Archives du mot-clé conseils

Itinéraire en Patagonie : Chili et Argentine avec conseils et guide des randos

Quel itinéraire pour voyager en Patagonie, entre Chili et Argentine ? En effet, la Patagonie est un vaste territoire d’environ 2 000 km de long, que se partagent les deux pays (non la Patagonie n’est pas un pays ^^ ). C’est la région la plus au Sud du continent américain, et c’est ici que l’on peut se trouver dans les coins les plus australes du monde – en-dehors de l’Antarctique.

C’est un lieu difficile et long à atteindre mais qui vaut son pesant de cacahuètes une fois qu’on y est ! Dans cet article, vous retrouverez notre itinéraire en Patagonie, au Chili et en Argentine (à moduler selon le temps de votre séjour). Nous vous donnerons nos conseils et informations sur un séjour en Patagonie, principalement basés sur notre expérience.

Sommaire

Pourquoi visiter la Patagonie ?

Des routes mythiques, des paysages sauvages à perte de vues, des randonnées parmi les plus célèbres du monde, des rencontres animalières, c’est tout ce que l’on trouve lorsque l’on s’aventure jusqu’ici. Les amoureux de la nature seront aux anges et les guibolles pourront chauffer au rythme des nombreuses randonnées, lors d’un itinéraire en Patagonie, entre Chili et Argentine.

Visiter la Patagonie Chilienne ou la Patagonie Argentine ?

Il n’y a pas de bonne réponse à cette question, la Patagonie est un tout, il y a des endroits magnifiques dans les deux pays.

La Patagonie est une région chère (surtout comparée au reste du continent sud-américain), mais si vous avez un budget serré, mieux vaut privilégier la partie Argentine. En effet les parcs et les accès aux randonnées sont gratuits, ce qui n’est pas le cas au Chili (et en plus le touriste étranger doit payer le double, voir le triple du prix d’un chilien, ce qui assez agaçant à la longue).

Le mieux est de combiner les deux, on peut découvrir plusieurs lieux mythiques et magnifiques qui ne sont pas trop éloignés (évidemment tout est relatif, car ici les distances sont grandes et les routes pas toujours optimales).

A quelle période visiter la Patagonie ? Quel est le climat ?

C’est un climat rigoureux qui vous attend dans ce territoire, n’oublions pas qu’on se rapproche dangereusement du pole sud ! Plus on descend, plus il fait froid. Par ailleurs, le climat changeant très vite, mieux vaut être préparé à tous types de temps.

On vous rappelle que la Patagonie se situe dans l’hémisphère sud et que les saisons sont donc inversées par rapport à l’Europe. La période la plus clémente est de novembre à mars (qui correspond au printemps / été), mais c’est aussi à ce moment-là que l’afflux touristique est le plus important.

Si vous souhaitez y aller en hors saison, faites bien attention, les chemins de randonnées et commerces ne sont pas tous ouverts, il peut y avoir beaucoup de neige et il fait très froid (surtout en plein hiver) !

Le mieux serait d’y aller au début ou à la fin de la saison haute. Pour notre part nous y étions au moins de décembre principalement, nous avons eu globalement beau temps. Il est conseillé de se laisser quelques jours de battements, pour pouvoir changer ses plans en cas de météo très difficile.

Quels vêtements pour la Patagonie en décembre ?

En décembre (c’est valable aussi pour janvier, février) le climat est plutôt doux, bien qu’on ne soit pas à l’abri du mauvais temps.

A emmener impérativement : une veste imperméable et coupe-vent car la pluie peut vite arriver ; une veste chaude (nous avions nos doudounes mais à cette période de l’année elles ne sont pas indispensables, cependant il faut quand même une bonne veste, en polaire par exemple), des chaussures imperméables, des lunettes de soleil, de la crème solaire (quand le soleil tape, il ne fait pas semblant).

N’oubliez pas le matériel de base pour randonner, dont un petit sac à dos dans lequel vous pourrez transporter votre gourde (que vous pourrez remplir directement dans les sources, et oui !) et votre pique-nique.

Combien de temps pour un itinéraire en Patagonie, entre Chili et Argentine ?

La Patagonie est immense et il est difficile de tout voir en un voyage, sauf si vous faite un voyage au long court. Le mieux est de se limiter à une ou deux parties de la Patagonie pour un voyage de deux semaines (ce qui me semble être le minimum).

Pour notre part nous sommes restés 45 jours en Patagonie, avec une étape importante à Ushuaïa, où nous sommes restés près de 2 semaines (nous y avons fêté noël, le nouvel an et l’anniversaire de Manu entre autre !).

Comment se déplacer en Patagonie et est-ce facile ?

La région est vaste et il y a moins de transports en commun que dans le reste du Chili et de l’Argentine. Près de la carretera australe au Chili, c’est clairement la galère et c’est difficile de prévoir à l’avance, car on trouve peu d’info sur les bus.

Il y a la possibilité de prendre l’avion, il y a plusieurs aéroports dans la région. Pensez à prendre des vols internes pour ne pas exploser le budget (évitez donc de prendre un vol de Buenos Aires pour la Patagonie chilienne).

Lorsqu’on est en ville, on peut se déplacer à pied (les villes ne sont pas très grandes). Sinon il y a toujours les taxis, très abordables.

Lors d’un voyage en Patagonie, on passe régulièrement la frontière entre le Chili et l’Argentine. Il n’y a rien de compliqué, mais il faut savoir qu’on ne peut pas rentrer au Chili avec des fruits et légumes frais. Il y a un formulaire à remplir, et nous vous conseillons vivement de toujours cocher la case comme quoi vous transporter des aliments non autorisés, même si ce n’est pas le cas. C’est une mesure de précaution ! Si vous avez oublié une pomme dans un sac par exemple, que le douanier la trouve pendant la fouille et que vous n’avez pas mis que vous en transportiez, vous aurez droit à une amende…

Itinéraire en Patagonie : du Chili jusqu’en Argentine

Voici notre itinéraire en Patagonie, lors de notre voyage au long court en Amérique du Sud. C’est dans cette région que nous avons retrouvés Audrey et Thomas, et nous avions donc quelques impératifs au niveau des dates. (les temps indiqués pour chaque lieu sont de simples recommandations selon notre expérience – évidemment, on peut toujours rester plus longtemps, il y a toujours quelque chose à découvrir et il ne faut pas négliger les jours de repos).

La région des 7 lacs, Pucon – 2-3 jours

Que faire à Pucon :

  • visiter la petite ville, qui nous rappelle la Haute-Savoie entre autre, avec ses chalets ;
  • observer les volcans alentours (quand le ciel est dégagé… Malheureusement pour nous, nous sommes tombés lors d’une période très pluvieuse et n’avons rien vu !) ;
  • randonner dans le parc Huerquehue – 3 bus par jour depuis Pucon. Vérifier les horaires à la station de bus (nous avons renoncé à nous y rendre à cause de la pluie diluvienne…).

Où manger à Pucon : Il y a plein de petits restos dans le centre, mais nous avons découvert une petite pépite, un peu en dehors : Cinco sabores. Un tout petit resto thaïlandais délicieux et pas cher (5000 CLP le plat, soit environ 5€). Options végétariennes, thé offert, on y est allé 2 fois tellement c’était savoureux.

Où dormir à Pucon : l’auberge de jeunesse Willhouse, propre, sympa, quartier tranquille à 10 minutes à pieds du centre.

Depuis Pucon il est possible de se rendre en bus jusqu’à Bariloche en Argentine. Nous avons hésité mais finalement nous avons décidé de zapper ce coin. Nous avions peu de temps et comme la météo était très mauvaise… Mais c’est tout à fait possible !

