Archives du mot-clé marché

La Paz et ses environs : le canyon de Palca et les ruines de Tiwanaku

La Paz : la capitale la plus haute du monde

La Paz, capitale administrative de la Bolivie (la capitale constitutionnelle est Sucre), est une ville tentaculaire de 1,6 million d’habitants, perchée à 3 640 m d’altitude. On y déambule non sans difficulté car la ville grouille de monde. On dirait que la population entière se trouve dans les rues tant le centre est fréquenté. Nous logions près de l’église San Francisco devant laquelle se trouve une grande place. Ici il y a tout le temps du monde, et en particulier le soir en week-end, on se croirait en plein festival ! On peut y manger sur le pouce, des empanadas ou spécialités du pays comme les boulettes de pomme de terre fourrées à la viande (ou autre).

A la recherche d’un endroit où manger c’est là qu’on se rend compte que les boliviens ont un petit souci… Ils adorent le poulet frit, à la mode KFC. Il y en a PARTOUT ! Et on ne trouve que ça ! On tente les « Chifas », les restos « chinois » mais malheur, là aussi c’est poulet frit à gogo, et très souvent ils ne proposent que ça, et nous n’aimons vraiment pas cela… La découverte de la gastronomie bolivienne commence bien… xD

En se baladant dans le centre, nous allons faire un tour à une curiosité locale : el mercado de las brujas, le marché aux sorcières. Ce n’est pas un marché normal, ici pas de vêtements, d’artisanats, ni de nourriture. On y trouve des objets plus ou moins insolites, en rapport avec la culture des ayamaras (le peuple de cette région) qui, malgré leur catholicisme conservent des traditions ancestrales vénérant la Pachamama (la terre mère) : herbes séchées, petites flasques, talismans, fœtus de lamas séchés… Oui vous avez bien lu ! Assez étonnant de se balader dans ces rues où l’on croise des lamas morts… Ces lamas sont achetés lors d’évènements importants, ou par exemple à la construction d’une maison. On enterre un fœtus de lama sous la maison, en offrande à la Pachamama, pour s’attirer la chance, porter bonheur.

La grande particularité de La Paz, c’est que c’est une ville entourée de collines. Ici, la tendance est inversée par rapport au reste du monde : les riches vivent au plus bas, les pauvres sont sur les collines, qui sont plus en altitude, là où l’air se fait plus rare. Les transports se font en bus et minibus dans le centre, et pour relier le centre aux collines c’est en téléphérique.

Ici le téléphérique c’est comme le métro chez nous, il y a plusieurs lignes et plusieurs stations où on peut faire des correspondances. On se repère grâce aux couleurs. Le téléphérique on l’a souvent utilisé en Amérique du Sud (vu que les montagnes sont omniprésentes) mais on ne l’a jamais vu en tant que transport en commun, utilisé quotidiennement par la population d’une ville. Nous avons donc voulu tester, pour le fun, et puis pour le prix (3 Bs ≃ 0,40 €), on n’allait pas se priver d’une balade en téléphérique et de la vue sur La Paz ! Nous montons jusqu’à El Alto, le quartier/ville au-dessus de La Paz avec la ligne rouge. Nous sommes à plus de 4100 m ! Il fait bien plus frais que dans le centre, en bas. La vue sur la ville et ses alentours est impressionnante.

Le Canyon de Palca, coin de nature à 1h de la capitale

La Paz c’est sympa mais il y a dans les environs d’autres endroits à explorer. En arrivant dans la ville en bus, nous avions découvert les paysages désertiques qui l’entourent. Sur les conseils de Sundaystorms, nous décidons d’aller au Canyon de Palca. Après 45 minutes de route en colectivo (pour en savoir plus sur comment y aller, voir les infos à la fin de l’article), nous arrivons près du village de Uni.

On rejoint le centre du village et on demande notre chemin à une dame. Une fois sur le bon chemin, on suivra les indications de maps.me. C’est facile, un grand chemin où les voitures peuvent passer et ça descend. La vue est splendide, sur les montagnes de différentes couleurs.

On arrive ensuite près du canyon, on en prend plein les yeux !

On descend dans le canyon, arrêt pique-nique tranquille. Nous sommes tous seuls ! C’est impressionnant et génial de se retrouver là. Le paysage fait très far west. On traverse le canyon, on peut suivre le minuscule filet de la « rivière ».

