Archives du mot-clé itinéraire

cascade d'eau turquoise dans la forêt tropicale, el chiflon, chiapas

Visiter le Chiapas au Mexique : montagne, eau turquoise, jungle et ruines mayas

Après avoir passé une semaine à Mexico avec nos amis Jérome et Yessika (et son adorable famille qui nous a accueillis), nous nous envolons pour aller un peu plus au sud du pays, afin de visiter l’état du Chiapas au Mexique. A la frontière du Guatemala, c’est une région assez peu touristique (surtout si on la compare au Yucatan et ses hordes de touristes). Ici pas de plages, on vient pour les paysages montagneux, la forêt tropicale, les villes coloniales et les ruines mayas.

Itinéraire de 8 jours pour visiter le Chiapas au Mexique

  • Vol interne Mexico City – Tuxtla Gutiérrez, la capitale de l’état de Chiapas
  • Colectivo Tuxtla – San Cristobal de las Casas (2h30 de route / 60 MXN$ / environ 3 €)
  • 4 jours à San Cristobal, d’où partent de nombreuses excursions
  • 1 jour à Ocosingo
  • 3 jours à Palenque, dont une excursion dans la jungle mexicaine

Y’a-t-il un danger à visiter le Chiapas ?

Le Mexique est réputé pour son insécurité et le Chiapas est l’un des états qui paraît le plus dangereux. Il faut dire que les habitants de la région sont connus pour être des rebelles ! C’est aussi la région la plus pauvre du Mexique. Cependant, nous n’avons pas du tout ressenti d’insécurité, dans les villes ou les lieux touristiques. Les mexicains sont généralement des gens gentils et chaleureux.

Il y a juste quand nous sommes partis de San Cristobal pour Ocosingo où nous nous sommes posés quelques questions. Effectivement, on a lu et entendu que les bus touristiques ne passaient plus par là, notamment à cause de nombreux blocages. La plupart des voyageurs vont directement à Palenque, en empruntant une autre route. Les gérants de notre auberge à San Cristobal nous ont assuré qu’on ne craignait rien, qu’il fallait simplement mieux partir le matin au cas où la route serait bloquée. Mais aussi d’éviter de rouler de nuit, le moment où cela peut être dangereux. Nous n’avons pas eu de soucis mais bien sûr il faut toujours être prudent et ne pas hésiter à demander conseil aux locaux.

Visiter le Chiapas côté paysages

San Cristobal de las Casas, capitale culturelle du Chiapas

San Cristobal est une ville plutôt grande (environ 200 000 habitants) mais qui a gardé un centre traditionnel. Les bâtiments sont colorés, les rues pavées et les nombreuses coccinelles et autres vieilles voitures contribuent au côté charmant et désuet. Si bien que nous avons apprécié nous promener dans les rues piétonnes, partir à la découverte des taquerias, goûter à la street-food… La ville possède de nombreuses églises. Nous avons visité l’une d’elles, Guadalupe, qui se trouve en haut d’une petite colline, dans le centre.

La ville, se trouvant au milieu de montagnes, à plus de 2 000 m d’altitude, contraste un peu avec ce qu’on imagine du Mexique. En effet, la journée les températures sont clémentes mais la nuit, glagla ! Nous étions dans un petit hôtel, Le Gîte del Sol, sans chauffage et avec une douche à l’eau chaude capricieuse… Mais après avoir passé des nuits dans les Andes au Pérou, on était plutôt rodés ! 😅

San Cristobal est également un agréable pied à terre pour visiter ce coin du Chiapas, on y trouve de nombreuses excursions et transports.

Expérience mystique à San Juan Chamula

Nous prenons un colectivo (un mini-bus qui ne part que lorsqu’il est rempli) depuis le marché de San Cristobal, direction San Juan Chamula. Nous arrivons sur la place principale de la petite ville, où se trouve une église, qui est clairement l’attraction du coin.

Une église plutôt spéciale

Ici, c’est la religion du peuple Tzotziles que l’on vient découvrir. Les traditions indigènes se mélangent ici avec le catholicisme amené par les européens mais aussi avec d’autres rituels étonnants. Il est interdit de prendre des photos dans l’église San Juan Chamula, alors vous devrez nous croire sur parole quant à cette expérience insolite !

De l’extérieur, l’église est tout à fait normale mais une fois les portes passées, la surprise est grande. Déjà, pas de bancs pour la messe dans cette grande pièce. Les gens sont debout ou assis par terre. Le plancher est recouvert d’aiguilles de pin dont le parfum se répand dans toute la salle, mélangé aux effluves des très nombreuses bougies qui se consument, souvent à même le sol. Au plafond sont accrochés de grands voiles. Sur les murs on retrouve des statues de saints sanguinolentes qui font flipper dans leurs prisons de verre.

Des rites… particuliers

Il y a des petits groupes de gens par terre, qui prient, en buvant du coca et une autre boisson non identifiée mais qui semble être fortement alcoolisée (une eau-de-vie locale ?) vu les grimaces qui suivent son absorption. Certaines personnes se font purifier, c’est très mystique. Lorsqu’un rituel est fini et que la bougie est entièrement consumée, un homme est chargé de ramasser la cire au sol avec une pelle (peut-être pour la réutiliser ensuite ?). On voit de nombreuses femmes avec des poules (qu’elles gardent cachées dans leurs sacs ou leurs grands châles). On aperçoit un petit attroupement de femmes et d’enfants, avec une poule en train de mourir… Impossible de dire comment elle a été tuée, elle a l’air de partir paisiblement. On ne voit même pas de trace de sang, le mystère reste entier !

Nous restons un petit moment dans ce lieu étrange, partagés entre la surprise de la découverte et la sensation d’être un peu voyeur, à observer des scènes spirituelles qui nous dépassent et dont nous ne faisons pas partie.

Nous avions hésité à venir ici, de peur de ne pas être à l’aise, ce qui fut plutôt le cas ! Mais on ne regrette pas, c’était une expérience vraiment spéciale et ça reste un souvenir marquant de notre visite du Chiapas.

→ L’entrée est de 25 $MXN (≃ 1 €) pour les étrangers. Il est également possible d’y aller avec un guide qui donnera plus d’explications.

Excursion au Canyon del Sumidero et à Chiapa de Corzo

Nous partons pour une journée avec un groupe en minibus pour découvrir un des paysages les plus impressionnants de la région ainsi qu’un petit village très mignon.

→ Excursion à 350 $MXN (≃ 14 €) par personne

Le Canyon del Sumidero, entre beauté et poubelle

Nous commençons l’exploration du canyon en lancha (petit bateau). La promenade dure environ 1h30 – 2h. Nous croisons d’adorables singes (pas très farouches, ils semblent assez habitués aux va-et-vient des bateaux) mais aussi des crocodiles (qui eux restent à distance !). C’est agréable de se retrouver au milieu du canyon, les paysages sont splendides. Malheureusement tout cela est gâché par une accumulation de déchets dans la rivière où nous sommes. En effet, nous avons été choqués de voir autant de détritus (beaucoup de plastique) dans un lieu si touristique. Une partie de l’argent donnée pour l’excursion est censée être utilisée pour protéger ce lieu ! C’est très décevant…

Après cela, le minibus nous amène à différents miradors sur le canyon. Encore une fois, c’est très beau !

Petit arrêt à Chiapa de Corzo

Nous nous arrêtons une petite heure dans un village traditionnel « pueblo magico », Chiapa de Corzo. On peut y manger, mais nous avons grignoté auparavant et préférons manger plus tard. Cela nous laisse le temps de déambuler dans les rues colorées. Il y a de nombreux magasins, un petit marché devant lequel une dame chante (faux ! Mais ça n’a pas l’air de contrarier qui que soit !). Je teste le pozol, une boisson fermentée typique d’ici à base de maïs et de cacao (rendez-vous ici pour en savoir plus sur la gastronomie et les boissons mexicaines). C’est très bon et bien frais, ce qui est agréable car ici il fait très chaud ! Bien plus qu’à San Cristobal.

Une journée bien remplie à El Chiflon et aux lagunes de Montebello

Visiter le Chiapas, c’est aussi partir à la recherche de ses eaux turquoises… Départ pour une autre excursion d’une journée, dans un minibus où cette fois-ci nous sommes les seuls touristes étrangers au milieu des touristes mexicains. Nous nous rendons pourtant dans des lieux atypiques !

→ Excursion à 300 $MXN (≃ 12 €)

Les eaux turquoises de El Chiflon

Après 2h30 sur des petites routes à traverser des villages mais aussi des rivières qui deviennent de plus en plus turquoises, nous arrivons à El Chiflon. C’est un endroit magique où se succèdent plusieurs cascades avec une eau à la magnifique couleur turquoise. Une promenade aménagée longe la rivière au milieu de la forêt avec des points de vue sur les chutes. C’est enchanteur !

La dernière cascade envoie du pâté, elle est très grande ! Pour quelques pesos de plus, on peut faire une randonnée qui monte jusqu’en haut de cette cascade. On aurait aimé la faire, malheureusement nous n’avons que 2h sur place et le temps est déjà bien avancé… C’est un lieu vraiment superbe, on était un peu déçus de ne pas avoir pu venir ici par nos propres moyens pour en profiter plus longtemps (et avoir le temps de se baigner dans ces eaux qui nous appelaient !). Sur le chemin retour nous croisons un coati pour la première fois.

