Nous avons passé pas mal de temps en Patagonie (retrouvez notre itinéraire complet ici), entre Chili et Argentine et après avoir visité El Chalten et son Fitz Roy, le parc Torres del Paine était un lieu qu’on attendait impatiemment de découvrir.

Nous avions régulièrement lu que le meilleur moyen de l’explorer était en faisant un trek. Les deux plus célèbres sont :

  • le trek O, qui fait une boucle et se parcourt en 8-10 jours (plutôt pour des randonneurs expérimentés) ;
  • le trek W, un chemin qui fait partie du circuit O, qui se fait en 4 à 5 jours, ça reste difficile mais faisable.

Nous étions partis sur l’idée du trek W, un classique incontournable de la randonnée en Patagonie. Une envie de se dépasser et de tenter un trek en indépendant sur plusieurs jours.
Avec ma sœur Audrey nous en avons lu des articles de blog pour comprendre l’organisation du parc et de ce trek, nous avons passé des heures à chercher quel était le meilleur moyen pour dormir (refuge, camping, louer une tente sur place, amener sa propre tente, louer à l’extérieur, etc.). Et puis ça nous prenait tellement la tête qu’on a dit STOP !
Il faut savoir que ce trek est très très très prisé (j’insiste !) et qu’il faut réserver bien à l’avance les hébergements. Il faut donc réfléchir avant au parcours, d’où partir, où s’arrêter pour la nuit, combien de temps peut-on marcher par jour, etc. Pas de place à l’improvisation, ce qui déjà, nous embêtait, car dans ces contrées la météo est très changeante. Ajouter à cela des prix excessifs avec des campings très sommaires où on fait payer 15€, voir plus, par personne juste pour planter sa tente… Nous devions également louer du matériel de camping, ce qui ajoutait un coût supplémentaire. Il y a aussi des refuges mais les prix sont mirobolants, ce n’était pas pour nous !
Nous avons donc choisi une autre option, sans regret 😀

Le Torres del Paine est le parc national le plus célèbre du Chili et même d’Amérique du Sud, il est donc très fréquenté (et le trek W n’y échappe pas). Il est géré par la Conaf, l’office de tourisme chilien, qui ne se gène pas pour pratiquer des prix très élevés pour le pays et en tant qu’étranger on est encore plus pris pour un gros pigeon… Oui la Conaf et nous c’est une longue histoire de désamour, je l’avoue x)

Puerto Natales : notre point de chute

Nous avons logé dans la ville de Puerto Natales (environ 20 000 habitants), la plus proche de parc Torres del Paine (qui se trouve tout de même à 150 km !). C’est une ville tranquille, avec des supermarchés et beaucoup de magasins. Nous y étions la semaine précédent noël et c’était marrant de se retrouver ici à cette période, avec les quelques décorations mais surtout le monde fou dans les rues à la recherche d’un cadeau de dernière minute. L’ambiance était assez spéciale…

Décidés à louer une voiture, notre première mission est d’aller voir les différentes agences de location afin de comparer les prix. Déjà que le Chili est le pays le plus cher de notre voyage en Amérique Latine, je vous laisse imaginer comment ils se font plaisir ici en Patagonie, au bout du monde ^^ On en trouve quelques unes, les prix sont chers mais à 4 on amortit le coût.
Puis nous tombons totalement par hasard sur une petite agence « Rio Rental Car », on se renseigne, le mec nous propose un prix bien plus bas que ses concurrents et nous dit qu’on peut venir récupérer un 4×4 à 20h30 le même soir, pour 50 000 CLP / jour (environ 55€). Dans les autres agences c’était le prix d’une voiture économique, pour un 4×4 il fallait débourser minimum 80 000 CLP / jour (presque 90€) !
Bien contents, on part acheter nos billets d’entrée du parc à l’agence Conaf qui se trouve au Terminal de Bus (21 000 CLP par personne, soit 23€, pour 3 jours). Comme toutes les personnes achetant un billet pour le parc, nous avons l’obligation de regarder une petite vidéo qui présente le parc et rappelle des choses élémentaires (pour nous ; ça ne doit pas être le cas de tout le monde 🙃) comme la protection de la nature, garder ses déchets, rester prudent…

