Archives du mot-clé plage

la piscina, plage et palmier des caraibes

Les plages de la côte Caraïbes en Colombie : de Palomino au parc Tayrona

Après avoir regardé le tour de France avec le gérant de notre hôtel à Carthagène (les colombiens adorent le tour de France), un mini bus vient nous récupérer. Nous partons découvrir les plages de la côte caraïbes de la Colombie. Il nous conduit à notre première étape, Palomino, un village tranquille sur la côte.

Le bus a un problème sur la route, on est obligé d’attendre une heure sur une espèce d’aire d’autoroute qu’un autre bus nous récupère. Pendant le trajet nous pouvons admirer le paysage mais aussi la quantité d’ordures au bord des routes, des habitants vivant au milieu de dizaines / centaines de déchets plastiques… Ça fait sacrément mal au cœur.

Détente à Palomino

Arrivés à Palomino, le bus nous dépose sur la route principale et nous allons à pieds jusqu’à notre logement, Casa Mar Azul. Les gérants sont super sympas et notre studio est vraiment cool ! On est entouré d’arbres, le tout fait très relax, nature… On se sent bien direct ! La ville est petite et « roots ». Les routes ne sont pas goudronnées, la poussière est omniprésente.

Virée à la plage de Palomino

Nous sommes venus à Palomino pour un interlude « vacances ». Les plages de la côte Caraïbes de la Colombie nous faisaient doucement rêver… Palomino possède bien une plage mais elle est vraiment riquiqui !! On est dans les Caraïbes, on s’attendait à une plage de rêve mais c’est la déception. En plus on ne peut pas s’y baigner car les vagues sont trop dangereuses. On marche le long de la plage jusqu’à la rivière, qui se jette dans la mer. Ici on peut se baigner sans risque. Il y a du monde mais l’endroit est quand même très joli. On observe même des chevaux sur la rive d’en face, ajoutant encore plus de charme au lieu…

Tubbing sur la rivière

À Palomino, il y a quelques activités, dont une spéciale d’ici qui nous fait de l’œil : le tubbing. Notre hostel nous organise la sortie et en début d’après-midi, une moto vient nous récupérer. A trois sur une moto, à la mode colombienne ! On retrouve ensuite une deuxième moto et nous nous retrouvons sur un chemin de terre où il vaut mieux bien s’accrocher… Car, petit détail : on porte des gilets de sauvetages apparemment obligatoire pour le tubbing MAIS on n’a pas de casque ! Normal !

Arrivés au bout de la route, on emprunte un chemin à pieds, avec nos grosses bouées. Ce n’est pas très long mais ça grimpe au milieu des cailloux et du sable. Il faut prendre garde à ne pas glisser avec nos tongs. Tout cela sous les grondements des singes hurleurs. Leurs « cris » sont vraiment impressionnants… (si vous ne connaissez pas, je vous invite à les écouter sur cette vidéo, prise au Mexique).

Lorsqu’on arrive à la rivière, on fait un plouf avec notre jeune guide. L’eau est fraîche mais fait beaucoup de bien dans ce climat tropical. Ensuite on s’installe dans nos bouées et on se laisse porter par le courant. La rivière est basse (la saison humide n’est pas encore passée). Notre jeune guide nous montre les oiseaux et animaux que l’on croise.

Quand on arrive près du pont de Palomino, on décide de s’arrêter ici, avant d’arriver à la plage. Notre guide nous quitte et part en moto avec les bouées. On rentre à pieds en suivant ses indications, en espérant ne pas nous perdre car on n’a pas nos téléphones. Ici c’est la campagne, tout le monde est à moto et on verra notre record de gens sur une moto : 6 personnes (enfant et bébé compris) !

On passe dans le village, on voit des enfants jouer au foot, on croise des colombiens. Ici, nous sommes de l’autre côté de la route principale, on voit Palomino sous un autre visage.
D’un côté les petits hôtels, les restos, la plage… D’un autre la vie locale, les vrais habitants de Palomino, là où les touristes comme nous ne vont jamais. Ça n’a rien à voir et ça nous fait un peu bizarre de voir cette fracture.

Ricard et Kogis, mélange de cultures en Colombie

Le soir on va au Bikini Bar, on discute avec le gérant qui est français et on en profite pour boire un Ricard ! Qui aurait crû qu’on boirait un Ricard en Colombie ?! On profite du concert, il y a même un Kogi qui y assiste aussi.

Les Kogis, c’est une communauté indigène, vivant en harmonie avec la nature, dans cette région de la Colombie. Ils sont reconnaissables à leur tenue : en tunique blanche, avec un sac en bandoulière en fibres végétales, souvent les pieds nus et avec un petit chapeau pointu sur la tête. Nous les avions découvert dans l’émission « Rendez-vous en terre inconnue », où Thomas Pesquet était invité à découvrir leur mode de vie. C’est un reportage qui m’a marqué et on était plutôt surpris de voir un Kogi ici !

Où manger à Palomino ?

  • Pour une ambiance sympa, des happy hours et de la nourriture simple mais bonne, direction le Bikini Bar (qui fait également hôtel). On était trop content de retrouver un peu de France avec le Ricard et la sauce au bleu dans les wraps !
  • Pour un délicieux repas dans un joli cadre, un autre resto tenu par une française (décidément !), la Casa Cocotte. L’une des rares fois du voyage où j’ai réussi à avoir un steak saignant x)

Découverte des plus belles plages de la côte Caraïbes en Colombie avec le parc Tayrona

Passage à Santa Marta

Pour quitter Palomino, nous prenons un bus pour Santa Marta (il en passe toutes les 30 minutes sur la route principale). Santa Marta est une grande ville et pour nous une simple étape.