La région des lacs, Puerto Varas – 2 jours

Pucon – Puerto Varas en bus avec la compagnie JAC 8500 CLP – 9,5€ pour 4h40 environ

Que faire à Puerto Varas :

  • se promener en ville, très mignonne avec ses petits chalets ;
  • aller jusqu’à Petrohué : un bus toutes les heures depuis le centre, 2500 CLP, 1h15 de route. On se retrouve au bord d’un lac, point de départ de randonnées, dont « Paso de la desolacion ». On aperçoit un volcan, les couleurs des fleurs printanières, on passe sur d’anciennes coulées de lave et on a le choix entre plusieurs points de vues, par exemple le Mirador El Alerces, où nous nous sommes rendus… Malheureusement pour nous, le mauvais temps nous poursuivait à cette période et nous avons fait cette rando sous la pluie et n’avons absolument RIEN vu du mirador ! Un échec total, nous sommes rentrés trempés ;
  • visiter la ville de Frutillar, apparemment très mignonne aussi. Nous avons du la rayer de nos plans, encore une fois, trop de pluie !.

Où manger à Puerto Varas ? Happy hour de pisco sour au café/resto Mamusia, où nous avons également testé le Küchen, un gâteau aux noix. Beaucoup d’allemands se sont installés dans cette région et on ressent beaucoup cette influence germanique, notamment dans les spécialités culinaires.

Passage par l’île de Chiloé – 2-5 jours

Bus Puerto Varas – Castro, sur Chiloé, 7000 CLP – 8€ pour 5h de bus (dont 30 minutes de ferry).

Que faire sur Chiloé, la plus grande île du Chili :

  • découvrir la ville de Castro et ses maisons multicolores sur pilotis ;
  • aller dans les autres villes de l’île ;
  • visiter les différentes églises de l’île, classées au Patrimoine mondial de l’Unesco ;
  • aller au parc national de Chiloé.

Pour visiter l’île facilement, il est recommandé de louer une voiture. Mais c’est également faisable sans voiture, comme le prouve Tania, dont vous pouvez retrouvez l’article ici.

Pour notre part, on continue sur la lancée du mauvais temps, il pleuvait trop pour partir explorer l’île. Nous nous sommes surtout baladés dans Castro, visitant l’église Saint François de Castro, en bois, très différente de toutes celles que l’on a pu croiser en Amérique Latine.

Où manger à Castro ? La Cevicheria, pour se régaler d’un ceviche de saumon (spécialité du coin) ou d’un autre poisson, accompagné d’un Pisco Sour (le délicieux cocktail que se disputent chiliens et péruviens !).

Où dormir à Castro ? Chez Alicia Magaly, qui tient une maison de famille propre et douillette, avec plusieurs chambres à louer.

Voyage en ferry dans les fjords chiliens – 2 jours

Pour descendre plus au sud du Chili, il y a toujours l’option bus ! Mais quand on a le temps (et qu’on n’est pas trop regardant sur le confort), il y a l’option ferry, que nous avons choisi, sans regret.

Bus Castro-Quellon, au sud de l’île, avec la compagnie ETM- 2500 CLP – 3€ pour 1h30.
Ferry avec la compagnie Naviera Austral (voir les jours de navigation sur leur site) → Quellon – Puerto Chacabuco 17 900 CLP – 20€. Départ le soir 23h pour deux nuits et une journée de voyage environ.

Cinq raisons de prendre le ferry :

  • les liaisons en bus ne sont pas au top dans cette région. Prendre un ferry (si l’on tombe au bon moment) peut être plus simple ;
  • le prix est très abordable pour un si long voyage, surtout quand on connaît le Chili et ses prix plutôt élevés pour le continent (et on économise 1 ou 2 nuits de logement) ;
  • pour découvrir des paysages différents : les fjords ;
  • afin d’admirer la nature à l’état pur, à la recherche des glaciers, des cascades, des oiseaux ;
  • pour se rendre compte de la vie des habitants de cette région, très isolés. En effet, le bateau s’arrête dans quelques villages. On se rend compte qu’en dehors des quelques maisons, il n’y a que la nature.

Quelques petits conseils pour le trajet en ferry : prendre des vêtements chauds (la compagnie fournit des couvertures, mais mieux vaut être prudent quand même !), de l’eau potable, de la nourriture simple (sandwiches, chips, noodles…), des sachets de thé (l’eau chaude est offerte – seul le contenant est payant si vous n’en avez pas) et de quoi s’occuper (livres, films sur l’ordinateur, jeux …). A savoir qu’il y a quelques prises pour recharger les appareils électroniques et un petit espace restauration qui vend des snacks, sandwiches et boissons.

→ le truc le plus gonflant pour nous, ce fut la télé allumée toute la journée à l’intérieur du ferry (alors prévoyez les boules quies si vous êtes sensibles).

Passage à Coyhaique – 2-3 jours

Une fois arrivés à Puerto Chacabuco (qui est juste un port, ce n’est même pas un village !) il faut prendre un bus (attention le dimanche il y en a moins ou pas du tout…) ou un taxi jusqu’à Puerto Aysen. Nous avons ensuite pris un bus pour Coyhaique, notre destination, où une fois arrivés, nous avons sauté sous la douche et profiter d’un bon lit pour se reposer (je vous passe les détails mais notre trajet en ferry s’est vu altéré à cause d’une course triathlon très importante en partance de Puerto Chacabuco, le même jour ! Et en gros après une nuit pas ultra reposante dans le ferry, nous avons enchaîné avec une nuit blanche… On était donc au bout du rouleau une fois à Coyhaique !).

Que faire à Coyhaique ? Nous étions trop fatigués et occupés à planifier la suite du voyage pour en profiter, mais il y a de nombreuses randonnées dans les alentours

Où dormir à Coyhaique ? En chambre privée chez Victor et Paulina, un jeune couple hyper sympa. La maison est propre et chaleureuse, un peu à l’écart du centre (15 min à pieds), bon rapport qualité/prix.

Où manger à Coyhaique ? Mamma Gaucha pour ses délicieuses pizzas, ses bières artisanales, ses desserts et sa bonne ambiance.

Route mythique : la carretera austral au Chili, de Coyhaique à Puerto Rio Tranquilo – 1-3 jours

Pour cette partie, nous avons eu énormément de chance. En effet, c’est un coin réputé compliqué pour voyager en transport en commun, il n’y a pas de bus tous les jours et les infos sont difficiles à trouver… Nous avons eu l’immense chance de rencontrer William et Jacques via la page facebook « les français au Chili » qui nous ont pris dans leurs bagages si l’on peut dire ! Ils devaient faire la route avec leur pick-up de location et nous ont proposé de les accompagner, ce qui nous a enlevé pas mal de tracas et nous a permis d’en profiter à fond.

Longue de 1 240 km, la carretera austral est l’une des plus belles routes du monde, alors ouvrez les yeux ! Si vous avez comme nous la chance d’être véhiculé, les arrêts seront multiples, les paysages sont de véritables peintures… Par contre une bonne partie de la route n’est pas revêtue, alors préparez votre popotin à être secoué !

Que faire à Puerto Rio Tranquilo ? Faire un tour en bateau ou en kayak sur le magnifique Lago Carrera General (2ème plus grand lac d’Amérique du Sud) et visiter les cathédrales de marbre. Accessibles depuis le village, mais si vous avez un véhicule (si possible 4×4 car la route est compliquée), allez jusqu’à Puerto Marmol à 6km de là.
10 000 CLP – 11,6€ pour une heure de bateau sur le lac avec la visite des cathédrales de marbre. Nous y étions en début d’après-midi, ce qui fait que sur le bateau, nous étions tous les 4, avec un couple d’australiens et accompagnés de deux guides, plutôt tranquilles. Il est recommandé d’y aller tôt le matin pour avoir plus de couleurs, mais j’imagine qu’il y a aussi plus de monde à ce moment-là.