À la fin une montée nous attend pour rejoindre le village de Palca. On croisera sur la route quelques agriculteurs dans leurs champs. Nous arrivons au village après 3h30 (pause comprise, et on a pris notre temps). Arrivés à la place du village, on trouve tout de suite un colectivo pour La Paz qui va partir. Il fait un petit tour du village en klaxonnant pour prévenir les gens qui voudraient partir. En passant devant une maison, une dame installe une armoire, une table et des chaises sur le toit ! Un vrai déménagement xD Nous sommes de retour à La Paz après 1h15-30 de route.

Retour dans le temps avec les ruines de Tiwanaku

Un endroit que nous ne voulions pas louper en Bolivie et accessible depuis La Paz : Tiwanaku. Nous allons à côté du cimetière, où se trouve les colectivos qui s’y rendent. Cependant nous arrivons un peu tard, à 11h30 et il n’y a personne d’autre pour remplir le colectivo ! Celui-ci doit être rempli pour partir et rentrer dans ses frais. Le chauffeur nous propose de payer 6 sièges de plus et de partir car d’après lui il n’y aura personne d’autre, et ayant déjà attendu un petit moment on se doute qu’il a probablement raison. On est prêt à craquer après un peu de négociation quand arrive un mec : c’est Steve, un québécois et finalement nous partagerons les frais du colectivo avec lui. On payera 100 bolivianos (≃ 13,25 €), soit 33 Bs (≃ 4,40 €) chacun (au lieu de 15 Bs, ≃ 2 €). Heureusement ici ça vaut quand même le coup ! On se retrouve donc tous les 3 en colectivo ! Bien rigolo comme situation. Nous avons 1h30 de route, ça nous laisse le temps de discuter avec Steve qui est super content de parler français et qui s’en donne à cœur joie côté accent et expressions québécoises quand on lui dit que oui on le comprend bien !

En arrivant, on paye l’entrée et avec Manu on décide de prendre un guide. Oscar nous fait la visite à moitié en espagnol et en anglais, curieux mélange, mais au moins on se comprend.

On apprend que la civilisation Tiwanaku est très vieille, et ces ruines étaient le lieu où se déroulaient les rituels : sacrifices de lamas, fêtes pour les équinoxes… Ces dernières existent encore. Nous y étions fin septembre et on a pu voir les restes d’un feu sur les ruines sacrées pour célébrer le 21 septembre. Sur la pyramide, il y a un immense puits en forme de croix andine (symbole reprit par les Incas). Ils s’en servaient pour observer les étoiles qui se reflétaient dedans (on avait déjà entendu ça au Pérou, à Chavin). La pyramide doit être excavée d’ici quelques années : on voit des gens travailler sur les ruines pendant la visite.

Comme chez les Incas ensuite (décidément ils se sont beaucoup inspirés), il y avait 3 mondes, qui sont représentés par trois temples : le haut (dieux, condors, la pyramide), le milieu (homme, puma, le temple à hauteur « normal »), le bas (serpent, la mort, un temple construit plus bas que le niveau de la terre). Dans ce dernier, le temple construit plus bas, on observe plusieurs visages sculptés, probablement des personnes importantes. Certaines ressemblent à des aliens… haha On peut également y voir des canaux pour acheminer l’eau jusqu’aux terrains agricoles (le temple est en pente).

On voit le point le plus connu d’ici, pour lequel on et venu : la porte du Soleil ! Elle a inspiré Hergé pour Tintin et le Temple du Soleil (l’un des meilleurs albums !) et elle apparait dans le générique des « Mystérieuses Cités d’Or », un beau dessin animé qu’on adore. En vrai elle est plus petite que ce que l’on imaginait. Elle est fêlée car elle a été déplacé par les conquistadors… Ces derniers ont d’ailleurs utilisés beaucoup des pierres des temples pour construire… des églises.

