Archives du mot-clé vin

Que faire autour de Mendoza en Argentine : Sierra de las Quijadas, Aconcagua et vins

Voici le retour des articles de notre long voyage en Amérique du Sud (11 mois) ! L’Argentine est un pays merveilleux et si varié que j’ai envie de continuer à partager ici nos découvertes. On commence avec un coin que nous avons beaucoup aimé : la région de Mendoza ! 

Nous étions 4, accompagnés d’Audrey et Thomas. Vous verrez qu’on ne retient pas grand-chose de la ville (indépendamment de notre volonté), mais qu’il y a de quoi faire pour les amoureux de la nature ! Que faire autour de Mendoza ? Suivez-nous !

NB : Tous les prix indiqués datent de janvier 2020. À savoir également que le taux de change est très (très !) variable en Argentine.

Le parc Sierra de las Quijadas, près de San Luis

La ville de San Luis

Depuis la ville de Cordoba, nous prenons un bus (7h de route) qui nous amène jusqu’à San Luis. Ici, nous avons loué un petit airbnb. Les proprios n’ont visiblement pas trop l’habitude d’accueillir des étrangers, ils sont aux petits soins avec nous ! (Lors de notre départ, ils nous amèneront même en voiture jusqu’au terminal de bus ! Trop gentils !) La ville de San Luis n’est pas tellement touristique, mais elle est agréable. C’est une petite ville tranquille, avec de jolis coins dont une belle place centrale, comme souvent en Amérique du Sud. 

Que faire autour de Mendoza ? Le parc national Sierra de las Quijadas

Le lendemain, nous louons une voiture chez Alamo pour la journée, afin de découvrir le parc Sierra de las Quijadas, à environ 1h30 de route de San Luis. Une fois là-bas, la chaleur est écrasante. Le ranger à l’entrée du parc nous informe que plusieurs sentiers de randonnée sont fermés à cause de la chaleur (les plus longs, dont celui qu’on avait prévu de prendre !) mais que, par contre, l’entrée est gratuite. 

Malgré la température de 40°C, nous entamons une petite randonnée de 3 km. Les paysages sont superbes, l’orangé des roches est impressionnant. Cependant on crève de chaud ! Il n’y a pas d’arbres pour se mettre à l’ombre, alors on devient aussi rouge que le paysage comme dirait Audrey. 🥵 (je vous épargne nos tronches de tomate 🤪) Quand un nuage apparaît devant le soleil, c’est le bonheur, un peu de répit ! 

Pas de trace de vie (il fait bien trop chaud !) mais on a quand même la chance de voir voler des condors… Magique !

Une fois la balade terminée, nous pique-niquons sous un préau, à l’ombre, près des sanitaires où on va se rafraichir un peu en s’aspergeant d’eau et en mouillant nos casquettes 😅. On se lance ensuite sur le Flora Trail, pour une petite marche de 1 km, histoire de profiter de la vue un petit peu plus, sans faire trop d’effort. 

C’est ensuite avec un certain bonheur que nous nous réfugions dans la voiture, clim à fond !!! 

C’est un lieu peu connu des touristes étrangers, pourtant les paysages sont vraiment magnifiques. Dommage qu’il ait fait si chaud lors de notre passage !

Que faire autour de Mendoza : road trip vers l’Aconcagua

Après un trajet en bus depuis San Luis de 3h30, nous voici à Mendoza, la capitale du vin en Argentine ! Mais on verra ça plus tard. Pour le moment, nous allons chercher une nouvelle voiture de location pour nous rendre près de la frontière chilienne, à un endroit incontournable lors d’une visite à Mendoza.

Il est possible de partir en excursion pour une journée (avec 8h de route aller-retour au compteur quand même), mais à 4, c’était plus simple et agréable de louer une voiture.

Point de chute à Los Penitentes

Une fois la voiture de location récupérée, nous roulons encore 3h, en faisant un arrêt « smoothie » dans le village de Uspallata et en s’enfonçant de plus en plus dans les montagnes de la précordillère des Andes, dans des paysages de plus en plus beaux. Enfin, nous arrivons à Los Penitentes, où nous avons réservé un logement. C’est minuscule ! C’est en fait une station de montagne. L’hiver on imagine qu’il y a beaucoup de monde qui vient, notamment pour le ski, mais en été, c’est désert. Les hôtels bordent la route nationale. L’ambiance est vraiment étonnante, au milieu de ces montagnes. 