Un air de Canada aux lagunes de Montebello

Nous repartons avec le minibus pour encore 1h30 de route avant d’arriver au parc national des lagunes de Montebello. Nous faisons un arrêt face à un lac où se trouvent des petites bicoques où nous déjeunons. Puis le bus nous amène à différents points de vue sur les lacs du parc, plus ou moins grands. Les paysages sont assez différents de ce que l’on imagine du Mexique, avec ces forêts et ces lacs.

Le parc est à la frontière du Guatemala et à l’un des lacs nous pouvons passer du côté du Guatemala et faire une petite photo pour le fun. (Oui, on peut dire qu’on a passé 5 minutes au Guatemala !)

Visiter le Chiapas pour ses ruines mayas

Ocosingo et les ruines de Toninà, délaissées par les touristes

Nous continuons notre exploration du Chiapas en prenant un colectivo depuis le terminal de bus de San Cristobal. 2h30 de route plus tard, nous arrivons dans la petite ville de Ocosingo.

Après avoir déposé nos affaires à notre hôtel, qui est plutôt classe et totalement désert, nous ne perdons pas de temps et prenons un autre colectivo local au marché. Pour 20 $MXN il nous amène jusqu’aux mystérieuses ruines de Toninà. Il y a ensuite une petite marche au milieu de la campagne avant d’arriver à l’entrée du site. Celle-ci est gratuite mais avec un don de notre choix.

On se promène dans les ruines, c’est grand et beau et il n’y a presque personne ! La cité était d’une certaine importance et fut habitée jusqu’au IXè ~ Xè siècle. On découvre notre premier terrain de jeu de balle (juego de pelota). Nous nous promenons dans cette ville construite sur 7 étages, on peut même entrer dans certains temples (vides).

Il y a de nombreuses statues, et de grandes pyramides. On peut les escalader pour avoir une belle vue sur les alentours, c’est superbe. Par contre certaines marches sont à moitié détruites et cela peut être un peu casse-gueule !

Nous quittons le site et allons faire un tour au musée, qui expose de nombreux objets. Malheureusement nous n’avons pas le temps de trop en profiter car nous devons prendre le dernier colectivo de la journée si on ne veut pas rester bloquer ici !

C’est un lieu vraiment calme, déserté par les touristes, qui mérite pourtant de s’y arrêter si on passe dans le coin. Les gens qui s’occupaient du musée étaient visiblement ravis de voir deux européens s’intéresser à ce lieu méconnu.

Visiter Palenque dans le Chiapas

Nous nous rendons ensuite à la ville de Palenque (3 h de route), qui n’a rien à voir avec Ocosingo. Ici il y a beaucoup de touristes, de nombreux restaurants touristiques et plein d’agences proposant des excursions.

Les ruines mayas de Palenque

Le site archéologique qui se trouve juste à côté de la ville attirent beaucoup de monde ; il est classé au Patrimoine mondial de l’Unesco. Comme nous les avons explorées le jour de mon anniversaire, on s’est offert un petit cadeau : les visiter avec un guide perso ! Nous avons payé 1 000 $MXN (≃ 40 €) pour 2 h de visite en anglais. Cela fait un coût supplémentaire mais nous n’avons aucun regret car nous avons appris plein de choses ! Sur le site en lui-même, le peuple qui y vivait, mais aussi sur la civilisation maya en général. C’était très intéressant.

De plus, les ruines de Palenque sont gigantesques et une grande partie de la cité est encore enfouie dans la forêt. Grâce au guide nous avons pu voir des ruines encore sous la végétation (en mode Indiana Jones !), au milieu des arbres tropicaux et des lianes. Il nous a fait remarquer les différents « étages » de la forêt… Qui sont en fait des niveaux des pyramides recouvertes ! Nous avons également eu droit à une petite expérience insolite : nous avons mangé des termites ! En grattant sur une termitière, ses habitantes en sortent, grimpent sur nos doigts… Et hop, dans la bouche ! Bizarrement c’est plutôt bon, avec un petit goût boisé 😜

Refuge animalier Aluxes Ecopark de Palenque

A Palenque, nous avons aussi visité le Aluxes Ecopark, un parc animalier qui recueille des animaux. Beaucoup sont des animaux qui ont été domestiqués puis abandonnés quand ils deviennent trop gros / dangereux… Certains offrent un jaguar à un enfant pour son anniversaire en oubliant que ce n’est pas un chat… Ils sont incapables de survivre dans la nature. Ici on les soigne et les protège. On a vu beaucoup d’espèces difficiles à voir dans la nature, comme un jaguar, un ocelot, des crocodiles… On a aussi croisé pas mal de singes, toujours aussi rigolos !

→ Entrée à 150 $MXN (≃ 6 €)

Excursion dans la forêt tropicale aux ruines de Yaxchilan et Bonampak

Toujours avides de découvertes mayas, quand nous avons appris l’existence d’une cité maya en pleine jungle tropicale, difficilement accessible, nous ne voulions pas passer à côté pendant notre visite du Chiapas. Pour y aller en indépendant, c’était très compliqué et très cher (ou alors il faut être un petit groupe pour partager les frais)… Nous avons donc choisi la facilité et payé une excursion.

→ Excursion d’une journée avec Kichan Bajlum – 850 $MXN (≃ 35 €) – transport (bus, lancha), accès aux ruines, petit dej et repas du midi compris. Une journée c’est un peu trop rapide à notre goût mais c’était le plus simple.

Des ruines en pleine jungle : Yaxchilan

Nous partons très tôt, après 1h30 de route, nous faisons un arrêt p’tit dej, avec un énorme buffet à volonté. On repart ensuite pour encore 2h de mini-bus sur des petites routes désertes avant d’arriver près d’un fleuve. Pour accéder à la cité maya de Yaxchilan, il n’y a pas d’autres choix que le bateau ! Après 30-40 minutes en lancha, on commence à apercevoir des ruines sur les bords de l’eau, en partie cachées par la jungle. Ça y est, nous sommes à Yaxchilan. On s’échappe du groupe (un peu trop nombreux à notre goût) pour profiter tranquillement des lieux, avec les indications du Routard. Après une petite marche sur un sentier au milieu des arbres, nous arrivons à un bâtiment qu’il faut traverser. Dedans, c’est tout noir et en éclairant avec nos portables nous tombons nez à nez avec des chauve-souris !

Après les ténèbres, la lumière ! En sortant du bâtiment de l’autre côté, nous découvrons une grande place avec des arbres immenses, entourée de ruines ! Encore une fois, on s’est vraiment pris pour Indiana Jones !

On découvre un jeu de balle, des stèles, un immense escalier qui mène à l’acropolis. A l’intérieur de cette dernière se trouve une statue avec la tête coupée, posée à côté. Apparemment il ne faut surtout pas la remettre dessus sous peine de déclencher la fin du monde !

On s’enfonce ensuite un peu plus dans la jungle, pour accéder à d’autres vestiges et à la petite acropolis. Personne n’y va, on est tout seul. Pas le temps de trop en profiter, on doit revenir au bateau, où le reste du groupe nous attend (oups !).

Le retour en lancha est un peu plus long (1h) car nous sommes à contre-courant. On déjeune dans un petit resto pas loin, avant de partir pour notre deuxième visite de la journée.

La cité maya de Bonampak et ses peintures

Après 1h de route, nous arrivons aux ruines de Bonampak, gérées par des mayas. On les reconnaît grâce à leurs longs cheveux et leurs tuniques blanches.

Ce site est beaucoup plus petit que celui de Yaxchilan mais il abrite un petit trésor : les dernières fresques mayas colorées ! Elles recouvrent les murs de petites pièces, à l’abri de la lumière. C’est magnifique, plein de couleurs ! Mais aussi émouvant de découvrir un tel héritage, dont toutes les autres représentations similaires ont disparu. Nous avions vu des reproductions au musée d’anthropologie de Mexico, et encore une fois, nous nous sentons chanceux de pouvoir admirer les vraies peintures.

Dommage de ne pas pouvoir en profiter plus longtemps… On se balade dans les ruines, en forme de pyramide, avant de rentrer à Palenque.


Visiter le Chiapas a été un merveilleux moment de notre voyage au Mexique ! C’est un lieu peu connu mais qui recèle d’endroits merveilleux ! Entre les paysages grandioses, la culture indigène et les incroyables ruines souvent désertes, nous en avons pris plein les yeux. Cela a été une magnifique parenthèse, avant de partir pour la péninsule du Yucatan et ses plages !

Itinéraire en Patagonie : Chili et Argentine avec conseils et guide des randos

Quel itinéraire pour voyager en Patagonie, entre Chili et Argentine ? En effet, la Patagonie est un vaste territoire d’environ 2 000 km de long, que se partagent les deux pays (non la Patagonie n’est pas un pays ^^ ). C’est la région la plus au Sud du continent américain, et c’est ici que l’on peut se trouver dans les coins les plus australes du monde – en-dehors de l’Antarctique.

C’est un lieu difficile et long à atteindre mais qui vaut son pesant de cacahuètes une fois qu’on y est ! Dans cet article, vous retrouverez notre itinéraire en Patagonie, au Chili et en Argentine (à moduler selon le temps de votre séjour). Nous vous donnerons nos conseils et informations sur un séjour en Patagonie, principalement basés sur notre expérience.

Sommaire

Pourquoi visiter la Patagonie ?