Le lendemain de notre arrivée, nous laissons nos gros bagages à notre petit hôtel pour pouvoir partir léger car nous allons randonner pour deux jours. Direction le parc Tayrona, pour continuer d’explorer les plages de la côte Caraïbes de la Colombie !

Nous prenons un bus au Mercado Publico, avec un petit sac à dos chacun. Nous avons peu d’affaires dedans mais beaucoup d’eau (6L) et un peu de nourriture.
Dans le bus, devant nous, se trouvent deux Kogis : un homme et une petite fille. La petite fille est toute mignonne et s’amuse avec nous. On descend en même temps qu’eux à l’entrée Calabazo du parc Tayrona. Eux rejoignent probablement leur lieu de vie, alors que nous, nous sommes de simple visiteurs. Nous payons l’entrée, plus une assurance, obligatoire.

Premier jour de rando dans le parc Tayrona : de Calabazo à la Playa Brava

La randonnée commence, le début est difficile car ça grimpe et il fait super chaud, en plein soleil. Arrivés dans la forêt, on s’octroie une pause pique-nique. Nos sacs sont un peu lourds avec toute cette eau. Mais il fait une telle chaleur, avec une humidité à plus de 80%, qu’elle n’est pas de trop : on boit énormément. Dans la forêt, nous sommes seuls, accompagnés des bruits des insectes qui font un vrai vacarme !

Après 3h30 de marche (pauses comprises) nous arrivons à notre destination : Playa Brava ! Est-ce qu’elle doit son nom car elle n’est accessible qu’après plusieurs heures de marche en forêt tropicale ?! Le parc est très fréquenté mais cette plage beaucoup moins.

Nous payons pour un hamac, avec moustiquaire et couverture. Plusieurs hamacs sont disposés en étoile sous un abri (comme un dortoir mais en plein air et avec des hamacs à la place des lits). Pour ceux qui souhaitent plus de confort, il y a de jolies cabanes à louer mais le prix n’est pas le même. Il y a aussi une cabane avec plusieurs cabines de toilettes et douches que nous pouvons utiliser.

On se baigne sur la plage, c’est superbe et calme… On ne s’éloigne cependant pas du bord car le courant ici est dangereux et on nous a bien mis en garde. Mais quel bonheur de se rafraîchir après ces efforts !

Le soir nous mangeons sur place. Les prix sont plus élevés qu’habituellement en Colombie mais nous n’avons pas vraiment le choix haha et un vrai repas nous fait du bien pour recharger les batteries.

Malheureusement il se met à pleuvoir, des gros crapauds sont de sortie (attention à ne pas marcher dessus dans la nuit noire !). On s’offre quand même une bière, face à la mer…

La nuit dans les hamacs est un peu difficile, finalement les couvertures sont utiles, l’air se rafraîchit. Il faut dire que nous sommes quand même dehors, avec l’air marin.

Deuxième jour de randonnée au Parc Tayrona : de Playa Brava à El Zaino

Vers 5h30, nous sommes réveillés par le lever du soleil, c’est un magnifique spectacle… Mais je suis trop fatiguée pour me lever ou même dégainer l’appareil photo pour immortaliser ça. On se lève à 7h, pour partir vers 7h30. Il fait déjà très chaud et très très humide. On transpire à grosses gouttes et ce n’est pas la montée infernale dès le début de la rando qui va arranger ça ! Nous marchons au milieu de la forêt tropicale, où nous croisons un petit chat tout maigre… Nous lui faisons grignoter quelques snacks jusqu’à ce qu’un gros avocat tombe d’un arbre à côté de nous. Le petit minet se met à le dévorer, affamé. Il nous fait mal au cœur, mais nous n’avons pas d’autres choix que de le laisser ici.

Malgré nos vérifications du chemin sur maps.me, nous nous perdons sans le savoir (il n’y a pas vraiment d’indications). Le chemin nous paraît bizarre, plus difficile… On arrive devant deux Kogis, qui nous attendent et nous demandent où on va. On se rend compte que nous sommes arrivés dans la limite du Pueblito, le village où vivent les Kogis. Il était auparavant possible de le visiter mais désormais, il est interdit d’accès, pour préserver la tranquillité des habitants, qui ont déjà perdu une bonne partie de leurs terres… On leur explique en espagnol qu’on est perdu et ils nous indiquent le bon chemin, en nous observant pour vérifier qu’on s’éloigne bien 😅

Pause méritée à Playa Nudista

La rando continue dans la forêt, après avoir grimpé, ça descend maintenant à pic, c’est très fatiguant. Heureusement, après environ 3h d’effort, nous arrivons à Playa Nudista (et oui, une plage où on peut se baigner à poil !). On se baigne rapidement pour se rafraîchir (avec nos maillots, je vous voir venir, coquins !). L’endroit est superbe et presque désert.