Route mythique : la Ruta 40 de Chile Chico à El Chalten – 1-2 jours

Passage de frontière à Chile Chico, toute petite ville. Nous avons dormi dans une pension de famille et mangé dans un restaurant fusion arabe sur la place principal, absolument délicieux !

Une fois sur la Ruta 40 en Argentine, nous avalons les kilomètres, c’est une route droite et désertique, il n’y a pas grand-chose à voir, hormis les malheureux cadavres de guanacos qui se sont pris dans les barbelés qui suivent la route.

El Chalten, le paradis des randonneurs – 3-7 jours

El Chalten est un petit village en Argentine mais aussi le nom de la célèbre montagne que l’on voit depuis le village, re-baptisée par la suite mont Fitz Roy. C’est un lieu très touristique mais aussi un incontournable de la Patagonie.

Que faire à El Chalten ? Des randonnées évidemment !

  • Chorillo del Salto, 2h aller/retour, niveau facile, on traverse une forêt jusqu’à arriver à une cascade ;
  • Laguna Torre, 5h30 de marche aller/retour, niveau moyen (ça monte surtout au début, ensuite c’est plus tranquille) ;
  • la randonnée pour laquelle tout le monde vient jusqu’ici : Laguna de los tres, qui amène à un lac avec vue sur le Fitz Roy, 7h30 de marche, 20 km, niveau assez difficile (mais tout de même accessible pour tous les motivés !).

→ Nous vous recommandons vivement de partir le plus tôt possible (avant 8h) pour ces randonnées afin d’éviter le monde.

Retrouver ici notre article complet sur El Chalten.

Où dormir à El Chalten ?

  • pour 2 personnes : Refugio Chalten Hostel , petite auberge propre et sympa dans un coin tranquille.
  • pour 4 personnes : une cabane, à côté d’un camping. Un peu excentré mais proche des départs des randonnées.

Où manger à El Chalten ? Bourbon Smokehouse, happy hour, burgers et frites maison pour un prix très correct dans un lieu convivial.

El Calafate, arrêt obligatoire pour admirer un géant de glace, le Perito Moreno – 2-3 jours

Bus El Chalten – El Calafate avec Chalten Travel (1000ARS – 13€ pour 3h de route).

El Calafate est une ville ordinaire mais très touristique : c’est le point de départ pour aller visiter le Perito Moreno, l’un des glaciers les plus connus du monde.

Que faire à El Calafate ?

  • balade en ville, jusqu’à la laguna Nimez (entrée pour approcher la lagune payante) ;
  • aller voir le Perito Moreno (en excursion ou avec une navette) ;
  • marcher sur le Perito Moreno (en excursion avec Hielo Aventura) ;
  • randonner dans le parc Los Glaciares pour voir d’autres glaciers, moins touristiques.

Repasser au Chili pour l’un des plus beaux parcs nationaux du monde : Torres del Paine, près de Puerto Natales – 2-7 jours

Bus El Calafate – Puerto Natales, 5h.

Le parc Torres del Paine est très réputé et un incontournable de la Patagonie. De nombreux randonneurs y viennent pour faire le fameux trek W qui se réalise en 4-5 jours ou pour les plus courageux, le circuit O en 8-10 jours. Notre plan de base était de faire le circuit W, nous avons perdu passé des heures de recherches là-dessus mais nous avons finalement abandonné l’idée. C’est un trek très très touristique, les campings étaient déjà pleins 2 mois à l’avance et les prix étaient vraiment excessifs, ce qui nous a convaincu de faire autrement, en mode plus tranquille (et sans contrainte).

Que faire au Torres del Paine et autour de Puerto Natales si on ne fait pas de trek ?

  • visiter la Cueva del Milodon (nous ne nous sommes pas arrêtés car c’était envahi de bus au moment de notre passage) ;
  • faire la randonnée Mirador Base Torre au parc Torres del Paine, pour voir les célèbres tours du parc de plus près. 21km, 7h de marche, assez difficile (ça monte et ça descend) ;
  • passer une journée ou deux de plus dans le parc Torres del Paine avec une excursion ou en louant une voiture, pour voir le Glacier Grey, Salto Chico, Salto Grande et d’autres points de vue magnifiques.

Retrouver notre article complet sur Puerto Natales et le parc Torres del Paine ici !

Où manger à Puerto Natales ? Pachamama, petit resto avec menu du jour (dont des plats végétariens) et spécialité d’empanadas (délicieuses).

Voyager au bout du monde jusqu’à Ushuaïa 3-7 jours

Bus Puerto Natales – Ushuaïa : 12h de route dont 30-45 minutes de ferry dans le détroit de Magellan.

Ushuaïa est la ville la plus australe du monde (même si maintenant on sait qu’il y a un village chilien encore plus au sud !) et de ce fait, malgré le périple pour y arriver, c’est très touristique. Nous y avons passé pas mal de temps et nous l’avons apprécié, nous nous y sommes sentis comme chez nous.

Que faire à Ushuaïa ?

  • se balader dans le centre et près du port… En s’imaginant prendre un bateau pour l’Antarctique (ou être l’un des chanceux qui y va si le budget le permet !) ;
  • randonnée du Sendero Glaciar Martial, pour une vue sur Ushuaïa, 2h-5h30 de marche, selon l’endroit de départ (plusieurs possibles) ;
  • faire du bateau dans le canal de Beagle (nous recommandons la petite compagnie Tres Marias) pour voir la faune qui y vit et admirer Ushuaïa d’un autre point de vue ;
  • randonnée jusqu’à la Laguna Esmeralda, 10 km, 3-3h30 de marche, niveau facile (mais gare aux marécages !) ;
  • visiter le parc Tierra de Fuego (Terre de feu) pour ses paysages purs, ses randonnées et pour y poster une carte depuis la poste la plus australe du monde (conseil : acheter les timbres AVANT car c’est hyper cher dans le parc xD).

Pour plus de détails, rendez-vous sur notre article complet sur Ushuaïa et la Terre de Feu !

A la rencontre de la faune sur la péninsule Valdés – 2-4 jours

Pour cette partie nous avons craqué et pris un vol intérieur, Ushuaia – Trelew (à prononcer « Tréléou »), puis nous avons été jusqu’à la ville balnéaire Puerto Madryn. Nous avons ensuite loué une voiture pour visiter les alentours.

Que faire à Trelew et Puerto Madryn ?

  • visiter le musée paléontologique Egidio Feruglio à Trelew (de nombreux fossiles de dinosaures ont été retrouvés dans cette région) ;
  • aller voir la reconstitution de plus grand dinosaure du monde (le Titanosaure !), sur la route entre Trelew et Puerto Madryn ;
  • passer une journée sur la péninsule Valdès à la rencontre des otaries, phoques, tatous, manchots, guanacos, plein d’espèces d’oiseaux et, selon les périodes, baleines, orques…
  • visiter la réserve de manchots de magellan à Punta Tombo, il y en a jusqu’à 500 000 ! Vraiment incroyable d’admirer autant de ces animaux…

Où manger à Puerto Madryn ? Il y a plusieurs restos en bord de plage, mais nous avons suivi le conseil de notre hôte et avons testé (et approuvé !) le Mr Jones, un pub à la bonne ambiance et aux délicieuses bières.