Des routes mythiques, des paysages sauvages à perte de vues, des randonnées parmi les plus célèbres du monde, des rencontres animalières, c’est tout ce que l’on trouve lorsque l’on s’aventure jusqu’ici. Les amoureux de la nature seront aux anges et les guibolles pourront chauffer au rythme des nombreuses randonnées, lors d’un itinéraire en Patagonie, entre Chili et Argentine.

Visiter la Patagonie Chilienne ou la Patagonie Argentine ?

Il n’y a pas de bonne réponse à cette question, la Patagonie est un tout, il y a des endroits magnifiques dans les deux pays.

La Patagonie est une région chère (surtout comparée au reste du continent sud-américain), mais si vous avez un budget serré, mieux vaut privilégier la partie Argentine. En effet les parcs et les accès aux randonnées sont gratuits, ce qui n’est pas le cas au Chili (et en plus le touriste étranger doit payer le double, voir le triple du prix d’un chilien, ce qui assez agaçant à la longue).

Le mieux est de combiner les deux, on peut découvrir plusieurs lieux mythiques et magnifiques qui ne sont pas trop éloignés (évidemment tout est relatif, car ici les distances sont grandes et les routes pas toujours optimales).

A quelle période visiter la Patagonie ? Quel est le climat ?

C’est un climat rigoureux qui vous attend dans ce territoire, n’oublions pas qu’on se rapproche dangereusement du pole sud ! Plus on descend, plus il fait froid. Par ailleurs, le climat changeant très vite, mieux vaut être préparé à tous types de temps.

On vous rappelle que la Patagonie se situe dans l’hémisphère sud et que les saisons sont donc inversées par rapport à l’Europe. La période la plus clémente est de novembre à mars (qui correspond au printemps / été), mais c’est aussi à ce moment-là que l’afflux touristique est le plus important.

Si vous souhaitez y aller en hors saison, faites bien attention, les chemins de randonnées et commerces ne sont pas tous ouverts, il peut y avoir beaucoup de neige et il fait très froid (surtout en plein hiver) !

Le mieux serait d’y aller au début ou à la fin de la saison haute. Pour notre part nous y étions au moins de décembre principalement, nous avons eu globalement beau temps. Il est conseillé de se laisser quelques jours de battements, pour pouvoir changer ses plans en cas de météo très difficile.

Quels vêtements pour la Patagonie en décembre ?

En décembre (c’est valable aussi pour janvier, février) le climat est plutôt doux, bien qu’on ne soit pas à l’abri du mauvais temps.

A emmener impérativement : une veste imperméable et coupe-vent car la pluie peut vite arriver ; une veste chaude (nous avions nos doudounes mais à cette période de l’année elles ne sont pas indispensables, cependant il faut quand même une bonne veste, en polaire par exemple), des chaussures imperméables, des lunettes de soleil, de la crème solaire (quand le soleil tape, il ne fait pas semblant).

N’oubliez pas le matériel de base pour randonner, dont un petit sac à dos dans lequel vous pourrez transporter votre gourde (que vous pourrez remplir directement dans les sources, et oui !) et votre pique-nique.

Combien de temps pour un itinéraire en Patagonie, entre Chili et Argentine ?

La Patagonie est immense et il est difficile de tout voir en un voyage, sauf si vous faite un voyage au long court. Le mieux est de se limiter à une ou deux parties de la Patagonie pour un voyage de deux semaines (ce qui me semble être le minimum).

Pour notre part nous sommes restés 45 jours en Patagonie, avec une étape importante à Ushuaïa, où nous sommes restés près de 2 semaines (nous y avons fêté noël, le nouvel an et l’anniversaire de Manu entre autre !).

Comment se déplacer en Patagonie et est-ce facile ?

La région est vaste et il y a moins de transports en commun que dans le reste du Chili et de l’Argentine. Près de la carretera australe au Chili, c’est clairement la galère et c’est difficile de prévoir à l’avance, car on trouve peu d’info sur les bus.

Il y a la possibilité de prendre l’avion, il y a plusieurs aéroports dans la région. Pensez à prendre des vols internes pour ne pas exploser le budget (évitez donc de prendre un vol de Buenos Aires pour la Patagonie chilienne).

Lorsqu’on est en ville, on peut se déplacer à pied (les villes ne sont pas très grandes). Sinon il y a toujours les taxis, très abordables.

Lors d’un voyage en Patagonie, on passe régulièrement la frontière entre le Chili et l’Argentine. Il n’y a rien de compliqué, mais il faut savoir qu’on ne peut pas rentrer au Chili avec des fruits et légumes frais. Il y a un formulaire à remplir, et nous vous conseillons vivement de toujours cocher la case comme quoi vous transporter des aliments non autorisés, même si ce n’est pas le cas. C’est une mesure de précaution ! Si vous avez oublié une pomme dans un sac par exemple, que le douanier la trouve pendant la fouille et que vous n’avez pas mis que vous en transportiez, vous aurez droit à une amende…

Itinéraire en Patagonie : du Chili jusqu’en Argentine

Voici notre itinéraire en Patagonie, lors de notre voyage au long court en Amérique du Sud. C’est dans cette région que nous avons retrouvés Audrey et Thomas, et nous avions donc quelques impératifs au niveau des dates. (les temps indiqués pour chaque lieu sont de simples recommandations selon notre expérience – évidemment, on peut toujours rester plus longtemps, il y a toujours quelque chose à découvrir et il ne faut pas négliger les jours de repos).

La région des 7 lacs, Pucon – 2-3 jours

Que faire à Pucon :

  • visiter la petite ville, qui nous rappelle la Haute-Savoie entre autre, avec ses chalets ;
  • observer les volcans alentours (quand le ciel est dégagé… Malheureusement pour nous, nous sommes tombés lors d’une période très pluvieuse et n’avons rien vu !) ;
  • randonner dans le parc Huerquehue – 3 bus par jour depuis Pucon. Vérifier les horaires à la station de bus (nous avons renoncé à nous y rendre à cause de la pluie diluvienne…).

Où manger à Pucon : Il y a plein de petits restos dans le centre, mais nous avons découvert une petite pépite, un peu en dehors : Cinco sabores. Un tout petit resto thaïlandais délicieux et pas cher (5000 CLP le plat, soit environ 5€). Options végétariennes, thé offert, on y est allé 2 fois tellement c’était savoureux.

Où dormir à Pucon : l’auberge de jeunesse Willhouse, propre, sympa, quartier tranquille à 10 minutes à pieds du centre.

Depuis Pucon il est possible de se rendre en bus jusqu’à Bariloche en Argentine. Nous avons hésité mais finalement nous avons décidé de zapper ce coin. Nous avions peu de temps et comme la météo était très mauvaise… Mais c’est tout à fait possible !

La région des lacs, Puerto Varas – 2 jours

Pucon – Puerto Varas en bus avec la compagnie JAC 8500 CLP – 9,5€ pour 4h40 environ

Que faire à Puerto Varas :

  • se promener en ville, très mignonne avec ses petits chalets ;
  • aller jusqu’à Petrohué : un bus toutes les heures depuis le centre, 2500 CLP, 1h15 de route. On se retrouve au bord d’un lac, point de départ de randonnées, dont « Paso de la desolacion ». On aperçoit un volcan, les couleurs des fleurs printanières, on passe sur d’anciennes coulées de lave et on a le choix entre plusieurs points de vues, par exemple le Mirador El Alerces, où nous nous sommes rendus… Malheureusement pour nous, le mauvais temps nous poursuivait à cette période et nous avons fait cette rando sous la pluie et n’avons absolument RIEN vu du mirador ! Un échec total, nous sommes rentrés trempés ;
  • visiter la ville de Frutillar, apparemment très mignonne aussi. Nous avons du la rayer de nos plans, encore une fois, trop de pluie !.

Où manger à Puerto Varas ? Happy hour de pisco sour au café/resto Mamusia, où nous avons également testé le Küchen, un gâteau aux noix. Beaucoup d’allemands se sont installés dans cette région et on ressent beaucoup cette influence germanique, notamment dans les spécialités culinaires.

Passage par l’île de Chiloé – 2-5 jours

Bus Puerto Varas – Castro, sur Chiloé, 7000 CLP – 8€ pour 5h de bus (dont 30 minutes de ferry).

Que faire sur Chiloé, la plus grande île du Chili :

  • découvrir la ville de Castro et ses maisons multicolores sur pilotis ;
  • aller dans les autres villes de l’île ;
  • visiter les différentes églises de l’île, classées au Patrimoine mondial de l’Unesco ;
  • aller au parc national de Chiloé.

Pour visiter l’île facilement, il est recommandé de louer une voiture. Mais c’est également faisable sans voiture, comme le prouve Tania, dont vous pouvez retrouvez l’article ici.

Pour notre part, on continue sur la lancée du mauvais temps, il pleuvait trop pour partir explorer l’île. Nous nous sommes surtout baladés dans Castro, visitant l’église Saint François de Castro, en bois, très différente de toutes celles que l’on a pu croiser en Amérique Latine.

Où manger à Castro ? La Cevicheria, pour se régaler d’un ceviche de saumon (spécialité du coin) ou d’un autre poisson, accompagné d’un Pisco Sour (le délicieux cocktail que se disputent chiliens et péruviens !).

Où dormir à Castro ? Chez Alicia Magaly, qui tient une maison de famille propre et douillette, avec plusieurs chambres à louer.