L’une des plus belles plages de la côte Caraïbes de Colombie : Cabo San Juan

On reprend notre marche et au bout d’une vingtaine de minute, nous arrivons à Cabo San Juan, réputée comme la plus belle plage du parc Tayrona mais aussi de Colombie. En effet, c’est très beau, mais c’est pas la même ambiance que nous avons eu jusque là : il y a un monde fou !!
Le camping de la plage n’a rien à voir avec l’endroit où nous étions la veille : des dizaines de tentes collées les unes aux autres, sans ombre ! Ça ne fait pas rêver du tout…

Outre les plages à l’eau turquoise, il y a également des espèces de marécages avec des panneaux rappelant d’être prudents… Sous peine de se retrouver face à un crocodile !

Il est midi, le restaurant est pris d’assaut, on « réserve » une table pour manger vers 13h. En attendant, nous nous baignons dans ce décor paradisiaque. C’est agréable, l’eau est bonne, il n’y a presque pas de vagues mais par contre beaucoup de feuilles dans l’eau. Ça fait un peu sale, ce qui est dommage car à part ça, le sable brille dans l’eau. C’est magique, on dirait des pépites d’or !

Un peu de tranquillité à la Piscina

Après avoir mangé et repris des forces, nous repartons. Après 20/30 minutes de marche nous arrivons à la Piscina, une autre plage, où il n’y a pas du tout de vagues, d’où son nom, une vraie piscine. Il y a peu de monde, et nous en profitons pour nous détendre dans l’eau un bon moment.

Sortie du parc et retour à Santa Marta

Il faut ensuite marcher jusqu’à l’entrée du parc, c’est encore 1h15-1h30 de marche qui nous attend… Cette partie est plus simple,le chemin est tracé, car beaucoup de gens passent par ici. Mais ça commence à être long, on est très fatigués, entre tous ces kilomètres, la chaleur, l’humidité et la nuit dans le hamac qui n’a pas été très réparatrice. Heureusement il y a encore quelques beaux points de vue.

Enfin, nous arrivons à Cañaveral, l’arrêt où un mini-bus fait les derniers km du parc pour aller jusqu’à la sortie, Zaino. Puis, nous prenons un bus pour retourner jusqu’à Santa Marta. Cependant, nous ne sommes pas au bout de nos peines ! Après deux jours en pleine nature nous n’avons plus de batterie sur nos vieux téléphones et une fois arrivés en ville nous devons compter sur notre mémoire pour retrouver le chemin de l’hôtel… Par je ne sais quel miracle, nous y arrivons finalement ! Le soir, nous sortons manger sur la place principale de la ville, qui est bien animée, comme toujours en Amérique du Sud 😄


Découvrir les plages de la côte Caraïbes de la Colombie a été un super moment, différent de ce qu’on avait vécu. Quand on entend Caraïbes, ça fait rêver ! Et même si nous avons globalement été un peu déçus par les plages, on garde de super souvenirs de certaines plages. Quand on a connu les plages australiennes, grandes et désertes, il semble que même les Caraïbes ont du mal à rivaliser !

Nous avons également été très touchés par la pauvreté et l’insalubrité de certains coins. Mais nous avons eu aussi de belles rencontres et la surprise de voir des Kogis. On pensait qu’ils se planquaient dans leurs montagnes, mais finalement nous en avons croisé plusieurs fois dans cette région. Cet endroit met à rude épreuve car la chaleur et l’humidité sont très éprouvantes. Santa Marta restera dans nos esprits pour nos nuits d’hôtel passées dans des chambres sans fenêtres et sans clim, avec juste un petit ventilo qui brasse un air étouffant ! Il faut un peu de temps pour s’habituer à être sans arrêt en sueur, mais au moins, on était prêts pour notre départ pour l’Amazonie !

Baignade et détente au Mexique : entre Cancun, Tulum, Bacalar, Celestun et Holbox

Le Mexique fait rêver pour sa culture unique, sa riche histoire, sa nourriture délicieuse… Mais aussi pour ses plages ! Entre côte Pacifique, Golfe du Mexique et Caraïbes, le Mexique offre de nombreuses options farniente.
Nous avons passé environ 5 semaines au Mexique, qui sont passées à une vitesse folle. Nous voulions quand même profiter d’être là pour passer quelques jours de détente, près de l’océan. Lors de notre voyage dans la péninsule du Yucatán, nous avons découvert quelques endroits paradisiaques.
On vous partage nos ressentis sur plusieurs endroits, ainsi que nos bonnes adresses (attention en pleine saison les prix ne sont pas toujours les mêmes).

Tulum, plages privées et cénotes

Nous sommes aller à Tulum, situé sur la côte Caraïbes, mais c’était simplement pour visiter les ruines mayas qui s’y trouvent. La côte est malheureusement envahie par les hôtels et plages privées. Sans parler des algues qui détruisent le paysage une bonne partie de l’année. Pour combler le manque de plage, il y a les cénotes, des trous d’eau douce. Ils étaient sacrés chez les mayas. Il y en a des centaines dans le Yucatan ! Nous avons été au Gran Cenote, accessible en colectivo depuis le centre-ville. Il est cher et aménagé (douche obligatoire avant la baignade) et très fréquenté. N’empêche que l’eau est hyper claire, superbe ! Il y a un coin avec beaucoup moins de monde. L’eau est très fraîche, mais avec la chaleur du Mexique, ce n’est pas un soucis. Avec une voiture il y a moyen de faire d’autres cenotes moins fréquentés.