« La nature n’est pas un endroit à visiter. C’est chez nous ».

Après environ un mois et demi de voyage en Patagonie, entre le Chili et l’Argentine, nous sommes revenus avec des jambes d’acier après toutes ces randos, de l’air pur dans nos poumons, et des paysages gravés dans nos esprits à jamais. Le côté touristique de certains endroits peut décevoir certains mais comment se plaindre ? Nous faisons partie de ces touristes. Cela n’empêche pas que la région est sauvage, sublime… Un retour à la nature, comme on l’imaginait. C’était un rêve d’aller jusque dans ces contrées et nous sommes heureux d’avoir pu y passer du temps et nous imprégner à fond de ces paysages qu’on ne voit qu’une fois dans sa vie.

Épinglez sur Pinterest :

visiter l'île de pâques lever de soleil à tongariki

Visiter l’île de Pâques en 10 jours : guide, récit, expériences et conseils

L’île de Pâques… Un lieu populaire dans l’imaginaire collectif. On a tous en tête les mystérieuses statues qui peuplent cette île. Tellement connue qu’il nous parait impossible de se rendre dans cet endroit éloigné de tout. Avant d’entamer notre voyage de plusieurs mois en Amérique du Sud, nous étions bien décidés à visiter ce lieu au bout du monde, qui appartient au Chili. C’est ainsi que nous avons pris nos billets des mois à l’avance, avant même de nous retrouver sur le continent sud-américain, pour visiter la célèbre île de Pâques.

Sommaire

L’article étant assez long, le sommaire suivant vous permettra d’aller directement aux parties qui vous intéressent.

Comment voyager à l’île de Pâques, les démarches administratives (et notre expérience stressante !)

Démarches administratives pour s’envoler vers l’île de Pâques

L’île de Pâques ou Rapa Nui, de son vrai nom, fait partie de la région Valparaiso au Chili. On y arrive en avion depuis Santiago du Chili ou depuis Tahiti. En nous y prenant à l’avance, nous avons trouvé des billets aller retour depuis Santiago à 350 € chacun avec Latam, ce qui est un prix assez honnête, pour un vol de 5h.

Il faut savoir que le Chili a décidé depuis l’été 2019 de limiter l’accès à l’île, afin de la préserver. De plus en plus de touristes font le voyage jusqu’ici et beaucoup de chiliens décident de s’y installer. Pour limiter l’impact négatif de tout ce monde, on ne peut rester que 30 jours maximum.

Avant de s’envoler pour l’île, il y a plusieurs étapes « obligatoires » (vous allez comprendre pourquoi les guillemets) :

  • Remplir un formulaire unique d’entrée. Totalement obligatoire, on ne vous laissera pas embarquer sans que cela soit fait. Il se remplit en ligne à l’avance ou à l’arrivée à l’aéroport de départ, et il faut présenter le mail de confirmation à la PDI (Police d’investigation chilienne) ;
  • Avoir un billet retour (sans excéder 30 jours sur place) ;
  • Avoir un logement certifié Sernatur, la liste étant disponible sur le formulaire d’entrée ;
  • Si vous n’avez pas de logement certifié, comme par exemple un airbnb, il vous faut une lettre d’invitation d’un habitant de l’île. C’est un document officiel, la mairie fournit un numéro d’invitation.

Notre expérience chaotique, ou, quand on a bien crû qu’on arriverait jamais à partir pour l’île de Pâques

Et dans les faits ?
Je vais vous raconter notre expérience, qui pourra peut-être en rassurer quelques uns.

Trouver un logement et se rendre compte que rien n’est simple

Les logements sur l’île de Pâques sont à des prix très élevés, et nous avions réservé un camping pas cher (avec tente, matelas et sac de couchage inclus). Malheureusement, un mois après avoir fait la réservation, le gérant nous contacte pour nous informer qu’il y a eu un soucis avec les réservations et qu’il ne peut pas nous accueillir ! On était bien dégoûté car c’était le moins cher de l’île…

Après recherches nous avons finalement loué une chambre privée chez un habitant de l’île, via airbnb. Naïfs, nous n’étions pas au courant qu’il fallait un logement certifié ou une invitation. Nous l’apprenons quelques jours seulement avant le départ. Au même moment, notre hôte airbnb nous demande nos informations de passeport pour faire l’invitation, tout va bien. Sauf que la veille du départ, aucune nouvelle ! Nous devons remplir le formulaire mais nous n’avons pas de numéro d’invitation, ce qui rend la chose impossible. Gros gros stress. Le mec ne nous répond pas, malgré les mails et appels téléphoniques.

Le lendemain, jour du départ, nous arrivons à l’aéroport avec la boule au ventre, la peur de se faire refuser d’embarquer. Une hôtesse nous dit qu’on doit remplir le formulaire. Nous sommes piégés, que faire ?! Quand on informe l’hôtesse que nous ne trouvons pas notre logement dans la liste, sa réponse est simple : cocher n’importe lequel ! – Ah bon, ok ! Mais on on nous avait dit qu’il fallait une preuve (papier de confirmation de réservation) ? – Non non, pas de soucis.

On voit bien que ça doit arriver souvent ce genre de cas, d’ailleurs d’autres personnes galèrent autour de nous. On fait donc comme elle nous a dit. Effectivement, quand on a donné à la PDI notre numéro de confirmation, nous avons vu le policier prendre notre papelard et le poser tout en haut d’une énorme pile, sans nous demander un quelconque justificatif.

Bien sûr mieux vaut être en règle ! Mais si vous vous retrouvez dans une situation identique à la nôtre, pas de panique, la paperasse chilienne c’est comme en France : inutile ! xD

Des habitants qui ne connaissent pas le stress !

Pour finir avec notre airbnb et notre dose de stress, le mec était sensé venir nous chercher à l’aéroport. Évidemment une fois arrivés à destination, accueillis par de la musique polynésienne et une foule de gens tenant des pancartes avec des noms dessus, on a beau chercher, nos noms ne sont nulle part ! Re-stress ! On essaie de contacter notre hôte, mais il ne répond pas au téléphone. Tout le monde part, on se retrouve bientôt les derniers.

On se fait aborder par plusieurs chauffeurs de taxi, très gentils. Notre logement n’a pas vraiment d’adresse mais heureusement il y a le point GPS sur airbnb (et merci la carte sim chilienne pour la 4G). Notre taxi se débrouillera avec ça et finira par trouver la maison.

Il n’y a personne sur place, un monsieur qui bosse sur une maison juste à côté vient à notre rencontre et nous dit que « oui oui c’est bien la maison de Hinariru » (notre hôte). Il nous fait entrer (tout est ouvert), nous offre du thé et après quelques minutes nous dit qu’il nous laisse car il doit retourner travailler. Ok… On espère être au bon endroit, on inspecte la maison et on trouve une chambre mieux rangée que le reste de la maison, qui est identique aux photos sur l’annonce. Bon, ça doit être ça !

Après une demi-heure à s’occuper, à se demander ce qu’on fait, tout à coup quelqu’un sort d’une chambre qui était fermée : Hinariru ! Un peu étonné de nous trouver ici, mais pas tant choqué qu’on soit rentré et se soit installé, il nous dit qu’il s’y est prit trop tard pour l’invitation (sans rire !) et qu’il pensait qu’on ne venait plus… Mec, on a les billets depuis plus de six mois, on a payé un hébergement, bien sûr qu’on vient !! xD Bref Hinariru est un peu glandeur mais hyper sympa et il parle anglais avec un bon accent, ce qui fait que nos échanges sont facilités. On rencontre ensuite son oncle, avec qui il vit. Il est adorable, même si en temps que chilien, il parle espagnol avec un accent à couper au couteau qu’on a beaucoup de mal à comprendre xD

Tout est bien qui fini bien !