Voyage en ferry dans les fjords chiliens – 2 jours

Pour descendre plus au sud du Chili, il y a toujours l’option bus ! Mais quand on a le temps (et qu’on n’est pas trop regardant sur le confort), il y a l’option ferry, que nous avons choisi, sans regret.

Bus Castro-Quellon, au sud de l’île, avec la compagnie ETM- 2500 CLP – 3€ pour 1h30.
Ferry avec la compagnie Naviera Austral (voir les jours de navigation sur leur site) → Quellon – Puerto Chacabuco 17 900 CLP – 20€. Départ le soir 23h pour deux nuits et une journée de voyage environ.

Cinq raisons de prendre le ferry :

  • les liaisons en bus ne sont pas au top dans cette région. Prendre un ferry (si l’on tombe au bon moment) peut être plus simple ;
  • le prix est très abordable pour un si long voyage, surtout quand on connaît le Chili et ses prix plutôt élevés pour le continent (et on économise 1 ou 2 nuits de logement) ;
  • pour découvrir des paysages différents : les fjords ;
  • afin d’admirer la nature à l’état pur, à la recherche des glaciers, des cascades, des oiseaux ;
  • pour se rendre compte de la vie des habitants de cette région, très isolés. En effet, le bateau s’arrête dans quelques villages. On se rend compte qu’en dehors des quelques maisons, il n’y a que la nature.

Quelques petits conseils pour le trajet en ferry : prendre des vêtements chauds (la compagnie fournit des couvertures, mais mieux vaut être prudent quand même !), de l’eau potable, de la nourriture simple (sandwiches, chips, noodles…), des sachets de thé (l’eau chaude est offerte – seul le contenant est payant si vous n’en avez pas) et de quoi s’occuper (livres, films sur l’ordinateur, jeux …). A savoir qu’il y a quelques prises pour recharger les appareils électroniques et un petit espace restauration qui vend des snacks, sandwiches et boissons.

→ le truc le plus gonflant pour nous, ce fut la télé allumée toute la journée à l’intérieur du ferry (alors prévoyez les boules quies si vous êtes sensibles).

Passage à Coyhaique – 2-3 jours

Une fois arrivés à Puerto Chacabuco (qui est juste un port, ce n’est même pas un village !) il faut prendre un bus (attention le dimanche il y en a moins ou pas du tout…) ou un taxi jusqu’à Puerto Aysen. Nous avons ensuite pris un bus pour Coyhaique, notre destination, où une fois arrivés, nous avons sauté sous la douche et profiter d’un bon lit pour se reposer (je vous passe les détails mais notre trajet en ferry s’est vu altéré à cause d’une course triathlon très importante en partance de Puerto Chacabuco, le même jour ! Et en gros après une nuit pas ultra reposante dans le ferry, nous avons enchaîné avec une nuit blanche… On était donc au bout du rouleau une fois à Coyhaique !).

Que faire à Coyhaique ? Nous étions trop fatigués et occupés à planifier la suite du voyage pour en profiter, mais il y a de nombreuses randonnées dans les alentours

Où dormir à Coyhaique ? En chambre privée chez Victor et Paulina, un jeune couple hyper sympa. La maison est propre et chaleureuse, un peu à l’écart du centre (15 min à pieds), bon rapport qualité/prix.

Où manger à Coyhaique ? Mamma Gaucha pour ses délicieuses pizzas, ses bières artisanales, ses desserts et sa bonne ambiance.

Route mythique : la carretera austral au Chili, de Coyhaique à Puerto Rio Tranquilo – 1-3 jours

Pour cette partie, nous avons eu énormément de chance. En effet, c’est un coin réputé compliqué pour voyager en transport en commun, il n’y a pas de bus tous les jours et les infos sont difficiles à trouver… Nous avons eu l’immense chance de rencontrer William et Jacques via la page facebook « les français au Chili » qui nous ont pris dans leurs bagages si l’on peut dire ! Ils devaient faire la route avec leur pick-up de location et nous ont proposé de les accompagner, ce qui nous a enlevé pas mal de tracas et nous a permis d’en profiter à fond.

Longue de 1 240 km, la carretera austral est l’une des plus belles routes du monde, alors ouvrez les yeux ! Si vous avez comme nous la chance d’être véhiculé, les arrêts seront multiples, les paysages sont de véritables peintures… Par contre une bonne partie de la route n’est pas revêtue, alors préparez votre popotin à être secoué !

Que faire à Puerto Rio Tranquilo ? Faire un tour en bateau ou en kayak sur le magnifique Lago Carrera General (2ème plus grand lac d’Amérique du Sud) et visiter les cathédrales de marbre. Accessibles depuis le village, mais si vous avez un véhicule (si possible 4×4 car la route est compliquée), allez jusqu’à Puerto Marmol à 6km de là.
10 000 CLP – 11,6€ pour une heure de bateau sur le lac avec la visite des cathédrales de marbre. Nous y étions en début d’après-midi, ce qui fait que sur le bateau, nous étions tous les 4, avec un couple d’australiens et accompagnés de deux guides, plutôt tranquilles. Il est recommandé d’y aller tôt le matin pour avoir plus de couleurs, mais j’imagine qu’il y a aussi plus de monde à ce moment-là.

Route mythique : la Ruta 40 de Chile Chico à El Chalten – 1-2 jours

Passage de frontière à Chile Chico, toute petite ville. Nous avons dormi dans une pension de famille et mangé dans un restaurant fusion arabe sur la place principal, absolument délicieux !

Une fois sur la Ruta 40 en Argentine, nous avalons les kilomètres, c’est une route droite et désertique, il n’y a pas grand-chose à voir, hormis les malheureux cadavres de guanacos qui se sont pris dans les barbelés qui suivent la route.

El Chalten, le paradis des randonneurs – 3-7 jours

El Chalten est un petit village en Argentine mais aussi le nom de la célèbre montagne que l’on voit depuis le village, re-baptisée par la suite mont Fitz Roy. C’est un lieu très touristique mais aussi un incontournable de la Patagonie.

Que faire à El Chalten ? Des randonnées évidemment !

  • Chorillo del Salto, 2h aller/retour, niveau facile, on traverse une forêt jusqu’à arriver à une cascade ;
  • Laguna Torre, 5h30 de marche aller/retour, niveau moyen (ça monte surtout au début, ensuite c’est plus tranquille) ;
  • la randonnée pour laquelle tout le monde vient jusqu’ici : Laguna de los tres, qui amène à un lac avec vue sur le Fitz Roy, 7h30 de marche, 20 km, niveau assez difficile (mais tout de même accessible pour tous les motivés !).

→ Nous vous recommandons vivement de partir le plus tôt possible (avant 8h) pour ces randonnées afin d’éviter le monde.

Retrouver ici notre article complet sur El Chalten.

Où dormir à El Chalten ?

  • pour 2 personnes : Refugio Chalten Hostel , petite auberge propre et sympa dans un coin tranquille.
  • pour 4 personnes : une cabane, à côté d’un camping. Un peu excentré mais proche des départs des randonnées.

Où manger à El Chalten ? Bourbon Smokehouse, happy hour, burgers et frites maison pour un prix très correct dans un lieu convivial.

El Calafate, arrêt obligatoire pour admirer un géant de glace, le Perito Moreno – 2-3 jours

Bus El Chalten – El Calafate avec Chalten Travel (1000ARS – 13€ pour 3h de route).

El Calafate est une ville ordinaire mais très touristique : c’est le point de départ pour aller visiter le Perito Moreno, l’un des glaciers les plus connus du monde.

Que faire à El Calafate ?

  • balade en ville, jusqu’à la laguna Nimez (entrée pour approcher la lagune payante) ;
  • aller voir le Perito Moreno (en excursion ou avec une navette) ;
  • marcher sur le Perito Moreno (en excursion avec Hielo Aventura) ;
  • randonner dans le parc Los Glaciares pour voir d’autres glaciers, moins touristiques.

Repasser au Chili pour l’un des plus beaux parcs nationaux du monde : Torres del Paine, près de Puerto Natales – 2-7 jours

Bus El Calafate – Puerto Natales, 5h.

Le parc Torres del Paine est très réputé et un incontournable de la Patagonie. De nombreux randonneurs y viennent pour faire le fameux trek W qui se réalise en 4-5 jours ou pour les plus courageux, le circuit O en 8-10 jours. Notre plan de base était de faire le circuit W, nous avons perdu passé des heures de recherches là-dessus mais nous avons finalement abandonné l’idée. C’est un trek très très touristique, les campings étaient déjà pleins 2 mois à l’avance et les prix étaient vraiment excessifs, ce qui nous a convaincu de faire autrement, en mode plus tranquille (et sans contrainte).

Que faire au Torres del Paine et autour de Puerto Natales si on ne fait pas de trek ?

  • visiter la Cueva del Milodon (nous ne nous sommes pas arrêtés car c’était envahi de bus au moment de notre passage) ;
  • faire la randonnée Mirador Base Torre au parc Torres del Paine, pour voir les célèbres tours du parc de plus près. 21km, 7h de marche, assez difficile (ça monte et ça descend) ;
  • passer une journée ou deux de plus dans le parc Torres del Paine avec une excursion ou en louant une voiture, pour voir le Glacier Grey, Salto Chico, Salto Grande et d’autres points de vue magnifiques.