On visite ensuite le musée de la céramique où sont exposés des objets retrouvés (pot, flèche), une momie, des crânes déformés et allongés (une manière pour l’élite de se distinguer).
Un autre musée à côté abrite les monolithes découverts sur le site. Des petits et des très grands. Il y en a beaucoup et probablement encore plein d’autres qui n’ont pas été découverts.
Le plus imposant mesure presque 8 mètres de haut et pèse 20 tonnes !! Il a été abîmé après avoir été exposé en plein La Paz. Il a été placé ici pour le protéger mais beaucoup d’inscriptions ont disparu pour toujours…

Il y a un autre site à 5 minutes de marche, compris également dans le ticket. Mais il est vraiment en ruines et sans guide ici on ne comprend pas grand chose. On recroise la croix andine, des portes tombées…

Au retour on trouvera un colectivo où on paye le prix normal car il y a du monde dans ce sens et à cette heure qui part du village à côté. On profite de ces magnifiques paysages, dans une ambiance décontractée.

La Paz est une ville qui ne laisse pas indifférent ! Elle est pleine de vie, ce qui est un peu fatiguant. Les alentours sont impressionnants, le canyon de Palca, une beauté méconnue (et gratuite), et ces ruines, témoignant du passé précolombien de la Bolivie, sont les rares du pays encore visibles.

Infos générales :

  • Où dormir à La Paz ? York B&B. Nous avions une très belle chambre double avec salle de bain privée. Petit dej buffet compris. Très bien placé, dans le centre (il ne faut pas s’attendre au calme par contre, le centre est vivant et très bruyant)
  • Comment aller au Canyon de Palca ? Colectivo depuis La Paz, point sur maps.me, 15 min à pieds depuis l’église San Francisco. Direction Palca, demander au chauffeur de vous laisser à Uni (et surveiller la route sur maps.me car il nous avait oublié xD). Retour depuis le centre de Palca. (Possible dans le sens inverse mais rando plus facile dans le sens Uni-Palca). 10 Bs (1,30 €) par personne le trajet.
  • Comment aller à Tiwanaku ? En excursion depuis La Paz, ou en colectivo, à côté du cimetière (indiqué sur maps.me). Y aller assez tôt ! 15 Bs (2 €), arrêt aux ruines. Pour le retour, attendre un colectivo au même endroit. Il nous a laissé à El Alto (15 Bs – 2 €), au terminus nous avons pris un autre colectivo pour le centre-ville (2 Bs – 0,25 €, rapide).
  • Prix entrée de Tiwanaku : 100 Bs (13 €) par personne.
  • Prix du guide à Tiwanaku : 130 Bs (17 €), divisible.

Patong

Nous avons commencé notre visite de la Thaïlande par l’île de Phuket, au sud du pays. Nous avons prit un hôtel à Patong, à environ une demie-heure de voiture de la ville de Phuket.
Nous arrivons dans la nuit à notre hôtel qui se trouve dans une petite rue tranquille. L’hôtel est récent et propre, tenu par un français (qui nous a donné quelques conseils, très sympa). Notre chambre est assez grande et confortable, nous sommes au dernier étage et juste au-dessus, sur le toit, se trouve une piscine ! 😉 Super cool pour se rafraîchir le soir !
Et oui car ici il fait TRES chaud (et humide) du matin au soir. Au moins pour s’habiller pas besoin de réfléchir longtemps : short et t-shirt ! (même à 2h du matin). Du coup la clim est installée un peu partout (et parfois ils en abusent un peu trop !).

DSC_0789

DSC_0832

Nous avons donc découvert Patong. Et bien après être passé en Corée et au Japon où tout est propre, nickel, récent, organisé (bien plus qu’en France) , ça nous a changé radicalement ^^ Ici, autant le dire directement, c’est un peu le bordel ! On a été surpris car Patong est quand même une destination touristique (oui il y a PLEIN PLEIN de touristes).
Je crois qu’on n’était pas trop préparé au changement ! A Tokyo par exemple ils ont des feux pour les piétons absolument partout et les piétons ne traversent jamais si le feux est rouge (très disciplinés !). En Thaïlande, rien à voir, pour traverser les rues il ne faut pas avoir peur, personne ne s’arrête ! On zigzag entre les voitures et les nombreux scooters qui déboulent de partout, en essayant de ne pas se faire écraser.
Dans les rues, il y a plein de câbles électriques, par endroits on les entend grésiller, pas très rassurant ! x)

