Archives du mot-clé incas

Le lac Titicaca, entre Pérou et Bolivie

Après avoir passé un peu plus d’un mois au Mexique, nous retournons sur le continent sud-américain. Un vol de Cancun nous emmène jusqu’à Lima au Pérou, puis un vol intérieur jusqu’à Juliaca (après une sacrée nuit passée à l’aéroport – aïe !). A la base nous voulions aller directement en Bolivie mais les vols étaient beaucoup plus chers. En repassant par le Pérou, nous économisions beaucoup et cela nous permettait de découvrir le lac Titicaca que nous avions du zapper quelques mois auparavant à cause du mal des montagnes. Et oui il ne faut pas oublier que le lac Titicaca est célèbre car il est le plus haut lac navigable du monde.

Le lac Titicaca côté Pérou : Puno, la grande ville

L’arrivée à Juliaca en avion est déjà superbe : on aperçoit les grandes plaines, et cet immense lac. Le paysage change beaucoup du Mexique, on est bien de retour au Pérou ! Au petit aéroport, nous prenons un minibus direction Puno, la plus grande ville de la région. Nous nous reposons de notre voyage et de notre nuit à l’aéroport, afin également de s’acclimater à l’altitude. Nous voici de retour bien haut, à 3800m. Nous retrouvons la gastronomie péruvienne et les fameux Chifas, ces restaurants chinois-péruviens. C’est assez rigolo de retourner dans un pays qu’on connaît déjà, on retrouve quelques habitudes, comme les boissons typiques, les matés de coca, les petits menus complets et pas chers…

Nous nous baladons dans Puno, qui n’a rien de spécial en soi. Il y a un port au bord du lac, nous nous y promenons un peu et cela nous donne l’occasion de découvrir le nombre de détritus qui jonchent les alentours du lac… Quelle tristesse, c’est une véritable décharge, et qu’est-ce que ça pue…

Nous apercevons les groupes de touristes qui reviennent de leurs excursions des îles péruviennes du lac. Beaucoup de touristes, de très grands groupes. Nous avons déjà entendu de nombreux retours négatifs sur ces excursions, que c’est devenu un véritable business. Nous sommes un peu indécis là-dessus : nous avons envie de voir les célèbres îles flottantes du lac mais d’un autre côté nous ne nous sentons pas à l’aise de participer à ce business. Les hordes de touristes nous ont aidé à faire notre choix : nous n’irons pas et suivrons l’exemple d’autres voyageurs avant nous en allant découvrir un autre coin moins fréquenté du lac Titicaca.

Parenthèse de tranquillité à Llachon

Nous rejoignons après 1h30 de colectivo le petit village de Llachon. L’endroit est très paisible, il y a une petite église, quelques maisons. Un monsieur nous aborde, après lui avoir dit que nous sommes à la recherche d’un logement, il nous conseille quelques hébergements, dont « chez Félix », un peu plus loin à l’écart du village. Nous partons à pieds pour 1,5km sur un chemin de terre, nous profitons des belles vues sur le lac et les maisons dans une ambiance paisible.

Arrivés chez Félix, nous sommes accueillis par un grand sourire et on nous propose une chambre double. Le cadre est exceptionnel, vue face au lac. Après avoir mangé une sopita (une petite soupe) on se balade dans les alentours, près du lac, qui nous surprend par sa merveilleuse couleur, puis nous grimpons jusqu’à un mirador. Ce n’est pas long mais ça grimpe pas mal et à cette altitude le souffle est court ! On peut voir l’île Taquile en face (une des îles où la plupart des voyageurs du lac Titicaca se rendent).

Tout est tranquille, on croise seulement deux agriculteurs en train de bosser. Ici la vie semble s’être arrêtée. Les gens cultivent tous leurs terres, à l’ancienne, il n’y a aucune machine. Les alentours du lac sont façonnés par cette agriculture, qui date de plusieurs siècles.

Le soir chez Felix, nous dinons à 18h30. Il nous explique qu’ils se lèvent vers 5h pour travailler dans les champs, donc au lit pas tard !