Malgré ce début de mésaventure, nous avons passé un excellent séjour chez eux. Ils nous ont accueillis comme si nous étions de la famille, on se sentait chez nous. On n’a pas du tout regretté de vivre chez l’habitant pour une petite immersion dans leur vie quotidienne. Nos hôtes vivaient de la pêche et Hinariru profitait des belles vagues autour de l’île pour surfer. Ils nous ont plusieurs fois offert à manger, dont un bon barbecue avec leur récolte de pêche et on a même eu droit de tester à un délicieux Pisco ! Et bien sûr plein d’autres anecdotes et bons souvenirs avec eux 🙂 Les habitants de l’île de Pâques sont des bons vivants, d’une grande gentillesse, et pas stressés de la vie, on se sent bien avec eux.

Quand visiter l’île de Pâques et combien de temps y rester ?

L’île possède un climat subtropical, plutôt doux toute l’année. On peut y aller à n’importe quelle période, mais si possible mieux vaut éviter de s’y rendre de juillet à septembre, car il y pleut plus que le reste de l’année. Nous y étions fin octobre / début novembre, et nous sommes tombés sur plusieurs jours de pluie. Bien regarder la météo pour organiser ses visites en fonction du temps ^^

Nous sommes restés 10 jours sur l’île, ce qui était un peu trop. En effet elle n’est pas très grande. Même en prenant le temps, nous n’avions plus grand chose à faire à la fin, surtout sans véhicule.

Je recommanderai d’y rester au minimum 5 jours (tant qu’à venir jusque là, autant en profiter) et pour prendre bien son temps, jusqu’à 7 jours.

Quel est le prix d’entrée sur l’île ?

Si l’on souhaite visiter les sites archéologiques de l’île, il faut payer un ticket au prix de 80 USD ou 54000 CLP (environ 72 €). Cela donne accès à tous les sites en illimités, à l’exception de deux lieux, qui ne sont accessibles qu’une fois (pour leur préservation). On achète ce ticket dès l’arrivée à l’aéroport de l’île, où on nous donne une carte de l’île avec les différents lieux à voir.

Vous pouvez bien sûr venir sur l’île sans payer ce ticket et vous pourrez voir des statues et vous balader. Cependant, vous louperez beaucoup de choses et tant qu’à venir jusqu’ici (je rappelle que cette île est située au milieu du Pacifique et est l’un des lieux les plus isolés de la planète !), autant en profiter à fond.

Comment se déplacer sur l’île de Pâques ?

Il y a plusieurs sites accessibles à pieds, sur de courtes distances ou en randonnée depuis l’unique ville de l’île, Hanga Roa.
Ensuite on peut prendre des excursions pour visiter les coins plus éloignés de l’île Pâques mais le mieux est de louer une voiture. Il y a plusieurs loueurs en ville, ils louent tous des « Jimny », une sorte de petite jeep (c’est le véhicule le moins cher). Vous pourrez partager les frais avec d’autres voyageurs si vous êtes en auberge, camping… Pour notre part nous avons loué un Jimny tous les deux, pour être libre de notre planning et pendant 3 jours afin de bien profiter (mais 2 jours sont suffisants).
Si vous êtes sportif, vous pouvez également louer un vélo pour aller jusqu’au nord de l’île.

Petit lexique de l’île de Pâques

L’île appartient au Chili. Ainsi, on parle espagnol, mais elle est de culture polynésienne, et ils ont donc leur propre langue. Voici quelques mots avec leur définition, dont certains que j’utiliserai par la suite.

  • Rapa Nui : c’est le nom de l’île, de ses habitants et de la langue parlée ici ;
  • Moai ou moaï 🗿 : nom donné aux statues de l’île, il est interdit de les toucher ;
  • Ahu : plateforme sacrée où sont posés les moaïs, il est interdit de marcher dessus ;
  • Motus : des îlots aux alentours de l’île ;
  • Iorana : pour se dire bonjour ou au revoir.

Les points d’intérêts à visiter sur l’île de Pâques

Cela a beau être une petite île, visiter l’île de Pâques promet de belles expériences. Elle recèle de nombreux trésors, principalement archéologiques

Hanga Roa, l’unique ville de Rapa Nui

C’est ici que se trouve la majorité des habitations de l’île. Il y a un centre-ville (nous logions vers l’extérieur de la ville) avec des magasins, un office du tourisme Sernatur (où il ne faut pas oublier de passer pour se faire tamponner son passeport pour repartir avec un joli souvenir gratuit), quantités de restaurants et bars, ainsi qu’un musée.

Il ne faut pas louper le petit port de pêche en ville. En étant attentifs, on peut y observer des tortues de mer qui viennent près du bord à la recherche de restes de poissons. Elles sont énormes !

Le musée d’Hanga Roa

Nous avons visité le petit musée sur l’île de Pâques dès le premier jour. Cela nous a donné pas mal d’informations sur l’île, son histoire, sa découverte, ses mystères… A ne pas louper, si possible au début du séjour, pour mieux comprendre ce qu’on va voir ensuite.

Tahai, le spot aux couchers de soleil

Tahai, c’est l’endroit avec des ahus et des moaïs le plus proche de la ville. C’est ici que se regroupent visiteurs et habitants chaque soir pour admirer un merveilleux spectacle : le soleil se couchant derrière ces mythiques statues. La première fois qu’on assiste à ça, ça ne laisse pas indifférent ! On y est allé plusieurs fois, avec une petite bière chilienne 😉

Rano Raraku, la « nurserie », l’un des endroits les plus impressionnants de l’île

C’est l’un des deux sites que l’on ne peut visiter qu’une seule fois sur l’île de Pâques. On y accède en voiture (ou vélo pour les plus motivés !). Il est surnommé la nurserie, car c’est ici que furent construits tous les moaïs de l’île. C’est une petite montagne située dans les terres. C’est un endroit absolument étonnant car on y découvre de nombreux moaïs. Certains sont totalement finis, d’autres à moitié terminés et d’autres encore à peine commencés. On aperçoit des formes un peu partout, c’est vraiment génial à voir. Clairement un endroit qu’on a adoré !

Certains non terminés sont vraiment immenses ! Les moaïs étaient taillés dans la pierre de la montagne puis transportés un peu partout sur l’île. Aujourd’hui encore ces statues sont très mystérieuses, on pense qu’elles représentent les anciens et étaient vénérées.

Il y a un cratère avec une sorte de marais à côté. Là encore il y a quantités de moaïs, qu’on ne peut pas approcher par contre.

De plus, on profite d’une superbe vue sur un bout de l’île, dont le magnifique site de Tongariki.

Tongariki, le merveilleux spot au lever de soleil

Après Rano Raraku, encore un endroit coup de cœur ! Quinze immenses moaïs se tiennent sur un grand ahu, tournant le dos à l’océan. Nous sommes passés plusieurs fois dans ce lieu pour admirer ces géants, dont deux fois au lever de soleil (et une fois sous la pluie !). Le paysage est splendide et les moaïs sont vraiment impressionnants, on se sent tout petit…

La belle plage d’Anakena et la crique Orahe

Rapa Nui a beau être une île du triangle polynésien, il ne faut pas s’attendre à se retrouver sur une île tropicale. En effet l’île possède peu de plages ! Ici c’est plutôt ambiance falaises déchirées par l’océan et les paysages nous ont rappelé l’Écosse (surtout quand il pleut !). Vous ne vous attendiez pas à ça non ? ^^ Cependant l’île possède une plage, superbe, et unique… Eau cristalline, sable blanc, cocotiers et bien sûr ahus et moaïs ! La vision est vraiment paradisiaque. On suppose que c’est ici que seraient arrivés les premiers hommes qui ont ensuite colonisé l’île. Sur les bords de la plage se trouvent des vestiges archéologiques d’anciennes habitations.