Cancun, la détente à l’américaine

Il y a également Cancun, que nous avons découvert en une journée. Peu de monde s’y arrête et je les comprends bien, sa réputation la précède. Cette ville a été choisie et créée pour accueillir les touristes américains et désengorger Acapulco.

On avait envie de se faire notre avis. Nous avons logé dans le centre-ville, qui ressemble à une ville mexicaine quelconque (avec tout de même plus d’endroits qui proposent des happy hours) et nous sommes aller faire un tour sur la presqu’île, là où s’entassent tous les hôtels de luxe. Quel drôle de spectacle que de se retrouver dans un bus avec la musique à fond, entourés de mexicains, et de passer au milieu de ces hôtels qui ont investit le plus beau coin de la ville. C’est simple on a l’impression d’être aux Etats-Unis ! Ça nous a fait penser à Las Vegas. Enseignes de luxe comme Gucci à tire-larigot, boutique Harley Davidson, « Hard Rock Hôtel » et autres néons clignotants. On ressent un certain malaise en pensant que le prix d’une nuit dans beaucoup de ces hôtels dépassent le salaire moyen mensuel de l’employé mexicain qui y bosse. Mais les américains grands seigneurs ont quand même laissé un bout de plage libre d’accès pour les mexicains et nous autres voyageurs à petit budget : Los Delfines, tout au bout de la presqu’île. La plage est grande, le sable fin, l’eau turquoise, oui c’est beau ! Mais beaucoup de monde et malheureusement pas mal d’algues également, le point noir écologique de ces dernières années sur ces côtes.
Ici les vendeurs passent et repassent pour vendre à manger et bien sûr à boire – malgré le panneau à l’entrée de la plage signifiant que c’est interdit.

Il y a aussi d’autres endroits connus où nous ne sommes pas allés : Isla Mujeres, en face de Cancun, très prisée pour faire la fête, Playa del Carmen, Cozumel, une île parfaite pour plonger, et probablement d’autres que je ne connais pas.

Holbox, l’île hippie touristes

On vous vendra Holbox comme the new place to be du Mexique. Cancun c’est dépassé, trop d’américains, trop urbanisé. L’île d’Holbox se trouve pas loin et est un havre de paix où les voitures sont absentes. La réalité est un peu différente. Oui Holbox est moins touristique mais n’empêche qu’elle est envahie par les touristes. Nous étions hors saison alors c’était relativement tranquille mais on a vu le nombre d’hôtels, cabanes sur les bord de plage prêt à accueillir des hordes de voyageurs. Niveau urbanisme ce ne sont pas des hôtels en béton et au noms prestigieux mais des petits hôtels plus ou moins luxueux, avec un look naturel, beaucoup de bois, des cabanes, des hamacs,ce qui rend le lieu sympa et plus tendance. Les routes sont en terre et en effet il n’y a pas de voitures mais à la place il y a des voiturettes de golfe tout aussi polluantes, qui font un raffut pas possible et qui envahissent les routes. On est loin de la tranquillité annoncée !
Il y a aussi pas mal de street-art qui apporte du charme et une personnalitée à la petite ville.

On peut loger dans un hôtel près de la plage pour profiter des transats, ou simplement boire un verre pour en profiter. Ou bien on peut, comme nous, marcher un peu et se retrouver sur un bout de plage où il n’y a aucun besoin de payer. En hors saison c’est facile, en haute, je ne sais pas.

Le cadre est tout de même paradisiaque, sable blanc, eau turquoise et très chaude, cocotiers un peu partout… On peut d’ailleurs s’offrir une coco pour se rafraîchir de son eau (et manger sa chair si on le souhaite), sur la plage, ça c’est un vrai bonheur !

Le village possède beaucoup de restos, bars pour déguster alcool ou jus de fruits. On peut aussi profiter du coucher de soleil en se posant à l’un des bars face à la plage, on n’a pas pu résister à l’appel de la Margarita et du Guacamole !

C’est un lieu vraiment « chill », avec des endroits instagramables, des petits coins tendances et de jolies plages. Mais à force de le vendre comme l’endroit paradisiaque où aller, est-ce que ça ne va pas devenir un nouveau Cancun ?
Car au final, le côté sauvage/nature de l’île est pratiquement inexistant. Tout est aménagé, mais à la tendance du moment, le béton ayant laissé place au bois. Ce qui n’en reste pas moins (trop) urbanisé (n’en déplaise aux hipsters).

Où dormir à Holbox ?

Casa Frida, un peu à l’écart du centre et de la plage (5-10 minutes à pieds) mais très bon rapport qualité prix ! Petit studio bien équipé et hamacs à l’extérieur pour se détendre ^^

Bacalar, le lagon aux sept couleurs

Un autre endroit qu’on nous avait probablement survendu, la lagune de Bacalar. Un lac aux dégradés de bleu et à l’eau chaude, pas encore trop connu !

Alors oui, on est loin de l’effervescence Cancun, mais c’est déjà pas mal touristique ! Et cela se ressent sur les prix. Comme on venait de la région Chiapas juste avant, énormément moins touristique, on a ressenti un gros choc sur les prix. Déjà pour se loger ça a été compliqué, très cher. On a trouvé un hébergement à petit budget pour le coin, mais c’était pas top et vraiment loin de la lagune, pas pratique.