Nous admirons le coucher de soleil puis nous allons nous réfugier sous nos 4 couvertures ! La journée, avec le soleil il fait bon, mais une fois celui-ci couché, le froid est glacial à cette altitude.

Le lendemain, après un bon petit dej où on a eu droit à une crêpe, nous nous baladons près du lac, profitant du soleil, puis nous repartons vers le village, attendant un autre colectivo pour nous ramener vers Puno.

Une fois à Puno, nous prenons nos billets de bus pour notre prochaine étape : la Bolivie !

Le lac Titicaca coté Bolivie : Copacabana et la Isla del Sol

Le voyage se passe sans encombres, nous remplissons un formulaire avec des informations à laisser à la frontière à Kasani et on se fait tamponner une nouvelle fois notre passeport, 5ème pays de notre voyage ! Nous nous arrêtons à Copacabana, la plus grande ville d’ici (mais beaucoup plus petite que Puno au Pérou). Et non, rien à voir avec la plage de Rio de Janeiro ! x)

Le lendemain nous nous rendons vers le port à 8h, on achète nos tickets pour le bateau, quelques empanadas et en avant pour un voyage en bateau jusqu’à la isla del sol, l’île du soleil.

L’île est un lieu très important pour les incas, elle serait le berceau de cette civilisation. On y retrouve de nombreuses ruines incas, mais elle serait habité par l’homme depuis plusieurs millénaires, bien avant les incas. Elle portait le nom de Titikaka, donnant ainsi son nom au célèbre lac où elle se trouve.

A la base nous pensions arriver au nord de l’île (où se trouvent plusieurs ruines) et marcher jusqu’au sud mais c’est devenu compliqué depuis quelques temps à cause de tensions entre les habitants… Les bateaux n’amènent les touristes plus que dans la partie sud, alors tant pis on change nos plans.

Nous arrivons donc à Yumani après 1h30 de navigation environ.

Arrivés au petit port nous payons une taxe, puis entamons la montée de l’escalier de l’inca. C’est un peu dur à 4000m d’altitude, on peut se rafraîchir pendant le trajet à la fontaine de l’inca. Nous trouvons une petite chambre dans un hôtel très mignon, d’où nous avons une jolie vue, et après y avoir laissé nos affaires, nous partons pour une randonnée, d’abord en direction du sud de l’île.

Nous allons jusqu’au temple Pilko Kaina (à environ 2 km) où se trouve le Palais de l’Inca. C’est ici que le chef inca logeait quand il était sur l’île. L’endroit est gratuit, la rando facile en soi mais avec l’altitude on perd vite son souffle et attention au mal de tête. On reprend des forces avec un jus d’orange fraîchement pressé. Les vues sont superbes, encore une fois nous sommes émerveillés par la beauté de ce lac et ses îles. Les femmes sont toutes habillées traditionnellement, beaucoup de couleurs, elles portent toutes des chapeaux, souvent melons (typique de la Bolivie). Encore une fois, on se sent apaisé dans cet environnement, où tout est resté si simple. Sur l’île pas de voiture, pas de machine, tout se fait à pied ou avec l’aide des ânes et des lamas.

Au retour, Manu approche un lama et on peut vérifier ce qu’on a lu dans Tintin et le Temple du Soleil depuis tout jeune : le lama crache ! Oui oui ! « Quand lama fâché, lui toujours faire ainsi ». C’est pas une blague ! Bon après pas de gros mollard, juste de l’eau et de l’herbe (et oui l’animal était en train de manger). Merci à ce lama pour ce beau fou rire en tout cas !

On continue ensuite notre chemin plus au nord, on passe le village de Yumani, maps.me nous fait passer par des rues improbables… lol
Nous arrivons au Cerro Pallo Khassa, ça grimpe un peu, ça fatigue, mais nous avons une superbe vue ! On croise des ânes et des lamas, tout cela est très pittoresque.

Sur le retour, on croise plein de restaurants, l’île est touristique. Nous faisons un arrêt au restaurant Pachamama, où nous dégusterons une bière bien fraîche, installés dans des rocking chairs, face à une superbe vue.