La plage de Patong est plutôt grande, à côté il y a plein de petits commerces et sur la plage la journée des vendeurs proposent d’acheter des boissons fraîches (bières thaïlandaises!). Sur les plages de Thaïlande il y a également plein de marchands ambulants qui marchent sur la plage en essayant de nous vendre tout et n’importe quoi ! Également quelques restos sur la plage, plutôt sympa 🙂

DSC_0812

DSC_0794

DSC_0724

Patong n’est pas vraiment célèbre pour sa plage (il y en a des paradisiaques pas très loin… mais j’y reviendrais :p), c’est plutôt une ville connue pour faire la fête. Il y a une grande rue piétonne près de la plage avec plein de bars et clubs pour veiller toute la nuit.
Il y a toujours beaucoup de monde dans cette rue et on se fait accoster toutes les 20 secondes par des gens qui nous proposent de voir des « ping pong show »… En fait ce sont des spectacles où des femmes font diverses choses étonnantes avec leur vagin (comme jeter des balles de ping pong par leur vagin par exemple, d’où le nom). Je ne peux pas vous en dire plus car on n’a pas testé XD
Par contre on est allé en boite, la musique était A FOND, c’était pire qu’à un concert (merci le mal aux tympans après), et on n’avait pas vraiment l’impression d’être en Thaïlande. On était entouré de touristes occidentaux, très peu de thaï ! Il y a un nombre impressionnant de russes à Patong, d’ailleurs, dans certains restos et bars les menus sont traduits en anglais et en russe ! Certains thaï savent même parler le russe !

DSC_0873

DSC_0583

DSC_0585

DSC_0587

DSC_0596

A part ça à Patong il y a un marché où on peut acheter de la nourriture pour pas cher, il y avait même des insectes grillés mais on n’a pas testé, c’était pas très appétissant à voir en vrai x) (malheureusement je n’ai pas de photos)

DSC_0862

DSC_0864

Il y a également un très grand centre commercial avec plein de magasins occidentaux (même Yves Rocher !!), des enseignes de restauration américaines… Et même un endroit pour se faire une « fish pedicure » ! Vous savez, cette pratique où des petits poissons viennent vous manger les peaux mortes des pieds… Ça par contre, on a voulu tester ! Quand on plonge les pieds dans l’aquarium c’est le choc, tous les poissons se jettent dessus et du coup ça fait des chatouilles x) C’est difficile de rester sérieux (grosse tranche de marrade) et parfois on a envie d’enlever ses pieds tellement ça chatouille, mais au bout d’un moment on s’habitue ^^ Ça a duré 15 minutes, c’était vraiment rigolo et après on avait les pieds tout doux !

DSC_0875

DSC_0601

DSC_0885

DSC_0880

DSC_0608

 

Busan

Nous avons décidé de ne pas prendre l’avion entre la Corée et le Japon pour des raisons financières et aussi pour découvrir une autre manière de voyager. Nous avons ainsi pu découvrir une autre ville coréenne, Busan. Nous avons prit le train de Séoul pour rejoindre Busan, une ville côtière, au Sud de la Corée. La Corée possède le KTX (Korea Train Express) qui est en fait un dérivé de notre TGV !
Les trains sont plus confortables que chez nous quand même, on a beaucoup plus de place pour ses jambes, et il y a le wifi. Bien pratique pour s’occuper pendant le voyage 🙂
Le trajet dure 2h30, c’est assez rapide pour traverser le pays.

A Busan nous avons loué un appartement près de la plage de Haeundae. L’appart n’avait rien de spécial mais il était vraiment bien placé ! On était juste à côté de la plage. Busan est une ville très apprécié des coréens durant l’été, c’est un peu comme notre Côte d’Azur. 😉

Le 1er jour, après le voyage en train et du fait qu’on ne s’était pas posé une seule fois en une semaine, on n’a pas fait grand-chose, on s’est reposé, puis on a exploré les alentours, et bien sûr la plage. Il faisait froid donc on n’a pas profité de la baignade, mais c’était quand même très agréable et super joli !
Il y a une balade à faire près de la côte, au milieu des arbres, et avec le soleil couchant c’était très beau.

.
DSC_0281

DSC_0284

Pub pour l’aquarium de Busan ! (totalement géniales !)