Retrouver notre article complet sur Puerto Natales et le parc Torres del Paine ici !

Où manger à Puerto Natales ? Pachamama, petit resto avec menu du jour (dont des plats végétariens) et spécialité d’empanadas (délicieuses).

Voyager au bout du monde jusqu’à Ushuaïa 3-7 jours

Bus Puerto Natales – Ushuaïa : 12h de route dont 30-45 minutes de ferry dans le détroit de Magellan.

Ushuaïa est la ville la plus australe du monde (même si maintenant on sait qu’il y a un village chilien encore plus au sud !) et de ce fait, malgré le périple pour y arriver, c’est très touristique. Nous y avons passé pas mal de temps et nous l’avons apprécié, nous nous y sommes sentis comme chez nous.

Que faire à Ushuaïa ?

  • se balader dans le centre et près du port… En s’imaginant prendre un bateau pour l’Antarctique (ou être l’un des chanceux qui y va si le budget le permet !) ;
  • randonnée du Sendero Glaciar Martial, pour une vue sur Ushuaïa, 2h-5h30 de marche, selon l’endroit de départ (plusieurs possibles) ;
  • faire du bateau dans le canal de Beagle (nous recommandons la petite compagnie Tres Marias) pour voir la faune qui y vit et admirer Ushuaïa d’un autre point de vue ;
  • randonnée jusqu’à la Laguna Esmeralda, 10 km, 3-3h30 de marche, niveau facile (mais gare aux marécages !) ;
  • visiter le parc Tierra de Fuego (Terre de feu) pour ses paysages purs, ses randonnées et pour y poster une carte depuis la poste la plus australe du monde (conseil : acheter les timbres AVANT car c’est hyper cher dans le parc xD).

Pour plus de détails, rendez-vous sur notre article complet sur Ushuaïa et la Terre de Feu !

A la rencontre de la faune sur la péninsule Valdés – 2-4 jours

Pour cette partie nous avons craqué et pris un vol intérieur, Ushuaia – Trelew (à prononcer « Tréléou »), puis nous avons été jusqu’à la ville balnéaire Puerto Madryn. Nous avons ensuite loué une voiture pour visiter les alentours.

Que faire à Trelew et Puerto Madryn ?

  • visiter le musée paléontologique Egidio Feruglio à Trelew (de nombreux fossiles de dinosaures ont été retrouvés dans cette région) ;
  • aller voir la reconstitution de plus grand dinosaure du monde (le Titanosaure !), sur la route entre Trelew et Puerto Madryn ;
  • passer une journée sur la péninsule Valdès à la rencontre des otaries, phoques, tatous, manchots, guanacos, plein d’espèces d’oiseaux et, selon les périodes, baleines, orques…
  • visiter la réserve de manchots de magellan à Punta Tombo, il y en a jusqu’à 500 000 ! Vraiment incroyable d’admirer autant de ces animaux…

Où manger à Puerto Madryn ? Il y a plusieurs restos en bord de plage, mais nous avons suivi le conseil de notre hôte et avons testé (et approuvé !) le Mr Jones, un pub à la bonne ambiance et aux délicieuses bières.

« La nature n’est pas un endroit à visiter. C’est chez nous ».

Après environ un mois et demi de voyage en Patagonie, entre le Chili et l’Argentine, nous sommes revenus avec des jambes d’acier après toutes ces randos, de l’air pur dans nos poumons, et des paysages gravés dans nos esprits à jamais. Le côté touristique de certains endroits peut décevoir certains mais comment se plaindre ? Nous faisons partie de ces touristes. Cela n’empêche pas que la région est sauvage, sublime… Un retour à la nature, comme on l’imaginait. C’était un rêve d’aller jusque dans ces contrées et nous sommes heureux d’avoir pu y passer du temps et nous imprégner à fond de ces paysages qu’on ne voit qu’une fois dans sa vie.

Épinglez sur Pinterest :

11 mois de voyage en Amérique du Sud : bilan

Cela faisait plusieurs années que nous avions un rêve : explorer l’Amérique du Sud. Et pas seulement aller dans l’un des pays du continent pour 2 ou 3 semaines mais y passer plusieurs mois, afin de découvrir la variété des paysages, les différentes cultures et s’imprégner totalement de cette expérience.

Nous avions déjà connu le voyage au long cours avec un road-trip de 11 mois autour de l’Australie. Mais c’était une expérience radicalement différente. Bien sûr les pays sont différents, l’Australie est un pays riche, les gens y parlent anglais, une langue que nous maîtrisons, alors que tous les pays d’Amérique du Sud ont un niveau de vie inférieur au nôtre, il y a de la misère, et les gens parlent seulement portugais et espagnol et très peu savent aligner quelques mots d’anglais.

Pas seulement cela, c’est aussi la façon de voyager qui fut différente. En Australie nous avons acheté un van aménagé et avons fait (littéralement) le tour du pays avec. Se trimballer avec notre maison roulante nous a procuré un immense sentiment de liberté. Nous étions libres de bouger quand on le voulait, de prolonger notre séjour dans un lieu où nous nous sentions bien et inversement, partir plus rapidement d’un endroit qui ne nous convenait pas.

Pour ce voyage en Amérique du Sud, avec les multiples pays, ça nous semblait plus compliqué d’acheter un véhicule (et de le revendre avant de partir). De plus, on nous avait dit que les transports en commun étaient très développés, nous avons donc choisi cette option. Ce fut donc très différent, moins facile et plus contraignant mais ça nous a permis de voyager au milieu des locaux, de tester de nombreux transports et de nous rendre compte de la bienveillance des gens, toujours prêts à nous renseigner et nous aider !

Notre voyage en quelques chiffres et infos

Combien de temps ce voyage a-t-il duré ?

  • 11 mois de voyage, 334 jours divisés ainsi :
  • 56 jours au Pérou
  • 24 jours en Équateur
  • 32 jours en Colombie
  • 35 jours au Mexique
  • 29 jours en Bolivie
  • 54 jours au Chili
  • 64 jours en Argentine
  • 40 jours au Brésil

Notre itinéraire en Amérique du Sud et au Mexique

Combien avons-nous dépensé ?

Niveau coût, nous sommes à une moyenne de 30 € par jour et par personne environ, tout compris, sauf les billets d’avion aller/retour depuis et vers la France et ceux pour aller à l’île de Pâques et aux îles Galápagos. Nous avons beaucoup mangé à l’extérieur (restos, marchés, petites cantines…) car ça valait moins cher, excepté dans les derniers pays (Chili, Argentine et Brésil) où nous avons régulièrement cuisiné pour faire des économies (et aussi car on en avait marre de manger du riz à tous les repas 🤪). Nous nous sommes fait plaisir et avons profité à fond du voyage : cocktails (souvent en happy hour !), restos, visites guidées, excursions et quelques activités insolites. L’Amérique du Sud est un continent où l’on peut facilement voyager à petit prix !

Comment nous sommes-nous déplacés ?

Nous avons utilisés beaucoup de transports différents pour traverser et visiter le continent sud-américain : bus, colectivo (taxi collectif ou mini-bus), taxi, uber, voiture, tuk-tuk, arrière d’une moto, avion, ferry, bateau, lancha (barque), arrière d’une jeep, téléphérique, métro, métrobus, vélo, et à pieds bien sûr !

Où avons-nous dormi ?

Nous avons principalement dormi dans des petits hôtels, des chambres d’hôtes et des auberges. Puis lorsque nous avons voyagé à quatre avec Audrey et Thomas (retrouvez-les ici : bonjourlemonde) nous privilégions les logements airbnb (plus économiques et bien pratiques pour cuisiner). Nous avons également passés quelques nuits insolites :

  • dans une cabane en bouteilles recyclées au milieu d’un désert en Colombie ;
  • dans un hamac au bord d’une plage, sous un simple toit de bois et de paille, avec une couverture et une moustiquaire en Colombie ;
  • dans un hôtel de sel en Bolivie ;
  • dans un ferry qui traverse les fjords chiliens, en squattant plusieurs sièges pour s’allonger ;
  • une nuit dans un « terminal » de ferry (pas prévue !!) avec des enfants qui font nuit blanche et une nuit à l’aéroport de Lima (blindé de monde !) 😆

Dangers et désagréments en Amérique Latine

Les bobos du voyage : de sérieux maux de ventre, une turista chacun, un virus tropical pour Mandy, ainsi que des dizaines de piqûres de moustiques et de borrachudos (une sorte de moucheron dont les piqures sont extrêmement urticantes) 😵🦟

La dangerosité en Amérique Latine : c’est un point qui fait peur avant de partir (merci France Diplomatie qui en fait des caisses). Il y a aussi pas mal de témoignages de voyageurs qui se sont fait voler leurs affaires (nous en avons rencontrés), il faut donc être prudent de ce côté-là.
Pour notre part : deux tentatives de vol dans un métrobus bondé en Équateur (pratiquement en même temps), des taxis pilotes de courses et c’est tout finalement.
Pour nous, le plus dangereux c’est l’état des routes et la façon de conduire des locaux (sans oublier qu’il n’y a pas toujours la ceinture de sécurité dans les voitures) qui parfois peut nous paraître risquée. Concernant le reste, nous sommes déjà méfiants en France (haha), il faut surtout faire attention dans les grandes villes, les locaux nous mettent souvent en garde si la situation est délicate. Dans les petites villes, les campagnes, les gens sont plutôt honnêtes, nous avons eu un bon ressenti général et ne nous sommes jamais senti en insécurité.