Mythique Aconcagua

Après une bonne nuit de sommeil, nous nous rendons au parc provincial de l’Aconcagua, nom emblématique de l’Amérique du Sud. En effet, le parc offre une vue sur le mont Aconcagua, qui du haut de ses 6 900 m est le plus grand sommet d’Amérique

Après avoir payé le droit d’entrée, nous marchons sur un court sentier qui nous amène au milieu de ce paysage fabuleux. Nous étions venus pour admirer le colosse de l’Amérique, mais nous sommes tout autant émerveillés par les environs ! Les couleurs si typiques de l’altiplano nous enchantent. Nous profitons d’un temps radieux, mais notre souffle court nous rappelle que nous sommes bien à 3 000 m. C’est une première pour Audrey et Thomas qui sont surpris de se sentir essoufflés en montant quelques marches. (Petit rappel, l’altitude n’est pas un paramètre à prendre à la légère : l’oxygène manque et peut causer des problèmes. Il ne faut pas trop forcer, bien s’hydrater et si on se sent trop mal, ne pas hésiter à redescendre.)

Il est possible de faire des randonnées de plusieurs jours, dont l’ascension de l’Aconcagua, mais on passe notre tour ! Il faut un minimum de préparation et d’organisation pour cela. Nous nous contentons de la vue et de cette balade qui nous amène jusqu’à Los Horcones et une petite lagune (qui n’a rien d’impressionnant en cette période estivale). 

Prix du parc : 300 ARS ~ comptez environ 1h sur place 

À la frontière du Chili : le Christ Rédempteur des Andes

Nous continuons notre journée en roulant jusqu’au Christ rédempteur des Andes, qui marque la frontière entre l’Argentine et le Chili. La route pour s’y rendre est très sinueuse, ça grimpe et en plus elle n’est pas goudronnée. Elle est en terre, mais l’état est plutôt correct. Il ne faut juste pas trop regarder par la fenêtre si on est sujet au vertige ! 😅

Une fois en haut, à 3 832 m (quand même !), on se retrouve avec pas mal de monde, il y a beaucoup de stands de nourriture et d’artisanat. On en profite pour tester quelques spécialités comme du dulce de leche artisanal (et on craquera pour un pot !), du chocolat et même une liqueur dénommée “cul de macaque” apparemment ! L’artisan chilien qui nous fait goûter ça est très sympa et parle quelques mots de français (dont ce fabuleux nom de liqueur !). Il nous assure que c’est bon contre le mal des montagnes, mais bizarrement on n’est pas sûrs de le croire !

On déguste ensuite de délicieuses empanadas frites au fromage devant l’œil du Christ.

Le pont de l’Inca (Puente del Inca)

Avant de repartir pour Mendoza, nous faisons un arrêt au Pont de l’Inca, un pont naturel où les Incas avaient l’habitude de passer. Les couleurs causées par le fer et le soufre sont vraiment étonnantes ! Des thermes avaient été construits, mais ont été abandonnés depuis, ce qui gâche un peu le paysage (et pour rien en plus). Ça reste quand même un bel endroit, toujours dans le décor splendide de ces montagnes andines.

Visiter les vignobles de Mendoza à vélo

Que faire autour de Mendoza ? La réponse est évidente : boire du vin ! 😁

L’Argentine est réputée pour ses vins, principalement ceux de la région de Mendoza. Étant amateurs de vin (sans être des experts), il était obligé pour nous de faire un petit tour des bodegas. Et quoi de mieux que de faire ça en vélo, afin de pouvoir goûter les vins ?! Nous avions déjà fait ça au Chili, dans la vallée de Colchagua et c’était très sympa. 

Comment visiter les vignobles de Mendoza à vélo ? 

Pour nous rendre aux vignobles de Maipu, nous prenons un bus depuis la rue Rioja, dans le centre de Mendoza (bus 813, 816, 812…). Nous payons 0,25 ARS pour un trajet de 45 minutes jusqu’à la rue Urquiza à Maipu. 

Ici, nous trouvons un magasin de location de vélos : 450 ARS pour la journée si on paye en espèce (500 si on paye en CB… Toujours avoir du cash en Amérique du Sud ^^). Nous réservons en même temps une visite à Trapiche, un domaine réputé et populaire. Le loueur nous donne une carte qui recense les nombreuses bodegas du coin, et c’est parti ! Il fait bien chaud et nous pédalons au milieu des oliveraies ; ça sent super bon ! 

Les vins bios de Viña El Cerno

Nous pédalons d’abord jusqu’au vignoble le plus éloigné : El Cerno, qui propose des vins biologiques. Nous n’avons pas l’habitude d’en voir par ici, alors ça éveille notre curiosité. Le lieu est très charmant et reposant. 

Dégustation de 2 vins au choix (rouge, blanc, rosé ou pétillant) : 200 ARS. 

Visite du vignoble Trapiche

A 15h30, nous devons être à Trapiche pour ne pas manquer la visite de la cave. Nous sommes en petit groupe, et pendant une vingtaine de minutes nous découvrons les grandes cuves et le domaine. On goûte le raisin qui donnera ce bon vin. Il y a pas mal de vignes et les bâtiments sont très beaux. On voit que c’est une grande marque et qu’ils produisent beaucoup de vin. 