A proximité de Anakena se trouve une autre très belle plage, plus petite et moins fréquentée mais où il est déconseillé de se baigner : Orahe.

Te Pito Kura, le nombril du monde

Après Cusco, le nombril du monde des Incas, nous trouvons un autre « nombril » : une pierre parfaitement ronde et polie, qui est en plus magnétique ! Auparavant on pouvait la toucher, mais elle est maintenant protégée car des gens grimpaient carrément dessus (malin n’est-ce pas).

On voit aussi des moaïs par terre. Il faut savoir qu’à un moment, le peuple rapa nui a abandonné le culte de ses ancêtres, les moaïs. S’est ensuite suivi un conflit où les moaïs se sont fait renverser un peu partout sur l’île.

Puna Pau, la fabrique de « chapeau »

Si les moaïs étaient fabriqués à Rano Raraku, les « chapeaux » sur leurs têtes étaient taillés ailleurs, à Puna Pau, dans de la pierre rouge. D’ailleurs on a appris que ce n’était pas des chapeaux. Cela représentaient leur cheveux, coiffés avec un chignon sur le haut du crâne.

Les explorateurs de Ahu Akivi

Un peu dans les terres se trouvent sept moaïs un peu différents des autres car ceux-là sont les seuls à avoir été retrouvé face à l’océan (même s’ils ne sont pas hyper proches de celui-ci). Ils représenteraient les sept premiers explorateurs de l’île.

La grotte d’Ana Te Pahu

Une petite marche de 10/15 minutes au milieu des vaches et moutons nous amènent jusqu’à la plus grande grotte de l’île, qui était habitée à une époque ultérieure.

Les fenêtres de Ana Kakenga

Accessible à pieds depuis la ville, on accède à la grotte Ana Kakenga par une entrée étroite et totalement obscure (mieux vaut avoir une lampe torche, moi je me suis cognée xD). Une fois à l’intérieur de cette grotte en bord de falaise, on peut observer la vue grâce à deux fenêtres naturelles. Un endroit sympa et étonnant !

Vinapu

Outre des moaïs abimés dont l’un serait l’unique moaï femme de l’île, on vient sur ce site archéologique en bord de mer pour y admirer des constructions qui rappellent étrangement celles que l’on a pu observer au Pérou, dans la région de Cusco. Il y a une théorie comme quoi les Rapanui auraient navigué jusqu’au Pérou, auraient rencontré les Incas et ces derniers aurait partagé leur savoir-faire. Ou alors ce sont les Incas qui sont venus jusqu’à cette île ? En tout cas, ce genre de construction avec des gros blocs de pierre taillés géométriquement est typique des Incas… Ce qui ajoute un mystère de plus à l’île de Pâques !

Le village cérémonial d’Orongo

Orongo est le second site accessible une seule fois. On peut y accéder en randonnée depuis la ville. Ce n’est pas compliqué même s’il faut un minimum de condition physique car ça grimpe un petit peu (venant de Bolivie où tout est en altitude, on n’a pas eu de soucis xD).

On marche le long de la côte, puis au milieu d’une petite forêt (oui oui il y a quand même quelques arbres sur l’île), jusqu’à ce qu’on arrive devant le cratère d’un ancien volcan, le Rano Kau. C’est l’un des trois volcans qui a donné naissance à l’île ; en effet Rapa Nui est une île volcanique. Les volcans sont désormais éteints. Dans ce cratère on peut observer une sorte de lac. C’est un réservoir d’eau de pluie, avec beaucoup de végétations marines, roseaux, etc. Ce qui en fait un habitat idéal pour les oiseaux. On observe tout ça du haut du cratère et on ne peut pas accéder au lac de près.

Juste à côté du cratère se trouve l’ancien village, Orongo, très important dans la culture Rapa Nui. Après avoir lu quelques informations dans le petit musée à l’entrée, on déambule au milieu des maisons circulaires en pierre. Nous avons une super vue sur l’océan d’un côté et sur le volcan de l’autre.

Ce village était spécial, habité seulement pendant les cérémonies, une fois par an. On connait tous les moaïs de l’île, mais il faut savoir qu’après le culte des moaïs, il y eut le culte de Tangata Manu ou homme-oiseau. Tous les ans, des hommes s’affrontaient en partant du village, descendant les falaises et nageant jusqu’au motu en face. Le premier revenant avec l’œuf d’un oiseau (des sternes Mahoke ou Manutara) devenait le chef pour l’année.

Ana Kai Tangata

Sur le chemin jusqu’à Orongo, nous passons devant une grotte en bord de mer où l’on peut admirer des peintures rupestres de l’homme-oiseau. Les abords sont également très beaux, les chevaux face à la falaise…

Différents points d’intérêts sur la côte

Il y a plusieurs endroits moins impressionnants que ceux précédemment cités mais toujours intéressants. Des moaïs renversés, des pétroglyphes, une sorte de rocher trompette (il faut souffler dans les trous pour faire un gros bruit), des grottes…

Les paysages avec les falaises sont également superbes et on aura même la chance de voir des baleines ! On passera un bon moment à les observer… C’est tellement fou de se dire qu’on est sur un caillou au milieu du Pacifique et que ces immenses et merveilleuses créatures passent à côté de nous…

En sillonnant l’île on rencontre aussi beaucoup de chevaux, avec des poulains craintifs et parfois curieux.

Vous l’aurez compris, il y a beaucoup d’endroits à visiter sur l’île de Pâques. Plein de balades possibles, de découvertes archéologiques à faire et on en a bien profité.

L’île de Pâques est-elle une destination chère ?

Comme toute île et encore plus quand celle-ci se trouve éloignée de tout, la vie est chère. Déjà que le Chili est le pays le plus cher d’Amérique du Sud, ici c’est encore pire.

Pour économiser, mieux vaut prendre un logement avec une cuisine (comme le camping qui propose une cuisine partagée ou un airbnb). Impossible d’aller au restaurant tous les jours (surtout en restant 10 jours comme nous). Comme les produits en supermarchés sont aussi plus chers, on peut ramener de la nourriture depuis le Chili : pâtes, riz, fruits, légumes, alcool… Attention en venant de Tahiti, il est interdit de ramener des fruits et légumes frais, le Chili est très strict là-dessus.

Nous sommes à un total de 34,5 € par personne, tout compris (sauf les vols A/R), on s’en sort bien 😉

Où manger sur l’île de Pâques : nos bonnes adresses

Nous nous sommes fait à manger à notre logement la majorité du temps, mais l’ambiance île et vacances nous a quand même donné envie de sortir pour manger et/ou boire un coup. Nous avons découvert des endroits très sympathiques !

  • Mikafé : glacier face au port (à déguster en cherchant les tortues !). Les parfums sont délicieux, le sorbet maracuya (fruit de la passion) était parfait.
  • Oheho Surf : resto/bar face à l’océan, à côté de l’office du tourisme. Les Pisco Sour sont parfaits et on a testé le hamburger au roquefort : une tuerie. Pour une fois qu’on sent bien le roquefort, ça nous a rappelé la mère patrie x)
  • Tumu : resto/bar qui fait des happy hours l’après-midi sur les pintes de bières. On peut aussi y manger, dont le « tumu » un plat de frites avec poulet, crème, champignons qui suffit largement pour deux personnes.
  • Te Moana : le petit craquage du séjour, pour notre dernier soir ! Un peu cher mais l’endroit est très chic. On a mangé sur la terrasse, dans l’herbe face à l’océan et au soleil couchant… Les Pisco Sour sont très bons et surtout on a adoré le ceviche de thon (le poisson le plus consommé de l’île) avec du lait de coco et du gingembre. Un régal, mes papilles s’en souviennent encore.