Les différents paysages rencontrés :

L’Amérique du Sud est un continent hyper contrasté, avec des paysages incroyables et fantastiques ! On en a vu des choses, entre autres : montagne, glacier, altiplano, forêt tropicale, désert, plage, volcan, île volcanique, lagune d’eau salée, désert de sel, lac de montagne, geyser, source d’eau chaude, oasis, canyon, grotte souterraine, cascade…

Le top de nos lieux coup de cœur en Amérique Latine

L’une des questions qu’on te pose à ton retour d’un long voyage c’est très souvent « alors tu as préféré quel pays ? ». Mais comment choisir ?! Tous ont des endroits exceptionnels, des paysages différents les uns des autres, des histoires diverses, des expériences variées. Alors voici plusieurs listes de nos endroits préférés par thèmes (tout cela est bien subjectif et ne reflète pas tout notre voyage !).

Vous retrouverez en lien les articles spécifiques à chaque endroit (cela évoluera au fur et à mesure que l’on écrit les articles restants).

Le top des lieux où voir des animaux (sauvages bien sûr) :

  • Les Galápagos ! C’est l’un des lieux les plus incroyables du monde en matière d’animaux, avec des iguanes partout (vraiment !), des otaries, des centaines de variétés d’oiseaux et la possibilité de voir de nombreux animaux et poissons marins (dauphins, raies, requins, poissons colorés…) ;
  • L’Amazonie : alors, on ne croise pas des jaguars à tous les coins bien évidemment mais il y a une grande bio-diversité. Nous avons eu la chance d’observer des paresseux, des singes (dont le plus petit singe du monde), des dauphins d’eau douce, des piranhas, plein d’espèces d’oiseaux et surtout beaucoup d’insectes, d’araignées et de grenouilles ;
  • La péninsule Valdés en Argentine : oiseaux, otaries, phoques, guanaco et surtout des manchots ! Et si on se trouve à la bonne période, même des baleines et des orques.

Nos régions préférées :

  • Le Sud Lípez, dans les montagnes boliviennes, entre 2500 et 5000m, on se régale des paysages sauvages et immaculés, en particulier des lagunes de toutes les couleurs. Les régions limitrophes, côté Chili (région d’Atacama) et Argentine (région de Salta) sont également de toute beauté ;
  • La Patagonie, territoire du bout du monde, ses longues routes désertes, ses lieux encore sauvages et ses montagnes aux formes uniques ;
  • Les Andes, les montagnes des Incas, des paysages à couper le souffle (dans les deux sens du terme !) et beaucoup d’endroits façonnés par le peuple Inca et les civilisations les précédant.

Les villes les plus jolies :

  • Carthagène des indes en Colombie, notre gros coup de cœur côté ville, malgré le nombre de touristes et des travers que ça implique dans le centre historique, celui-ci est magnifiquement préservé et coquet ;
  • Rio de Janeiro au Brésil, l’emplacement est exceptionnel, la vue à 360° depuis le Pain de Sucre est une merveille ;
  • Cuenca en Équateur, le centre historique est plein de charme, bien conservé et nous a vraiment séduit. Mais de manière générale, nous avons trouvé les villes en Équateur (notamment les centres historiques) bien entretenues et préservées.

Les vues les plus belles :

  • Gargantua del Diablo en Argentine et la vue d’ensemble des chutes d’Iguazu au Brésil, une émotion indescriptible quand on se trouve face à cette force de la nature ;
  • Le glacier Perito Moreno en Argentine, une gigantesque mer de glace aussi belle que terrifiante ;
  • Le lac Titicaca, immense et au bleu incroyable, avec les Andes au fond, au Pérou et en Bolivie ;
  • Les montagnes autour du Machu Picchu au Pérou ;
  • Le salar d’Uyuni, le plus grand désert de sel du monde, du blanc à perte de vue et des montagnes au loin ;
  • La laguna Colorada en Bolivie, un lac à la couleur rose/rouge spectaculaire ;
  • Le Fitz Roy et sa lagune, un décor qu’on croirait sorti d’un rêve ;
  • La forêt amazonienne à perte de vue, que ce soit lors de notre arrivée en avion, ou bien depuis le mirador de notre auberge pour admirer le coucher de soleil sur la canopée.

Les paysages les plus extraordinaires :

  • Le parc national de Sajama et son petit village en Bolivie, le genre de paysage qu’on rêvait de voir pendant ce voyage, ici la beauté côtoie l’authenticité et la simplicité ;
  • La cascade Gocta au Pérou, l’une des plus hautes du monde (771m), on se sent tout petit à côté ;
  • La Laguna 69 au Pérou, une lagune turquoise au milieu de paysages extraordinaires ;
  • Serranía de Hornocal, la montagne aux 14 couleurs, à côté de Humahuaca en Argentine, une vraie palette de peintre ;
  • Les chutes d’Iguazu en Argentine et au Brésil qui malgré leur célébrité, impressionnent et émerveillent ;
  • La forêt amazonienne, des arbres, des arbres, la nature à perte de vue, et de simples villages parsemés ;
  • Le Parc Torres del Paine au Chili, des paysages qui te font lâcher des wahou toutes les 30 secondes ;
  • La route pour aller à la Laguna Brava dans le nord ouest de l’Argentine, ainsi que la laguna en elle même, avec son effet miroir incroyable.

Nos lieux historiques préférés :

  • Le Machu Picchu au Pérou, cité inca à la hauteur de sa réputation ;
  • Les ruines mayas de Yaxchilan au Mexique, peu visitées, elles se trouvent au milieu d’une jungle peuplée de singes hurleurs ;
  • Rano Raraku, sur l’île de Pâques, le lieu où étaient fabriquées les fameuses statues, et où on en trouve le plus.

Nos plus belles randonnées :

  • La Laguna 69 au Pérou, difficile de marcher 14 km entre 4000 et 4600m, surtout quand ça ne fait que grimper, mais on est récompensé par la beauté du paysage, des panoramas et de la lagune turquoise, le cadeau final ;
  • Le Sendero Fitz Roy en Argentine, de beaux points de vue sur le chemin et une vision époustouflante sur le Fitz Roy et son lac font oublier les 7h30 de marche et la montée finale infernale ;
  • La Vallée de Cocora en Colombie, une randonnée assez difficile dans la forêt qui nous fait traverser des ponts en mode Indiana Jones et nous amène au milieu des plus grands palmiers du monde, avec une superbe vue sur la vallée.

Les activités les plus folles/insolites :

  • Voler au-dessus des lignes de Nazca au Pérou, dans un avion de 8 personnes (pilotes compris) ;
  • Faire de la balançoire au dessus d’un canyon dans lequel se jette une cascade immense, vers San Agustín en Colombie ;
  • Faire de la tyrolienne au dessus de la canopée de la forêt humide tropicale à Mindo en Équateur ;
  • Marcher sur un glacier, au Perito Moreno en Argentine ;
  • Assister au défilé dans le Sambodrome pour le Carnaval de Rio de Janeiro au Brésil.

Les plus belles plages du voyage :

  • Celestún au Mexique, un petit village de pêcheurs encore peu envahi par le tourisme (appréciable dans ce coin !) ;
  • Holbox une petite île dans les Caraïbes au Mexique, touristique mais qui reste quand même agréable (et en basse saison nous étions tranquilles) ;
  • Aventureiro au Brésil, sur Ilha Grande, accessible seulement en bateau ou après une rando sportive, mais en récompense : plage de sable blanc, eau turquoise, cocotiers et presque sauvage ;
  • Copacabana à Rio au Brésil, malgré l’urbanisation et les vieux immeubles qui l’entourent, elle garde son charme, avec sa longue plage et sa vue sur les collines environnantes, dont le Pain de Sucre.

Nos plats préférés :

  • Le ceviche : du poisson cru mariné dans du citron vert et des épices/condiments. Chaque pays a sa propre façon de le faire et à chaque fois c’est un régal ;
  • Les tacos au Mexique, en particulier le al pastor : de la viande marinée dans des tortillas de maïs traditionnelles, accompagnés de pico de gallo (tomate, oignon, coriandre fraîche) et de sauces pimentées ;
    Cliquez ici pour en savoir plus sur la délicieuse gastronomie mexicaine 😋
  • Les glaces maracuya (fruit de la passion), ce n’est pas un plat mais comment passer à côté d’une glace artisanale avec un bon fruit tropical qu’on ne trouve pas (ou très rarement) chez nous ?

Nos boissons préférées :

  • Le Pisco Sour au Pérou et au Chili : du pisco, un alcool local à base de raisin, du citron vert, du blanc d’œuf et des glaçons ;
  • La limonade maison aux citrons verts (non gazeuse), particulièrement au Pérou, on en a bu des litres (!) ;
  • La Margarita au Mexique : de la tequila, de la liqueur d’orange, des citrons verts et des glaçons, voilà la recette du bonheur !