À la fin de la visite, c’est le moment tant attendu : la dégustation ! Nous goûtons un vin blanc sec, puis un rouge Malbec et un rouge qui est un mélange de Malbec, Cabernet-Franc et Cabernet Sauvignon. Ce dernier est assez étonnant, il rappelle le poivron ! 

Visite + dégustation de 3 verres (à réserver pour arriver à la bonne heure) : 450 ARS.

Dégustation de produits artisanaux

L’odeur des oliviers étant tellement forte et agréable, nous ne résistons pas à l’envie de nous arrêter à un petit magasin sur la route qui vend des produits artisanaux et en propose des dégustations

Le gérant est très gentil et nous goûtons à différentes huiles d’olive, diverses tapenades, du chimichurri (la sauce signature de l’Argentine, un délice), de la moutarde… Mais aussi des produits sucrés comme le dulce de leche (confiture de lait), dulce coco, et des confitures de vin, une belle découverte ! Place ensuite aux liqueurs : irish coffe, chocolat (miaaaam), dulce de leche (re-miaaaaam), café, aux épices…

Tout est vraiment bon, on achète quelques produits mais on se restreint, sinon on achèterait tout le magasin et il faut que ça tienne dans nos sacs à dos 😂

Dégustation de produits artisanaux : 180 ARS.

On retourne ensuite à la location de vélo où on nous offre le “happy hour” : et c’est reparti pour une tournée de vin ! Difficile de refuser en attendant le prochain bus 😛

Mendoza

Nous avions prévu de visiter la ville de Mendoza, cependant nous avons dû annuler cette partie. En effet, notre plan de route initial pour la suite du voyage s’est avéré trop compliqué (voir impossible). Nous avons alors dû passer beaucoup de temps à réorganiser la suite du voyage et à trouver notamment une voiture de location pas trop chère pour le périple que l’on voulait faire… En sachant qu’on ne pouvait pas s’attarder par ici, car nous avions un impératif : être à Rio de Janeiro pour le Carnaval et l’arrivée du frère de Manu (et il nous restait encore beaucoup de kilomètres et de choses à voir jusque là-bas !).

Nous avons donc zappé la découverte de Mendoza, qui a l’air d’être plutôt agréable. Mais comme nous étions venus plutôt pour le vin (haha) et les paysages alentours, nous n’avons pas de regrets.

Je vous partage cependant deux adresses qui nous ont régalé pendant notre séjour :

  • Patio de Jesus Maria : conseillé par notre hôte airbnb. Si vous voulez un vrai asado argentin, c’est ici ! Resto assez classe, prix plus haut que la normal, mais la viande est délicieuse et les portions sont énormes. Avec du bon vin argentin et un dessert à base de champagne et de glace au citron… De quoi se faire plaisir !
  • Pizzeria Los Inmigrantes : bonnes pizzas, lieu très populaire (avec beaucoup de bruit). 

De la province de Mendoza nous retiendrons son bon vin (notamment les Malbecs !), et bien sûr les magnifiques paysages autour de l’Aconcagua et de San Luis. Une région qui mérite vraiment le détour !

Visiter Lanzarote, volcans, plages et architectures : les incontournables !

Après avoir visité Tenerife et La Gomera, nous avons retrouvé les Canaries en fin d’année 2021. Cette fois-ci nous posons nos valises à Fuerteventura puis Lanzarote pour 2 mois et demi. Alternant travail à la maison et visite des îles. 

Lanzarote est l’île la plus à l’est des Canaries. Très proche de Fuerteventura, on peut rallier ces deux îles en une demi-heure de ferry. Encore une fois, c’est une île très agréable à explorer ! Mais que visiter à Lanzarote ?

Au sommaire de cet article (si vous êtes intéressés par une partie en particulier, cliquez sur le lien) :

Pourquoi visiter Lanzarote en novembre/décembre ? 

Visiter Lanzarote en hiver c’est juste le top ! Le soleil est presque toujours là, il pleut rarement et les températures sont douces, voire chaudes ! Ça suffit à quitter l’hiver français, non ? Pour vous donner une idée, la journée, il fait dans les 20-22 °C, mais le ressenti est souvent plus élevé. En fait ça dépend des endroits, mais s’il n’y a pas de brise, préparez-vous à avoir un peu chaud. La nuit, la température ne baisse pas trop, il fait dans les 17 °C. La journée, on est donc en short et T-shirt, et le soir on sort pantalon et petite veste… Mais ici, pas besoin de manteau ou d’écharpe ! Même si on croise parfois des gens en doudoune (sans doute frustrés de ne pas avoir de vrais hivers 😅).