Le soir, Manu et Thomas vont chercher la voiture pendant qu’avec Audrey on prépare le dîner… Quand ils reviennent avec un vieux 4×4, ils nous expliquent qu’en arrivant là-bas le loueur leur a dit que la voiture prévue n’était finalement pas prête… Ok !! Sauf qu’on voulait vraiment une voiture pour le lendemain afin de profiter d’une météo clémente et qu’à cette heure-ci c’est impossible de trouver une autre location… Mais heureusement comme toujours en Amérique du Sud, pas de problème, que des solutions : il nous propose de nous louer son propre 4×4 pour 35 000 CLP / jour (40€), donc encore moins cher que prévu. C’est une vieille auto mais qui roule bien et qui a du vécu, alors pas de frayeur quant aux potentiels impacts lorsque l’on roule sur des pistes ! Encore un moment un peu WTF mais encore une fois on s’en sort bien 😀 En plus le mec était hyper sympa et nous a donné des conseils sur le parc.

La randonnée Mirador Base Las Torres

Le lendemain, départ à 6h du matin pour deux heures de route jusqu’à notre destination. Nous arrivons à l’entrée Laguna Amarga, où nous montrons nos billets, puis nous continuons en voiture jusqu’à l’hôtel Las Torres, point de départ de la fameuse randonnée qui amène aux pieds des tours, symboles du parc.

C’est parti pour 10 km pour arriver jusqu’au mirador ! Ça monte rapidement, le chemin fait des petites feintes, ça grimpouille et ça redescend… On a le droit à quelques belles vues mais nous marchons surtout en forêt. La pluie s’invite par moment, c’est très couvert, pour le moment on n’a pas encore distingué les tours, elles s’obstinent à rester dans les nuages… On se demande bien si on verra quelque chose une fois en haut ou si tous ces efforts seront vains…

Après 9km et presque 3 heures de marche, nous arrivons au point tant redouté : la montée infernale ! Il nous reste le dernier kilomètre à surmonter mais là c’est une vraie bonne montée et bien sûr ce ne sont que des cailloux ou gros rochers… C’est très éprouvant, les garçons avancent devant, Audrey et moi on marche en rythme, certains randonneurs qui descendent nous encouragent « allez vous avez fait le plus dur ! » (tu parles !!)… Après une heure de montée, nous arrivons au mirador et découvrons les tours…! Finalement les nuages ne couvrent que le haut des tours, nous offrant un spectacle magique. Les découvrir comme ça, au dernier moment, après ces heures à marcher c’est impressionnant et même un peu émouvant.

L’endroit fait « intime » avec la lagune entourée de montagnes mais les tours, elles, sont immenses ! Je suis vraiment fascinée, je ne m’attendais pas à ce qu’elles soit si imposantes.

Malgré le manque de soleil, la lagune nous offre une belle couleur turquoise. On reste un moment devant ce paysage majestueux, bien qu’on soit au bord de l’hypothermie et que la neige qui se met à tomber nous fouette le visage 😅

On grignote quelques chips les yeux rivés sur cette beauté avant d’entamer la descente… Où l’on croise beaucoup de monde (sûrement des cars venant de Puerto Natales). En bas, on se pose dans la forêt, à l’abri du vent pour manger notre pique-nique, avant de reprendre le chemin.

Nous sommes de retour à la voiture, et 2 heures plus tard nous posons nos fesses dans notre airbnb, fatigués (7 heures / 20km de marche et 4h de route en voiture dans la journée tout de même) mais contents ! Ce soir, le lit ne nous attendra pas longtemps !

Balade dans le parc Torres del Paine

Après cette randonnée incontournable, nous voulions continuer d’explorer le parc qui promettait d’autres superbes endroits. Le lendemain, nous voici donc reparti avec notre vieux 4×4. Nous passons devant la Cueva del Milodon, dont j’avais entendu parler. Mais le parking est rempli de bus et l’entrée est un peu chère à notre goût pour une visite rapide (8 000 CLP), donc on passe notre tour…

Nous prenons un autre chemin que la veille pour arriver par une autre entrée, mais il doit être beaucoup moins fréquenté car la route est en mauvais état. Mais nous y croisons putois, lapins, vigognes et condors… Et nous sommes rapidement accueillis par de superbes vues sur la chaîne de montagnes Cuernos qui fait la renommée du parc.