Il faut savoir qu’ici il n’y a pas vraiment de plage. De plus, on avait imaginé se balader au bord de la lagune, de profiter tranquillement, mais en fait tout est urbanisé autour, appartenant à des hôtels ou restaurants, l’accès est privé, donc ce fut impossible.

Des pontons sont construits autour de la lagune pour pouvoir s’y baigner, il en existe deux publics et gratuits, le reste ce sont les pontons privés des bars/restaurants : il faut consommer pour y avoir accès. Ce qui nous a un peu refroidi. De plus le sol est marécageux alors c’est un peu bizarre ! Depuis l’accès du ponton gratuit, le sol est vraiment gluant xD

On a aussi trouvé un accès payant, « Parque Eco », à seulement 5 $MXN, une sorte de mini-plage. Il y avait beaucoup de mexicains, et c’était un peu plus agréable notamment car il y a plus de place qu’au ponton gratuit.
Mais on ne peut pas s’empêcher de penser qu’il s’agit probablement du seul accès au lagon à un prix abordable pour les locaux, ce qui est un peu triste…

Où manger à Bacalar :

Jamba Maya, food truck où les tacos sont un peu plus chers qu’habituellement mais délicieux ! On a testé les tacos au poisson (3 pour 75$MXN) et un jambalaya.

Où boire un verre à Bacalar ?

La Playita, très touristique mais bonnes margaritas, on peut se baigner au lagon depuis leur ponton. On peut aussi y manger.

Damajuana, différents cocktails originaux au mezcal et jus de fruits mais c’est un peu cher. On peut aussi y manger japonais.

Celestun, village de pêcheur au goût de paradis

Comme nous cherchions un coin tranquille dont on n’avait pas entendu parler, j’ai regardé sur la carte du Mexique, coté Golfe du Mexique, dont peu de gens parlent et j’ai découvert (entre autre) Celestun.

Un petit village de pêcheurs aux routes en terre, peu de voitures, beaucoup de tuktuk. Peu de touristes, une ambiance calme et authentique.

Nous y étions en septembre, peut-être qu’en pleine saison il y a plus de monde, car pour nous pratiquement personne. Nous étions sur la plage avec une quinzaine de touristes, et on s’est retrouvé tous seuls dans l’eau !

Nous avions un hôtel sur la plage, en sortant des chambres on avait les pieds dans le sable, parfait ! Il y a même un petit coin détente sur la plage, au bord de l’hôtel, avec des petites tables paillotes,des transats et des balançoires… Le top pour une bière au coucher de soleil 🙂

On avait lu plusieurs fois (sur des blogs et dans le guide du routard) que les plages du Golfe du Mexique étaient bof, moins belles que celles des Caraïbes… Alors l’eau est peut-être un peu moins turquoise et le sable moins blanc mais il faut être difficile pour ne pas apprécier. Nous on a trouvé ça magnifique, l’eau est chaude, parfaite pour barboter et ce qu’on a apprécié c’est la tranquillité ! Ça c’est un gros gros plus !

Dans le village, un petit supermarché, ensuite pour acheter fruit et légume c’est dans des petits commerces, pareil pour les boissons alcoolisées. Il y a pas mal de restaurants, la plupart proposent du poisson évidemment. Nous n’en avons testé qu’un mais on s’est régalé ! A côté de notre hôtel, face à la plage, on a partagé un délicieux ceviche et le poisson du jour grillé. Que du frais, simple et délicieux. Avec des margaritas bien entendu !

Où dormir à Celestun :

Hôtel San Julio, bon rapport qualité prix, face à la plage, les pieds dans le sable ! Détente garantie.

Où manger à Celestun :

– Restaurant La Playita, sur la plage. Mais il y a plein de petits restos par là. Pour les amateurs de poisson (on est dans un village de pêcheurs!).

🌴 En résumé on a beaucoup aimé découvrir tous ces endroits, avec un coup de cœur pour Celestun, qui a été une belle surprise. Ce sont tous des endroits pour se détendre, et au final on les a tous aimé ! On préfère juste dire la vérité sur des lieux qui sont « survendus » et qui malgré ce qu’on essaye de nous faire croire sont déjà très touristique. Comme on se le dit, quand on a fait le tour de l’Australie en van et découvert de nombreuses plages paradisiaques et désertes, c’est difficile de trouver mieux (quand on aime les coins sauvages comme c’est notre cas) ! La prochaine fois on ira voir la côte Pacifique, qui est apparemment peu visité 😉

Huacachina, Paracas et Moron : oasis et animaux

Après Nazca, nous continuons de monter vers le nord en suivant la côte.

L’oasis de Huacachina

Nous arrivons dans la ville d’Ica pour une courte escale. Nous avons réservé un hôtel proche de Huacachina, l’oasis. Nous nous y rendons en moto-taxi (le plus économique).
L’oasis fait très usine à touristes. Direct on nous aborde pour essayer de nous vendre des tours en buggy et compagnie. On passe notre tour.

Nous recherchons un resto, il y en a une ribambelle autour de l’oasis. Dans le premier on nous ignore totalement, impossible de passer la commande alors nous partons (dommage ça avait l’air bien) et en choisissons un autre. Rien de fou mais il est 16h et nous commençons à crever la dalle !

Nous grimpons ensuite sur une des dunes qui entourent l’oasis afin de regarder le coucher de soleil. Pas facile de marcher dans tout ce sable !