DSC_0285

DSC_0286

DSC_0293

DSC_0308

DSC_0304

DSC_0316

DSC_0321

DSC_0339-(2)

Ensuite nous sommes allés dans une rue du quartier, où il y avait plein de restos avec des aquariums plein de poissons, crabes, anguilles, poulpes… C’était impressionnant ! Personnellement ça ne nous a pas vraiment mit en appétit, c’était un peu glauque de voir tout ces animaux entassés dans ces petits aquariums… On a préféré faire simple et s’acheter des nouilles ! Haha

DSC_0346

DSC_0342

DSC_0341

DSC_0345

Seoul

Bienvenue à Séoul, capitale de la Corée du Sud, 3ème ville la plus peuplée du monde avec ses quelques 10 millions d’habitants, et plus de 25 millions en comptant l’aire urbaine !

La Corée du Sud n’est pas très connue en France (en dehors de Samsung et de Psy avec Gangnam Style et sa danse du cheval !), ce qui est dommage car c’est un très beau pays avec un passé très riche et intéressant. Sans oublier la nourriture qui est excellente et vraiment propre au pays.

Voici un petit aperçu de cette ville qui va à 100 à l’heure, mélangeant modernité et tradition !

Myeong-dong est un quartier commercial avec plein de boutiques, de grands magasins, de banques. C’est là qu’on trouve les grands magasins Lotte, une marque que l’on voit partout en Corée. (Ils possèdent également les fast-food Lotteria, le « McDo coréen » en gros)

DSC_1191

DSC_1196

DSC_1202

DSC_1205

 

Le marché de Namdaemun est un marché permanent où l’on trouve des stands de nourriture, de vêtements, d’accessoires, cosmétiques, etc. Dans certains coins, en allant dans les petites rues on se retrouve au milieu des stands de poissons, derrière les restaurants, c’est sympa comme ambiance ! 🙂

DSC_1060

DSC_1055

DSC_1057

DSC_1092

DSC_1064

DSC_1071

DSC_1072

DSC_1074

DSC_1081

DSC_1088

 

Juste à côté du marché se trouve la porte Namdaemun, le « trésor national numéro 1 », je le précise car on nous l’a répété plusieurs fois, ça doit être important ! ^^
Cette porte a été construite en 1398 et était la porte d’entrée principale de Séoul.
Pour l’anecdote, la pagode en bois au dessus de la porte n’est pas l’originale… En effet un type l’a fait brûler en 2008… Ils l’ont donc fait reconstruire, mais avec les moyens et matériaux de l’époque, ce qui a prit plus de temps. La construction a été officiellement terminée en mai 2013, donc récemment.

DSC_1048

DSC_1213

 

L’hôtel de ville se trouve sur l’énorme avenue qui amène jusqu’au plus grand temple de Séoul, Gyeongbokgung. Il est constitué d’un ancien bâtiment et d’un autre très récent, juste à côté. D’ailleurs les coréens n’aiment pas le nouveau bâtiment, ils trouvent que cela ressemble à la vague d’un tsunami qui s’écraserait sur le vieil immeuble… x) Le mélange est assez étonnant. Quand on y est allé il y avait le festival du livre juste devant et des nounours géants qui semblaient être là pour détecter le daltonisme.

DSC_0488

DSC_0493

Sur cette grande avenue, il y a 2 statues. Celle de l’amiral Yi Sun-sin qui sauva la Corée deux fois, et celle de l’empereur Sejong.

Pour votre culture, sachez que l’empereur Sejong est celui qui inventa l’alphabet coréen. En effet, la langue coréenne avait beau exister, pour l’écrire, il fallait utiliser des caractères chinois (hanja), ce qui était réservé aux personnes aisées, qui avaient le temps d’apprendre ces milliers de caractères… Pour faciliter l’écriture, le roi s’entoure de savants afin de créer un nouvel alphabet, simple, logique, le hangeul. Le dessin des caractères s’inspire des sons qu’il représente et de la forme que prend la bouche pour faire le son. Apparemment on peut apprendre l’alphabet coréen en seulement une journée, preuve qu’il est vraiment facile et logique… On n’a pas vérifié :p

DSC_0502

Yi Sun-sin, amiral coréen et héros national

 

DSC_0507

DSC_0509

Le roi Sejong