Vous l’avez compris, nous avons apprécié notre séjour. C’était agréable de visiter l’île de Pâques tout en profitant de l’ambiance à la cool et en sympathisant avec les habitants. C’est un endroit à part, unique, on se sent bien au bout du monde ici. Un de nos coups de cœur de voyage, on n’oubliera jamais ces jours passés sur cette île au milieu du Pacifique…

Un petit week-end à Berlin

Première escapade de l’année 2017, et même si ce n’était que pour un week-end, ça fait toujours du bien de pouvoir s’évader un peu et découvrir un nouvel endroit !

Ma sœur m’avait avertit qu’il y avait des vols pas chers pour Berlin, alors pourquoi pas. Mais pour que l’on soit tous les 4 libres (ma sœur, son chéri, et nous deux), c’était pas simple, à part pour le week-end qui arrivait… Alors on a fait les foufous et on s’est décidé 4 jours avant le départ ! Avant de prendre les billets d’avion, j’ai quand même fait un tour sur Airbnb, pour voir s’il y avait quelque chose d’intéressant, et j’ai trouvé un appart pour 4 personnes situé en plein centre à un prix défiant toute concurrence ! Du coup, c’était décidé, cap sur la capitale allemande !!

Deux jours c’est quand même assez court, alors on n’a pas pu tout voir, mais on a quand même passé un super week-end !

Par contre, on avait vraiment très froid ! Je vous conseillerai d’y aller quand les températures sont un peu plus clémentes. Ou alors vous prévoyez des montagnes de couches de vêtements ! A moins que vous n’ayez du sang allemand ou nordique… Oui parce que ça n’avait pas l’air de déranger du tout certains ce froid glacial, ils se baladaient tranquillement une bière à la main… Au moins, elle devait rester bien fraîche x)

Notre logement étant en centre-ville, dans le quartier de Mitte, nous avons fait pas mal de choses à pieds (mais le dimanche on a craqué et prit un pass 1 journée pour le métro, à 7€, le froid et la pluie ont eu raison de nous!).

Nous avons d’abord découvert la place Gendarmenmarkt (la place du marché des gendarmes), l’une des plus belles de la ville, où on trouve deux églises et le Konserthaus (salle de concert).

DSC_0147

DSC_0279

Nous allons ensuite à pieds jusqu’à la célèbre Bradenburger Tor, le symbole de Berlin. La porte se trouve sur une grande avenue, c’est très beau. Et ça fait aussi super bizarre de s’imaginer que le « fameux mur » passait juste devant…
Il y a du monde, forcément c’est un endroit touristique, des calèches tirées par des chevaux, un monsieur qui joue de la musique… (sans oublier les gens qui se baladent leurs bières à la main !)

DSC_0149

DSC_0302

Juste à côté, se trouve le Mémorial de l’Holocauste, en mémoire aux Juifs assassinés au cours de la Shoah.
Quand on y arrive c’est un peu étrange de voir tous ces gens, ces touristes s’y balader et y faire des selfies. On ne ressent pas le côté solennel du mémorial.
Mais lorsque l’on marche un peu au milieu de ces stèles qui sont de plus en plus grandes, on se retrouve seul et tout petit dans ce dédale…

DSC_0177

DSC_0182

DSC_0329

Un peu plus loin, il y a Potsdamer Platz. Cette place à été détruite pendant la guerre et est devenue un no man’s land durant la Guerre Froide, coupée en deux par le mur de Berlin. La plupart des immeubles ont été construits après la chute du Mur, c’est à dire à partir de 1990. Cela se ressent car l’architecture est très moderne. D’ailleurs on sent que Berlin a beaucoup souffert pendant la guerre car beaucoup d’endroits font « neufs », il y a assez peu de vieux édifices (comparé à d’autres capitales européennes).

DSC_0337

DSC_0338

On va ensuite vers le Sony Center, en traversant la rue on tombe sur un « walk of fame » berlinois : il y a des étoiles par terre avec des noms de professionnels du cinéma, comme à Los Angeles.

DSC_0202

Le Sony Center est un endroit à l’architecture impressionnante. Il y a pas mal de restos, des magasins et des écrans géants qui diffusent les nouvelles. C’est un endroit qui fait très moderne !

DSC_0214

Juste à côté se trouve aussi le Legoland Discovery Center, où l’on voit une file d’attente pleine de parents avec leurs enfants et surtout une belle girafe !

DSC_0342

Ensuite petite pause déjeuner (je vous passe l’épisode où on est allé jusqu’au Kulturforum pour rien, croyant qu’on pourrait y manger à cause des indications de notre guide!), près du Sony Center, dans un resto trouvé au hasard et qui se révèle être une bonne surprise ! L’endroit est charmant, on se prend des bières (quand on vous dit un demi, ce n’est pas comme en France, mais bien un demi-litre de bière !) et la spécialité de Berlin, une assiette de currywurst. On l’a vu marqué partout, ça nous intriguait ! Normalement ça se mange plutôt sur le pouce, dehors. Vu le froid, on a préféré tester ce plat dans un resto, on avait besoin de se réchauffer en intérieur ! Le currywurst qu’est-ce que c’est alors ? Tout simplement une saucisse (ben oui on est en Allemagne !) bouillie avec une sauce tomate et curry (enfin, chacun doit avoir sa recette). Le resto où nous étions, le Ki-Nova, le servait dans une assiette, accompagnée de frites de patates douces maison et d’une sauce salsa. C’était vraiment très bon !! Je recommande cet endroit.

DSC_0356

Comme on est gourmand et que les gâteaux exposés nous faisaient de l’oeil, on a partagé une part de tarte à la pomme (très belle et bonne!) et on a voulu testé le mohn-kuchen, un gâteau au pavot. Un peu étrange, pas le gâteau le plus gourmand que j’ai mangé mais quand même plutôt bon !

DSC_0357

Une fois le ventre bien rempli et les pieds et les mains réchauffés, on se balade un peu, se retrouvant dans un quartier très tranquille.

DSC_0375

On va ainsi jusqu’à l’île des musées, où, comme son nom l’indique, se trouvent plusieurs musées, dont certains avec d’incroyables collections. Cet endroit est inscrit au patrimoine mondiale de l’Unesco, mais quand on y était il y avait beaucoup de travaux, alors ça casse un peu le charme.

DSC_0233

DSC_0394

DSC_0398

D’ici, comme de plein d’endroits dans la ville, on voit la grande tour de Berlin, la Fernsehturm, l’édifice le plus haut d’Allemagne. Elle est un symbole de l’ancien Berlin-Est, car elle a été construite du côté Est du Mur, afin de montrer la supériorité du communisme sur le capitalisme.

DSC_0391

En fin d’après-midi nous allons voir le Checkpoint Charlie, qui se trouve à 5 minutes à pieds de notre logement. Checkpoint Charlie signifie « point de contrôle C » : c’était l’un des postes frontières de Berlin durant la Guerre Froide, qui permettait de passer d’un côté et de l’autre du mur, quand la capitale était divisée entre Est et Ouest.
L’endroit est un peu spécial, un site historique mais devenu un lieu touristique incontournable de la capitale allemande. Les « soldats » posent avec le drapeau américain au milieu d’une rue pleine de magasins et de fast-food.