Visiter les villes et villages de Lanzarote : nos coups de cœur

Comme toute grande île des Canaries, on retrouve à Lanzarote des stations balnéaires ainsi que des petites villes et villages plus authentiques. Cette fois-ci nous avons fait l’impasse sur les « grosses » villes touristiques, nous n’avons simplement pas eu le temps ni l’envie d’y aller (on était tellement bien où on était il faut dire !). 

Douceur de vivre à Arrecife 

Durant ces 5 semaines à Lanzarote, nous avons élu domicile à Arrecife, la capitale de l’île. Et comment vous dire…? On a adoré ! C’est une ville de taille moyenne, où la vie s’écoule paisiblement. Nous logions juste à côté du Charco de San Gines, qui est clairement the place to be ! C’est un petit « lac » qui accueille des barques de toutes les couleurs. Tout autour se trouvent des restaurants plus sympas les uns que les autres. C’est un lieu très vivant, mais sans être dans l’excès, ça reste très authentique

C’est un vrai bonheur de venir boire un verre pour profiter des derniers rayons de soleil de la journée, devant cette si belle vue. 

Mais Arrecife c’est aussi une marina très moderne avec de grands magasins, des restaurants… Et d’énormes paquebots qui passent par là régulièrement et qu’on peut entendre depuis notre logement quand ils « klaxonnent » (comment on dit pour un bateau ?!)

Arrecife c’est aussi une rue piétonne pleine de vie le matin et le soir, mais déserte l’après-midi. C’est un bord de mer aménagé qui permet de rejoindre la plage de la ville en passant près du Castillo de San Gabriel, situé sur une petite île reliée à la ville par deux ponts. Le centre historique est petit, mais très mignon !

Par ailleurs, c’est à Arrecife que l’on trouve le bâtiment le plus haut de Lanzarote : le Arrecife Gran Hotel. Après sa construction, l’artiste César Manrique, star de l’île (dont nous parlerons plus loin) décida que tout bâtiment de l’île ne devait pas dépasser 2 étages. Ceci dans le but de ne pas dénaturer Lanzarote et de laisser les bords de mer ouverts et non pas remplis de buildings sans âme… Une très belle initiative ! Mais j’avoue que c’est quand même top d’avoir un immeuble aussi grand ; surtout parce qu’il y a un bar/restaurant en haut ! Depuis le 18e étage, on a une super vue sur Arrecife et le coucher de soleil sur l’océan. On recommande de tenter l’expérience si vous passez par là. 

Teguise, le village le plus mignon de Lanzarote

Ancienne capitale de l’île, Teguise mérite vraiment qu’on s’y arrête. On déambule dans ses rues piétonnes, on admire la place principale avec sa belle église, on s’arrête dans l’un des nombreux restos déguster des tapas… Ici on a l’impression que le temps s’est arrêté ! L’architecture nous a rappelé les villages d’Amérique du Sud et du Mexique. 

Le dimanche il y a un grand marché qui attire beaucoup de monde. Sympa pour faire quelques achats et profiter de l’ambiance, mais pour visiter la ville tranquille mieux vaut venir en semaine (en évitant le lundi où beaucoup de choses sont fermées). Attention le jour du marché, les parkings autour sont payants !

César Manrique et les paysages du Nord 

Quand on visite Lanzarote, c’est impossible de ne pas connaître le nom de César Manrique, tant il est associé à cette île ! Je l’avoue, avant de venir, on n’en avait jamais entendu parler. 🙈 Né à Lanzarote, peintre, sculpteur, architecte, c’était surtout un amoureux de son île natale et il a beaucoup œuvré pour préserver la nature de Lanzarote au maximum. Il y a beaucoup de lieux qui ont été aménagés par ses soins et dont la visite est inévitable lors d’un séjour à Lanzarote.

Le CACT : un pass pour découvrir les coins touristiques incontournables de Lanzarote

Si vous venez à Lanzarote, il y a de fortes chances pour que vous alliez dans l’une de ces attractions touristiques. Un pass existe pour économiser un peu en regroupant plusieurs visites. On peut choisir un pass pour 6 sites, ou bien pour 4 ou 3 sites (nous avons pris le pass pour 4 centres pour 29 €). Il s’achète sur internet ou bien directement au guichet de l’un de ces endroits.

Le pass complet avec les 6 sites à visiter comprend :

  • Le jardin de cactus
  • Las Montañas del Fuego 
  • La Cueva de los Verdes 
  • Los Jameos del Agua
  • Le MIAC – Castillo de San José (pas fait)
  • El Mirador del Rio (pas fait ; ou plutôt fait autrement ! Je vous explique après 😉)

Nous avons adoré ces 4 visites comprises dans le pass et vous les recommandons grandement ! Laissez-moi vous en parler plus en détail…

Visiter le Jardin de Cactus de Lanzarote

Ce jardin de cactus a été aménagé par César Manrique et il est absolument splendide ! On y découvre des centaines d’espèces de cactus différents, tous plus beaux et étonnants les uns que les autres. Le lieu est très agréable, sur plusieurs niveaux, avec un moulin qui nous observe et dans lequel on peut rentrer. Il y a même un café/restaurant où nous avons dégusté de bons smoothies. Coup de cœur pour nous ! 