Cependant la vue autour de nous est belle : des dunes, un bout de la ville d’Ica et bien sûr l’oasis. Il y a beaucoup de monde qui se pose et regarde ce spectacle. Certains en profitent pour redescendre avec une planche (comme en snowboard).

Nous regardons les lumières de l’oasis s’allumer puis rentrons à notre hôtel, toujours en moto-taxi.

Paracas

Nous nous arrêtons dans la petite ville balnéaire de Paracas. La plupart des routes sont en terre (mais c’était aussi le cas à Nazca), il y a plein de restos en bord de mer qui proposent des happy hours (auxquels nous ne résisteront pas).

Découverte en bateau des îles Ballestas

Départ matinal avec un groupe d’une vingtaine de personne sur un petit bateau, accompagné de deux guides pour aller jusqu’aux îles Ballestas. Celles-ci sont accessibles seulement en bateau, c’est un repère pour les oiseaux et animaux marins.

Sur la « route » on passe devant le Chandelier, un dessin possiblement fait par la civilisation Paracas ou par des pirates. Encore un mystère !

Arrivés aux îles, on ne peut pas débarquer dessus, on en fait juste le tour en bateau. On voit énormément d’oiseaux, c’est impressionnant ! On a également la chance d’observer des otaries et même des manchots ! Plutôt étonnant d’en voir ici, si proche de la ligne de l’équateur.

Par contre le temps est couvert et il fait très froid (surtout que le bateau n’est pas fermé alors on est en plein vent). Mieux vaut prévoir un coupe-vent.

La réserve de Paracas

Comme le tour des îles est assez rapide (environ 2h) nous avons le temps de faire un autre tour (organisé) dans la réserve, dont l’entrée est proche de la ville.
L’endroit est immense et nous n’en verrons qu’une petite partie.

Notre guide est sympa et explique beaucoup de choses, même TROP. En plus il donne les explications en espagnol et en anglais (en soit c’est super), alors il ne s’arrête jamais de brailler, au bout d’un moment c’est fatiguant xD

On voit des flamands roses de loin, puis on visite un musée sur le parc et ses habitants actuels et anciens (des pélicans et manchots géants ainsi que le terrible megalodon – requin géant).

Vous voyez les flamands roses ?

On nous amène à divers point de vue, dont la « Cathédrale » (écroulée en 2007 suite à un séisme), on voit plusieurs plages.

On descend une grosse « colline » de sable qui est très raide, c’est un peu flippant ! Pas sûr qu’on avait le droit car juste après un garde du parc arrive et a l’air d’enguirlander le guide !

On finit le tour dans un « village » de pêcheurs où il n’y a que des restos en fait. Ça pue l’arnaque à touristes ! Les plats sont un peu chers et on n’a pas très faim, alors on ne fera pas leur affaire.

Petit détour par Pisco

Une fois rentrés à notre petit hôtel, notre hôte nous explique comment nous rendre à Pisco. Un colectivo doit passer dans la rue, parfait !

On se retrouve sur la banquette arrière d’une voiture à priori normale, accompagné d’un péruvien. À l’avant le chauffeur et une femme avec son bébé (pas attachés – normal). Nos sacs tiennent à peine dans le coffre. Plutôt improbable comme expérience ^^

La laguna Morón – ou l’autre oasis

La fille à l’accueil de notre hôtel nous renseigne pour aller à la laguna Morón, une oasis pas très touristique, accessible depuis Pisco.
Un moto-taxi nous amène jusqu’au Mercado (on s’attendait à un marché couvert mais ce sont juste des stands dans la rue… Un gros bordel ! Lol)
Le tuktuk nous indique où sont les colectivos pour le village de Bernales, situé à côté de la laguna.

Après environ 30 minutes de colectivo, nous arrivons à Bernales. Le gars nous dit qu’on doit decendre et heureusement un monsieur dans le colectivo nous indique le chemin pour aller à la laguna.

Nous partons à pieds (il est aussi possible de payer un tuktuk ou un taxi), sur le chemin nous rencontrons des écolières, toutes contentes de nous voir, qui nous font coucou et nous lancent des « hello » « how are you ? » en riant.

On se retrouve rapidement au milieu des champs, on croise des agriculteurs. Dont une voiture avec 3 hommes qui s’arrêtent et nous demandent si on va à la laguna moron. On pense qu’ils vont nous dire que c’est fermé ou qu’on doit être véhiculé ou on ne sait quoi, histoire de nous soutirer quelques soles mais pas du tout, ils veulent juste nous indiquer le chemin.

Les gens sont juste sympas !

Après 45 minutes nous arrivons à l’oasis. Il n’y a personne, excepté 3 personnes (2 françaises -toujouuurs des français !!- et leur guide, qui nous ont doublé en voiture).
Un endroit hyper tranquille et sauvage ! On se pose sur une dune. C’est juste dommage qu’il fasse gris, s’il avait fait beau on aurait pu se baigner mais là il fait trop froid.

Sur le chemin retour, nous aurons droit à une pluie fine. De retour au village nous interpellons un colectivo et retournons à Pisco.
Le soir nous mangeons à l’hôtel et discutons avec la réceptionniste, adorable et ravie de nous faire travailler notre espagnol.

Conseils pratiques

Comment aller à l’oasis de Moron depuis Pisco.