DSC_0424

DSC_0420

Il reste encore le panneau indiquant que l’on entre / sort de la zone américaine. Ça fait bizarre.

DSC_0417

DSC_0426

DSC_0428

Juste à côté il y a un petit musée. A l’extérieur on peut voir des photos d’époque et lire quelques histoires sur le mur, notamment sur des personnes ayant fui ou tenter de fuir Berlin Est. C’est émouvant de s’imaginer que l’endroit où nous sommes a été témoin de nombreux drames… Un morceau du mur a aussi été conservé.

DSC_0412

DSC_0414

Ensuite, retour à la réalité, nous allons faire quelques courses à Lidl, où on se rend compte que les prix sont beaucoup plus intéressants qu’en France ! (La bouteille de Captain Morgan à moins de 10€, on n’a pas ça chez nous!)

Retour à l’appart, au chaud, où on se fait un petit apéro avec nos achats.
Ensuite, on se motive à braver le froid, nous allons dans le quartier de Friedrichshain (arrêt de métro Warschauer Straße) que nous a indiqué notre hôte comme étant l’endroit où sortir. En plus juste à côté se trouve un kiosque que j’avais repéré à l’avance car ils sont réputés pour servir les meilleurs burgers de Berlin… Et le mieux c’est qu’ils ferment très tard (4h du matin le week-end) !
Pour y aller nous devons passer sur l’un des plus jolis ponts de la ville (enfin la nuit, on ne s’en rend pas trop compte…), là, on peut comprendre le côté festif et alternatif de Berlin qu’on nous a vanté… Une odeur de weed qui plane et surtout plusieurs personnes nous accostent en allemand ou en anglais pour nous proposer de la drogue, et ils ont un bon choix ! Beaucoup de jeunes dans des tentes de fortune, qui dorment dehors avec ce froid, la plupart sont complètement défoncés… Je me demande si la journée ils sont toujours sur ce pont ? (nous ne sommes pas repassés dessus)

Bref, revenons à nos moutons nos burgers… L’endroit qui est un espèce de kiosque (en fait ce sont d’anciennes toilettes publiques ! Ça fait rêver n’est-ce pas?!) avec à peine quelques tables abritées pour manger debout s’appelle Burgermeister. C’est très petit, la journée il y a d’immenses queues… Mais à 1h du matin, c’est plus rapide ! Les frites avec du fromage et des jalapeños (qu’on ne trouve que très rarement en France) ainsi que les burgers sont délicieux !! A tester pour les fans de burgers comme nous 😀

Après s’être bien empiffré, nous entrons dans un bar au hasard, mais on en sort aussitôt, l’endroit est enfumé ! Les gens fument dedans, contrairement à la réglementation. Comme on n’a pas trop envie de puer le tabac froid, on trouve un autre bar avec des murs tagués (Berlin’style!), un DJ et des cocktails !
Après quelques rencontres alcoolisées, retour à l’appart, ce qui est cool c’est que la plupart des métro fonctionne toute la nuit, c’est bien pratique !

Comme on s’est couché tard (ou tôt le matin), le dimanche, on n’a pas été très productif. On est repartit vers le quartier Friedrichshain où nous avons passé la soirée, pour voir East Side Gallery, la plus grande portion du mur conservée, qui est devenue une galerie de street art.

Mais avant ça, comme on a faim et envie de tester un kebab (et oui ça vient plus ou moins d’Allemagne), on va à une adresse bien notée dans ce quartier. Et bien on comprend les bonnes notes et ça n’a vraiment rien à voir avec nos kebabs !! Dans le sandwich, on a droit à plein de légumes différents, des crudités, mais aussi des poivrons grillés, des feuilles de menthe, du citron, de la feta et pour les sauces c’est yaourt, houmous, tzaztiki… C’était un vrai régal, et si vous êtes dans le coin je ne peux que vous conseillez d’y aller !! En plus le prix est dérisoire : 3,5€ pour un aussi bon kebab, miam ! (et je ne suis pas fan de kebab… en France en tout cas !). L’endroit s’appelle Mustafas Gemüse Döner mais par contre c’est tout petit et on est obligé de manger dehors, il n’y a pas de salle intérieure. Mais ça vaut le coup !
Une fois terminée, on se dirige vers East Side Gallery… et c’est là que le drame arrive : il se met à pleuvoir !! Quelque tristesse !

On revoit aussi l’Oberbaumbrücke, le fameux pont sur lequel on est passé durant la nuit.

DSC_0465

On découvre le mur, fait quelques photos mais vu que nos pieds commencent à être trempés, on abandonne l’idée de le parcourir en entier (1,3 km de long), car ce n’est pas très agréable.

DSC_0458

DSC_0267

DSC_0478

Du coup on penche pour un musée, mais finalement la pluie se calme alors on décide d’aller se balader dans le quartier de Scheunenviertel, il y a des petits coins très très sympas, des petites places tranquilles… Ça a beaucoup de charme. On fait une petite pause dans un salon de thé pour se réchauffer un peu.

DSC_0486

DSC_0497

Puis on rentre à l’appart préparer nos affaires pour le lendemain matin car on prend l’avion tôt, le réveil sera difficile…

Pour bien finir le week-end on retourne au quartier d’où l’on vient (arrêt de métro Oranienburger), et on va dans un resto de Singapour, le Mirchi, qui nous avait tapé dans l’œil. On y mange très bien et pour pas très cher dans un lieu charmant.

Avant de retourner au bercail, on fait un arrêt à la porte de Brandebourg, pour la voir de nuit, illuminée… L’endroit est désert et la porte est juste splendide. Voilà comment bien terminer ce petit week-end, malheureusement un peu court !

DSC_0518

DSC_0541

Pour finir, je voulais partager quelques petites anecdotes sur la vie berlinoise :
– Les taxis sont tous de la même couleur (beige), ainsi on les distingue rapidement
– Aux stations de métro il n’y a rien pour empêcher la fraude (pas de barrière, tourniquet…), on peut rentrer tranquille dans le métro sans payer (par contre il peut y avoir des contrôleurs… On s’est fait contrôler une fois, heureusement on avait prit un ticket !! ^^)
– Les feux piétons ont un design spécial, ils étaient utilisés dans Berlin Est, et sont restés un symbole de la vie avant la réunification des deux Allemagne. On les appelle les Ampelmännchen, et il y a même des boutiques à leurs effigies ! Ils sont assez rigolos, on les a remarqué tout de suite. Apparemment la partie occidentale de Berlin les aurait aussi adopté, mais on a vu des « bonhommes » différents, qui ressemblaient plus à ceux qu’on a en France, à certains endroits.

DSC_0291

Conseils et infos :

– Nous avons prit des billets d’avion avec Easyjet : Toulouse – Berlin Schonefeld : 45€ par personne.
– Une fois arrivés à l’aéroport de Berlin, nous avons prit le train jusqu’au centre-ville, puis ensuite le métro pour aller jusqu’à notre airbnb (il y a aussi des bus et tramways) (3.20€ l’aller, train et métro vont ensemble).
– La vie est moins chère, en tout cas pour les restos et les magasins du type Lidl. (les magasins de souvenirs par contre, c’était pas donné ^^)
– Je conseillerais d’y passer au moins 3 jours, et si vous craignez le froid, attendez le printemps / l’été, car l’hiver est rude !
– Gouter le currywurst et un kebab, pour ce dernier, je vous conseille fortement l’endroit où nous sommes allés !