Gros glaçons au Lago Grey

Nous faisons arrêt sur le parking pour aller au Lago Grey et entamons une petite randonnée (2h A/R environ). On marche sur la plage (où le vent nous décoiffe !), près du lac Grey, où flottent des icebergs. Leur couleur est incroyable !! Au loin on peut voir le glacier Grey, papa de ces icebergs et du lac. Le paysage est superbe, la marche facile et il y a peu de monde… On ressent vraiment la force et la tranquillité du lieu.

Salto Chico, la plus belle vue du parc

Après avoir pique-niqué nous nous enfonçons un peu plus dans le parc, direction Salto Chico, et là c’est un coup de foudre ! Quelques minutes de marche suffisent pour accéder à une vue divine, le cadre est absolument parfait ! Comme si le paysage ne suffisait pas à nous en mettre plein les yeux, nous avons la chance de pouvoir admirer et approcher un huemul pas farouche du tout.

On continue notre route avec quelques arrêts autour du lac Pehoé, qui a une couleur incroyable. Nous passons notre temps à nous émerveiller et à vouloir nous arrêter pour faire des photos.

Cascades et montagnes à Salto Grande et Cuernos Lookout

Nous nous arrêtons ensuite à Salto Grande, où il y a déjà plus de monde. La plupart des gens marchent jusqu’aux chutes (5 minutes), qui ont un sacré débit !

Nous préférons nous éloigner un peu du monde et continuer la randonnée vers le Cuernos lookout (2h A/R). La rando est très belle et nous assistons à une course entre deux guanacos, ils nous impressionnent par leur vitesse ! Nous profitons encore une fois de la superbe vue qui nous attend au bout du chemin, sur les montagnes Cuernos, si particulières, bien que la fatigue accumulée ces derniers jours se ressent.

Nordenskjöld et les dernières vues sur le Torres del Paine

Retour sur la route, nous contournons les montagnes et faisons un arrêt au Nordenskjöld lookout qui nous offre une nouvelle vue. Avec les jumelles, on repère deux glaciers ainsi que deux condors qui virevoltent. Que c’est beau !

Nous continuons la route direction Lago Sarmiento Entrance, avec un léger espoir d’y apercevoir des pumas (c’est la bonne saison apparemment), mais nous ne verrons que des guanacos solitaires, qui semblent aux aguets tout de même…

En sortant du parc, les sommets de Las Torres, que nous avons approchés la veille, semblent nous faire un dernier cadeau, un dernier au revoir, dans la lumière du soleil…

Le Torres del Paine est effectivement un endroit très touristique, mais c’est totalement compréhensible, ce parc est tellement beau… Les paysages sont magiques, préservés et les animaux y sont chez eux. Nous ne faisons que passer dans ce petit paradis.

Où manger à Puerto Natales ?

  • Pachamama : un petit resto spécialisé dans les empanadas (des chaussons fourrés, spécialité du continent) et qui proposent des menus le midi avec option végétarienne. Ils font aussi de délicieux Pisco Sour (le cocktail du pays).
  • Baguales : un restaurant de burgers et bières, rempli de touristes, pas du tout authentique (ça fait plus américain que chilien, soyons honnête) mais ça fait du bien de se remplir le ventre dans une ambiance festive après une grosse rando dans le froid.

Pour d’autres infos sur le Torres del Paine

  • Si vous chercher des infos à propos du trek W, je vous invite à lire l’article de Novo-monde, très complet sur le sujet.
  • Si vous souhaitez faire comme nous des randonnées à la journée mais que vous ne voulez ou ne pouvez pas louer de voiture, rendez-vous sur le blog de Gones Away, qui nous ont bien renseigné à l’époque 😊

Épinglez l’article sur Pinterest :