Tuktuk jusqu’au mercado : entre 2,5 et 3 soles (moins d’un euro).
Colectivo pisco – bernales : 4 soles (1.10 €) par personne.
Puis en taxi ou à pieds jusqu’à l’oasis (demander votre chemin et regarder sur maps.me. Pas compliqué, il faut suivre une route de terre, terrain plat). Prévoir un pique-nique ou manger avant / après (ça nous a prit une demi-journée).
En comparaison nous avons vu que les tours pour y aller étaient à 150 soles (41 €) par personne…!

Brisbane et les plages de la côte Est

Nous arrivons dans la capitale du Queensland, Brisbane. La 3ème plus grande ville d’Australie. Nous n’y sommes que quelques jours, il n’y a pas grand chose à faire et à voir et on a vu assez de musées dans les autres villes… La ville est cependant plutôt jolie, on a bien aimé cette ambiance décontractée. Et il fait (presque) tout le temps beau !

DSC_0572

DSC_0579

DSC_0607

DSC_0621

DSC_0629

DSC_0635

En redescend la côte Est vers le Sud pour rejoindre Sydney nous sommes passés par quelques endroits célèbres en Australie et qui attirent beaucoup, beaucoup de touristes ! On n’était plus trop habitué à voir du monde et là on s’est vite retrouvé dans le traffic, avec des embouteillages etc. Le baaaad !

Nous avons vu la Gold Coast, une région juste au Sud de Brisbane, composées de plusieurs villes qui sont toutes collées, du coup ça fait un grand amas urbain sur plusieurs kilomètres. Les plages sont réputées pour attirer les surfeurs. D’ailleurs la ville la plus célèbre de la Gold Coast s’appelle Surfers Paradise (« le paradis de surfeurs »… oui il y a vraiment une ville qui s’appelle comme ça !). Les grands immeubles composés d’appartements sont en bord de plage, et la ville compte de nombreux restos, bars, boites… C’est très touristique et ça fait très « américain ». Ca peut être sympa d’y aller avec une bande de potes mais nous on ne s’est pas attardé car trop de monde, pas super en van…

DSC_0667

DSC_0675

DSC_0700

Ensuite nous avons fait un arrêt à Byron Bay, une petite ville très touristique (et on y est tombé pendant un week-end férié, du coup c’était blindé de monde !!). Là aussi la plage est un spot célèbre pour ses surfeurs et la ville est envahie par les jeunes voyageurs, l’ambiance est décontracté, c’était plutôt sympa. On s’est baladé un peu dans la ville, on est allé voir le phare et le soir on a dormi dans un parc national (?) aux abords de la ville, dans un endroit très tranquille c’était super 🙂

DSC_0722

DSC_0728

En passant par la ville de Port Macquarie nous avons fait un petit tour à l’hôpital pour koalas qui se trouve là-bas et recueille les koalas accidentés et/ou malades pour les sauver. Du coup on a pu revoir quelques koalas tout mignons (certains nous ont aussi fait un peu de peine car ils étaient mal en point… mais ils sont bien pris en charge ici au moins !), et c’était gratuit ! (mais on leur a laissé une petite donation quand même ^^)

DSC_0756

DSC_0763

 

Jervis Bay

Jervis Bay ne se trouve pas vraiment dans le New South Wales (l’état où se trouve Sydney par exemple), bien qu’elle soit entourée par cet état. Elle a un statut particulier, elle se trouve dans l’Australian Capital Territory, l’état où se trouve la capitale, Canberra. C’est un tout petit état créé juste pour accueillir la capitale et qu’ainsi elle ne dépende ni de Sydney ni de Melbourne (les deux grosses villes alentours). Jervis Bay appartient à l’état et est donc dans l’ACT.

Cette baie accueille de nombreux animaux sauvages (dauphins, kangourous, beaucoup d’oiseaux et de perroquets et même des baleines durant la saison) et on y trouve des plages paradisiaques, au sable blanc et aux eaux turquoises.

C’est ici que se trouve Hyams Beach, qui est soit disant la plage avec le sable le plus banc du monde ! Difficile à prouver mais effectivement le sable y est très blanc (ainsi que sur d’autres plages alentours).

 DSC_0002

DSC_0005

DSC_0011

DSC_0018

Dans Jervis Bay se trouve le Booderee National Park, un parc en partie tenu par des aborigènes. L’entrée est de 11$ par véhicule pour 48h.
On y trouve des chemins pédestres, de jolies plages au sable blanc, un jardin botanique et plein de kangourous !

 C’est ici que nous avons enfin vu nos premiers kangourous, enfin c’était plutôt des wallabies (ils sont plus petits). C’est génial de voir ces animaux en liberté. Ils sont très mignons, on en a vu sur les aires de pique-nique de Iluka et Green Patch, ainsi que sur le bord des routes (surtout en fin d’après-midi). A Green Patch on a même pu en caresser un ! 🙂 Ils sont rigolos, quand ils nous voient arriver ils ne s’enfuient pas mais nous observent longuement. C’est bien marrant quand on aperçoit une petite tête de kangourou au loin en train de nous regarder x)
On voit aussi quelques perroquets tout colorés et autres oiseaux !

DSC_0142

DSC_0149

DSC_0157

DSC_0082

Dans le parc, la plage de Murray est très belle, toujours le sable blanc et l’eau turquoise. Malheureusement l’eau est trop froide !! (surtout quand on a connu les plages de la Thaïlande qui sont aussi belles mais où l’eau est divinement chaude !!).