Temps de la visite : environ 1 h – 1 h 30

Arpenter la Cueva de los Verdes 

La Cueva de los Verdes est un tube de lave que l’on visite en groupe avec un guide. Elle n’est pas verte comme son nom le laisse penser ; elle s’appelle ainsi, car Verdes était le nom de ses propriétaires. 😅 Nous avions déjà visité une grotte de lave aux Galapagos, mais ici, la Cueva est un peu plus « aménagée ». Il y a des lumières et on y a même installé une salle de concert pour son acoustique. Ça doit être sympa de voir un concert (c’est principalement du classique). Il y a aussi une surprise durant la visite, mais je n’en dis pas plus. Encore une fois, nous avons beaucoup aimé nous promener dans ce lieu atypique.

Temps de la visite : environ 1h (avec un guide) // Venez à l’ouverture pour éviter de faire la queue !

Découvrir los Jameos del Agua

Situé juste à côté de la Cueva de los Verdes, los Jameos del Agua est également une grotte de lave. Cependant, ce sont deux visites très différentes ! Ici le lieu est en partie ouvert et a été entièrement aménagé par César Manrique. C’est vraiment très beau. On y découvre un lac souterrain où vivent des milliers de petits crabes scintillants… Mais aussi un auditorium, un magnifique jardin, une somptueuse piscine et un restaurant dans la grotte. Nous y avons déjeuné, c’était très sympa. Encore une visite qui mérite le détour par sa beauté et son originalité !

Temps de la visite : libre, comptez 45 minutes ~ 1h (plus si vous mangez sur place)

Vue incroyable au Mirador del Rio et au Mirador de Guinate

Encore un endroit imaginé par le fameux César Manrique ! Depuis 1973, le Mirador del Rio est un bâtiment qui offre une vue plongeante sur l’île Graciosa, toute proche. L’entrée est payante (5 €) ou comprise dans le pass CACT. Nous avons fait l’impasse dessus : on peut se garer à gauche du mirador (sur un parking de terre) et profiter de la même vue, gratuitement. Et celle-ci est époustouflante ! C’est vraiment la vue à ne pas manquer. Par contre, attention au vent, ça souffle fort !

On peut aussi se rendre au Mirador de Guinate, tout proche. C’est un lieu peu aménagé, avec peu de place mais la vue sur les falaises avec l’île Graciosa au loin est splendide.

Aller plus loin grâce à la Fondation César Manrique  

Une visite que nous recommandons, bien qu’elle ne soit pas comprise dans le pass, c’est celle de la fondation César Manrique. Ce fut sa maison de 1968 à 1988 (il a ensuite déménagé dans une autre maison à Haria, qui se visite également).

Ici, on découvre un peu l’homme qu’il était, ce qui est intéressant car il a vraiment laissé sa marque sur Lanzarote. Mais c’est aussi un grand plaisir d’explorer cette maison, si originale et belle ! Un peu cachée au milieu d’un terrain de lave, l’architecture est moderne mais intégrée à la nature. On a adoré les divers salons intégrés dans des bulles volcaniques éclairées par des ouvertures au plafond, avec des arbres. Et le clou de la maison : la piscine ! Il semblerait que César était un fan de belles piscines et celle-ci fait vraiment rêver, avec ses aménagements très 70s. En bref, une très belle découverte !

Prix de l’entrée : 10 € // Temps de la visite : environ 1h – 1h30

Les paysages de Risco de Famara

En prenant la route côté nord-ouest, on découvre des points de vue magnifiques, des petits villages mignons… À faire en voiture.

Visiter Lanzarote : au cœur des volcans 

Lanzarote, comme toutes les îles des Canaries, doit ses paysages aux volcans. Ici, il y a plusieurs manières de se retrouver dans ces paysages si particuliers. 

Montanas del Fuego 

Le joyau de Lanzarote, situé dans le parc national Timanfaya : les Montañas del Fuego. On arrive en voiture dans ce paysage volcanique, on passe le péage (où on montre nos pass CACT), puis on se gare sur le parking Islote de Hilario. Ici, on trouve un restaurant assez spécial : les viandes et volailles sont grillées dans un four naturel, avec la chaleur qui émane de la terre. Une expérience très originale, qu’on a voulu tenter ! Et devinez qui est l’architecte de ce restaurant ? César Manrique, bien sûr ! Le restaurant El Diablo, de forme circulaire, donne vue sur le parc. 

