il y a aussi un musée qui raconte un peu l’histoire du Palatin, des premiers habitants de Rome… On peut voir par exemple une maquette interactive sur les premières habitations romaines, qui étaient donc situées sur le Palatin.

DSC_0748

Mais aussi des images de reconstitution de la ville pendant l’Antiquité, on dirait vraiment une ville moderne !

DSC_0750

Par contre, on s’est un peu fait avoir. On pensait que le Palatin et le Forum étaient indépendants l’un de l’autre et qu’on pourrait sortir déjeuner entre les 2 visites. Mais en fait non, et c’est très grand, du coup on avait super faim et il n’y avait pas grand-chose pour manger, nous avons été obligé de nous contenter de chips et cacahuètes achetés à un distributeur perdu au milieu des ruines. Dommage, si on avait su on aurait prévu un pique nique car l’endroit est parfait pour !!

DSC_0755

Vue sur la ville depuis le Palatin

Après cette petite pause, depuis le Palatin, il y a une superbe vue sur le Forum, et un peu plus loin, le Colisée. Impressionnant ! Mais on peine à imaginer comment cela était à l’époque, malgré nos livres qui l’illustrent plutôt bien. Quelle tristesse qu’il ne reste plus que des ruines. Le Forum était l’endroit où les romains se retrouvaient, une sorte de place publique.

DSC_0781

forum

DSC_0805

Pour vous rendre compte comment c’était à l’époque, voici une image qui montre un peu le Forum, malheureusement je n’en ai pas trouvé de meilleure qualité sur internet  qui illustre bien :

Roman Forum. The reconstruction of the 19th century. Painter Becchetti. Watercolour.

On peut ensuite se promener dans le Forum, au milieu des ruines des temples, la maison des Vestales, qui entretenaient le feu sacré…

DSC_0857

DSC_0864

DSC_0887

DSC_0884

DSC_0906

DSC_0909

On a ensuite trouvé une super vue sur le Colisée (depuis le Forum), où il n’y avait personne ! ^^ Bon plan !

DSC_0945

DSC_0981

Comme il était un peu tard, qu’on était fatigué et qu’on avait faim, nous avons décidé de revenir le lendemain pour visiter le Colisée.
Nous y sommes allés en fin d’après-midi pour éviter le monde. Vu qu’on avait nos tickets c’est allé très vite, nous avons aussi prit un audioguide, histoire d’avoir quelques explications.

DSC_0190

DSC_0987

D’abord on monte à un étage, ce qui donne une super vue d’ensemble sur l’intérieur de cet amphithéâtre mythique.

interieur-colisee

DSC_0207

On ne peut pas monter aux autres étages du Colisée, trop dangereux, car le monument est quand même en ruine et loin d’être de qu’il a été. On a quand même une jolie vue sur l’arc de Constantin et au loin le forum. D’ailleurs, à l’époque romaine, à côté de l’amphithéâtre Flavien, se trouvait une gigantesque statue en bronze, le Colosse de Néron, détruite depuis. C’est en fait de là que vient le nom de Colisée (Colosseo en italien).

DSC_0233

DSC_0242

DSC_0246

Ensuite, on descend pour voir le sous-sol de plus près (dommage on ne pouvait pas aller sur la piste… J’aurais trop aimé me retrouver « au milieu » du Colisée, tel un gladiateur !). C’est bientôt la fermeture et il n’y a plus beaucoup de monde, ce qui est super agréable ! On profite mieux du monument, et on peut observer les chats qui investissent les vestiges ^^

DSC_0268

Nos conseils :

– Soit vous achetez vos tickets à l’avance sur internet, soit, comme nous, vous les achetez au Palatin (ou au Forum, je suppose que c’est à peu près pareil), afin d’éviter la queue pour le Colisée.

– Prendre un pique-nique pour le Palatin, l’endroit est très sympa

– Visiter le Colisée en fin d’après-midi pour éviter la foule (en particulier les groupes !)

– Si vous ne connaissez rien à la Rome Antique et voulez quelques infos, pensez aux audio-guides (un pour deux est suffisant)

Ayutthaya

Ayutthaya est une ville se trouvant à 80 km au Nord de Bangkok. Nous y sommes allés en train, depuis la gare de Bangkok, il faut environ 1h20 pour y arriver. A l’aller nous avons prit le train en 2nde classe, le déjeuner était compris dans le billet, pratique !

DSC_0027

DSC_0018

Ayutthaya fut la capitale du Siam de 1350 à 1767. La cité fut pillée par l’armée birmane et détruite en 1767. On peut visiter les vestiges de cette civilisation, qui constituent le parc historique d’Ayutthaya, en vélo, à dos d’éléphant ou en tuk tuk.
Pour notre part, nous avons prit un tuk tuk qui nous a amené dans les différents endroits que nous voulions visiter.

Ce parc est classé au patrimoine mondial de l’Unesco, et c’est compréhensible, c’est vraiment un très ben endroit et c’est impressionnant de se promener au milieu de ces ruines.

DSC_0216

DSC_0035

DSC_0041

DSC_0056

DSC_0099

DSC_0058

DSC_0106

DSC_0134

DSC_01562

DSC_0153

DSC_0162

DSC_0178

DSC_0221

DSC_0317

Sur l’un des sites on peut voir une tête de Bouddha dans un arbre, personne ne sait comment elle est arrivée là.

DSC_0186

DSC_0190

DSC_0202

DSC_0410

DSC_0414

DSC_0405

Nous sommes également allé dans un temple qui abrite un grand Bouddha (et oui y’en a partout !).

DSC_0323

DSC_0332

DSC_0345

On était très content de cette découverte, on a beaucoup aimé. C’est vraiment un site à ne pas manquer si on est à Bangkok !

Au retour on a prit le train en 3ème classe : moins cher, par contre, difficile de trouver une place assise ; il y avait beaucoup de monde.