Nos phrases préférées

Et pour finir sur une note rigolote, quelques mots, phrases qui ont rythmés le voyage :

  • Permiso!
  • Listo!
  • A donde va?
  • Todo bien
  • « Je suis fatigué patron » (La Ligne Verte)
  • « Pas ça Zinédine, pas ça, pas après tout ce que tu as fait » (Thierry Gilardi, Finale de la coupe du monde 2006 🤣)

Pour les deux dernières phrases, une explication s’impose : pendant une rando quand tu es au bout du rouleau et qu’une montée infernale se dresse devant toi ou quand tu cherches ton hébergement, avec ta carapace de Tortue Ninja Quechua qui pèse près de 15 kg sur tes épaules et que tu t’es gouré d’adresse et que tu n’en peux plus, c’était nos phrases fétiches et au moins en les disant, ça nous faisait rire et nous remontait le moral !

« Voyager c’est grandir. C’est la grande aventure. Celle qui laisse des traces dans l’âme. »

Ce voyage est fait de lieux qui nous ont marqué, des souvenirs gravés à vie, mais aussi des rencontres qui donnent le sourire et de retrouvailles qui donnent la pêche ! On n’oubliera pas Jorge au Pérou qui était trop heureux de rencontrer des français, Walter qui nous a fait découvrir l’Amazonie, la bonne humeur de Wilbur et Santusa qui se sont bien occupés de nous dans le Sud Lípez, cette fille à l’hôtel au Pérou qui nous a donné un mini cours d’espagnol, cette dame qui s’est demandé si on était mexicain tellement notre « hola » était parfait 🤣, ce chauffeur de taxi mexicain qui nous a dit que La Marseillaise était le meilleur hymne du monde, tous ces chauffeurs de taxi qui nous parlaient de Mbappé dès qu’on leur disait qu’on était français, tous ces gens qui ont pris de leur temps, sans râler, voire même plutôt dans la bonne humeur, pour nous aider, nous renseigner, nous conseiller, nous guider… 🙂

Sans oublier les voyageurs que nous avons rencontré pour un verre, une excursion, une visite ou parfois un bout de voyage. Et même un copain de San Diego, pas vu depuis 10 ans qu’on a rencontré par hasard (oui oui !) au détour d’une randonnée en Colombie. 😲🤯
Et bien sûr, certains de nos proches que nous avons retrouvé au fil du voyage, et avec qui nous avons vécu des souvenirs indélébiles au bout du monde.🥰

L’Amérique Latine est un pays où les rencontres sont riches et sincères. Les gens sont curieux mais respectueux et heureux de partager leur culture, leur petit bout de vie. Les sourires sont partout et les sud-américains ont le rire communicatif. Ils sont patients et on se fait rapidement comprendre, même sans bien parler espagnol (ou portugais). La vie est simple et en tant que voyageur, on le ressent, ici il n’y a jamais de problèmes, que des solutions ! No stress, zen, todo bien !
Un continent qui nous a marqué, sur bien des aspects, et qui fait maintenant partie de nous, à jamais ❤️

Couleurs dans les highlands, sur la route north coast 500

Écosse : Itinéraire de 11 jours dans les Highlands

Il y a environ deux ans, nous avions passé un superbe week-end à Edimbourg, la capitale de l’Ecosse. Et bien que nous ayons adoré la ville, nous étions un peu frustrés de ne pas avoir le temps d’en sortir et d’aller au delà des collines alentours qui nous faisaient de l’œil. Nous nous étions promis de revenir au pays du kilt afin d’explorer les célèbres highlands.
Après l’achat d’un magazine Géo où ils parlaient (entre autre) de la North Coast 500, une route dans la partie nord de l’Écosse, avec des photos sublimes, lorsque nous avons choisi notre prochaine destination pour nos vacances, notre choix a été rapide : l’Ecosse, les highlands, le nord ! 🙂

J’ai passé pas mal de temps à organiser ce séjour, car nous voulions faire un road trip, donc bouger (presque) tous les jours (l’expérience nous a apprit qu’il faut essayer de prendre parfois un logement pour 2 nuits d’affilés, histoire de ne pas être toujours dans le speed). Pas toujours facile quand on ne sait pas trop à quoi s’attendre et que l’on doit obligatoirement réservé à l’avance sous peine de ne pas trouver de logements. Ainsi, je vous partage notre itinéraire, peut-être pourra-t-il vous aider pour votre futur road trip 😉

L’Ecosse est un pays au climat capricieux mais avec des paysages grandioses, c’est le paradis des randonneurs, et si vous aimez les animaux comme nous, vous serez heureux de croiser des moutons sur chaque route !

(Les restos et logements qui sont en lien sont les endroits qui nous ont plu ^^)

– JOUR 1 –

Arrivée à Edimbourg
On récupère la voiture de location à Sixt, l’agence se trouve à l’aéroport.

Lallybroch

Arrêts à plusieurs lieux de tournages de la série Outlander :
Midhope Castle (Lallybroch)
Blackness Castle (Fort William)
Doune Castle (Castle Leoch + la cour de Winterfell dans Game of Thrones)

Nuit au Luib Hotel (petit déjeuner compris), mais nous ne le recommandons pas vraiment pour le diner

– JOUR 2 –

1h de route jusqu’à la vallée de Glencoe, randonnée de 3h (aller/retour) jusqu’à la Lost Valley

Glencoe

1h30 de route jusqu’à Glenfinnan
Diner au Glenfinnan House Hotel
Nuit dans un ancien wagon de train au Glenfinnan Station Museum

– JOUR 3 –

Viaduc de Glenfinnan avec le train jacobite

Voir le Jacobite Steam Train (ou Poudlard Express) sur le viaduc de Glenfinnan

Monument de Bonnie Prince Charlie devant le Loch Shiel

Aller jusqu’au Loch Eilt voir l’îlot de Dumbledore (si vous ne connaissez rien à Harry Potter vous devez vous demander de quoi je parle… Alors courez regarder les films :p)

Route jusqu’à l’île de Skye en passant par le pont à Kyle of Lochalsh (le paysage sur la route est vraiment magnifique)

Arrêt juste avant au château de Eilean Donan

3h45 de route pour aller jusqu’au nord de l’île

Nuit dans un chalet à Conista (dans la campagne, petit dej compris)

– JOUR 4 –

Île de Skye

Manu devant la vue sur Quiraing

Sur l’île de Skye :

Duntulm castle

Fairy glen, rapidement accessible à pied, parking totalement à l’arrache par contre

Randonnée à Quiraing de environ 3h

Nuit au chalet

– JOUR 5 –

Île de Skye

panorama du old man of storr

Arrêts au point de vue Kilt Rock et Lealt Falls

Randonnée au Old Mann of Storr (comptez 1h30 / 2h, plus si vous souhaitez continuer à grimper)

Déjeuner (tardif) à Portree

On quitte Skye, en route pour Lochcarron (1h30 de route depuis Portree)

Nuit dans un bed and breakfast hyper douillet avec vue sur le loch, avec un vrai petit déjeuner écossais, très copieux

– JOUR 6 –

Couleurs dans les highlands, sur la route north coast 500

Départ pour le nord sur la North Coast 500

Péninsule d’Applecross, passage au Loch Torridon, Loch Maree

Nuit dans un airbnb à Ullapool

Dîner au pub The Seaforth

– JOUR 7 –

Ardvreck castle dans les highlands

On continue sur la North Coast 500

Loch Tassynt avec le Ardvreck Castle

Détour sur la petite route en direction de Lochinver, très sauvage

On passe par Durness, petit arrêt dans la chocolaterie Cocoa Mountain  pour un chocolat chaud divin, puis rapide visite aux Smoo Caves (gratuit)

Nuit près de Skerray, au nord, dans un super airbnb très chaleureux (petit dej compris)

– JOUR 8 –

Les Duncansby Stacks

On roule jusqu’à Dunnet Head, la pointe la plus au nord du Royaume Uni (île principale)

Arrêt à Castle of Mey, résidence de feu la reine mère

Arrêt à John O’Groat, puis balade au Duncansby Stacks (entre 15 minutes et 1h selon si vous vous approchez ou pas)

Direction Wick, nous allons voir le château Sinclair Girnigoe

Dîner au Bistro N°1, délicieux restaurant d’un hôtel, situé dans la « plus petite rue du monde »

Nuit à Wick en airbnb (petit dej compris)

– JOUR 9 –

Chateau Dunrobin

Visite de la distillerie Old Pulteney à Wick (10£ par personne)

Arrêt au Whaligoe Steps, déjeuner au Whaligoe Steps Café, qui a une carte variée et originale (et délicieuse !!)

Balade dans le jardin du Dunrobin Castle (gratuit – mais visite du château payante, nous sommes arrivés trop tard malheureusement)

Nuit à Beauly dans une maison, du côté de Inverness (depuis Wick, 2h30 de voiture)

– JOUR 10 –

Vue sur le Loch Ness avec des moutons

Tour en voiture du Loch Ness, avec des arrêts balades, points de vue

Visite du musée du Loch Ness

Nuit à Beauly

– JOUR 11 –

Inverness

Balade dans Inverness

Déjeuner à Kitchen brasserie, recommandé par Lonely Planet, menu très abordable pour le lunch, mais réservation fortement recommandée

Petit arrêt à Culloden Battlefield (parking payant à 2£)

Puis route jusqu’à Edimbourg (3h, mais nous avons eu droit à un accident sur la grande route, qui nous a ajouté 45 min), nuit à l’hôtel, proche de l’aéroport car départ tôt le lendemain matin…

Et voilà ! On ne peut que vous recommander un voyage en Écosse ! C’est un pays proche de chez nous (Europe), mais très dépaysant. Des paysages à couper le souffle, des endroits sans personne sauf des moutons, une culture hyper intéressante et une très bonne cuisine en plus (oui oui, on vous assure) !