C’est également d’ici que partent les autocars qui sillonnent une partie du parc. En effet, il est interdit de s’y rendre par ses propres moyens, il est obligatoire de prendre un bus. On ne verra donc ces fabuleux paysages que derrière une vitre. C’est frustrant mais cela permet de protéger et conserver ce site exceptionnel et son fragile écosystème (étudié par les scientifiques). Le bus suit une petite route construite au milieu de ces champs de lave. On se croirait sur une autre planète ! C’est vraiment magnifique et les 45 minutes de trajet passent à une allure folle.

C’est un lieu très fréquenté et il est donc recommandé de venir à l’ouverture ou en fin d’après-midi. Nous avons pris l’un des derniers bus de la journée et celui-ci était à moitié rempli. 

Randonnée du volcan Caldera blanca 

Le parc Timanfaya possède des zones gratuites et accessibles, où l’on peut effectuer des randonnées. Nous avons choisi de grimper sur le volcan Caldera Blanca. Après s’être garé sur un petit parking, la rando débute au beau milieu d’un champ de lave. Le chemin est plat, mais un peu pénible, car jonché de cailloux. Il faut constamment regarder où on pose les pieds (à l’aller ça va, mais au retour, on en a ras la casquette !). 

On arrive à la montaña caldereta, un premier « petit  » cratère, déjà impressionnant ! Très facile d’accès pour ceux qui ne peuvent pas faire la rando entièrement.

Ensuite, il y a plusieurs chemins qui mènent au sommet du volcan, on en tente un, au milieu de gros rochers qu’il faut escalader… Pourquoi prendre le chemin le plus simple alors qu’on peut faire compliqué ?! Enfin, rien d’insurmontable et nous arrivons ensuite au sentier qui conduit au sommet de la Caldera Blanca. Ça monte tranquillement et ce n’est pas long. En prenant de la hauteur, on découvre le paysage, entre les champs de lave, les autres volcans et l’océan… 

Une fois en haut, nous sommes stupéfaits par la taille du cratère ! Il fait environ 1 km de large et ses parois dominent de près de 300 m le fond du cratère. C’est très impressionnant. Nous marchons un peu autour, mais ne ferons pas le tour entier pour cause de vilaine migraine qui nous oblige à ne pas nous attarder. En plus, le vent souffle très fort, ce qui n’aide pas ! Les vues depuis le volcan sur le parc sont vraiment magiques. 

Info randonnée Caldera Blanca : 10 km // environ 3h aller-retour

Randonnée du volcan de La Corona 

Une autre randonnée sur Lanzarote qui permet d’observer le cratère d’un volcan. Celle-ci est encore plus facile et rapide. On se gare dans le village de Yé, près de l’église ou le long de la même route, d’où part la rando. Il y a peu de place, mais on peut aussi se garer dans l’une des petites rues du village. En suivant le sentier, on passe au travers des vignes et des cactus. La pente est assez douce et la vue est aussi très belle. 

Une fois en haut on peut faire le tour du volcan mais ce n’est pas aménagé du tout, il faut rester prudent. On peut aussi descendre au milieu du cratère… Attention cependant car le sol est très friable et c’est difficile de remonter ! On a vu 2 gars galérer à remonter alors on est juste descendu un peu sans aller tout en bas. 

Info rando : 5km / 1h ~ 1h30  aller/retour 

Les vignobles de Lanzarote

Une autre façon de découvrir les terres volcaniques de Lanzarote, c’est de rouler dans la vallée de La Geria, où l’on retrouve les meilleurs vignobles de l’île. Le paysage est fabuleux et on peut faire des stops dans les bodegas. Par contre, évitez d’abuser sur les dégustations si vous conduisez, car il y a souvent la policia qui fait des contrôles par ici. 🤣

Il existe de nombreuses caves, nous nous sommes arrêtés dans deux :

  • El Grifo, c’est la plus vieille des Canaries. Nous sommes passés par cette bodega dont l’ancienne cave se visite librement (gratuitement). Des visites organisées (payantes avec dégustation) sont aussi proposées pour découvrir la cave actuelle. Un jardin de cactus est accessible gratuitement et on peut se promener dans les vignes. Ça n’a strictement rien à voir avec nos vignes bordelaises x)
  • La Geria, la plus visitée. Nous nous y sommes juste arrêtés pour admirer la vue qui est superbe

Un conseil : si vous désirez acheter du vin de Lanzarote, je ne vous conseille pas forcément de l’acheter dans les caves… En effet, nous qui aimons le vin El Grifo, nous étions partis pour en acheter directement là-bas. Surprise quand nous avons vu que les prix étaient supérieurs à ceux en magasin (et de plusieurs euros) ! Bref, c’est malheureux mais passez plutôt dans un grand Hiperdino (par exemple celui de San Bartolomé), ils ont du choix et de meilleurs prix. 