Après s’être posé à l’hôtel, nous sortons vers 18h30 à la recherche d’un resto près de notre hôtel… C’est compliqué ! Tout semble fermé. On trouve finalement quelque chose d’ouvert un peu plus loin, une dame toute timide, où je dégusterai une truite, la spécialité sur le lac Titicaca.

Le lendemain nous profitons de la vue une dernière fois, avec un bon petit déjeuner au soleil, avant de rejoindre Copacabana, puis de prendre un bus pour La Paz !

Le lac Titicaca, un nom qui fait rêver et rigoler et qu’on connaît tous ! Nous ne pensions pas être autant charmé. Mais il faut absolument s’éloigner des « grandes » villes et se retrouver sur une île ou dans un petit village comme nous l’avons fait à Llachon, pour s’imprégner de ce lieu. On ne s’attendait pas à grand-chose en venant visiter ce lac. Finalement nous sommes tombés amoureux de ce lieu ! Ce lac est immense et sa couleur bleutée nous a émerveillé. Mais c’est surtout car c’est un voyage hors du temps, au milieu des populations quechuas et ayamaras, qui travaillent la terre à l’ancienne, pêchent, élèvent des des animaux… Ce n’est peut-être pas l’endroit le plus « photogénique » (même si c’est magnifique), c’est un endroit qui se « vit ». La vie est simple et si paisible. Définitivement un incontournable pour nous !

Infos pratiques (prix 2019) :

  • Navette Juliaca – Puno : 15 soles (4€)
  • Où manger à Puno : Sabores Peruano, plusieurs plats de chicharron, dont à la truite très bon ! Restaurant local, bon rapport qualité prix. Machu Pizza pour des pizzas correctes, endroit sympa, Pisco Sour.
  • Colectivo pour Llachon : direct depuis Puno, point indiqué sur maps.me. 1H30 de route, 7 soles / personne (2€). Pour le retour, colectivo jusqu’à Capachica (3 soles), puis Puno (5 soles).
  • Chambre double avec salle de bain privée chez « Felix » à Llachon, 35 soles par personne (9,5€). Repas sur place, matés/infusions à volonté. Il n’y a pas vraiment de commerces dans le village (amenez des snacks pour les petits creux et de l’eau !).
  • Bus Puno – Copacabana : 30 soles (8€), passage de frontière très simple (un papier à remplir pour entrer en Bolivie)
  • Bateau Copacabana – Isla Del Sol : 20Bs (2,6€, aller). Départ tous les jours à 8h30 et 13h30. Possibilité de faire un arrêt à la Isla de la Luna.
  • Où dormir à la Isla del Sol : Palacio del Inca, dans les 25€ pour une chambre double avec petite salle de bain privée, petit dej compris.
  • Bus Copacabana – La Paz : 30Bs (4€) avec la compagnie Vicuña, 3h30 de route.

Cuzco et la Vallée Sacrée des Incas

Après quelques jours à Lima, nous partons pour Cuzco, la ville la plus touristique du Pérou. Il nous faudra 21h de bus pour y arriver ! Nous découvrons les paysages de la cordillère des Andes pour la première fois et c’est magnifique.
Nous avons un bus tout confort, avec la compagnie Cruz del Sur. Larges sièges inclinables pour dormir, repas du soir et petit dej compris. On a même droit au wifi qui marche de temps en temps ^^ Malgré ça c’est un soulagement d’arriver à Cuzco et de respirer l’air extérieur !

Nous retrouvons ma cousine Rachel au airbnb que nous avons loué ensemble. Cette première après-midi sera consacré aux courses, et au repos ! On sent vite qu’on est en altitude (3400m), monter quelques marches nous demandent plus d’efforts qu’habituellement. Le soir petit apéro avec les bières péruviennes Cusqueña puis on se regarde le dernier épisode de Game of Thrones 😉

Cuzco, le nombril du monde

Visite de Cuzco

Nous nous baladons dans la ville et découvrons la superbe Plaza des Armas. Ici beaucoup de jeunes femmes nous accostent pour nos proposer… des massages ! Bizarre, le Pérou n’est pas forcément réputé pour ça ? En fait on suppose que c’est pour soulager tous les gens qui font des randos et treks aux alentours. C’est sûr un petit massage ça peut aider 🙂

Sur cette place touristique, des églises, des restos, des boutiques pour des tours et aussi des enseignes bien connus comme McDo, KFC et Starbucks. Mais ici, leurs logos sont en noir, pour ne pas détoner avec le reste de cette place traditionnelle !