Pour l’organisation de ce voyage, j’ai trouvé de l’aide dans divers endroits, en particulier :

– le blog de Kikimagtravel, qui m’a beaucoup aidé pour la première partie du voyage
– le blog Carnets de Traverse, pour la North Coast 500, car peu de sites francophones en parlent et leur article est très très complet
– le site officiel Visit Scotland, où l’on trouve plein de renseignements, des randonnées à la visite des distilleries
– le site Passion Chateau pour les lieux de tournages de Outlander
– Lonely Planet Écosse
– et bien sûr le fameux magazine Géo avec son article sur la N500 🙂

Itinéraire : road trip de 15 jours dans l’ouest américain

Voici un petit récapitulatif de notre itinéraire, ça peut en aider quelques uns, vous donnez une indication de ce qu’on peut faire en une journée, les distances parcourues, les endroits où nous avons dormis (nous avons loué des hôtels proches des parcs nationaux), en imaginant un peu ce qu’il est possible de faire en 2 semaines. Tout en sachant que nous avions réservé du temps pour San Diego, afin de profiter de cette ville où nous avons plein de beaux souvenirs et de nos retrouvailles avec notre amie Daniela, que l’on avait pas revu depuis plus de 7 ans (si vous vous demandez pourquoi aller à San Diego, venez le découvrir ici ^^ ).

L’idée me vient de kikimagtravel (profitez-en pour jeter un œil à son très beau blog 😀 ) qui a fait un superbe article très complet sur son itinéraire en Écosse, mais aussi en Bavière !

Vous pouvez cliquer sur les liens des endroits qui vous intéressent pour lire notre article à ce sujet !

On commence avec la carte de notre itinéraire :

— JOUR 1 —

Arrivée à Los Angeles à 17h
On récupère la voiture de location que l’on a réservé avec Alamo.
Arrivés vers 20h à notre motel Travelodge Hollywood, bien situé, assez proche de Hollywood Bd.
Comme nous sommes fatigués après une nuit en bus + le vol + la conduite à LA en arrivant, on se douche et au lit !

— JOUR 2 —

Universal StudiosLos Angeles

logo universal studios

Petit déjeuner compris dans le prix de la chambre (simple mais suffisant).

Nous prenons le métro pour Universal Studios. La bouche de métro est à 5 min à pieds du motel, ce qui est bien pratique pour éviter de payer le parking du parc. Prendre la Red Line direction North Hollywood, arrêt Universal Studios. Arrivés là, on peut prendre une navette gratuite qui amène jusqu’au parc (pas loin à pieds mais ça grimpe, mieux vaut économiser ses forces pour le reste de la journée !)

Nous passons la journée à Universal. Prendre ses tickets sur internet pour éviter la queue.

Le parc ferme à 18h (vérifier les horaires selon les saisons), nous rentrons au motel mettre des vêtements un peu plus chauds car le temps se rafraîchit le soir (en novembre journées chaudes mais c’est quand même l’hiver !). Nous reprenons le métro jusqu’à Hollywood Bd pour y faire un petit tour.

— JOUR 3 —

Los Angeles / San Diego

signe hollywood à los angeles

Nous allons en voiture à Griffith Observatory voir la vue sur le panneau Hollywood et le downtown (parking payant).

Direction ensuite Venice Beach où on se balade un petit peu avant de prendre la route Pacific Coast Highway 1 vers le sud, route réputée pour ses beaux points de vue. Petit arrêt à Redondo Beach pour voir le coucher de soleil. Puis on prend le Freeway car il y a trop d’embouteillages sur la route et la nuit commence à tomber.

Nous arrivons à San Diego vers 20h.

— JOUR 4 —

San Diego

falaises de torrey pines

Randonnée à Torrey Pines (et passer du temps avec notre amie Daniela !)

— JOUR 5 —

San Diego

batiment de seaport village

Quartier de La Jolla
Burger à Hodad’s suivi d’une petite balade à Ocean Beach
Centre-ville : Seaport Village, Gaslamp Quarter, centre commercial de Horton Plaza
Vue sur le downtown depuis l’île de Coronado

— JOUR 6 —

San Diego

balboa park à san diego

Balade dans Balboa Park

Quartier « hipster » de North Park

Old Town avec un dîner à Casa Guadalajara, un restaurant mexicain (ne surtout pas oublier les Margaritas avec !)

— JOUR 7 —

Anza-Borrego / Joshua Tree

route dans anza borrego

Départ de San Diego

Passage par le parc d’état Anza-Borrego (10$ par voiture)

Arrivée à Joshua Tree pour le coucher de soleil (achat du pass America the Beautiful qui donne l’accès aux parcs nationaux américains : 80$ par voiture)
Puis nuit à notre motel dans la ville de Joshua Tree

— JOUR 8 —

Joshua Tree

les arbres de joshua tree

Keys point : un point de vue d’où l’on voit la faille de San Andreas
Rapide balade à Cape Rock pour de jolis paysages
Skull Rock
Pique-nique et retour sur la route

Arrêt à Kingman pour le dîner
Arrivée à Tusayan (décalage horaire : on ajoute 1h !), au grand hôtel Red Feather Lodge

— JOUR 9 —

Grand Canyon

le grand canyon

Tusayan est proche de l’entrée du parc du Grand Canyon (5 km environ)
Garer la voiture sur l’un des immenses parkings et prendre un des shuttles.
Pour aller jusqu’à Hermit’s rest : shuttle bleu puis rouge. Toilettes, petite restauration (sandwich), boutique de souvenirs. Puis balade près du canyon jusqu’à un point où le shuttle peut nous récupérer.
Prendre le shuttle orange pour voir le coucher de soleil à Yaki Point.

— JOUR 10 —

Grand CanyonHorseshoe BendBryce Canyon

Vue sur Horseshoes bend

Départ de Tusayan en prenant la route par le parc du Grand Canyon on l’on voit d’autres points de vue

Arrêt à Horseshoe Bend, environ 1h aller retour, temps photos compris 😉
Petit point fast-food à Page, juste à côté

Arrivée à Bryce Canyon à l’hôtel Best Western Plus

— JOUR 11 —

Bryce Canyon

amphitéatre de Bryce Canyon

Motel à 5 minutes de l’entrée du parc
Point de vue Sunset Point
Randonnée Navajo Loop
Autre points de vue sur « l’amphithéâtre »
Scenic Drive (route, 20 km aller) qui offre de superbes vues
Coucher de soleil à Inspiration Point
Buffet à volonté de l’hôtel pour 23$

— JOUR 12 —

Zion

vue sur le parc zion

Départ de Bryce après avoir fait quelques provisions (pique-nique et noodles!)

Arrivée à Zion après environ 1h30 de route
Randonnée Canyon Overlook Trail  : magnifique vue sur le canyon / la vallée et rencontre avec des petits « écureuils »
Autre rando Esmerald Pool, facile.
On prend un peu la Scenic Drive en voiture puis coucher de soleil
Hotel juste à côté du parc, le Bumbleberry Inn

— JOUR 13 —

ZionValley of Fire – Las Vegas

Valley of fire

Petit déjeuner au resto à côté (compris dans le prix de la chambre)
Petit tour rapide dans Zion

Départ en direction de Las Vegas

Arrêt 2h30 plus tard à Valley of Fire (10$ par véhicule à mettre dans une boite à l’entrée avec son numéro d’immatriculation)

Elephant rock (accessible en quelques minutes)
Petite randonnée pour aller jusqu’à Fire Wave (environ 20/30 minutes pour y arriver)

Retour sur la route, arrivée à Las Vegas en début de soirée, hôtel sur le Strip (tant qu’à faire !)
Pour notre part nous avons choisi une chambre au Luxor, au début du Strip, un peu moins chère que les autres. N’hésitez pas à comparer les prix des différents hôtels, ça dépend vraiment des périodes ! Attention il y a des taxes à payer en plus à Las Vegas à l’hôtel, à ne pas oublier dans le prix final…

— JOUR 14 —

Las Vegas

hotel new york à las vegas

Balade sur le Strip, dans les hôtels aux différents thèmes, magasins M&M’s, Coca-Cola…
Le soir spectacle du magicien Criss Angel au Luxor

— JOUR 15 —

Route jusqu’à Los Angeles pour reprendre l’avion

_________

Voilà pour ce merveilleux road trip !  J’espère que cela pourra en aider certains, si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous les poser 🙂 Un road trip dans ce coin du monde est un must pour les amateurs de voyage, il y a énormément  de choses à voir. Nous avons fait des parcs que nous n’avions pas fait la dernière fois (et sommes retournés au Grand Canyon, il nous avait tellement impressionné la première fois qu’on voulait le revoir).

Les parcs que nous avions fait auparavant et qui sont quasi incontournables : Monument Valley, Antelope Canyon, Death Valley, Red Rock Canyon, Sequoia National Park. En allant plus à l’ouest il y en a encore d’autres… Mais en 2 semaines, c’était déjà pas mal, ne pas oublier que les distances sont immenses (nous avons fait 5000 km quand même) et qu’il faut se garder du temps pour se reposer un petit peu. C’est pour cela que nous avons fréquemment pris 2 nuits au même endroit, pour ne pas avoir besoin de bouger tous les jours.