Nous avons également beaucoup aimé le vin rouge d’une plus petite cave, La Vega de Yucon

Visiter Lanzarote côté plages et paysages du sud 

Punta del Papagayo

Dans le sud de Lanzarote, se situe la station balnéaire de Playa Blanca. C’est ici que nous sommes arrivés avec le ferry de Fuerteventura, mais en dehors de ce moment, nous n’y avons pas remis les pieds. Cependant, on trouve juste à côté de superbes plages de sables, notamment dans une réserve, à Punta del Papagayo. L’accès se fait en voiture, sur une piste de terre (je ne sais pas quel est leur problème mais souvent les routes pour les belles plages ne sont pas goudronnées… A croire qu’ils essaient de nous décourager d’y aller !). Il faut s’acquitter d’un droit d’entrée de 3 € par véhicule (payable par CB uniquement). Ensuite on peut découvrir les nombreuses plages, toutes superbes, ainsi que les beaux paysages qui les entourent… C’est un lieu vraiment agréable ! 

La Playa del Papagayo est vraiment paradisiaque et à l’abri du vent, de ce fait, elle est très populaire. Mais en marchant un peu ou en explorant plus loin en voiture, on découvre d’autres endroits avec moins de monde, voire déserts. 

Los Hervideros et Charco Verde (El Golfo)

Toujours dans la partie sud de l’île mais sur le versant ouest, deux paysages étonnants, très proches l’un de l’autre.

Los Hervideros, des grottes dans des falaises en bord de mer. Elles ont une forme particulière. On ressent la puissance des vagues avec le fracas qu’elles font en se brisant contre la roche. Le lieu est un peu aménagé pour profiter de plusieurs coins. C’est gratuit et rapide, à ne pas manquer ! 

Charco Verde ou Laguna Verde, dans le village de El Golfo, est un petit lac dont l’eau a une forte teneur en sel, qui offre des couleurs incroyables. C’est une vision assez atypique ! Après s’être garé sur un parking à l’entrée de El Golfo, on a accès au point de vue après une petite marche de 5 minutes. Il est également possible de descendre sur la plage, où se trouve la lagune, pour se baigner dans l’océan (et non pas dans la lagune, qui est interdite d’accès !). Le contraste de toutes ces couleurs est vraiment étonnant.


Encore une fois les îles Canaries nous ont conquises ! Visiter Lanzarote est un enchantement, entre ses beaux paysages, ses lieux aménagés par César Manrique, et sa vie si tranquille… Du bon vin, des tapas, du soleil… N’est-ce pas le paradis ?! Lanzarote, on reviendra !


Retrouvez tous nos articles sur les Canaries :

fleurs blanches

La vallée de Colchagua et ses vignobles à vélo

Les émeutes de fin 2019 au Chili nous ont obligé à zapper la partie nord du pays mais à partir de Santiago, nous voulions continuer notre voyage en bus autant que possible, pour découvrir un peu plus le Chili. Nous avons eu la chance de tomber sur un hôte extra lors de notre séjour à Valparaiso, qui nous a donné plein (pleiiin !) d’infos sur des lieux à voir en descendant jusqu’au sud. Comme il avait lui-même beaucoup voyagé dans son propre pays, il nous a indiqué plein d’endroits méconnus des touristes étrangers mais incontournables pour un chilien. Nous avons découvert un Chili authentique, peu fréquenté par les étrangers mais avec des paysages magnifiques et une ambiance tranquille ! Et nous avons commencé notre aventure avec la Vallée de Colchagua, région viticole très réputée !

Point de chute à Santa Cruz avec son lot de galères

🚍 Depuis Santiago, nous prenons un ticket de bus pour Santa Cruz. Gros boulets que nous sommes, nous loupons le bus ! Heureusement on nous échange gentiment nos billets pour le suivant, qui part 30 minutes plus tard.

3h plus tard, nous voici dans la petite ville de Santa Cruz. Et c’est ici que nous avons eu un de nos plus gros WTF. Nous avions réservé une chambre privée dans un logement airbnb. Nous nous rendons à pieds avec nos gros sacs jusqu’à l’adresse que nous avons (1.5 km, c’est booon, on va pas prendre un taxi pour si peu !).

Arrivés dans le quartier indiqué, impossible de trouver la maison. On demande notre chemin, sans grand succès. On va sur Airbnb pour contacter le gars et là on voit… qu’il vient d’annuler la réservation !! Whaaaaat ?!! 😵 Aucune explication, rien, alors qu’on est dans la rue à sa recherche et qu’il nous avait dit qu’il nous attendait ! Pas de réponses à nos appels ou nos messages. C’est incompréhensible. Au bout d’un moment on se résigne donc à faire le chemin inverse pour revenir vers le centre et chercher un autre logement. On est très énervés et dégoutés ! 😤

Une fois dans le centre-ville, on tombe sur un gars qui fait des travaux devant ce qui semble être des appart-hôtels. Il nous dit que ce n’est pas encore tout à fait prêt, mais voyant notre désarroi (je rappelle que l’on vient de se taper 3km avec 15-20kg sur les épaules pour RIEN) il nous propose un appart pour une trentaine d’euros la nuit. Hyper sympa, le logement est propre et bien équipé ! Tout est bien qui finit bien 😀

Pour finir avec le logement, nous n’avons jamais eu de réponses de sa part… Pas compris l’intérêt. Airbnb nous a remboursé avec une petite compensation, qui nous a servi plus tard dans le voyage… C’est toujours ça de gagné !