Nous allons au marché couvert, découvrons tous les stands, mangeons un menu pour 5 soles (1.33 € – une soupe de pâtes suivie d’un poulet à la milanaise accompagné de riz évidemment) et faisons quelques emplettes en attendant que la pluie s’arrête (bijoux, chocolat, maté de coca…).

Nous retournons sur la plaza des Armas pour joindre un « free walking tour », un guide anglophone va nous faire visiter la ville et à la fin on lui donne le pourboire que l’on souhaite. C’est très intéressant, surtout que Cuzco est sans doute la ville la plus vieille d’Amérique ! Cuzco (ou Cusco en espagnol) vient de « Cosco » qui signifie « nombril » en quechua : c’était la capitale et le centre du royaume inca. Ce qui est génial ici c’est qu’il reste beaucoup de vestiges de cette période. Les murs incas ont été conservé et tiennent depuis des centaines d’années. Ces murs ne sont pas droits mais inclinés afin de résister aux tremblements de terre, courant dans la région. On apprend aussi que la ville de Cuzco est construite en forme de puma (animal vénéré par les incas), vue du ciel on peut apparemment s’en rendre compte. Certains quartiers sont spécialement dans certaines parties du corps du puma, comme par exemple le site Saqsaywaman qui représente la tête de l’animal.

Après cela nous allons dans une chocolaterie et faisons une dégustation : chocolat blanc, chocolat au lait, chocolat noir, dont du 100 % cacao, très amer ! Nous goûtons aussi du thé fait avec les coques des fèves de cacao ainsi que des alcools au chocolat et fruits d’ici. Tout est délicieux.

La visite se termine avec le quartier de San Blas, sur les hauteurs de la ville, avec un petit Pisco Sour (le cocktail péruvien ! Super bon) avec vue sur Cuzco au coucher de soleil… Pas mal !

Les musées de Cusco

Nous achetons le boleto turistico, qui est obligatoire pour visiter certains coins de la vallée sacrée (autour de Cuzco) et qui nous permet également de visiter des musées de la ville. Nous en avons choisi 3, les photos étaient interdites partout.

– le Museo Historico Regional : retrace l’histoire du Pérou, le rez-de-chaussée parle des anciennes civilisations jusqu’aux Incas, avec des artefacts de l’époque. L’étage du musée est consacré à la conquête espagnole et aux révolutionnaires péruviens. C’est plutôt intéressant.

– le Museo de Arte Popular : vraiment bizarre. Une expo de poupées et figurines un peu flippantes et quelques photos de Cuzco datant du début du 20ème siècle. Pas terrible, on est resté 10 min.

– le Museo de Sitio Qorikancha : il se trouve en sous-sol, sous des ruines. On y trouve des artefacts incas et surtout 3 momies en position fœtale. Assez étonnant à voir.

Qorikancha  et l’ancien temple du soleil, transformé en église à l’arrivée des espagnols

Visite des ruines Saqsaywaman

Sur les hauteurs de Cuzco, c’est un grand site datant des incas, en forme donc de tête de puma. Nous y allons en taxi, et redescendons à pied en ville.

Certaines constructions ont des pierres immenses, très bien travaillées. C’est plutôt étonnant et on se demande comment ils ont fait pour amener ces pierres jusque là, juste à la force humaine.

On rencontre aussi des lamas et on a une vue magnifique sur Cuzco et les montagnes environnantes !

La Vallée Sacrée

Le village de Chinchero

Depuis Cuzco nous prenons un colectivo (on peut trouver le point de départ sur l’application maps.me) jusqu’à Chinchero, un petit village blanc. Ici la plupart des femmes sont habillées de manières traditionnelles.