DSC_0028

DSC_0038

DSC_0175

DSC_0118

Le jardin botanique (entrée gratuite) est assez décevant, pas trop d’espèces d’arbres ou plantes différentes, peu d’explications, le lac n’est pas très accessible… (celui de Sydney est mieux par exemple)

 DSC_0134

Il est interdit de camper dans le parc, en dehors des campings payants, du coup on gare le van un peu plus loin pour dormir, on a trouvé un spot assez tranquille. 🙂

rainbow

DSC_0522

Nous passons aussi à Huskisson, une petite ville de Jervis Bay. Ici on peut réserver dans des tours opérateurs pour aller en mer voir les dauphins ou les baleines. Les baleines ça nous auraient bien plu mais malheureusement ce n’était pas la saison( elles ne sont là que de mai à novembre) et nous ne sommes pas allés voir les dauphins.

Mais on a vu plein de wallabies, de beaux oiseaux et perroquets ! 🙂

On the road

 Après les Blue Mountains, direction le Sud, en longeant le côte Est. Nous faisons un premier arrêt à Stanwell Park, une petite ville de 1400 habitants près de l’océan.

DSC_0455

Près de la plage se trouve un grand parc avec des tables de pique nique, un resto/café/snack, des toilettes et des douches individuelles (froides mais quand même ça fait plaisir!). Le parc est envahit par les cacatoès ! Il y en a plein et quand ils nous voient manger, ils s’approchent de nous. Ils sont plutôt gros et font des cris de dinosaures (on avait déjà remarqué à Sydney xD).

DSC_0413

DSC_0401

Au dessus de la plage, depuis les falaises on peut voir plein de gens en parapentes et deltaplanes. Il faut dire que la vue est superbe !
C’est ici que l’un des pionniers de l’aviation (Lawrence Hargrave) a réussi ses premiers vols.
La plage est très belle, le soir nous mangeons au café (c’est moins cher que Sydney !), puis nous trouvons un spot où garer le van pour la nuit, avec une belle vue sur la plage… 🙂

DSC_0419

DSC_0423

DSC_0430

DSC_0445

DSC_0444

 Le lendemain, nous reprenons la route en direction de Jervis Bay. Nous faisons une halte à 30 km au Sud de Stanwell Park, au Nan Tien Temple, un temple bouddhiste (le plus grand de l’hémisphère Sud). Nous le visitons, il y a plusieurs bâtiments avec différents Bouddhas, on croise quelques « nonnes » au crâne rasé (bizarrement pas d’hommes) et nous mangeons dans l’un des restos (plutôt une sorte de cafet) un repas végétarien (riz, , différents légumes agrémentés de gingembre et autres épices, du tofu et des fruits).

 DSC_0468

DSC_0491

DSC_0475

DSC_0479

DSC_0487

DSC_0485

DSC_0481

Nous reprenons la route avec un second stop à Kiama, une petite ville sur la côte réputée pour ses deux geysers. Malheureusement les geysers ne crachaient pas d’eau quand nous y sommes allés, nous n’avons vu que les gros trous d’où l’eau est expulsée. Dommage ! 🙁

  DSC_0493

DSC_0495

DSC_0496

On repart ensuite direction Jervis Bay !

DSC_0511

DSC_0514

Busan

Nous avons décidé de ne pas prendre l’avion entre la Corée et le Japon pour des raisons financières et aussi pour découvrir une autre manière de voyager. Nous avons ainsi pu découvrir une autre ville coréenne, Busan. Nous avons prit le train de Séoul pour rejoindre Busan, une ville côtière, au Sud de la Corée. La Corée possède le KTX (Korea Train Express) qui est en fait un dérivé de notre TGV !
Les trains sont plus confortables que chez nous quand même, on a beaucoup plus de place pour ses jambes, et il y a le wifi. Bien pratique pour s’occuper pendant le voyage 🙂
Le trajet dure 2h30, c’est assez rapide pour traverser le pays.

A Busan nous avons loué un appartement près de la plage de Haeundae. L’appart n’avait rien de spécial mais il était vraiment bien placé ! On était juste à côté de la plage. Busan est une ville très apprécié des coréens durant l’été, c’est un peu comme notre Côte d’Azur. 😉

Le 1er jour, après le voyage en train et du fait qu’on ne s’était pas posé une seule fois en une semaine, on n’a pas fait grand-chose, on s’est reposé, puis on a exploré les alentours, et bien sûr la plage. Il faisait froid donc on n’a pas profité de la baignade, mais c’était quand même très agréable et super joli !
Il y a une balade à faire près de la côte, au milieu des arbres, et avec le soleil couchant c’était très beau.

.
DSC_0281

DSC_0284

Pub pour l’aquarium de Busan ! (totalement géniales !)

DSC_0285

DSC_0286

DSC_0293

DSC_0308

DSC_0304

DSC_0316

DSC_0321

DSC_0339-(2)

Ensuite nous sommes allés dans une rue du quartier, où il y avait plein de restos avec des aquariums plein de poissons, crabes, anguilles, poulpes… C’était impressionnant ! Personnellement ça ne nous a pas vraiment mit en appétit, c’était un peu glauque de voir tout ces animaux entassés dans ces petits aquariums… On a préféré faire simple et s’acheter des nouilles ! Haha

DSC_0346

DSC_0342

DSC_0341

DSC_0345