Visiter les vignobles de la Vallée de Colchagua à vélo

Après une bonne nuit de sommeil pour se remettre de nos émotions, nous louons des vélos (juste en face de notre hôtel, pratique !) et on se met en selle pour découvrir ce pourquoi on s’est arrêté ici : les vignobles chiliens !

Le Chili est réputé pour ses vins et la Vallée de Colchagua est l’un des lieux les plus célèbres du pays en cette matière. Le temps est très favorable à la culture du raisin.

🍇 Viña Neyen

Nous sortons rapidement de Santa Cruz et pédalons dans une petite campagne qui nous rappelle bizarrement notre chère France ! Nous faisons 16 km pour aller jusqu’à l’un des vignobles les plus éloignés de la ville : Viña Neyen. On pique-nique sous les gros arbres et on se promène un peu près des vignes en attendant qu’on puisse s’occuper de nous.

Puis on s’octroie une petite dégustation « verticale ». Cela signifie que l’on va goûter le même vin mais d’années différentes. Neyen est un vignoble assez haut de gamme qui ne sort qu’une variété de vin par an. C’était une dégustation très intéressante, la fille nous a appris beaucoup de choses sur les vignobles de la Vallée de Colchagua et les cépages chiliens en général. Le vin que nous savourons est un mélange de deux cépages français : Cabernet Sauvignon et Carménère. Ce dernier est un vieux cépage bordelais qui avait disparu car les vignes étaient trop fragiles pour le climat français… Il a cependant été redécouvert au Chili dans les années 90 (c’est tout récent !) et depuis c’est devenu la star des vins chiliens. C’était une découverte pour nous et nous avons adoré !

La dégustation se poursuit avec du chocolat noir, qui change le goût et mets en avant d’autres arômes du vin. C’était vraiment une dégustation très intéressante !

Prix de la dégustation (2 verres) : 12 000 CLP (≃13 €). Les bouteilles les moins chères sont dans les 50 000 CLP (et oui on a craqué si vous voulez savoir ! Gardée précieusement jusqu’à notre noël pour la partager à Ushuaia avec Audrey et Thomas, quelques semaines plus tard !)

🍇 Viña Apaltagua

Nous repartons à vélo et nous arrêtons dans une espèce de bodega, la Viña Apaltagua. Nous sommes accueillis chaleureusement par un employé, dans un petit salon très classe. Il fait très chaud et à vélo, on transpire à grosse goutte (sans oublier qu’on a déjà bu 2 verres de vin… 👀), il nous offre spontanément une grande carafe d’eau fraîche. Puis on passe aux choses sérieuses, et nous dégustons 4 vins différents !

  • Un vin blanc, moyen mais bien frais, ce qui est agréable ;
  • Un rouge, Cabernet Sauvignon, assez bon ;
  • Un rouge, Carménère pur, étonnant et très bon ;
  • Et un rouge, 100% Petit Verdot, qu’on trouve absolument délicieux !

Si on avait pas déjà acheté une bouteille à 50 € on aurait craqué pour ce « Petit Verdot », mais là aussi la bouteille était dans cette gamme de prix et on a réussi à résister (malgré l’ivresse apportée par ces dégustations). Mais le mec est hyper sympa et du coup il nous propose un autre verre de notre choix, gratuitement. On reprend donc un Petit Verdot (la bouteille la plus chère) ! Encore une belle découverte viticole !

Prix de la dégustation (4 verres, voir 5 si le barman est sympa !) : 10 000 CLP ≃11 €)

Après cela, nous repartons sur nos vélos, un peu plus joyeux qu’en arrivant ! Nous faisons un arrêt à Viña Montes, mais il y a du monde, alors tant pis, on décide de rentrer. On a déjà bien assez bu 🤪

Bilan de notre découverte des vins de la Vallée de Colchagua

Nous avons adoré cette petite parenthèse dans notre voyage au long cours à sillonner l’Amérique du Sud ! Dans ce petit coin de verdure de la Vallée de Colchagua, nous avons apprécié nous balader au milieu des vignes, tranquille, et prendre notre temps pour tester quelques vins locaux. Qui nous ont clairement tapé dans l’œil ! D’ailleurs, depuis notre retour en France, il nous arrive régulièrement d’acheter du vin chilien ou d’être à la recherche des cépages Carménère et Petit Verdot ! 🍷😉