Il y a des ruines à visiter (compris dans le boleto turistico), le paysage est très beau.

A l’entrée des ruines se trouve un petit marché, avec vente de tissus, tapis et babioles en tout genre.

Pour le repas du midi nous mangeons nos premiers vrais empanadas, cuits au four à bois. Des petits beignets typiques du continent fourrées à la viande, au fromage ou aux légumes. Accompagnés de Chicha Morada, une boisson péruvienne ancestrale (les incas et bien d’autres civilisations avant eux en buvaient) à base de maïs violet (oui oui ça existe ici!) fermenté. C’est étonnant mais plutôt bon !

Les terrasses de Moray

De retour sur la route principale de Chinchero, nous nous approchons des taxis. Une touriste vient nous voir et on comprend rapidement qu’elle est française. Elle nous propose de partager les frais d’un taxi avec elle et son mari pour visiter deux sites de la Vallée Sacrée : Moray et Maras. En effet si on ne passe pas par un tour, il faut un taxi, car les sites ne sont pas accessibles directement en bus ou colectivo.

Nous voici donc tous les quatre avec le chauffeur qui me demande sans arrêt si je veux m’arrêter prendre des photos. Oui juste moi, « la señorita » ! Ça nous a bien fait rire !

Les routes dans la vallée, au milieu des montagnes, l’environnement est juste splendide.

Nous allons d’abord aux terrasses de Moray, et à la première vision nous sommes juste époustouflés. C’est magnifique ! On en fait le tour en environ 30 minutes. On ne descend pas dans les terrasses car le taxi nous attend et nos acolytes sont plutôt ponctuels ! x)

Ces terrasses datent des incas, c’était un centre de recherche agricole. Entre la terrasse du bas et celle du haut, il y a une vingtaine de micro-climats (plus chaud en bas), ce qui permettait la culture de plus de 250 plantes différentes. Ingénieux !

Les salineras de Maras

Après cela, le taxi nous amène à l’autre point à voir, qui se trouve à proximité : 3000 bassins pour la culture du sel. C’est gigantesque ! Ces salines datent également de l’époque inca. Elles sont toujours utilisées par des locaux.

On peut se promener près de certaines salines.

Il y a des boutiques qui vendent des souvenirs et bien sûr du sel.

En repartant, le taxi nous arrête à un point de vue pour voir les salines dans leur globalité, vraiment impressionnant !

Après cela, le taxi nous dépose à un carrefour, près d’une grande route. Des taxis nous accostent mais nous attendons un colectivo qui nous amènera jusqu’à Ollantaytambo, notre prochaine étape.

Visite d’Ollantaytambo et sa forteresse

Ollantaytambo est une petite ville anciennement inca qui a gardé des rues de l’époque. Ici, la route est encore pavée.

On peut visiter sa forteresse qui fut le siège de bataille entre incas et conquistadors. Il y a un temple du Soleil, beaucoup de fontaines car il y avait aussi un temple de l’eau.

D’en haut on a une superbe vue et on peut apercevoir un autre site inca, Pinkuylluna sur la montagne en face.

Cette région est la plus touristique du Pérou, mais elle vaut bien le coup ! Cuzco est une superbe ville dans laquelle on se sent bien, et les alentours sont enchanteurs. C’est aussi depuis ici que l’on peut organiser son voyage pour le Machu Picchu. On a adoré en apprendre plus sur la culture inca et découvrir les paysages de la vallée sacrée qu’ils ont façonnés (on voit beaucoup de terrasses et ruines sur la route).

Infos pratiques :

– le boleto turistico coûte 130 soles (35 €) pour une durée de 10 jours. Inclus les visites de plusieurs musées de Cuzco, le site Saqsaywaman, Chinchero, les terrasses de Moray, Ollantaytambo, et d’autres sites autour de Cuzco que nous n’avons pas fait.

– les salineras de Maras coûtent 10 soles (moins de 3 €) par personne

– le taxi pour aller de Chinchero à Moray et Maras était à 70 soles (19 €, divisé en 4)

Où manger à Cuzco ?

– le Buffet Frances, pour une bonne raclette avec du fromage andin et de la charcuterie locale. Avec une cousine savoyarde, c’était un passage obligé x) Un petit plaisir bien sympa, et le vin argentin était également très bon!

Jardin Organiko, produits frais et locaux, des plats végétariens, idéal pour manger des légumes quand on en a marre du riz et des patates. Nous avons goûté les salades, superbes et délicieuses ! (première fois qu’on mange des fleurs ^^ ) Les limonades sont aussi super bonnes ! Un vrai régal.

– le marché San Pedro ! Pour manger pas cher dans une ambiance typique.

Où dormir et manger à Ollantaytambo ?

Hostel Apu Qhawarina, une auberge un peu à part du centre mais proche des ruines. Petite chambre avec salle de bain privée et petit déjeuner. Personnel très sympa !

Café la Esquina, très bon sandwiches, pas mal de choix végétarien et vraiment bon !

Canberra – Musées

On nous avait dit qu’il n’y avait pas grand chose à faire à Canberra ; effectivement c’est moins animé que Sydney (forcément c’est plus petit) mais il y a quelques bâtiments à visiter et pas mal de musées aussi.
Nous en avons visité deux : le National Museum of Australia et le National Gallery of Australia.

Le National Museum of Australia est un bâtiment récent (inauguré en 2001, à l’occasion du centenaire de la fédération australienne) à l’architecture originale.
Le musée (gratuit) explique l’histoire de l’Australie à travers différentes expos.

DSC_0448

Dans le hall du bâtiment sont exposés des voitures et autres moyens de locomotion qui ont servi à faire le tour de l’Australie (même un vélo !), ainsi qu’un écran géant qui diffuse une sélection de photos publiées sur Twitter et Instagram lors de l’Australia Day (26 janvier).

Parmi les différents moyens de transports, on y découvre une sorte de grande caravane avec un gros bric à brac, toute colorée, tirée par un tracteur. Elle appartenait à un homme qui se déplaçait de ville en ville avec sa femme, leur fille et leurs animaux pour travailler autour de l’Australie. Super original et génial à voir ! Quand on voit les photos de l’époque, en noir et blanc, c’est tellement fade à côté de l’objet, qui est plein de couleurs !

DSC_0387

Citroën 5CV (la classe !)

DSC_0366

DSC_0378

Le tracteur et derrière la fameuse caravane

DSC_0371

La caravane vue de derrière

La visite du musée commence par un film présenté de manière originale, puis on accède au musée, où l’on peut se promener à travers les époques et les thèmes. On apprend pas mal de chose sur les animaux typiquement australien, ceux toujours présents comme ceux qui ont disparu depuis l’apparition des européens sur le continent. Quelques infos sur les impressions des premiers européens lorsqu’ils ont découvert cet étrange continent, son étrange faune et sa flore, avec des espèces tellement étranges qu’ils ont du revoir le classement animal. ^^

Il y a également quelques collections d’objets aborigènes, des témoignages aborigènes, des objets de gens du monde entier en rapport avec l’Australie…

DSC_0398

DSC_0405

Chauve-souris géante !!

DSC_0422

C’est un très beau musée, très intéressant, autant pour les grands que les plus petits. On a beaucoup aimé !

 DSC_0441

 Nous sommes aussi allés au National Gallery of Australia qui expose des œuvres d’art de plusieurs époques et régions du monde.
La collection permanente est gratuite (et assez riche), nous sommes allés voir les galeries sur l’impressionnisme (beaucoup de français !), cubisme, pop art…
Mais nous avons passé la majeure partie de notre temps à l’exposition du moment (payante : 25$) sur les Incas et l’or car ça nous intéressait beaucoup. Superbe expo qui exposait de nombreux objets d’Amérique du Sud, de différentes civilisations (les Incas étant les plus récents). On a pu voir leur fascination pour l’or grâce à divers objets, parfois très très vieux. Malheureusement pas de photos souvenirs, c’était interdit… 🙁